//img.uscri.be/pth/2e61314648331f556003c0defbb95102024216e3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Crète 2 - La Canée

De

Ce chapitre La Canée est issu du guide consacré à la destination Crète.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

La Canée (Khaniá) Χανιά

À bien des égards, l’ouest de la Crète est une région à part. Hérissée de hautes montagnes, elle conserve les souvenirs de son passé grandiose et légendaire et des épiques batailles dont elle fut le théâtre. Elle a pour chef-lieu la romantique ville portuaire de La Canée, ancienne capitale vénitienne abritant aujourd’hui quantité d’hôtels de charme, de galeries d’art et d’excellents restaurants. Mais ce n’est pas tout : la région s’enorgueillit de posséder les gorges les plus majestueuses d’Europe, l’île la plus méridionale du continent (la paisible Gavdos, plus proche de l’Afrique que de la Grèce) et des villages de montagne qui semblent hors du temps. Les reliefs escarpés qui s’étendent jusqu’à la mer au sud ont en grande partie protégé la région des excès du tourisme. Souvent excentriques, parfois bourrus mais toujours accueillants, les habitants se révèlent authentiques avant tout. Si vous souhaitez voir à quoi ressemble la Crète traditionnelle, mettez le cap à l’ouest.

Quand partir

Vous aimez les plages animées, la vie nocturne et ne craignez pas les foules ? Choisissez juillet et août, au plus chaud de l’été crétois.

Le printemps est idéal pour les activités de plein air. Le climat y est doux et les fleurs sauvages des montagnes sont au summum de leur splendeur.

Les mois d’automne sont plus calmes, mais le temps reste agréable, et la mer, qui a chauffé tout l’été, est d’une température presque tropicale. Septembre est donc le mois idéal pour s’adonner au farniente sur la plage.

Les hivers, souvent pluvieux, sont courts, mais les skieurs en quête de frissons pourront faire du hors piste dans les Lefka Ori (montagnes Blanches).

Comment circuler

La ville de La Canée se parcourt aisément à pied et les environs sont facilement accessibles. Des bus KTEL climatisés partent régulièrement de La Canée à destination des villes et villages de la région ainsi que des principales plages et villes du reste de l’île. Cette option est surtout intéressante pour les voyageurs en solo et à petit budget. Si vous êtes plusieurs et avez l’intention de faire beaucoup de déplacements, il est bien plus commode de louer une voiture.


TROIS JOURNÉES COUP DE CŒUR

Première journée

Levez-vous tôt pour devancer les foules et contempler le port vénitien de La Canée depuis la terrasse d’un café. Visitez ensuite la fascinante collection byzantine de la ville et son musée de la Marine, près du fort Firkas, avant de déjeuner d’un mayirefta (plat du jour) dans le quartier de Splantzia. Une route à travers les oliveraies vous conduira à la superbe plage de Falassarna, à l’extrémité ouest de l’île. Vous serez de retour à temps pour dîner dans l’un des élégants restaurants de La Canée, et déguster un poulpe grillé arrosé de vin sous les étoiles.

Deuxième journée

Si vous avez abusé de l’excellente cuisine crétoise, vous brûlerez les calories superflues à l’occasion de cette journée de marche dans les gorges de Samaria. Au petit matin, vous rejoindrez en voiture ou en bus Omalos, où le plus grand canyon d’Europe s’étire vers le sud. En chemin, vous aurez peut-être l’occasion d’apercevoir le très discret kri-kri (chèvre sauvage crétoise) perché sur une falaise et d’observer les oiseaux de proie tournoyer dans le ciel. Après avoir franchi les “portes de Fer” (Sidiroportes), le passage le plus étroit des gorges, vous trouverez le salut à Agia Roumeli, où vous pourrez prendre un bateau pour Hora Sfakion et de là un bus pour rentrer à La Canée.

Troisième journée

Depuis Paleohora, station balnéaire du sud-ouest, prenez le matin un bateau pour Elafonissi et vous aurez devant vous la journée entière pour profiter du sable aux multiples coloris et des eaux chaudes de la mer de Libye. En fin d’après-midi, le bateau vous ramènera à temps pour vous attabler, au dîner, face à une belle grillade d’agneau, avant d’explorer la vie nocturne de Paleohora (notamment animée par des concerts de bouzouki et de lyra).


Où se loger

Reportez-vous au chapitre Hébergement pour connaître les bonnes adresses de la région.


