Découverte de l’Italie – à travers les lacs et les villes, la gastronomie et la culture – par les charades

De
Publié par

Ce second ouvrage s’inscrit dans la continuité du premier livre Italie-France : drôle de couple !. Il constitue un véritable ensemble (géographique, culturel,...) dont le centre de gravité est le lac de Garde (très cher aux auteurs). Ils utilisent des charades pour vous faire découvrir de très beaux lieux et le cinéma italien de leur génération (toutes les réponses finales sont traduites en italien et agrémentées de belles photos). Une grille simple de mots-croisés « bilingue » conclue cet ouvrage.


Publié le : lundi 31 août 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332934055
Nombre de pages : 142
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Cover

Préface

Ce deuxième livre s’inscrit dans la continuité du premier ouvrageItalie-France : drôle de couple !C’est un voyage « virtuel » en Italie (oppositionmonde numérique/monde réel). C’est une espèce de guide touristique « partiel », consacré essentiellement aux paysages merveilleux de l’Italie du Nord, choisis au gré de nos bonnes connaissances (mon épouse est italienne et est née en Italie du Nord) de ces lieux ; l’Italie du Sud n’est pas oubliée pour autant ! Grâce à des charades,* c’est un jeu ouvert à toutes les formations (littéraire, scientifique, historique, géographique), où toutes les réponses finales sont enitalienet illustrées de belles photos. Le but est de se familiariser agréablement et d’apprendre cette belle langue latine qu’est l’italien ! L’accent est parfois mis sur la grammaire française, point fort de mon épouse, compte tenu de son cursus universitaire.

Attention : le « e » est toujours accentué au niveau de la prononciation en italien (non nécessité de l’accent), et il y a le problème de l’accent tonique (pas évident pour un français).

Celles et ceux qui aiment l’Italie devraient apprécier cet ouvrage divertissant, mêlant le jeu « charadien » et un peu de culture (art lyrique et cinématographique, grammaire, fromages et vins). Quelques recettes de cuisine italiennes sont également proposées.

Sciarada* : un peu d’histoire !

Les charades sont connues depuis les temps anciens (pratique essentiellement spirituelle). La plus ancienne semble remonter àPlutarque(qui raconte commentAlexandre Le Grand, pendant le siège deTyr, rêvait de chasser et capturer unsatyre). Par la suite, la comédie a été utilisée dansles armoiries des familles nobles (exemple : la famille desAnguissolas – famille d’artistes italiens de la Renaissance, originairesdeCrémone,Lombardie, dans la région de la plaine du Pô). En France, dans les années 700, le jeu d’énigmes (découvrir une combinaison de mots se composant de plusieurspartieset untout),qui ne respecte que la prononciation, sans aucune rigueur orthographique [accents], semble s’imposer. Cela pourrait dériver de « charado » (chat en provençal), ou « charrada » en languedocien (XVIIIe siècle), signifiant une longue causerie, un discours propre à occuper le temps (idéal pour des retraités : « Il n’y a que deux moyens d’échapper à l’ennui quand on n’agit pas, ou un homme d’esprit dont la conversation vous amuse, ou un livre qui plaise », citation deStendhal). C’est une sorte d’énigme où l’on doit deviner un mot de plusieurs syllabes décomposé en plusieurs parties, dont chacune forme un mot défini (les majuscules ou minuscules importent peu, mais les accents [aigus, graves, circonflexes] peuvent être pris en compte).Le mot finalde la charade s’appelle le « tout » (monpremier, mondeuxième… montout).L’italien est une langue dans laquelle la sonorité importe beaucoup, et se prête moins bien à cet exercice.

Cela ressemble à des mots croisés, sans grille (mots horizontaux et verticauxen matrice carrée, où tout est libellé en MAJUSCULES, sans accents), dont une composition créée par les auteurs (dans les deux langues : en français et en italien) sera proposée en conclusion de l’ouvrage.

Bonne lecture et bon divertissement !

Première partie
Les charades écrites par les auteurs (classées
par rubrique, selon les dates d’écriture).

13 C1 : Jardinage (fleurs, arbrisseaux, plantes – avec quelques recettes de cuisine), divers (objets, animaux).

13 C1-1 (fleur de notre jardin).

Mon premier est constitué des deux premiers mots d’une interjection, signifiant « par le diable », utilisée par Victor Hugo, dansNotre-Dame de Paris.

Mon second est la première syllabe d’un instrument de métrologie ou capteur servant à mesurer les angles.

Mon troisième est composé des trois premiers mots d’un adjectif signifiant « que l’on peut nier ».

Mon tout est une plante à fleurs décoratives, dédiée en 1960 à Michel Bégon (gouverneur français de Saint-Domingue), cultivée maintenant pour l’ornementation des maisons.

13 C1-2 (fleur)

Mon premier est l’un des emblèmes de la nation française.

Mon second est la sixième lettre de l’alphabet en partant de la fin.

Mon troisième est une lettre de l’alphabet muette (qui peut également être ouverte ou fermée).

Mon quatrième est l’endroit où le courant maritime a le plus de force.

Mon cinquième est une sorte de cépages rouges très répandus en France (sans son accent circonflexe, dont un synonyme estmalbec).

Mon tout est une espèce de pavot qui croît communément dans les champs.

13 C1-3 (fleur)

– 1 :une devinette (dont je ne suis pas l’auteur) :

Mon premier a des plumes, mais pas de poils.

Mon second a des poils, mais pas de plumes.

Mon troisième a des plumes et des poils.

Mon quatrième a des poils, mais pas de plumes.

Mon tout est une fleur issue de la famille des géraniacées.

 

2 :une charade (même thème) libellée par l’auteur :

 

Mon premier est un oiseau noir (passereau, de la famille des corvidés).

Mon second est un animal à la queue longue qui vit dans les égouts.

Mon troisième est une conjonction de coordination (ou le symbole du Nickel).

Mon quatrième se résume, très souvent, aux deux dernières lettres de mots latins.

Mon tout est une plante herbacée à fleurs régulières.

13 C1-4 (fleur)

Mon premier est une femme qui a de la beauté.

Mon second est une préposition ou une particule nobiliaire.

Mon troisième évoque la clarté que le soleil répand sur la terre.

Mon tout est une plante du Trentin (Trentino) qui ouvre ses jolies fleurs violettes, surtout le matin.

13 C1-5 (fleur du 1er mai)

Mon premier est la première syllabe du mot « musique ».

Mon second est un sigle connu des élèves de grandes écoles militaires.

Mon troisième est le verbe « être » conjugué à la troisième personne du présent de l’indicatif.

Mon tout est une fleur qui a de jolies clochettes blanches.

13 C1-6 (arbre fruitier)

Mon premier est indispensable à la vie.

Mon second est très agréable pour se reposer.

L’eau est indispensable à mon troisième pour exister.

13 C1-7 (arbrisseau)

Mon premier est la première syllabe de « rotation ».

Mon second est un adjectif possessif (féminin).

Mon troisième est un organe qui sécrète l’urine.

Mon tout est un arbrisseau aromatique, qui vient du latin « ros marinus », dont les feuilles effilées sont utilisées en cuisine méditerranéenne.

13 C1-8 (arbuste)

Mon premier est constitué des trois premières lettres d’un prénom de dame provençale célébrée par Pétrarque dans leCanzoniere.

Mon second est le verbe « rire » conjugué à la première personne du subjonctif, au présent et au singulier.

Mon troisième est la première lettre du verbe « rire ».

Mon tout est un arbuste méditerranéen, buissonnant et très coloré (fleurs roses, rouges ou blanches).

13 C1-9 (plante)

Mon premier est un adjectif possessif (féminin).

Mon second est la vingt et unième lettre de l’alphabet.

Mon troisième est constitué des deux premières lettres de « geai ».

Mon tout est une plante herbacée dont les feuilles sont fréquemment utilisées dans la cuisine italienne.

13 C1-10 (plante)

Mon premier est le symbole chimique du phosphore.

Mon second est la terminaison des verbes du premier groupe.

Mon troisième est la lettre de l’alphabet qui est juste après « r ».

Mon quatrième est le pronom personnel masculin de latroisième personne.

Mon tout est une plante herbacée, aromatique, et la plus employée en cuisine.

13 C1-11 (plante)

Mon premier est le meilleur endroit pour certains élèves.

Mon second est une lettre de l’alphabet (juste après la sixième).

Mon troisième est un suffixe « diminutif » en taille.

Mon tout est une plante potagère délicieuse que je plante régulièrement en Italie.

13 C1-12 (plante)

Mon premier est une interjection qui marque la surprise.

Mon second est une lettre du début de l’alphabet (135).

Mon troisième est la terminaison de l’infinitif des verbes classiques du premier groupe.

Mon quatrième est une boisson écossaise (eau-de-vie de grains).

Mon tout est une plante potagère délicieuse que je récolte l’été en Italie.

13 C1-13 (plante)

Mon premier est une lettre obtenue en décrémentant « de 1 » la vingt et unième lettre de notre alphabet.

Mon second est une interjection qui marque l’étonnement.

Mon troisième est un adjectif possessif (féminin, singulier).

Mon quatrième est un pronom personnel (masculin, singulier).

Mon tout est une plante délicieuse (que je plante régulièrement) dont les spaghetti ne sauraient se passer.

13 C1-14 (plat cuisiné)

Mon premier est un animal à l’origine d’un grand roman d’Albert Camus.

Mon second est une ancienne unité (MKS) de force magnétomotrice, maintenant remplacée par l’Ampère (unité SI de courant).

Mon troisième est une interjection exprimant la douleur.

Mon tout est une spécialité niçoise excellente, que nous préparons de temps en temps en Italie avec nos légumes du jardin.

13 C1-15 (plante/condiment)

– 1 :une devinette (dont je ne suis pas l’auteur) :

Qu’est-ce qui est vert et qui a la chair de poule ?

 

2 :une charade (même thème) libellée par l’auteur :

Mon premier est une callosité douloureuse qui affecte le pied.

Mon second est une conjonction de coordination.

Mon troisième est l’acronyme (en minuscule) de « Carbone – Hydrogène – Oxygène – Nitrogène ».

Mon tout est une plante herbacée dont les fruits sont un bon condiment.

3 :une autre charade (même thème) libellée par l’auteur :

Mon premier est issu d’un poème d’Alfred de Vigny qui a servi de base à une belle chanson lyrique (1958, basse français « Huc Santana »).

Mon second est une conjonction de coordination négative, souvent utilisée en double.

Mon troisième est une abréviation d’une vieille unité de puissance (à toute vapeur).

Mon quatrième est un pronom indéfini quand on évoque l’homme en général.

Mon tout est une plante herbacée dont les fruits sont un bon condiment.

13 C1-16 (objet)

Mon premier est un petit cube numéroté.

Mon second est une lettre de l’alphabet (135).

Mon troisième est indispensable à une bicyclette pour avancer.

Mon quatrième est un adjectif possessif (féminin, singulier).

Mon cinquième est la troisième syllabe du mot « merveilleuse ».

Mon tout est une faux motorisée.

13 C1-17 (objet)

Mon premier est un adjectif possessif (féminin, singulier).

Mon second est la dernière syllabe de « grenouille ».

Mon troisième est indispensable à la vie.

Mon quatrième est constitué des deux dernières lettres du mot « gerbe ».

Mon tout est aussi une débroussailleuse.

13 C1-18 (petit animal)

Mon premier est une préposition (contraction de « en les »), essentiellement utilisée dans la langue universitaire.

Mon second est une conjonction de coordination.

Mon troisième est la deuxième syllabe de « Margot ».

Mon tout est un animal comestible.

13 C1-19 (animal excellent à cuisiner pour les fêtes de fin d’année)

Mon premier est un conifère (nombreux près du Lac de Garde).

Mon second est un adjectif possessif.

Mon troisième est une préposition (issue du latin).

Mon tout est un animal comestible (comme le poulet), d’origine égyptienne.

13 C2 : Cuisine (petit-déjeuner, gâteaux, plats cuisinés…)

13 C2-1 (substance douce, issue de plantations)

– 1 :une devinette (dont je ne suis pas l’auteur) :

Je suis une petite pierre blanche qui tombe dans la mer noire. Un tourbillon, et je disparais. Qui suis-je ?

– 2 :une charade (même thème) libellée par l’auteur :

Mon premier est un article défini (masculin, singulier).

Mon second est issu de la conjugaison du verbe savoir (passé composé, passé antérieur…).

Mon troisième est une autorité administrative liée à l’énergie (sigle de « Commission de Régulation de l’Énergie », en minuscule).

Mon tout est une substance de saveur douce.

13 C2-2 (substance non douce, voire nocive)

Mon premier est une note de musique (138).

Mon second est l’endroit où s’arrêtent les trains.

Mon troisième est un suffixe utilisé pour former l’équivalent féminin de quelque chose.

Mon tout est une substance non douce dont il ne faut pas abuser.

13 C2-3 (petit-déjeuner)

– 1 :une devinette charade (dont je ne suis pas l’auteur) :

Mon premier est une boisson.

Mon second est une boisson.

Mon troisième est une boisson.

Mon tout est une boisson.

 

– 2 :une charade (même thème) libellée par l’auteur :

Mon premier est une boisson bue volontiers le matin pour se réveiller.

Mon second est une boisson neutre, que l’on peut boire abondamment.

Mon troisième est indispensable pour faire du fromage.

Mon tout est une boisson appréciée le matin, au petit-déjeuner.

13 C2-4 (petit-déjeuner plutôt « italien »)

Mon premier indique la direction d’un bateau qui peut être maintenu en navigation.

Mon second est composé des trois premières lettres d’un mot pouvant désigner un petit insecte sauteur ou un petit circuit intégré en informatique.

Mon troisième est le prénom d’un éditeur italien (s’étant installé en France en 1932, enterré au cimetière du Père-Lachaise), né le 25 juillet 1899 à Montedinove dans la Province d’Ascoli Piceno.

Mon tout est un café express dans une grande tasse, avec du lait entier préalablement chauffé à la vapeur jusqu’à le faire « mousser », puis il est souvent saupoudré d’un peu de chocolat amer – c’est vraiment une spécialité italienne !

13 C2-5 (gâteau national italien)

– 1 :charade libellée enitalien(sciarada*) :

 

Il mio primo è il verbo « tirare » coniugato al presente.

Il mio secondo è una nota di mùsica (135).

Il mio terzo è « sopra, in alto ».

Il moi intero è il più buon dolce italiano (conosciuto nel mondo intero).

 

– 2 :même charade traduite enfrançais(et adaptée) :

 

Mon premier est le verbe « tirer » conjugué au passé simple.

Mon second est une note de musique (135).

Mon troisième contient seulement les deux premières d’une préposition, traduction de « sopra ».

Mon tout est un délicieux gâteau italien (connu dans le monde entier).

 

13 C2-6 (gâteau italien)

Mon premier est la partie tombante d’un vêtement ou d’une pièce d’étoffe.

Mon second est le symbole chimique du sodium (en minuscule).

Mon troisième est la traduction, en italien, de « cuite » (provenant du verbe « cuocere »).

Mon tout est un dessert italien originaire du Piémont signifiant littéralement « crème cuite », généralement servi avec un coulis de fruits rouges, ou chocolat fondu.

13 C2-7 (gâteau français)

Mon premier est un préfixe qui vient du latin « pour ».

Mon second est une lettre de l’alphabet (5).

Mon troisième est une lettre de l’alphabet (1310).

Mon quatrième est un pronom personnel (masculin, singulier).

Mon cinquième regroupe les trois premières lettres...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant