Chine - Heilóngjiang

De
Publié par

Ce chapitre Heilongjiang est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Publié le : jeudi 29 octobre 2015
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816155037
Nombre de pages : 148
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Illustration

Sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HĒILÓNGJIᾹNG

 

Hā’ěrbīn (Harbin)

Mǔdānjiāng

Wǔdàlián Chí

Région frontalière avec la Russie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bù’ěrjīn

 

 

 

 

Hēilóngjiāng

38,3 MILLIONS D’HABITANTS

Les plus beaux paysages

Les meilleures activités et fêtes

Pourquoi y aller

Hēilóngjiāng Illustration signifie “fleuve du Dragon noir” (ou fleuve Amour pour les Russes), lequel dragon sépare la Chine de la Russie. L’influence de ce voisin est évidente dans l’architecture, la cuisine et même les souvenirs que l’on trouve partout dans la province. À commencer par Hā’ěrbīn, sa capitale, qui vous surprendra avec ses rues pavées, ses façades de style européen et ses églises orthodoxes, qui lui valent le surnom de Saint-Pétersbourg de l’Orient.

Naturellement, il fait froid dans cette province, la plus septentrionale de Chine, au climat subarctique, mais ce temps glacial est mis à profit en hiver, pendant la haute saison touristique. Hā’ěrbīn accueille alors un festival de sculptures sur glace réputé dans le monde entier et la région se targue de certaines des plus belles pistes de ski du pays. Côté nature, les paysages accidentés sont émaillés de forêts, de lacs, de montagnes et de volcans qui attendent d’être explorés. Depuis Mòhé, vous pourrez rejoindre Běijícūn (le “village du pôle Nord”) et Běihóngcūn, et vous vanter d’être allé(e) à l’extrémité septentrionale de l’Empire du Milieu !

Quand partir

Illustration

Janvier

Hā’ěrbīn accueille le Festival de neige et de glace.

 

Juin

Mòhé fête les aurores boréales.

 

Décembre-mars

C’est la saison du ski à Yàbùlì.

Illustration

À ne pas manquer

1Mòhé (Cliquez ici), ville des confins nord de la Chine, dans l’espoir d’assister au spectacle fugace, mais superbe, d’une aurore boréale

2Le Festival de neige et de glace (Cliquez ici) à Hā’ěrbīn, qui attire de nombreux visiteurs bravant le froid

3Le quartier de Dàolǐqū (Cliquez ici), aux rues bordées de maisons en briques, à la découverte du passé russe et juif de Hā’ěrbīn

4Une marche jusqu’au cratère d’un volcan endormi et à travers les champs de lave de Wǔdàlián Chí (Cliquez ici)

5Le ski et le snowboard à Yàbùlì (Cliquez ici), l’une des plus belles stations de sports d’hiver de Chine

6L’observation d’espèces rares de grues sauvages (Cliquez ici) dans les réserves naturelles s’étendant partout au nord

Histoire

Le Hēilóngjiāng forme la partie la plus septentrionale de la région du Dōngběi (Nord-Est), que l’on appelait autrefois la Mandchourie. Sa proximité avec la Russie explique les pans d’histoire partagés avec ce voisin du Nord, ainsi que leurs liens commerciaux. Au milieu du XIXe siècle, la Russie annexa des parties du Hēilóngjiāng. L’année 1897 marqua le début de la construction d’une ligne de chemin de fer reliant Vladivostok à Hā’ěrbīn, et l’afflux de Russes dans la province. Dans les années 1920, la communauté russe de Hā’ěrbīn comptait plus de 100 000 âmes.

Le Hēilóngjiāng passa sous domination japonaise de 1931 à 1945. À l’arrivée au pouvoir du Parti communiste chinois (PCC), en 1949, les relations avec la Russie se dégradèrent, jusqu’à un bref conflit frontalier en 1969. Récemment, la Chine et la Russie se sont rapprochées. En juillet 2008, au terme de quarante années de négociations, elles ont enfin convenu d’une frontière.

Langues

La grande majorité des habitants du Hēilóngjiāng parlent le mandarin du Nord-Est. Son accent le différencie du mandarin standard. Vous entendrez aussi du russe. À l’extrémité nord-ouest de la province, les Oroqen, les Daur, les Évenks et les Hezhen, minorités faiblement représentées, s’expriment dans leur propre langue. Quelques personnes connaissent le mandchou, jadis langue dominante dans la région.

Climat

La région connaît un hiver long et glacial, avec des températures pouvant chuter jusqu’à -30°C. L’été est court, chaud et humide, surtout dans le Sud et l’Est, avec des températures avoisinant parfois 35°C ou plus. Les averses sont alors fréquentes l’après-midi.

8Comment s’y rendre et circuler

Centre des transports de la région, Hā’ěrbīn est bien reliée au reste de la Chine. Le bus est souvent une bonne alternative aux trains locaux, assez lents. Pour rallier la Mongolie-Intérieure, les trains directs au départ de Hā’ěrbīn desservent les villes de Hǎilā’ěr et de Mǎnzhōulǐ.

INDICATEURS DE PRIX

Vous trouverez dans ce chapitre les indicateurs de prix suivants :

Hébergement

$ moins de 150 ¥

$$ 150-300 ¥

$$$ plus de 300 ¥

Restauration

$ moins de 30 ¥

$$ 30-80 ¥

$$$ plus de 80 ¥

Hā’ěrbīn (Harbin)

Illustration

%0451 / 4,59 MILLIONS D’HABITANTS

Pour une ville de cette taille, Hā’ěrbīn (Harbin) est étonnamment plaisante. La circulation est interdite dans Zhongyang Dajie (même aux vélos), l’artère principale du quartier historique de Dàolǐqū, où se concentre l’essentiel des édifices anciens. Les berges du fleuve sont aussi un sanctuaire pour les promeneurs, tout comme l’île du Soleil, en face.