À ne pas manquer

Un café en terrasse sur le superbe port vénitien(Cliquez ici) de La Canée

Le farniente sur le sable fin d’Elafonissi(Cliquez ici), à l’extrême sud-ouest

Un retour à la nature dans les montagnes, dans le hameau écotouristique de Milia(Cliquez ici)

Un concert improvisé de lyra et de bouzouki à Paleohora(Cliquez ici), dans le sud-ouest de La Canée

S’ébattre dans les vagues de Falassarna(Cliquez ici) sur la côte nord-ouest

La randonnée de 16 km dans les gorges de Samaria(Cliquez ici), qui se jettent dans la mer au sud

Une sortie en bateau loin des foules jusqu’au superbe hameau de Loutro(Cliquez ici)

Le calme de l’île de Gavdos(Cliquez ici), à 65 km au sud de Paleohora


Retour au début du chapitre

LA CANÉE (KHANIÁ)
ΧΑΝΙΑ
55 850 HABITANTS

Avec son quartier vénitien plein de caractère, son dédale de ruelles étroites et son superbe port, La Canée est sans conteste la plus charmante ville de Crète. Les vestiges d’architecture turque et vénitienne abondent et d’anciennes demeures ont été restaurées pour être transformées en restaurants et en hôtels de charme.

Rançon de ces attraits, la vieille ville est prise d’assaut par les touristes en été, tout en restant agréable. L’excellente qualité de l’artisanat local en fait aussi un endroit prisé pour le shopping, les meilleures boutiques se trouvant dans le quartier de Splantzia. Les rues Zambeliou, Theotokopoulou et Angelou sont bordées d’édifices vénitiens sans toit, convertis en séduisants restaurants en plein air. Le port vénitien, jalonné de galeries et de musées, est aussi un lieu de promenade très apprécié.

Deuxième ville de Crète par la taille, La Canée est également le principal point de transit pour les randonneurs qui entreprennent les gorges de Samaria et le centre névralgique des transports pour toutes les destinations de l’Ouest.

Histoire

La Canée est bâtie sur le site minoen de Kydonia, qui se dressait sur la colline à l’est du port, entre Akti Tombazi et Karaoli Dimitriou. Ravagée comme la plupart des colonies minoennes en 1450 av. J.-C., Kydonia retrouva bientôt sa puissance. Florissante cité-État à l’époque hellénistique, elle continua de prospérer sous les Romains et les Byzantins.

Après la quatrième croisade (1204), la ville, ainsi que toute la Crète, fut conquise par les Vénitiens et renommée La Canea. Ils en perdirent le contrôle au profit des Génois en 1266 avant de la récupérer en 1290. La construction de fortifications massives pour se protéger des pirates leur permit d’en faire un point stratégique de leur empire commercial en Méditerranée durant trois siècles et demi.

En 1645, La Canée passa aux mains de l’Empire ottoman après un siège de deux mois. Les Turcs en firent le lieu de résidence du pacha jusqu’à la fin de leur domination, en 1898. Durant cette période, baptisée “turcocratie”, les églises furent converties en mosquées et le style architectural de la ville évolua pour devenir plus oriental, avec murs en bois, fenêtres treillissées et minarets (deux ont survécu).

Lorsque la Crète devint indépendante de la Turquie en 1898, les grandes puissances européennes désignèrent La Canée comme capitale de l’île. Elle le restera jusqu’en 1971, quand l’administration fut transférée à Héraklion.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la bataille de Crète se déroula essentiellement sur la côte, à l’ouest de La Canée. Bien que fortement bombardée, notamment autour du site de Kydonia, La Canée a conservé une grande partie de sa vieille ville.

À voir

Port vénitienSITE HISTORIQUE

Les fortifications massives bâties par les Vénitiens restent impressionnantes. La partie la mieux préservée est le mur ouest, entre le fort Firkas et le bastion Siavo. Il faisait partie d’un système défensif commencé en  1538 par l’ingénieur Michele Sanmichele, qui dessina également les remparts d’Héraklion. On entre dans le fort par les portes proches du Musée naval. Du haut du bastion, on découvre une belle vue sur la vieille ville.

Le phare vénitien, à l’entrée du port, a été restauré. La promenade de 1,5 km sur la digue pour rejoindre le phare est particulièrement plaisante en début de soirée ; vous pourrez aussi prendre une barge devant le café Fortezza.

L’imposante mosquée de Kioutsouk Hasan (ou mosquée des Janissaires) domine le côté est du port intérieur. Elle accueille régulièrement des expositions.

Musée archéologiqueMUSÉE

(28210 90334 ; Halidon 30 ; 2 € ; 8h30-15h mar-dim, jusqu’à 19h30 mai-oct, appeler pour confirmation). Il occupe la superbe église vénitienne de San Francisco. Bâtie au XVIe siècle, elle fut transformée en mosquée sous l’occupation turque, en cinéma en 1913, puis en arsenal par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Le musée présente une collection bien agencée d’objets allant du néolithique à l’époque romaine, trouvés dans l’ouest de l’île. Parmi des artefacts de  3400  à 1200 av. J.-C., à gauche en entrant, des tablettes portent des inscriptions en linéaire A. De superbes poteries remontent à l’époque géométrique (1200-800 av. J.-C.) et une vitrine contient des statuettes de taureaux. Une statue de Diane attire particulièrement le regard dans la salle dédiée aux époques hellénistique et romaine. Une fontaine en marbre agrémente la jolie cour, décorée de têtes de lions de la période vénitienne. La fontaine turque rappelle son ancienne fonction de mosquée.

Le billet combiné avec la collection d’art byzantin de La Canée coûte 3 €.

Musée de la Marine MUSÉE

(28210 91875 ; Akti Koundourioti ; 3 € ; 9h-19h lun-ven, 9h-16h sam, 10h-18h dim). Il possède une intéressante collection de maquettes de navires datant de l’âge du bronze, des instruments de navigation, des peintures, des photos et des souvenirs de la bataille de Crète. Il est installé dans le fort Firkas, transformé en prison par les Turcs.

Musée de la Marine crétoise MUSÉE

(28210 91875 ; Akti Defkaliona ; 2 € ; 10h-14h et 17h-21h). Installé dans les anciens hangars à bateaux vénitiens (neoria), ce musée retrace l’histoire ancienne et moderne de la construction navale à l’aide d’images et de répliques (dont celle d’un authentique bateau minoen qui a navigué de la Crète à Athènes pour les cérémonies des Jeux olympiques de 2004).

Neorio tou Moro GALERIE D’ART

(28210 40265 ; Akti Defkaliona ; 11h-14h et 19h-22h). Juste derrière le musée de la Marine, le Neorio tou Moro est une nouvelle galerie d’art branchée qui a ouvert ses portes en 2011 avec des expositions temporaires d’art moderne. Elle occupe elle aussi un ancien hangar à bateaux vénitien (qu’elle se partage avec le club de voile de La Canée). Lors de nos recherches, il était prévu d’y organiser également des concerts.

Collection byzantine et postbyzantineMUSÉE

(28210 96046 ; Theotokopoulou ; 2 € ; 8h30-15h mar-dim). Cette petite mais fascinante collection est présentée dans l’église San Salvatore, superbement restaurée. Elle comprend des icônes (dont l’une représentant saint Georges terrassant le dragon), des bijoux et des pièces de monnaie, ainsi qu’un beau fragment d’une mosaïque recouvrant le sol d’une ancienne basilique. Les éléments architecturaux de l’église témoignent des différents occupants.

Le billet combiné avec le musée archéologique coûte 3 €.

Musée des Artset Traditions populaires de CrèteMUSÉE

(28210 90816 ; Halidon 46 ; 2 € ; 9h30-15h et 18h-21h). Intéressant, il contient des objets et des outils artisanaux, dont des tissages aux motifs traditionnels.

Musée historique et archives MUSÉE

(28210 52606 ; Sfakianaki 20 ; 9h-13h lun-ven). À 5 minutes à pied au sud-est de la vieille ville, ce musée retrace l’histoire mouvementée de la Crète à travers des expositions consacrées à la lutte contre les Turcs et à l’occupation allemande. Il abrite également une collection d’objets artisanaux.

Grand Arsenal GALERIE D’ART

(28210 40101 ; www.kam-arsenali.gr ; Plateia Katehaki). Rénové avec soin, l’arsenal vénitien abrite désormais le centre d’Architecture méditerranéenne, qui accueille des manifestations et des expositions.

Synagogue Etz HayyimSYNAGOGUE

(Parodos Kondylaki ; www.etz-hayyim-hania.org ; 10h-20h mar-ven, 17h-20h dim, 10h-15h et 17h-20h lun). Elle possède un émouvant mémorial dédié aux juifs de La Canée tués par les nazis.

Galerie d’art municipaleGALERIE D’ART

(28210 92294 ; www.pinakothiki-chania.gr ; Halidon 98 ; 2 €, gratuit mer ; 10h-14h et 19h-22h lun-ven, 10h-14h sam). Sur trois  étages, elle présente des œuvres d’art moderne grecques.

Monastiri Tou Karolou GALERIE D’ART

(28210 50172 ; Daliani 22 ; 11h-tard, fermé dim). Le long de Daliani, vous découvrirez l’un des deux derniers minarets de la ville ainsi que ce monastère du XVIe siècle. Un agréable café dans la cour accueille à l’occasion des concerts et des manifestations culturelles ; le monastère est aujourd’hui la demeure, l’atelier et le salon de coiffure de Karolos Kambelopoulos, célèbre coiffeur-sculpteur naguère installé à Paris. Des expositions sont parfois organisées au 2e étage.

Église Agios NikolaosÉGLISE

(Plateia 1821 ; 7h-12h et 16h-19h). Derrière un kafeneio (café) de la Plateia 1821, l’autre minaret de La Canée flanque cette église. Un clocher se dresse à l’autre extrémité. Entre les deux sont tendus des drapeaux de la Grèce et de Byzance qui semblent réaffirmer joyeusement la victoire finale des orthodoxes sur leurs deux anciens occupants : les Vénitiens catholiques et les infidèles Turcs.

L’église a été fondée en 1205 par les Vénitiens, mais c’est sans doute aux moines franciscains, en 1320, que l’on doit le plafond de l’impressionnante structure, ainsi que tous les vitraux, qui dessinent sur le sol un kaléidoscope de lumières colorées en fin d’après-midi. En 1645, les Ottomans transformèrent l’église en mosquée, mais l’église orthodoxe la récupéra en 1918. Non loin se dresse l’église vénitienne San Rocco.

Maison d’Elefthérios VenizélosMUSÉE

(28210 56008 ; Plateia Helena Venizelou ; 2 € ; 11h30-13h30 tlj, plus 18h-20h lun-ven). À 1,5 km à l’est de la vieille ville, dans le quartier de Halepa, la maison du grand homme d’État Elefthérios Venizélos a été superbement préservée. Vous y trouverez notamment le mobilier d’origine et des cartes. Une visite guidée est proposée. Prendre un bus public ou un taxi (3 € à 6 €). Horaires réduits en hiver.

Kydonia SITE ANTIQUE

On peut visiter le chantier de fouilles du site de la cité antique de Kydonia, à l’est du vieux port, à l’intersection de Kanevaro et de Kandaloneou. Vous y trouverez des habitations récemment mises au jour, ainsi que des informations générales sur la civilisation minoenne.

Une grande partie des ruines de Kydonia étant située sous la ville moderne, les fouilles ont été limitées et n’ont pas permis d’exhumer des vestiges aussi spectaculaires que dans les sites minoens de la région d’Héraklion tels que Cnossos ou Phaistos. Néanmoins, la découverte de tablettes d’argile portant des inscriptions en linéaire B a conduit les archéologues à penser que Kydonia était une ville importante et le site d’un palais. En 2004, une cinquantaine de tombes de l’époque minoenne tardive ont été trouvées dans la zone d’Agios Ioannis, qui constituait une partie du cimetière de Kydonia. Les fouilles se poursuivent.

AgoraMARCHÉ

Le splendide marché couvert de La Canée compte quelques excellents restaurants (voir (Cliquez ici)) et mérite la visite, même si l’on ne fait pas d’achats. Malheureusement, le bastion central des remparts a été démoli pour ériger ce bel édifice cruciforme de 1911, conçu d’après le marché de Marseille.

Activités

Pour toute information sur les activités de plein air en général, y compris sur l’alpinisme dans les Lefka Ori, les refuges de montagne et le sentier E4, adressez-vous à l’antenne locale de l’Association des clubs d’alpinisme grecs : EOS (28210 44647 ; www.eoshanion.gr ; Tzanakaki 90 ; 8h30-22h). L’association organise également des excursions le week-end.

Randonnée, escalade et vélo

Trekking PlanDE LA RANDONNÉE AU VTT

(28210 60861 ; www.cycling.gr ; Agia Marina). À Agia Marina, à 8 km au sud-ouest de la vieille ville, ce tour-opérateur propose des randonnées dans les gorges d’Agia Irini et d’Imbros, l’ascension du mont Gingilos, du canyoning, des descentes en rappel, de la varappe, du kayak et des circuits à VTT.

Alpine TravelRANDONNÉE

(28210 50939 ; 6932252890 ; www.alpine.gr ; Boniali 11-19). Organise toute une gamme de programmes écotouristiques, d’escalade ou de randonnée.

Hellas Bike ToursVÉLO