Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Fabuleuse Lana'i

De
15 pages

Ce chapitre numérique sur Lana'i extrait du guide Ulysse Hawaii vous propose de découvrir l'île de Lana'i à l'aide de renseignements sur les attraits touristiques, accompagné d'un système d'étoile.
Ce chapitre numérique sur Lana'i est extrait du guide Ulysse sur Hawaii. Le nom de l'île signifie " bosse ", car son profil, depuis Maui, est censé évoquer celui d'une baleine en train de plonger. Aujourd'hui, environ 100 000 visiteurs pan an, dont de nombreuses célébrités, visitent l'île – soit 25% de plus qu'à Moloka'i. Rouge de latérite, sèche à l'exception des hauteurs, Lana'i n'est pourtant pas un Hawaii de carte postale, mais une terre presque déserte de 365km2, une île village où chacun se connaît et se salue. Le slogan promotionnel n'est pas une demi-affirmation. Malgré les projets nouveaux, les vastes espaces demeurent, et la quasi-totalité des 3 200 habitants se regroupe toujours à Lana'i City, à l'indéniable caractère de village de plantation.



Voir plus Voir moins
cover

Fabuleuse Lana’i

cci-hawaii-page-gauche(4560).ai

cci-hawaii-page-droite(4560).ai

17256.jpg

Son nom signifie « bosse » car son profil, depuis Maui, est censé évoquer celui d’une baleine en train de plonger. Formée il y a 1,2 à 1,4 million d’années, Lana’i n’a jamais poussé aussi haut que ses voisines. Culminant au Lana’ihale à 1 026 m, elle est occupée au centre par le Palawai Basin, cratère de son ancien volcan. Le reste de l’île est peu accidenté.

L’île possède une importance considérable dans la mythologie hawaïenne. Les légendes racontent que c’est ici, en un lieu baptisé Kumoku (l’île de Ku), que débarquèrent à Hawaii quatre de ses principaux dieux : Ku et sa femme Hina, puis Kane et Kanaloa. L’île resta longtemps inhabitée. Les Anciens la croyaient investie par les ka polo, des esprits malfaisants. Mais un jour, Kaulula’au, le fils d’un chef de Maui, aussi turbulent que courageux, fut exilé sur l’île. Il parvint à bannir les ka polo de Lana’i, permettant aux hommes de finalement s’y installer.

Terre d’élevage au XIXe siècle, Lana’i allait devenir, au tournant du XXe siècle, une île unifiée sous une seule bannière. En 1904, Charles Gay commença à acheter des terres sur l’île et, quatre ans plus tard, celle-ci lui appartenait dans sa totalité! Gay instaura l’un des plus grands ranchs d’Hawaii à Ko’ele, sur le plateau central. En 1922, il céda l’île à James Dole, le « roi de l’ananas ». L’entrepreneur fonda alors ce qui allait devenir la plus grande plantation d’ananas au monde (7 700 ha!).

L’inconcevable se produisit en 1993 lorsque, victime de la concurrence internationale, la compagnie Dole – rachetée par Castle & Cooke, l’une des Big Five hawaïennes – achevait sa dernière grande récolte. Ambitieux, le consortium venait de lancer Lana’i dans une reconversion que beaucoup jugeaient hasardeuse : le tourisme. Au lieu de cultiver l’ananas, Lana’i cultiverait le luxe. Sous la férule de la Lana’i Company, l’île vit naître deux complexes touristiques prestigieux : le Four Seasons Resort Lana’i, The Lodge at Koele, sur les hauteurs, et le Four Seasons Resort Lana’i at Manale Bay, en bord de mer. En 2012, l’île, qui appartenait toujours à 98% à Castle & Cooke, a été rachetée par le milliardaire Larry Ellison. Déjà, on prévoit la construction d’un troisième hôtel luxueux. Lana’i risque assurément de voir son paysage changer encore davantage dans les prochaines années.

25650.jpg

Les hauteurs et la côte sud Etoile UlysseEtoile Ulysse

Regroupant la quasi-totalité de la population, Lana’i City a élu domicile sur le plateau central, profitant de la fraîcheur de ses 520 m d’altitude. Quadrillée de ruelles parallèles, la bourgade révèle des alignements de petites maisons de bois colorées, presque toutes identiques. Elles furent construites dans les années 1920, à deux pas du quartier général du Lana’i Ranch à Ko’ele, lorsque Dole installa ici le centre névralgique de sa plantation d’ananas. Destinées aux travailleurs philippins, la plupart, à l’origine, n’avaient ni électricité, ni salle de bain, ni cuisine. Les repas étaient servis dans une cantine, et les sanitaires étaient communs. Malgré de notables améliorations au fil du temps, le problème de logement reste important à Lana’i, dont la population a beaucoup augmenté – la ville compte aujourd’hui plus de 3 100 habitants.