Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Equateur et Galapagos 4 - Archipel des Galapagos

De
144 pages

Ce chapitre Archipel des galapagos est issu du guide consacré à la destination Equateur et îles Galapagos.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Illustration

Sommaire

PRÉPARER SON VOYAGE

 

 

 

 

 

 

 

SUR LA ROUTE

 

 

 

 

Le top des hébergements

Pourquoi y aller

L’archipel des Galápagos vous incitera peut-être à envisager le monde différemment. Les animaux qui habitent les îles, dont beaucoup ne vivent nulle part ailleurs dans le monde, se comportent comme si les humains n’étaient que des paparazzis un peu agaçants.

Les Galápagos ne sont pas les Bahamas, ni un paradis tropical. La plupart des îles sont dépourvues de végétation et certaines ressemblent plus à un paysage lunaire qu’à Hawaï. Toutefois, la population humaine est plus importante qu’on ne le suppose et les villes sont étonnamment développées, principalement orientées vers la prospère industrie touristique.

Ces îles volcaniques isolées et leurs fragiles écosystèmes ont un statut quasi mythique de vitrines de biodiversité. Nul besoin d’être un biologiste spécialiste de l’évolution ou un ornithologue pour apprécier l’un des rares endroits de la planète où l’empreinte humaine reste minimale.

Quand partir

Illustration

Jan-mai Temps chaud et ensoleillé, avec de courtes averses occasionnelles. La mer est moins houleuse et les vents s’apaisent.

 

Juin-déc La saison froide et sèche. La mer est plus agitée en raison du courant de Humboldt.

 

Juin-déc Le pic d’activité des mammifères marins et des oiseaux terrestres.

Illustration

À ne pas manquer

1Un tête-à-tête avec un hippocampe dans les superbes formations de lave de Los Túneles (Cliquez ici)

2La parade des oiseaux à Punta Suárez (Cliquez ici), sur l’Isla Española

3Une randonnée dans le paysage surréaliste ponctué de fumerolles du volcan Sierra Negra (Cliquez ici)

4Le cadre spectaculaire de l’Isla Bartolomé (Cliquez ici), puis du snorkeling au milieu des tortues de mer autour de Pinnacle Rock

5Les tortues géantes du Rancho Primicias (Cliquez ici), dans les hauts plateaux de Santa Cruz

6Un bain de soleil à côté des iguanes marins sur le sable blanc de Bahía Tortuga (Cliquez ici)

7Une sortie en kayak parmi les manchots suivie d’un cocktail en bord de plage sur l’Isla Isabela (Cliquez ici)

8Surf, snorkeling, kayak, vélo ou plongée à Puerto Baquerizo Moreno (Cliquez ici), sur l’Isla San Cristóbal

9La détente sur une jolie plage de la paisible Floreana (Cliquez ici) après des jours d’aventure

ISLA SANTA CRUZ (INDEFATIGABLE)

L’île Santa Cruz abrite la plus grande ville des Galápagos. Presque tous les visiteurs y passent un moment, ne serait-ce que pour aller de l’aéroport, situé sur l’île voisine de Baltra, jusqu’à leur bateau de croisière dans le port de Puerto Ayora. Ceux qui prolongent leur séjour découvrent que Santa Cruz n’est pas qu’un lieu de transit ou un endroit relié au monde moderne. Destination à part entière, l’île offre de nombreux sites, des plages facilement accessibles et des hauts plateaux isolés, et elle constitue une base plaisante pour des activités aventureuses hors des grands itinéraires touristiques.

Illustration

1À voir

La route qui traverse l’île dessert plusieurs sites des hauts plateaux, qui figurent sur les circuits de nombreuses croisières.

Reserva El Chato

RÉSERVE NATURELLE

(3 $ ; h8h-17h). Au sud de Santa Rosa, la réserve El Chato permet d’observer des tortues géantes en liberté. Quand ces animaux quasi catatoniques, aux allures de créatures préhistoriques, tendent leur cou en accordéon pour se nourrir, le spectacle est impressionnant. La réserve est aussi un bon endroit pour voir des hiboux des marais, des pinsons de Darwin, des parulines jaunes, des râles des Galápagos et des râles à bec peint (ces deux derniers sont difficiles à repérer dans les hautes herbes). Le site fait partie du parc national et ne se visite qu’avec un guide.

Rancho Primicias

RÉSERVE NATURELLE

(3 $ ; h8h-17h). Proche d’El Chato, ce ranch appartenant à une famille abrite des dizaines de tortues géantes, parmi lesquelles vous pourrez vous promener à loisir. L’entrée se situe après Santa Rosa, près de la grand-route ; demandez votre chemin aux habitants. Pensez à refermer toutes les barrières derrière vous. Un café sert des boissons fraîches et du thé chaud, appréciable quand la brume couvre les hauts plateaux.

Tunnels de lave

TUNNELS

(3 $ ; h8h-17h). Ces impressionnants tunnels souterrains de plus d’un kilomètre, au sud-est de Santa Rosa, ont été formés quand la couche externe d’une coulée de lave s’est solidifiée. Lorsque l’éruption a cessé, la lave en fusion à l’intérieur a continué de s’écouler, vidant la paroi solide et formant les tunnels. Situés dans une propriété privée, les tunnels peuvent se visiter sans guide ; ils sont éclairés à l’électricité (vous pouvez aussi louer une lampe-torche). Des excursions sont proposées à Puerto Ayora.

Los Gemelos

POINT DE VUE

À proximité de la route des hauts plateaux, ces deux goufres sont entourés d’une forêt de scalesias où l’on voit souvent des moucherolles vermillon, et parfois des hiboux des marais. Le site se situe à 2 km après Santa Rosa sur la route qui traverse l’île. Bien qu’à seulement 25 m et 125 m de part et d’autre de la route, les goufres sont cachés par la végétation ; demandez au chauffeur de s’arrêter au début du court sentier.

Cerro Crocker

VOLCAN

Un chemin au nord de Bellavista conduit vers le Cerro Crocker (864 m) et d’autres collines et volcans éteints. Il offre l’occasion de découvrir une végétation de scalesias, de miconias, de fougères et carex, et d’apercevoir des oiseaux comme le moucherolle vermillon, le farouche râle des Galápagos et le râle à bec peint. Comptez environ 5 km de Bellavista à la colline Media Luna en forme de croissant, puis 3 km jusqu’au pied du Cerro Crocker. Il s’agit d’un parc national et un guide est requis.

Playa El Garrapatero

PLAGE

De Puerto Ayora, un trajet en taxi de 30 minutes à travers les hauts plateaux, puis une marche d’un quart d’heure mènent à cette superbe plage. Elle comporte des bassins de marée, plaisants pour le snorkeling par temps calme, ainsi qu’une lagune avec des flamants, des canards des Bahamas et des échasses d’Amérique.

Playa Punta Estrada

PLAGE

Devant le Finch Bay Hotel, cette petite plage à l’eau cristalline est agréable pour paresser quelques heures. Des requins traversent parfois la baie.

Sites côtiers

Les autres sites de Santa Cruz – Bahía Ballena et Bahía Conway sur la côte ouest, Caleta Tortuga Negra et Las Bachas sur la côte nord – se rejoignent en bateau avec un guide. À Bahía Conway, un chemin de 1,5 km passe par une lagune peuplée de flamants ; au nord, le Cerro Dragón abrite deux petites lagunes avec parfois des flamants. Un autre chemin de 1,75 km traverse une forêt de palo santo et de cactus opuntias avant d’atteindre une petite colline et une jolie vue. Quelques grands iguanes terrestres y ont été rapatriés.

Il n’est pas possible d’accoster à Caleta Tortuga Negra, que l’on rejoint habituellement en panga (petit bateau qui transporte les passagers d’un plus grand bateau jusqu’au rivage). De nombreux îlots ponctuent la crique entourée de mangroves, où nichent des hérons des Galápagos et des pélicans. L’eau est ici la principale attraction : il arrive que des tortues marines s’y accouplent, des bancs de raies dorées sont souvent présents et des requins longimanes rôdent parfois dans les hauts fonds. À proximité, l’excellente plage de Las Bachas est souvent déserte.

4Où se loger

Eco Lodge Galapagos Walker

PENSION $$$

(%05-303-2051 ; www.ecolodgegalapagoswalker.com ; s/d pension complète 220/285 $). À quelques kilomètres de Bellavista, cet hôtel respectueux de l’environnement est un bel endroit pour apprécier le calme des hauts plateaux. Les repas, servis dans le jardin, sont préparés avec les produits du potager. Des circuits sont proposés.

Royal Palm

HÔTEL $$$

(%05-252-7408 ; www.royalpalmgalapagos.com ; ch à partir de 300 $ ; aiWs). Si Puerto Ayora vous paraît une ville trop développée, réservez au Royal Palm, un hôtel luxueux dans les hauts plateaux près de Santa Rosa.

Puerto Ayora

12 000 HABITANTS

Cette ville, la plus grande et la plus peuplée de l’archipel, surprend la plupart des visiteurs, qui s’attendent à ne découvrir que des plantes et des animaux dans les îles. Puerto Ayora ressemble à une prospère ville côtière équatorienne, et ne s’en distingue que par les otaries et les pélicans qui paressent sur le front de mer. La plupart des hôtels, restaurants et infrastructures touristiques bordent l’Avenida Charles Darwin. L’aéroport se situe sur l’Isla Baltra, à une heure au nord. À plusieurs pâtés de maisons à l’intérieur des terres, les agences de voyages cèdent la place à d’humbles habitations et échoppes. Des descendants des quelques familles norvégiennes, suisses et allemandes qui se sont installées ici il y a quatre générations restent présents dans l’industrie du tourisme.

LES GALÁPAGOS EN BREF

L’archipel s’étend dans l’océan Pacifique au niveau de l’équateur, à environ 90° à l’ouest du méridien de Greenwich. Il comprend 13 îles majeures (de 14 à 4 588 km²), 6 petites îles (de 1à 5 km²) et d’innombrables îlots, pour la plupart sans nom.

Cinq îles sont habitées. Environ la moitié de la population vit à Puerto Ayora, sur l’Isla Santa Cruz au milieu de l’archipel. S’agissant du tourisme, Puerto Baquerizo Moreno sur l’Isla San Cristóbal (l’île la plus orientale) vient en second après Puerto Ayora.

Les autres îles habitées sont l’Isla Isabela (la plus grande, qui représente la moitié de la surface terrestre de l’archipel), avec la bourgade portuaire de Puerto Villamil ; l’Isla Baltra ; et Floreana, avec Puerto Velasco Ibarra. Les autres îles se visitent en circuits organisés.

La plupart des îles ont deux noms, voire trois. Les premières cartes indiquaient les noms espagnols et anglais (souvent ceux de pirates ou de nobles anglais). En 1892, l’État équatorien leur a donné des noms officiels, généralement utilisés dans ce guide.

VAUT LE DÉTOUR

LAS GRIETAS

Cette crevasse remplie d’eau dans les rochers est idéale pour la baignade ou le snorkeling. Des habitants talentueux et intrépides grimpent les parois quasi verticales pour un plongeon. Prenez un bateau-taxi (0,60 $/pers, 6h-19h) jusqu’au quai du restaurant d’Angermeyer Point, puis continuez à pied. Passez devant le Finch Bay Hotel, longez une intéressante mine de sel, puis suivez un chemin parsemé de cailloux de lave jusqu’à l’eau. Prévoyez de bonnes chaussures pour cette marche de 700 m. Si vous laissez des objets de valeur sur les rochers, gardez un œil sur eux.

1À voir et à faire

Station de recherche Charles Darwin

RÉSERVE NATURELLE

Plan offlineGoogleMaps

(%05-252-6146 ; www.darwinfoundation.org ; h6h-18h). Juste au nord-est de la ville, ce site légendaire du parc national accueille plus de 200 scientifiques et bénévoles impliqués dans la recherche et les efforts de conservation. L’initiative la plus connue est le programme de reproduction des tortues géantes en captivité. Des sentiers traversent une végétation aride et conduisent aux enclos des tortues, que vous pouvez observer de près. Une nurserie de bébés tortues dispose d’incubateurs ; quand les tortues pèsent environ 1,5 kg ou qu’elles sont âgées de 4 ans, elles sont rapatriées sur leur île natale.

Parmi les autres curiosités figure un petit enclos qui renferme plusieurs iguanes terrestres, avec des explications en espagnol et en anglais sur le programme de réintroduction de ces animaux dans des îles où ils ont pratiquement disparu. La station scientifique est soutenue financièrement par les dons que reçoit le Galápagos Conservancy (www.galapagos.org).

Bahía Tortuga

PLAGE

(Tortuga Bay). Cette superbe plage de sable blanc qui s’étend au bout d’un chemin asphalté de 2,5 km, au sud-ouest de Puerto Ayora, a tout pour rivaliser de beauté avec les autres plages d’Amérique du Sud. Outre la natation (une bande de terre protège des dangereux courants au large), le surf ou les bains de soleil, vous verrez des requins, des iguanes marins, des pélicans, et peut-être même des flamants. La plage, sans aménagement ni eau potable, se situe à 30 minutes de marche du début du chemin, souvent emprunté par des joggeurs locaux. Il faut s’inscrire à l’entrée du chemin entre 6h et 18h.

Si vous marchez tout le long de Bahía Tortuga, vous arriverez à la Playa Mansa, un superbe lagon ourlé de mangroves, où évoluent des iguanes marins, des pélicans bruns et des grands hérons, entre autres espèces. Des tortues de mer viennent pondre dans les dunes voisines. L’eau tranquille et peu profonde est idéale pour les enfants. Location de kayaks (10 $/pers/heure ; h9h-18h).

Le Centro Comunitario de Educación Ambiental Miguel Cifuente Arias (h7h30-12h30 et 14h-17h lun-ven, 8h-12h sam) renseigne sur les efforts de protection et les problèmes dans les eaux de l’archipel. Pour le rejoindre, suivez la route qui sort de Puerto Ayora sur environ 500 m, en direction du chemin pavé qui commence au sommet de la colline et rallie Bahía Tortuga. Le centre se tient sur la colline, juste avant ce chemin. Non loin, un musée consacré à l’écologie des Galápagos était en construction lors de notre passage.

Laguna de las Ninfas

LAGON

FCe paisible lagon s’agrémente d’une courte promenade en bois, d’où vous pourrez admirer la mangrove et essayer de repérer des raies, des bébés requins, des tortues de mer et d’autres créatures.

Plongée