Les sites de la ville sont aussi variés que les styles architecturaux du quartier historique. Les temples bouddhiques, les vieilles églises orthodoxes et les synagogues y cohabitent harmonieusement. L’héritage russe et juif de Hā’ěrbīn est particulièrement riche et intéressant. Il y a aussi, dans la banlieue sud, un ancien centre de recherche sur la guerre bactériologique, installé par l’armée japonaise, qui rappelle les temps sombres de la Seconde Guerre mondiale. La ville déborde d’animation en hiver, saison que les visiteurs privilégient, lorsque le Festival de neige et de glace déroule sa magie et ses couleurs sur les bords du fleuve scintillant de givre, ainsi qu’en d’autres lieux.

Histoire

En 1896, les Russes négocièrent la construction d’une voie ferrée reliant Vladivostok à Hā’ěrbīn, alors modeste bourgade de pêcheurs, et à Dàlián (au Liáoníng). Les ouvriers russes affluèrent ; la communauté s’élargit à l’arrivée d’émigrés juifs, puis d’autres Russes fuyant la révolution de 1917.

Aujourd’hui, Hā’ěrbīn, dont le nom vient d’un terme mandchou signifiant “lieu où faire sécher les filets de pêche”, est une agglomération tentaculaire, principalement industrielle. Si les Chinois composent la majorité de sa population, les visages étrangers ne sont pas rares dans la rue.

1À voir

oÉglise Sainte-Sophie

ÉDIFICE RELIGIEUX

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Shèng Suǒfēiyà Jiàotáng ; angle Zhaolin Jie et Toulong Jie ; 20 ¥ ; h8h30-17h). Cette grande église orthodoxe en briques rouges, surmontée d’un dôme à bulbe vert caractéristique, est le monument le plus fameux de Hā’ěrbīn. Édifiée par les Russes en 1907, elle n’accueille plus d’office depuis longtemps, mais on peut y voir de belles photos en noir et blanc qui retracent l’histoire de la ville depuis le début du XXe siècle. Son intérieur n’a toutefois pas été restauré et ses lustres poussiéreux évoquent la splendeur du temps jadis. La vaste esplanade agrémentée de fontaines qui s’étend devant la cathédrale est aussi prisée des habitants que des touristes.

Parc Staline

ESPACE VERT

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Sīdàlín Gōngyuán). Cette promenade bordée d’arbres, jalonnée de statues, d’édifices historiques, d’aires de jeux et de cafés, longe une digue de 42 km construite pour maîtriser l’indomptable fleuve Sōnghuā. Habitants et touristes viennent y échapper à l’agitation urbaine. Le spectaculaire monument au Contrôle des crues (Illustration ; Fánghóng Shènglì Jìniàntǎ), érigé en 1958, commémore les milliers de victimes des crues précédentes.

Des croisières sur le fleuve et vers l’île du Soleil partent de divers points du parc.

Parc de l’île du Soleil

AIRE DE LOISIRS

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Tàiyángdǎo Gōngyuán ; téléphérique aller/aller-retour 50/80 ¥ ; htéléphérique 8h30-17h). En face du parc Staline, cette aire de loisirs de 38 km² englobe des jardins paysagers, un parc aquatique, un village russe, ainsi que plusieurs petites galeries d’art et musées. C’est un endroit agréable pour pique-niquer, se balader ou faire du vélo (60 ¥/h) mais, comme toujours, l’accès à de nombreux endroits (trop kitsch et ne valant pas la dépense, à notre avis) est payant.

Illustration
Hā’ěrbīn (Harbin)
1Les incontournables
1Église Sainte-SophieB2
1À voir
2Dàolǐqū (vieille ville)B2
3Monument du contrôle des cruesB1
4Ancienne synagogueA2
5Nouvelle synagogue de Hā’ěrbīnB3
École secondaire juive(voir 4)
6Parc StalineA1
7Mosquée turqueA2
4Où se loger
8Hàntíng ExpressC4
9Hàolín Business HotelA2
10Ibis HotelB2
11Jīndì BīnguǎnB1
12Kazy International Youth HostelB2
13Lungmen Grand HotelC4
14Modern HotelB2
5Où se restaurer
15Cafe RussiaB1
16Marché alimentaire de HāěrbīnB2
Katusha(voir 11)
17Láifùbiǎndān Chóngqìng Xiǎo MiànA1
18Longjiāng Xiǎochī JiēB2
19Old Chang’s Spring RollsB1
20Orient King of Eastern DumplingsB2
6Où prendre un verre et faire la fête
21Ming TienB1
7Achats
22Hóngbó Century SquareD4
8Renseignements
Bureau de réservation ferroviaire de Hāěrbīn(voir 23)
Harbin Modern Travel
Company(voir 20)
8Transports
23Navette pour l’aéroportC4
24Arrêt de busC4
25Bus pour le parc du Tigre de SibérieA1
26Ferrys pour le parc de l’Île du SoleilA1
27Hā’ěrbīn Railway International Travel ServiceC4
28Gare routière longue distanceC4

Les bateaux assurant la traversée (10 ¥ aller-retour) partent d’un des nombreux quais situés au nord du monument au Contrôle des crues ; on peut aussi prendre le téléphérique pour s’y rendre.

oParc du tigre de Sibérie

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi