Crète 2 - Lassithi

De
Publié par

Ce chapitre Lassithi est issu du guide consacré à la destination Crète.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 14 juin 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816126907
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LassithiΛασίθι

Pourquoi y aller

À l’est d’Héraklion, après les stations d’Hersonissos et de Malia, on aborde une Crète plus tranquille qui réserve une foule de surprises.

Si vous êtes en quête d’une station balnéaire de charme à l’ambiance nocturne festive, rien ne vaut Agios Nikolaos, principale ville touristique du nome de Lassithi. Passionné de sites antiques et de culture ? Les sites minoens et mycéniens sont légion dans cette préfecture et les collections des musées locaux vous surprendront. Les amoureux de plein air et de beaux paysages gagneront le plateau du Lassithi, à l’intérieur des terres, ou préfèreront des gorges accessibles comme la vallée des Morts à Kato Zakros.

Le nome est émaillé de sites uniques comme le monastère historique de Toplou et la célèbre plage de Vaï bordée de palmiers, et de petites bourgades qui entretiennent vaille que vaille le passé et l’esprit crétois. Outre quelques-unes des meilleures tavernes et tables de l’île, vous y trouverez également une large gamme d’hébergement.

Quand partir

L’explosion de couleurs au printemps, lorsque la montagne se couvre de fleurs sauvages, montre la région sous ses plus beaux atours, avant la foule estivale.

De juin à août, les plages sont en beauté, le milieu de l’été réserve des journées superbes, des nuits chaudes et une bonne dose de culture crétoise lors du Festival culturel de Lato, à Agios Nikolaos.

L’atmosphère, moins lourde en septembre et octobre, incite plus aisément qu’en été à randonner au fond des gorges ou à escalader les sommets.


À NE PAS MANQUER

Le Lassithi compte de prestigieux sites antiques telles les cités minoennes de Gournia et de Kato Zakros, mais aussi des ruines plus modestes comme celles de Pyrgos et Itanos. Lato, fondée par les Doriens, est également à voir.


Comment circuler

De bonnes routes relient les centres importants aux grandes stations balnéaires. On circule bien sur les petites routes asphaltées mais attention aux nids-de-poule. Pour emprunter les routes non bitumées, un véhicule tout-terrain et une assurance tous risques sont conseillés.

La plupart des gros villages et des stations balnéaires sont reliés par bus à Agios Nikolaos, Sitia et Ierapetra. Renseignez-vous directement dans les gares routières pour obtenir des informations à jour. De nombreux villages ne sont desservis que le matin et à midi en période scolaire, et les destinations touristiques seulement en été.

On peut louer des voitures, des motos et des scooters dans les villes principales et dans la plupart des stations en été.


TROIS JOURNÉES COUP DE CŒUR

1er jour

D’Agios Nikolaos, la route de Krista mène rapidement aux superbres fresques du XIIIe siècle que cache l’église de la Panagia Kera. Faites ensuite un saut de deux mille ans en arrière en parcourant les ruines doriennes et hellénistiques de Lato. Au retour, faites halte à Kritsa et faufilez-vous entre les magasins de broderies pour gagner le haut de la vieille ville. Le soir, la chaleur d’un des restaurants crétois typiques d’Agios Nikolaos vous aidera à digérer toutes ces émotions.

2e jour

L’île de Spinalonga et son ancienne léproserie sont des incontournables. Elles sont d’ailleurs au cœur du roman de Victoria Hislop, L’Île des oubliés, qui a fait l’objet d’une série télévisée très populaire en Grèce. On y accède par bateau depuis Agios Nikolaos, Elounda ou Plaka. Avant de prendre la mer, une visite au charmant musée d’Art populaire d’Agios Nikolaos fera ressurgir la Crète d’antan dépeinte dans le roman. Terminez la journée au restaurant Oceanis d’Elounda, autour d’un dîner crétois.

3e jour

Depuis Sitia, rejoignez le Moni Toplou, un des principaux monastères crétois. Poussez jusqu’à Palekastro et Kato Zakros pour succomber à la magie d’un palais minoen en ruine. Après une balade dans la grandiose vallée des Morts, traversez d’âpres montagnes pour rejoindre Sitia et vous offrir un dîner gastronomique au restaurant Balcony.


Où se loger

Reportez-vous au chapitre Hébergement pour connaître les bonnes adresses de la région.

Retour au début du chapitre

CÔTE NORD

Agios Nikolaos (Aghios Nikolaos) Αγιος Νικόλαος
11 286 HABITANTS

Agios Nikolaos, capitale du Lassithi, trône au bord du golfe de Mirabello. Le caractère crétois y paraît moins prononcé que dans les autres villes de l’île, en partie à cause de son style balnéaire et de son architecture plus moderne, mais Agios Nikolaos reste une ville crétoise charmante et accueillante.

Le port est relié au lac circulaire de Voulismeni par un étroit chenal qu’enjambe la grand-rue qui longe le port. Cafés et restaurants bordent la promenade piétonnière autour du lac. Les rues adjacentes, également piétonnes depuis peu, renforcent l’atmosphère détendue de ce secteur.

Le Musée archéologique d’Agios Nikolaos, qui présente une magnifique collection minoenne, était fermé pour travaux à l’époque de nos recherches. Le petit musée d’Art populaire, sur le port, propose un retour dans le passé. L’intense activité de la journée laisse place le soir à une atmosphère chic et élégante : la jeunesse grecque se balade sur les quais et envahit cafés et restaurants aux côtés des vacanciers des stations voisines venus passer la soirée en ville.

La gamme d’hébergements est propre à satisfaire tous les goûts et tous les budgets, les tavernes et restaurants proposent des spécialités crétoises et une cuisine méditerranéenne abordables. Le port et ses alentours sont des spots Wi-Fi.

Histoire

Agios Nikolaos, alors appelée Lato-pros-Kamara, vit le jour en tant que port de la cité-État dorienne de Lato (Lato Emera) au tout début de la période hellénique. Le port prit de l’importance durant l’époque gréco-romaine, après que les Romains eurent mis fin à la piraterie qui sévissait sur la côte nord.

La ville continua de prospérer pendant les premières années de la domination byzantine et la petite église byzantine d’Agios Nikolaos fut érigée au VIIIe ou IXe siècle.

Au XIIIe siècle, les Vénitiens bâtirent le Castel Mirabello sur une colline surplombant la mer et des constructions surgirent en contrebas. Endommagé par le tremblement de terre de 1303 et incendié par les pirates en 1537, le château fut reconstruit, mais les Vénitiens le firent sauter en 1645 quand les Turcs les chassèrent, ne laissant que des ruines. Aujourd’hui, seul le nom du golfe, Mirabello (Belle Vue), rappelle l’occupation vénitienne.

La ville fut repeuplée au milieu du XIXe siècle par des rebelles fuyant la Sfakia et devint plus tard la capitale du Lassithi.

Orientation

La gare routière se trouve à 1 km au nord-ouest du lac Voulismeni. La plupart des banques, des agences de voyages et des boutiques bordent Koundourou et 28 Oktovriou, une rue piétonne parallèle. Les principaux axes étant en sens unique, mieux vaut en voiture suivre les panneaux indiquant le quartier du port ou l’un des parkings alentour.

À voir

Musée archéologiqueMUSÉE

(28410 24943, 28410 22462 ; Paleologou Konstantinou 74 ; 4 € ; 8h30-15h mar-dim). Lors de la rédaction de ce guide, le musée était fermé pour une durée indéterminée en raison de travaux de rénovation et d’agrandissement. Il est donc préférable d’appeler avant toute tentative de visite. Sa riche collection bien présentée (quelques explications en anglais) concerne la Crète orientale. S’il ne possède pas d’œuvre majeure, son vaste ensemble d’objets minoens est l’un des deux plus importants réunis (sarcophages en argile, instruments de musique en céramique, objets en or de l’île de Mohlos…). Les pièces sont exposées par ordre chronologique, des vestiges du néolithique provenant du mont Traóstalos (au nord de Kato Zakros) et des premières trouvailles minoennes d’Agia Fotia aux découvertes faites à Malia et Mohlos. La pièce maîtresse est La Déesse de Myrtos, une jarre en terre cuite datant de 2500 av. J.-C.


Fermer les pages suivantes.

À ne pas manquer

Les ruines émouvantes de l’île de Spinalonga(Cliquez ici)

La Panagia Kera(Cliquez ici), église dont les fresques byzantines sont les plus belles de Crète.

Le plateau du Lassithi(Cliquez ici), à pied ou à vélo.

Le site minoen de Gournia(Cliquez ici).

Les grandeurs et misères du Moni Toplou(Cliquez ici).

La vallée des Morts à Kato Zakros(Cliquez ici).

Les sommets de la cuisine crétoise dans un restaurant d’Agios Nikolaos(Cliquez ici).


Musée d’Art populaireMUSÉE

(28410 25093 ; Paleologou Konstantinou 4 ; 3 € ; 10h-14h mar-dim). Voisine de l’office du tourisme, voici une petite collection bien agencée d’objets et de costumes traditionnels.

Activités

Plages

Assez petites, les plages de la ville peuvent être bondées. C’est le cas d’Ammos, de modestes dimensions mais agréable et vivante. Plus proche du centre, Kytroplatia est cernée de cafés et de restaurants. Extérieure, à environ 1 km au sud de la ville, la plage de sable d’Almyros, la meilleure de toutes et souvent la plus tranquille, s’atteint facilement à pied par un sentier côtier qui débute au bout de la première route à gauche juste après le stade municipal. Elle est peu ombragée mais on peut y louer des parasols.

Plus loin en allant vers Sitia, on arrive aux longues criques sablonneuses de la Golden Beach (signalée Voulisma) et de la baie d’Istron, baignées d’une eau turquoise.

La plage municipale, du côté sud d’Agios Nikolaos, comprend une aire de jeux pour les enfants, une piscine et un minigolf.

Autres activités

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.