Chine - Yúnnán

De
Publié par

Ce chapitre Yunnan est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Publié le : jeudi 29 octobre 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816155174
Nombre de pages : 245
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Illustration

Sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustration
Illustration

Yúnnán

46,3 MILLIONS D’HABITANTS

Les plus belles randonnées

Les sites naturels à ne pas manquer

Pourquoi y aller

Le Yúnnán Illustration est sans doute la province de Chine la plus riche en matière de beauté des paysages et de sites remarquables. Il en va de même sur le plan culturel, puisque plus de la moitié des minorités du pays résident dans la région. Cette combinaison gagnante en fait aujourd’hui la destination la plus tendance de l’industrie touristique, en plein essor, et une destination de rêve pour le voyageur.

La nature, omniprésente et très contrastée, est un atout de choix, avec des jungles denses coupées par le Mékong au sud, des rizières en terrasses au sud-est et des sommets inaccessibles aux abords du Tibet. Des villages perdus, où le temps semble suspendu, aux luxueux complexes hôteliers, des treks en montagne aux randonnées à vélo, le Yúnnán a de quoi vous séduire. D’autant qu’un bon réseau de transports facilite les déplacements. Aussi, quel que soit le nombre de jours que vous avez décidé de consacrer au Yúnnán, prévoyez le double, tant il y a de choses à découvrir !

Quand partir

Illustration

Avril Attendez-vous à être aspergé lors de la fête de l’Eau dans le Xīshuāngbǎnnà.

 

Juillet-août La bonne époque pour gravir les sommets et les glaciers proches de Déqīn.

 

Décembre-janvier Fuyez le froid hivernal à Kūnmíng, la Cité de l’éternel printemps.

Illustration

À ne pas manquer

1Les sublimes rizières en terrasses de Yuányáng (Cliquez ici)

2Une randonnée dans la gorge du Saut du Tigre (Cliquez ici)

3Les sommets vertigineux et le glacier dans la région de Déqīn (Cliquez ici)

4Le village ancien de Hēijǐng (Cliquez ici), loin des sentiers battus.

5Un trek jusqu’aux villages des minorités dans la jungle du Xīshuāngbǎnnà (Cliquez ici)

6La ville de Dàlǐ (Cliquez ici), propice à la détente avec de nombreux bars et cafés

7Le farniente sur les rives du magnifique Lúgū Hú (Cliquez ici)

8Shāxī (Cliquez ici), ancienne s oasis sur la route du Thé et des Chevaux

9Une escapade loin de tout dans la vallée du Nù Jiāng (Cliquez ici)

aL’architecture classique de la cité de Jiànshuǐ (Cliquez ici)

Histoire

Une situation reculée, une topographie accidentée et la diversité ethnique valaient jadis au Yúnnán une réputation de province arriérée, peuplée de barbares.

Les premiers empereurs Han tentèrent d’étendre leur domination sur le Sud-Ouest et tracèrent l’itinéraire sud de la route de la Soie jusqu’à la Birmanie (Myanmar). Cependant, du VIIe siècle au milieu du XIIIe siècle, les royaumes indépendants de Nanzhao et de Dàlǐ contrôlèrent les routes commerciales entre la Chine, l’Inde et la Birmanie. Il fallut attendre la conquête mongole pour que le Sud-Ouest soit intégré dans l’Empire chinois et devienne le Yúnnán. La province demeura néanmoins une région frontalière isolée, plus proche de l’Asie du Sud-Est que de la Chine.

Aujourd’hui, le Yúnnán fait toujours figure de point d’accès stratégique aux pays voisins et, malgré son éloignement géographique, la province a été en grande partie modernisée ces dernières années.

Langues

Outre le mandarin, on parle de nombreux dialectes différents au Yúnnán. La plupart font partie des familles de langues tibéto-birmane (comme le naxi) et sino-tibétaine (comme le lisu).

8Comment s’y rendre et circuler

L’aéroport international de Kūnmíng Changsui, ouvert en 2012, est le quatrième de Chine par la taille, et le septième par le trafic. Des vols quotidiens desservent la plupart des grandes villes chinoises, ainsi que des aéroports étrangers de plus en plus nombreux. De son côté, Lìjiāng est aussi bien reliée à un certain nombre de villes chinoises, tandis que Dàlǐ et Jǐnghóng accueillent beaucoup plus de vols qu’auparavant.

Par le passé, on pouvait rejoindre la Thaïlande en cargo depuis Jǐnghóng, dans le sud du Yúnnán. Le transport de passagers sur ces bateaux à été pratiquement interrompu en raison des récents problèmes de sécurité.

Des autoroutes relient Kūnmíng à Dàlǐ, au Guìzhōu et au Guǎngxī à l’est, à Ruìlì via Bǎoshān au sud-ouest, et à la frontière laotienne au sud en passant par Jǐnghóng. Une autoroute est en construction entre Kūnmíng et Hēkǒu, à la frontière du Vietnam, et doit se prolonger jusqu’à Hanoi.

Des voies ferrées relient le Yúnnán au Guìzhōu, au Guǎngxī, au Sìchuān et au-delà. À l’intérieur de la province, le développement du rail a été plus lent qu’ailleurs, essentiellement en raison de la topographie. Des trains assurent une liaison quotidienne Dàlǐ-Lìjiāng et une ligne continuant jusqu’à Shangri-la est en construction.

CENTRE DU YÚNNÁN

Kūnmíng

Illustration

%0871 / 3,58 MILLIONS D’HABITANTS

Kūnmíng a longtemps été considérée comme l’une des villes les plus agréables de Chine. Surnommée la “Cité du printemps” en raison de son climat tempéré, c’est un point de chute très plaisant pour se détendre quelques jours. Les visiteurs qui n’auraient pas succombé à la nonchalance qu’affichent ses habitants trouveront à s’occuper dans les nombreux temples et parcs nationaux situés à proximité (notamment Shílín, la fameuse Forêt de pierre).

Ici, comme ailleurs dans le pays, tout est en perpétuelle évolution et nombre d’anciens quartiers ont été démolis pour faire place à des galeries marchandes. Les embouteillages, encore inconnus il y a quelques années, sont désormais chose courante. Heureusement, la ville a su garder sa nature profondément bon enfant.

Histoire

Si la région est peuplée depuis quelque 2 000 ans, Kūnmíng ne commença réellement à se développer que lors de la Seconde Guerre mondiale, quand des usines y furent construites et que des réfugiés, fuyant les Japonais, se mirent à affluer de l’est de la Chine. Située au bout de la célèbre route de Birmanie, un parcours de 1 000 km partant de Lashio au Myanmar (Birmanie), Kūnmíng joua un rôle clé dans la guerre sino-japonaise. Renmin Xilu marque l’extrémité de cette route.

Après la guerre, Kūnmíng redevint une cité provinciale isolée. Lorsque la Chine s’ouvrit à l’Occident (et aux touristes), la ville profita de son statut de point d’accès au reste de la province pour se transformer en l’une des plus jolies métropoles du Sud-Ouest.

1À voir

Temple Yuántōng

TEMPLE BOUDDHIQUE

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Yuántōng Sì ; Yuantong Jie ; 6 ¥, parc 10 ¥ ; h5h30-17h). Ce temple bouddhique, le plus vaste de la ville et l’un des plus anciens (il a quelque 1 200 ans), est toujours fréquenté par nombre de pèlerins et d’habitants. Il a été maintes fois restauré au fil des siècles. Un pavillon a été ajouté à l’arrière pour accueillir une statue de Sakyamuni, le Bouddha historique, offerte par le roi de Thaïlande.

Parc du lac d’Émeraude

ESPACE VERT

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Cuìhú Gōngyuán ; Cuihu Nanlu ; h6h-22h). Ce parc est idéal pour pratiquer le tai-chi, se promener ou se détendre au côté des habitants. Des cafés branchés, des maisons de thé et des boutiques bordent les rues qui longent le parc. En novembre, tout le monde attend le retour des mouettes rieuses et les citadins affluent dès l’arrivée des premiers oiseaux.

Musée provincial du Yúnnán

MINORITÉS

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Yúnnán Shěng Bówùguǎn ; 118 Wuyi Lu ; h9h-16h30 mar-dim). FInstallé dans un bâtiment des années 1950, ce musée a été rénové avec brio. Outres des sections consacrées aux cultures préhistoriques et antiques du Diān Chí (lac Dian), une remarquable section est dédiée aux minorités du Yúnnán avec, notamment, des costumes ethniques et des instruments de musique.

Chuàng Kù (Loft)

GALERIE D’ART

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Le Loft ; 101 Xiba Lu). À l’ouest du centre-ville, un quartier d’usines désaffectées appelé Chuàng Kù regroupe un petit nombre de galeries et de cafés qui présentent des œuvres d’artistes et de photographes chinois contemporains. Le Yuánshēng Art Space (IllustrationIllustration ; Yuánshēngfáng ; 101 Xiba Lu ; %6419 5697 ; h2h30-20h30), une galerie-bar-restaurant-théâtre, s’intéresse aux groupes ethniques de la province. Pierre angulaire du Loft, le TCG Nordica (Illustration ; Nuòdìkǎ ; %411 4691 ; www.tcgnordica.com ; 101 Xiba Lu ; h17h-23h30 lun, 11h30-23h mar-sam, 12h-16h dim), une galerie doublée d’un centre culturel, comprend un restaurant qui sert des plats scandinaves et chinois. Peu de chauffeurs de taxi connaissent le Loft ; demandez qu’on vous dépose au 101 Xiba Lu.

Pagode de l’Ouest

SANCTUAIRE

Plan offlineGoogleMaps

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Xīsì Tǎ ; Dongsi Jie ; h9h-17h). FOn ne peut pas monter dans cette pagode de la dynastie Tang (618-907) et le sanctuaire n’est pas ouvert, mais c’est un bon endroit pour observer son prochain parmi les buveurs de thé et les joueurs de mah-jong.

Pagode de l’Est

SANCTUAIRE

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Dōngsì Tǎ ; 63 Shulin Jie ; h9h-17h). FSelon des sources chinoises, ce bâtiment de la dynastie Tang aurait été détruit par un tremblement de terre (des sources occidentales prétendent qu’il aurait été détruit lors d’une révolte musulmane au milieu du XIXe siècle). Quoi qu’il en soit, cette pagode est devenu le lieu de rendez-vous des Chinois âgés.

Mosquée Nánchéng

ÉDIFICE RELIGIEUX

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Nánchéng Qīngzhēn Gǔsì ; 51 Zhengyi Lu). Vieille de plus de 400 ans, cette mosquée a été démolie en 1997 pour céder la place à une plus grande, qui ressemble vaguement à un casino de Las Vegas. Malheureusement, c’est tout ce qu’il reste du quartier musulman jadis prospère, entièrement détruit en 2007.

4Où se loger

Kūnmíng Upland Youth Hostel

AUBERGE DE JEUNESSE $

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Kūnmíng Qīngchéng Qīngnián Lǚshè ; %6337 8910 ; uplandhostel@gmail.com ; 92 Huashan Xilu ; Illustration ; dort 45 ¥, ch 138-218 ¥ ; iW). Cette auberge cherche à impressionner avec ses contrastes de rouge et de noir, son bar immense et ses espaces communs intérieurs et extérieurs. Meubles en bois dans les chambres, et grands casiers avec prises électriques dans les dortoirs. Le personnel, aimable, parle anglais et l’établissement est bien situé près du lac d’Émeraude. Dans une petite ruelle appelée Dameiyuan Xiang Illustration qui part de Huashan Xilu, près de l’entrée arrière du Green Lake Hotel.

INDICATEURS DE PRIX

Vous trouverez dans ce chapitre les indicateurs de prix suivants :

Hébergement

$ moins de 160 ¥

$$ 160-300 ¥

$$$ plus de 300 ¥

Restauration

$ moins de 40 ¥

$$ 40-60 ¥

$$$ plus de 60 ¥

Hump Hostel

AUBERGE DE JEUNESSE $

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Tuófēng Kèzhàn ; %6364 0359 ; www.thehumphostel.com ; Jinmabiji Square, Jinbi Lu ; Illustration ; dort 40-55 ¥, lits jum ou d avec/sans sdb 165/110 ¥ ; iW). Vous entendrez parler de cette auberge, la plus connue de Kūnmíng, bien avant d’y arriver : sa réputation auprès des étudiants et des fêtards tient à sa situation au milieu de dizaines de bars, karaokés et restaurants (emportez des bouchons d’oreille). L’auberge elle-même dispose de grands dortoirs propres ; certaines des chambres individuelles n’ont pas de fenêtre. Il y a aussi un bar et une terrasse très prisés pour faire la fête. Location de vélos (30 ¥/j).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Chine - Húbei

de lonely-planet

Chine 10 - Fujian

de lonely-planet