Corée 3 - Jeollanam-Do

De
Publié par

Ce chapitre Jeollanam-Do est issu du guide consacré à la destination Corée.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 14 novembre 2013
Lecture(s) : 16
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816137767
Nombre de pages : 67
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Le superbe Jeollanam-do (전라남도), l’une des provinces les moins développées et les plus verdoyantes, occupe l’extrême sud-ouest du pays. Des collines vallonnées au centre, les monts Sobaek à l’est, 6 100 km de côtes au sud et à l’ouest et quelque 2 000 îles au large, dont moins de 300 habitées.

Un climat plus doux et humide que celui des provinces voisines en fait une contrée agricole fertile, réputée pour sa gastronomie et son thé vert, célébrés par plusieurs festivals. Malgré son ambiance rurale, le Jeollanam-do n’échappe pas à l’urbanisation qui caractérise le pays : lignes de train à grande vitesse et villes en pleine expansion, telle Gwangju, la sixième plus grande métropole coréenne ; celle-ci possède son propre gouvernement et un indicatif téléphonique distinct.

Fière de ses traditions artisanales et artistiques, de ses poètes exilés et de ses martyrs du mouvement démocratique, la province conserve un esprit rebelle. Au Jeollanam-do, qui récompense le voyageur intrépide, chacun peut véritablement y trouver son compte.

Quand partir


Mai L’été offre l’opportunité aux voyageurs de se rafraîchir sur ses plages.

Sept Sa Biennale apporte une touche glamour et artistique à Gwangju.

Oct Le kimchi est partout durant la Fête du kimchi à Gwangju.


Histoire

Éloigné du pouvoir central de Séoul durant la période Choson, le Jeollanam-do était un lieu d’exil, souvent utilisé pour reléguer dissidents politiques et religieux. La tradition de contestation politique a perduré et la province fut un foyer d’opposition aux gouvernements militaires qui dirigeaient la Corée du Sud dans les années 1960 et 1970. Étudiants et syndicalistes organisèrent d’innombrables manifestations prodémocratiques jusqu’à ce que les chars de l’armée écrasent un soulèvement à Gwangju en mai 1980. Aujourd’hui, environ 25% des habitants de la province sont des fermiers, contre une moyenne nationale de 7%.

Retour au début du chapitre

Gwangju 광주

062 / 1 460 000 HABITANTS

Gwangju (http://english.gjcity.go.kr) ressemble au premier abord à toute autre ville, avec un centre rempli de boutiques, de jolies berges de fleuve, des restaurants et des bars animés parmi des immeubles d’habitation. Cependant, derrière cette banalité apparente se cachent un cœur d’artiste et une âme révolutionnaire. La cité met les arts à l’honneur et occupe une place importante dans l’histoire de la démocratie et des droits de l’homme en Corée.


À ne pas manquer

La métropole universitaire de Gwangju(Cliquez ici), sa scène artistique et sa vie nocturne dynamiques, ses randonnées urbaines et ses mémoriaux

Le proche musée de l’Artisanat en bambou de Damyang(Cliquez ici)

Le cadre et les parfums enchanteurs de la plantation de thé Daehan Dawon(Cliquez ici), à Boseong

Les îles préservées de Heuksando(Cliquez ici) et de Hongdo(Cliquez ici)

Les maisons coiffées de chaume du village folklorique de Nagan(Cliquez ici), cité fortifiée préservée

Les oiseaux migrateurs au cœur des riches zones humides de la baie de Suncheon(Cliquez ici)

Le mystérieux phénomène de la “séparation des eaux” à Jindo(Cliquez ici)


À voir et à faire

Musée national de Gwangju    MUSÉE

(Gwangju National Museum ; 국립광주박물관 ; 570 7014 ; 9h-18h mar-dim). Les collections du musée national de Gwangju retracent l’histoire de la région, de la préhistoire à aujourd’hui, à travers objets, peintures et calligraphies. À défaut d’exposition temporaire, ne manquez pas les céramiques chinoises provenant d’une épave du XIVe siècle. Bus n°55 (1 200 ₩, 20 min, ttes les 30 min) depuis Geumnamno.

Musée d’art de Gwangju    MUSÉE

(Gwangju Art Museum ; 광주시립미술관 ; 529 7126 ; adulte/jeune/enfant 500/300/200 ₩ ; 9h-18h mar-dim). Ce musée, assorti de salles de concert et de spectacles, expose sur trois niveaux les plus belles œuvres avant-gardistes de la Biennale de Gwangju, ainsi que des œuvres de haut vol signées d’artistes comme Nam Jun Paik.

Musée folklorique de Gwangju    MUSÉE

(Gwangju Folk Museum ; 광주민속박물관 ; 525 8633 ; adulte/jeune/enfant 500/300/200 ₩ ; 9h30-18h, mar-dim). Ce musée à l’aspect rétro présente la culture traditionnelle du Jeollanam-do à l’aide de dioramas, maquettes, effets sonores, vidéos et autres médias. Il couvre une vaste gamme de sujets allant du kimchi au mariage ou au chamanisme. Au terme de la visite, des photos anciennes montrent comment les Coréens sont rapidement passés du statut de fermiers féodaux à celui de citadins du XXIe siècle.

Le quartier des musées se situe au nord-ouest du centre-ville. Prenez le bus n°48 (1 200 ₩, 10 min, ttes les 15 min) devant le terminal des bus et descendez à l’arrêt du musée d’Art de Gwangju (Munhwa Yesul Hoegwan). Le bus n°95 (1 200 ₩, 20 min, ttes les 15 min) en provenance de la YMCA, s’arrête également ici. C’est à 15 minutes à pied en empruntant le tunnel sous la voie rapide vers le musée national de Gwanju. Le bus n°50 (1 200 ₩, 20 min, ttes les 30 min) relie la gare ferroviaire et le Musée folklorique.

Parc provincial de Mudeungsan    PARC

(Mudeungsan Provincial Park ; 무등산도립공원 ;265 0761). Surplombant Gwangju, le parc provincial de Mudeungsan s’étend sur une chaîne de montagnes verdoyantes, où un réseau de sentiers bien balisés conduit au pic Cheonwang-bong (1 187 m) et à Ipseokdae et Seoseokdae, de vertigineuses formations rocheuses visibles à des kilomètres.

Le parc compte trois temples bouddhiques majeurs, pour l’essentiel reconstruits après avoir été détruits durant la guerre de Corée. Le Wonhyo-sa, le plus facile d’accès, se trouve à une courte distance de l’arrêt de bus. Petit et richement décoré, il possède un jardin de sculptures avec plusieurs bronzes et une extraordinaire cloche en bronze de 1710. Plus au sud, le Jeungsim-sa, le plus grand temple, abrite un bouddha en fer de l’époque Silla se détachant sur un décor rouge et or, derrière la salle principale. Le minuscule sanctuaire juché sur un rocher voisin est dédié au dieu animiste de la Montagne. Plus haut se tient le Yaksaam, un temple plus modeste.

Environ 250 m avant le Jeungsim-sa, la galerie d’art Uijae Misulgwan (222 3040 ; 1 000 ₩ ; 9h30-17h30 mar-dim) expose des toiles de paysages, de fleurs et d’oiseaux du célèbre Heo Baek-ryeon (1891-1977), alias Uijae. Sa maison a été reconstruite non loin. À mi-chemin de la galerie et du Jeungsim-sa se tient la plantation de théChunseolheon, créée par Uijae et aujourd’hui cultivée par les moines du temple.

Un itinéraire apprécié consiste à commencer par le Wonhyo-sa, grimper jusqu’à Seoseokdae et Ipseokdae, descendre par le Jeungsim-sa et la galerie d’art, puis revenir en ville à l’arrêt de bus ; la marche dure environ 5 heures. Si vous êtes limité par le temps, visitez uniquement Jeungsim-sa et Uijae. La route qui va de l’arrêt de bus à Uijae a été récemment aménagée, avec des restaurants modernes, des cafés et bien trop de stands de vêtements.

Au terminal des bus ou devant la YMCA, prenez le bus n°1187 (l’altitude du Cheonwang-bong ; 1 200 ₩, ttes les 20 min). Depuis la YMCA, le bus n°51 (1 200 ₩, ttes les 20 minutes) dessert le secteur de Jeungsim-sa.

Cimetière national du 18 Mai    MÉMORIAL

(국립 5.18 민주묘지 ; 266 5187 ; www.518.org ; 8h-18h mars-oct, 8h-17h nov-fév). Dans cet austère parc-mémorial, inauguré en 1997, reposent les victimes du soulèvement démocratique du 18 mai 1980, l’un des événements les plus tragiques de l’histoire de la Corée moderne. Le bilan officiel fait état de 228 morts ou disparus et de 4 141 blessés, des chiffres qui seraient largement sous-estimés. Un petit musée émouvant présente des photos, des drapeaux tachés de sang et un film choc retrace ce drame qui continue de marquer le paysage politique du pays.

Sur la droite, un mémorial contient des photos de gens ordinaires, des étudiants aux grands-mères, qui ont péri durant la répression militaire du gouvernement.

Une promenade de 5 minutes à travers le jardin conduit au cimetière d’origine, où les victimes furent d’abord enterrées à la hâte sans cérémonie. Les corps furent plus tard transférés dans le nouveau cimetière.

Prenez le bus n°518 (1 200 ₩, 1 heure, ttes les 30 min) depuis le terminal des bus, la gare ferroviaire, l’hôpital de Gwangju ou le long de Geumnamno.

Stade Mudeung    STADE

(www.tigers.co.kr, en coréen ; Mudeung ; billets à partir de 7 000 ₩). Assistez à un match des Kia Tigers, l’équipe de base-ball professionnelle. Des vendeurs proposent des calmars séchés, des sushis, du poulet frit et de la bière coréenne ; vous les paierez moins cher à l’extérieur du stade. Nourriture, bière, glacières et appareils photo sont autorisés dans le stade. Prenez le bus n°51 ou 95 devant la YMCA, ou le bus n°38 devant le terminal. Vous pouvez aussi prendre le métro jusqu’à la station Nongseong, puis marcher 30 minutes vers le nord. Les matchs débutent généralement à 17h ou 18h30.

Centre culturel asiatique    BÂTIMENT CULTUREL

(아시아문화중심도시홍보관 ; www.cct.go.kr, en coréen). Cet énorme complexe artistique est en cours de construction dans l’ancienne administration provinciale et place démocratique du 18 mai. Il devrait être ouvert à la parution de ce guide et accueillera des galeries d’art, des salles de spectacle, une bibliothèque et des commerces. À côté se dresse la Kunsthalle Gwang-ju, une galerie temporaire qui illustre le projet et offre un espace d’expression artistique.


LA FÊTE DU KIMCHI

Le Jeollanam-do, depuis toujours la première région rizicole du pays, est réputé pour la fraîcheur et la qualité de ses produits. Ainsi, Gwangju est l’endroit idéal pour présenter les meilleurs kimchi (légumes marinés) de Corée. En octobre, pendant 5 jours, la fête du kimchi s’accompagne d’une foire, d’un marché, d’ateliers de poterie, de musique folklorique et d’un défilé de hanbok (vêtements traditionnels). C’est l’occasion rêvée pour préparer, goûter, acheter ou juste contempler les centaines de variétés du plus célèbre plat coréen. Des bus font la navette jusqu’au site de la fête.


Fêtes et festivals

La Biennale de Gwangju (www.gb.or.kr, en anglais), un festival d’art contemporain de 3 mois, a lieu tous les deux ans (le prochain à l’automne 2014). Installée dans la salle d’exposition de la Biennale, près du Musée folklorique de Gwangju, elle accueille plus de 500 artistes et conservateurs d’une soixantaine de pays.

Où se loger

Les alentours de la gare ferroviaire abritent l’habituel mélange de yeogwan bon marché et de love motels. De plaisants nouveaux motels entourent le terminal des bus et le quartier animé de Chungjang, dans le centre-ville. Des hôtels de luxe, comme l’Holiday Inn et le Ramada, ont récemment ouvert près de l’hôtel de ville, dans le quartier de Sangmu.

Geumsoojang Tourist Hotel    HÔTEL   $$$

(금수장 관광 호텔 ; 525 2111 ; www.geumsoojang.co.kr, en coréen ; ch 110 000-240 000 ₩ ; ). Chaleureux et accueillant, cet hôtel au personnel anglophone, proche de la gare ferroviaire, accorde une généreuse réduction de 50% via Internet. Son restaurant sert une délicieuse version du hanjeonsik coréen (banquet ; 50 000 ₩). À affronter l’estomac vide.

Windmill Motel    MOTEL   $

(윈드밀 모텔 ; 223 5333 ; Chungjang district ; ch 30 000-40 000 ₩ ; ). Idéalement situé à l’extrémité ouest du quartier noctambule de Chungjang, le Windmill a des allures de love motel. Grandes chambres soignées néanmoins, avec TV à écran plat, réfrigérateur et distributeur d’eau fraîche.

Bando Motel    MOTEL   $$

(반도 모텔 ; 227 0238 ; ch 35 000-45 000 ₩ ; ). Simple et propre, ce nouveau motel se cache dans une ruelle entre Art Street et Geumnamno, derrière l’immeuble de la NH Bank, à quelques pas de l’animation de Chungjang (moins le bruit).

Ballade Motel    MOTEL   $$

(발라드 모텔 ; 363 1751 ; Chungjang district ; ch 35 000-45 000 ₩ ; ). La meilleure option dans le secteur du terminal des bus : chambres impeccables avec canapé, grande TV et ordinateur. Hausse de 10 000 ₩ le week-end. À 500 m à l’est du grand magasin Shinsegae.

Où se restaurer

Minsokchon    CORÉEN   $$

(민속촌 ; 224 4577 ; repas 7 000-17 000 ₩ ; 11h30-minuit). Ce restaurant très prisé, séduisant et chaleureux, propose du so galbi (소갈비 ; bœuf) et du dwaeji galbi (돼지갈비 ; porc) à griller sur les barbecues de table. À noter également un excellent galbitang (갈비탕), avec de gros morceaux de viande maigre, et les classiques comme le bibimbap. En cas d’affluence, essayez l’établissement affilié à Gwangsan-gil.

Moojin Joo    CORÉEN   $$$

(무진주 ; 224 8074 ; repas 8 000-50 000 ₩ ; 11h30-minuit). En face du Minsokchon, cet élégant restaurant spécialisé dans le porc arbore boiseries et calligraphies. Essayez le mudan bossam (모둠보쌈) et roulez vos fines tranches de porc avec du kimchi et un assortiment de feuilles. Formules spéciales très abordables (10 000 ₩) le midi.

Cafe Bari E    ITALIEN   $$

(plats à partir de 12 000 ₩ ; 10h-22h ; ). Les victimes de la mode se retrouvent dans cet élégant café/restaurant autour d’une pizza à pâte fine, de pâtes ou de salades équilibrées. Longue carte des boissons : café, jus de fruits et bière allemande à la pression. Ceux qui n’auraient pas leur propre iPad peuvent surfer sur le Web avec les ordinateurs de la maison.

Mick Jones’s Pizza    PIZZA   $

(part de pizza 3 200-4 700 ₩ ; 11h-22h). Pour un repas savoureux à petits prix, ou une part de tarte et une bière dans un établissement d’inspiration new-yorkaise aux couleurs pimpantes.

Yeongmi CORÉEN$$$

(영미 ; repas 20 000-32 000 ₩). Le plus prisé des nombreux restaurants de canard de Duck St, à côté du grand magasin Hyundai, spécialisé dans l’oritang (오리탕), une soupe de canard servie avec divers légumes, à déguster à plusieurs.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi