//img.uscri.be/pth/e3923dcbdf54d655fd494ccbac0ae9ce51327dd4
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Dans la poussière du sertao

De
380 pages
Parti de Cayenne, l'auteur traverse au rythme du pédalier une partie de l'Amazonie, le Nordeste et les hautes terres du sertao, pour aboutir, après 7000 kilomètres, à l'ancienne capitale impériale, Rio de Janeiro. Ce long périple fait de multiples rencontres auprès des réalités du pays confirme sans surprise la première force de cette nation : un peuple jeune et endurant habité par une foi inébranlable en l'avenir du pays. Mais émergent aussi des menaces redoutables à ce développement : pillage des ressources naturelles, urbanisation chaotique, faiblesse des infrastructures, violence banalisée, ...
Voir plus Voir moins
Laurent SalinierAuricoste
Dans la poussière dusertao
À vélo sur les routes du nordeste brésilien
SérieAujourd’hui
Dans la poussière du sertão À vélo sur les routes du nordeste brésilien
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02823-1 EAN : 9782343028231
Laurent SALINIER-AURICOSTEDans la poussière du sertão À vélo sur les routes du nordeste brésilien
Écrire et Voyager Série. « Aujourd’hui ».Consacrée aux récits contemporains de voyageurs, cette série accueille des textes relevant de plusieurs approches : littéraire ou plus ethnographique. Série. « Au XIX° siècle ».Cette série présente e des récits de voyageurs du XIXsiècle ainsi que des journaux et études biographiques. *
La liste des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le sitewww.harmattan.fr
Sommaire
Avant-propos ....................................................................................... 9
Guyane Française..................................................................................11
Estado do Amapá................................................................................. 27
Estado do Pará..................................................................................... 87
Estado do Maranhão ............................................................................ 109
Estado do Ceará................................................................................... 173
Estado do Piauí.................................................................................... 221
Estado do Bahia................................................................................... 239
Estado do Espirito Santo...................................................................... 329
Estado do Rio de Janeiro.......................................................................353
Épilogue ...............................................................................................369
Avant-propos
«Arrasta pé»,c’est le petit bal du Nordeste où, cuisse contre cuisse et jeté corps et âme dans l’impériosité de ces mélodies sautillantes, chacun traîne des pieds dans la poussière des placettes ou des parquets jusqu’au bout de la nuit, consciencieusement, infatigablement, dans une communion où s’estompent les revers de la vie. «Arrasta pé»,c’est cette traversée du Brésil, où j’ai traîné mes pieds dans la poussière et la latérite des bords de route, dans les plus petits villages du Nordeste comme dans ses plus grandes cités, le long des autoroutes les plus congestionnées comme dans les chemins les plus oubliés. Au rythme lent du pédalier j’ai pris la mesure de ce pays que déjà je connaissais et que j’aimais, et j’ai pu chaque jour, au plus près, en mesurerles forces et les faiblesses, continent projeté sans retenue dans une course frénétique vers le progrès, la quête dérisoire de puissance et ce besoin si machiste de reconnaissance internationale. « Arrasta pé »,c’est le contraste intense entre cesBrésiliens courageux à la vie si rude qui ont pour seul plaisir fugace les petits bals misérables du sertão et cette aristocratie de décideurs acharnés à tailler le pays à la mesure du capitalisme le plus prédateur et qui, du sommet de leurs buildings paulistes,n’écoutent plus que la musiquehouse etloungedes importée États-Unis.
- 9 -
Laurent Salinier-Auricoste