Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

Carte principale

Géographie et paysages

La formation des Alpes

Il y a 240 millions d’années, la Pangée, un supercontinent de terres émergées, se fragmente. Parmi ces éléments, qui constituent les continents actuels, la plaque africaine dérive et pousse l’Espagne qui heurte la plaque européenne. La compression plisse les Pyrénées, déformant ainsi les parties occidentales des Alpes du Sud, alors noyées dans une fosse profonde de 4 000m. Parallèlement, la plaque africaine poursuit son avancée sur l’Italie qui percute la plaque européenne. Le plissement est gigantesque (1 200km). Les Alpes sont nées ! Vers l’ouest, le plissement occasionne une succession de fosses, dont celle de Valensole, dans laquelle se déversent des millions de tonnes de galets en provenance des Alpes qui ont commencé leur érosion. À l’est du plateau de la Durance, la cassure de l’écorce terrestre a laissé une cicatrice béante (la faille de la Durance) qui provoque, aujourd’hui encore, des tremblements de terre à Manosque. Il y a un peu plus de 5 millions d’années, lorsque la Méditerranée se referme temporairement au niveau du détroit de Gibraltar, les grands cours d’eau installés sur les Alpes (Durance, Asse, Verdon, Ubaye) s’enfoncent si profondément qu’ils découpent l’ossature en pleine croissance. L’épisode est apocalyptique : profitant de 1 000m de pente jusqu’à la mer, le Rhône et ses affluents érodent tout sur leur passage. La silhouette des Alpes-de-Haute-Provence, du Mercantour et des Hautes-Alpes se dessine. Les derniers glaciers (20 000 ans) achèveront de sculpter les paysages que nous connaissons aujourd’hui.

Les Alpes du Sud, trois types de territoires

Appartenant à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), les Alpes du Sud sont coincées entre les Alpes du Nord, l’Italie et les bassins méditerranéens. Elles présentent trois ensembles topographiques : des hautes montagnes (les Grandes Alpes), des moyennes montagnes (Préalpes), des plaines et des plateaux. De grands cours d’eau affluent vers la Durance (324km), la rivière principale, qui scinde les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence en deux selon un axe nord-sud, avant de se jeter dans le Rhône près d’Avignon. Prenant ses sources à Montgenèvre dans les Hautes-Alpes, la Durance a été aménagée au cours des XIXe et XXe siècles à des fins hydrauliques, hydroélectriques et agricoles, avec notamment l’installation du plus grand barrage-poids d’Europe, celui de Serre-Ponçon, achevé en 1960. Dérivée par un canal EDF sur 250km à partir du barrage, la Durance permet en outre d’alimenter en eau potable 1,5 million de personnes.

cCarte d’identité

Région, départements et chefs-lieux
Région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) : Hautes-Alpes (05, Gap), Alpes-de-Haute-Provence (04, Digne-les-Bains), Alpes-Maritimes (06, Nice)
Superficie
Hautes-Alpes : 5 549km2
Alpes-de-Haute-Provence : 6 925km2
Parc national du Mercantour : 1 465km2
Population
Hautes-Alpes : env. 140 000 hab.
Alpes-de-Haute-Provence : env. 162 000 hab.
Parc national du Mercantour : env. 17 700 hab.
Point culminant
Barre des Écrins 4 102m

LES MASSIFS INTERNES DE HAUTE MONTAGNE Constituant la portion la plus large des Alpes occidentales, les Hautes-Alpes s’étagent de 478 à 4 102m. C’est le département dont l’altitude moyenne est la plus haute de France : un tiers de sa superficie est au-dessus de 2 000m. C’est également ici que se trouve le plus vaste ensemble glaciaire après celui du mont Blanc : le massif Écrins-Pelvoux(4 102m). Dans cette partie nord, le col du Lautaret (2 058m), rendu célèbre par le Tour de France F, relie Grenoble à Briançon en traversant les hameaux d’un des plus grands domaines skiables français : Serre-Chevalier Vallée. À l’ouest du massif Écrins-Pelvoux, la vallée du Champsaur, parsemée de stations-villages, et celle du Valgaudemar, vertigineuse, appartiennent déjà au versant isérois par leurs caractéristiques climatiques. À l’est, à partir du Queyras en suivant la ligne de crête de la frontière naturelle percée çà et là de cols (Montgenèvre), on rejoint le massif du Mercantour. Adossé au Piémont, il constitue le dernier promontoire de l’arc alpin au sud avant de plonger à pic dans la mer Méditerranée. Culminant à 3 143m, la cime du Gélas tient son nom du provençal (qui signifie “geler”), en référence aux anciens glaciers disparus au cours du XXe siècle. Si le mistral souffle, la Corse est visible du massif de l’Authion… Un peu plus au nord, le montBégo domine la vallée du val de Fontanalbe et celle des Merveilles, classées monuments historiques en 1989. Modelées par des glaciers disparus il y a 10 000 ans, ces vallées abritent 36 000 gravures rupestres datées pour certaines de l’âge du bronze. En remontant vers les Alpes-de-Haute-Provence, au nord-ouest du parc national du Mercantour, le lac d’Allos, plus grand lac naturel d’altitude d’Europe (60ha, 2 228m) creusé par un glacier il y a 20 000 ans, est surplombé par cinq tours de grès d’Annot (roche formée par des avalanches sous-marines de sable et de vase). Situé au fond de la vallée du Verdon, le val d’Alloshéberge le domaine skiable le plus important du département, tandis que la vallée de la Blanche en Ubaye propose deux stations de réputation internationale : Pra Loup et Le Sauze-Super-Sauze.

LES PRÉALPES Cet ensemble de moyennes montagnes inclut les Préalpes de Nice, de Castellane et de Digne-les-Bains, puis le Luberon, les Baronnies, le Bochaine et le Dévoluy. Ce dernier, considéré comme “le plus haut des massifs préalpins français” par Robert Mériaudeau (maître de conférence à l’Institut de géographie alpine), est un gruyère géologique de près de 600 cavités souterraines. Le Buëch, un affluent de la Durance, prend sa source au pied du Dévoluy et longe la vallée du même nom jusqu’à Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Ce département abrite la réserve naturelle nationale géologique la plus grande d’Europe, membre du réseau mondial des Géoparcs (GGN) soutenu par l’Unesco. Ce musée à ciel ouvert (200 000ha) offre, notamment à la sortie de Digne-les-Bains, une remarquable dalle à ammonites hissée à la surface par le soulèvement de la chaîne alpine (entre 30 et 40 millions d’années). À proximité, un autre site de renommée internationale, le vélodrome d’Esclangon, composé de molasses, en forme de grand pli couché, a été formé au mio-pliocène (autour de –5 millions d’années). Au sud de Digne, des collines s’étagent de 350 à 950m d’altitude, à l’ouest, un massif montagneux de moyenne altitude prolongant le Ventoux et culminant avec la montagne de Lure (1 826m, 42km). Cette dernière, posée sur une vaste dalle calcaire, chevauche la vallée du Jabron qui la sépare de celle des Baronnies. Également sur la rive droite de la Durance, le parc régional du Luberon abrite une autre réserve naturelle géologique. Dès le Verdon, l’accent provençal est de mise dans cette région dont les montagnes, érodées pendant plusieurs millions d’années, ont laissé place à des collines sur lesquelles s’accrochent des villages perchés.

PLAINES ET PLATEAUX Au confluent du Buëch et de la Durance, Sisteron domine la clue de la rivière. Rive gauche, le rocher de la Baume se compose de barres verticales de calcaire qui alternent avec des bancs plus tendres, érodés. Point stratégique depuis l’Antiquité, le pont de Sisteron a longtemps été le seul qui permettait de franchir la rivière. C’est aussi l’entrée de la plaine agricole de la moyenne Durance qui s’étire du nord au sud, de la clue jusqu’au Vaucluse et aux Bouches-du-Rhône. Traversée par l’autoroute A51, elle est bordée à l’est de la Durance par les plateaux de Puimichel et de Valensole et à l’ouest par la montagne de Lure, Forcalquier, le Luberon et les collines de Pierrevert. Sur le plateau de Valensole (600m d’altitude moyenne), composé de poudingues (roche sédimentaire constituée de galets cimentés par le calcaire), d’argiles et de marnes (mélange d’argile et de calcaire), les fleurs blanches de l’amandier en mars précèdent le bleu de la lavande en juillet. L’effondrement de sa bordure nord a créé un conglomérat durci de terre et de cailloux. L’érosion a fait le reste : un petit canyon a sculpté des pics que l’on appelle aujourd’hui lesPénitents des Mées. À leurs pieds, le village des Mées possède le plus grand nombre d’oliviers de la région, dont l’huile d’olive a été plusieurs fois récompensée. Le plateau de Valensole abrite aussi l’un des parcs de centrales photovoltaïques le plus important de France, grâce à son ensoleillement et sa situation géographique. À quelques kilomètres de là, le Verdon, qui prend sa source près du col d’Allos, a creusé l’un des plus grands canyons d’Europe sur le plateau de sédiments calcaires coralliens, accumulés au mésozoïque (entre –255 et –65 millions d’années) : les gorges duVerdon. Classé “Grand site de France”, c’est l’un des plus fréquentés du département.

Les milieux naturels

Les Alpes du Sud comprennent deux parcs nationaux, le Mercantour et les Écrins, et quatre parcs naturels régionaux, le Luberon, le Verdon, le Queyras et les Baronnies provençales. En outre, les réserves géologiques du Luberon ou de Ristolas-Mont-Viso attestent du dynamisme des réserves nationales et régionales sur l’ensemble du territoire. D’autres initiatives nationales, de type “Natura 2000” visant à conserver biologiquement des espaces naturels délimités, sont également très actives.

PARC NATIONAL DU MERCANTOURCréé en 1979, le cœur du parc F s’étend sur 68 500ha à cheval sur deux départements, les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence. Depuis 1987, il est jumelé avec le Parco naturale Alpi Marittime en Italie avec lequel est engagée une démarche de classement au Patrimoine mondial de l’Unesco et un projet de parc européen. Son point culminant, à 3 143m d’altitude, surplombe la côte d’Azur qui n’est qu’à une cinquantaine de kilomètres à vol d’oiseau. En plus de sa situation géographique exceptionnelle, il est réputé pour être l’un des parcs les plus sauvages de France, riche d’une flore de 2 400 espèces, de bouquetins, de gypaètes barbus et du loup, revenu d’Italie. Son patrimoine archéologique de 36 000 gravures rupestres de l’âge du bronze dans la vallée des Merveilles est l’un de ses plus beaux trésors.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin