Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 9,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Vous aimerez aussi

Carte principale

Voyagez à la carte

GEOGuide a sélectionné pour vous des lieux de séjour, des sites à visiter, des adresses plaisir et des activités multiples. Choisissez ce qui vous ressemble et goûtez pleinement votre voyage…

… au gré de vos envies

Patrimoine

Au travers de son urbanisme, de son architecture, de ses musées, voire de ses boutiques, la région conserve de nombreuses traces de l’histoire de son industrie textile.

Mémoires de soie à Lyon et dans sa région

Gastronomie

Rosette, cervelas, quenelles, grenouilles, poulardes, gratins, saint-marcellin, bleu de Gex, vins du Beaujolais… : savourez une région gastronomique s’il en est, avec Lyon pour centre et capitale.

Tables et commerces de bouche à Lyon

Tables et commerces de bouche dans le Rhône

Tables et commerces de bouche dans la Loire

Tables et commerces de bouche dans l’Ain

Tables et commerces de bouche dans le nord de l’Isère

Main dans la main

Découverte de sites enchanteurs et de musées intimistes, dîners en tête à tête, hôtels de charme : la région vous sourit !

Lyon en amoureux

Le Rhône en amoureux

La Loire en amoureux

L’Ain en amoureux

Le nord de l’Isère en amoureux

Avec les enfants

De nombreuses visites et activités : et que tout le monde s’éclate !

Lyon en famille

Le Rhône en famille

La Loire en famille

L’Ain en famille

Le nord de l’Isère en famille

Activités de plein air

Randonnée, parapente, accrobranche, sports d’eau… : vivez la région en grand format !

Le Rhône au grand air

La Loire au grand air

L’Ain au grand air

Le nord de l’Isère au grand air

Géographie

La région lyonnaise occupe un carrefour géographique, à la jonction du Massif central, du Jura et de la chaîne alpine. Il en va de même sur le plan climatique : s’y manifestent les influences méditerranéennes sur les coteaux au sud de Vienne, continentales au centre de la région, et océaniques avec les précipitations venues de l’ouest.

Carte d’identité

Départements
Nouveau Rhône (69 / 2 715km2)
Métropole de Lyon (69 / 534km2)
Loire (42 / 4 781km2)
Ain (01 / 5 762km2)
Nord de l’Isère (38 / env. 3 500km2)
Population (chiffres arrondis)
Nouveau Rhône 430 000 Rhodaniens
Métropole de Lyon 1 325 000 Lyonnais
Lyon 500 000 Lyonnais
Loire 750 000 Ligériens
Saint-Étienne 175 000 Stéphanois
Ain 610 000 Bressans, Dombistes, Bugistes et Gessois
Bourg-en-Bresse 42 000 Burgiens
Nord de l’Isère 465 000 Isérois ou Iserans
Vienne 30 000 Viennois
Parcs naturels régionaux
Livradois-Forez (42)
Pilat (42)
Haut-Jura (01)
Principaux cours d’eau
Le Rhône, la Saône, la Loire, l’Ain

Le département du Nouveau Rhône et la Métropole de Lyon

Depuis le 1er janvier 2015, l’ancien département du Rhône est constitué de deux collectivités territoriales distinctes : le Nouveau Rhône et la Métropole de Lyon, cette dernière regroupant les 59 communes de l’agglomération lyonnaise naguère réunies au sein de la Communauté urbaine de Lyon. En superficie, ces deux entités représentent ensemble 3 249km2, ce qui en fait le plus petit territoire parmi ceux que couvre cet ouvrage. Géographiquement, cette zone présente deux visages : à l’ouest, un rebord montagneux, premiers contreforts du Massif central, à l’est, une plaine alluviale irriguée par la Saône et le Rhône. C’est autour du confluent des deux cours d’eau que s’est développée l’agglomération lyonnaise. Côté montagne, il ne faut pas s’attendre à de hauts sommets, le point culminant s’élevant à 1 012m au mont Saint-Rigaud, dans le nord du département. Ce sont plutôt de hautes collines, suffisamment élevées pour offrir en beaucoup d’endroits des points de vue splendides sur la vallée du Rhône et les Alpes à l’arrière-plan. Ce rebord montagneux se divise en deux régions distinctes : le Beaujolais, au nord, et les monts du Lyonnais, au sud. Entre les deux s’étire un sillon est-ouest qui abrite les villes de L’Arbresle et de Tarare. S’étendant de part et d’autre de la vallée de l’Azergues, le Beaujolais lui-même est double. À l’ouest, c’est le Beaujolais vert, couvert de forêts denses où prospèrent châtaigniers et sapins, les fameux douglas bicentenaires qui dominent la vallée de l’Azergue. À l’est s’étend le Beaujolais viticole, qui s’abaisse vers les rives de la Saône, formant un plateau. Dans sa partie sud, le Beaujolais viticole est dénommé le pays des Pierres-Dorées, car son sous-sol est riche d’un calcaire incrusté d’oxyde de fer qui donne leur belle couleur mordorée aux villages de la région. Au sud du sillon de Tarare moutonnent les monts du Lyonnais, dont aucun sommet ne dépasse 1 000m. Autour d’Yzeron, but de promenade dominicale des Lyonnais, un chapelet de collines verdoyantes sépare la vallée du Rhône à l’est et la plaine du Forez, celle-ci s’étendant à l’ouest dans le département de la Loire. Par cette chaîne de collines passe la ligne de séparation des eaux entre les bassins du Rhône et de la Loire.

Le département de la Loire

Le département est un point de rencontre : il est traversé par la Loire sur 130km, qui le met en relation avec l’Atlantique, et son extrémité sud-est est bordée par le Rhône à Saint-Pierre-de-Bœuf, au sud de Condrieu. Ici, les influences méditerranéennes se font déjà sentir, tandis que les reliefs connaissent les rigueurs et la végétation du climat continental. Le centre du département est occupé par les plaines du Forez au sud et de Roanne au nord. Tout autour de ces plaines d’effondrement engendrées par les deux fleuves, des massifs montagneux font la ronde. À l’ouest, les monts du Forez culminent à 1 634m à la Pierre-sur-Haute : c’est le point le plus élevé du département. Ce massif cristallin qui conserve les traces d’une ancienne activité volcanique est coiffé par des landes d’altitude, les Hautes Chaumes, un espace naturel protégé. À l’est se dressent les contreforts des monts du Lyonnais et du Beaujolais, reliefs les plus orientaux du Massif central, situés pour l’essentiel dans le département du Nouveau Rhône. Au sud-est se dresse le massif du Pilat, dominé par le crêt de la Perdrix (1 432m), dont les dernières pentes orientales s’abaissent jusqu’aux rives du Rhône.

Le département de l’Ain

Des rives de la Saône au lac Léman, l’Ain comprend cinq régions géographiques, chacune possédant son caractère particulier et composant un ensemble très varié, des plaines inondables de la Bresse aux montagnes du Jura, où l’on skie. Entre la Saône et les crêtes du Revermont, dans le nord du département, la Bresse est un pays de bocages humides, une mosaïque de parcelles aux contours biscornus, encadrées de haies qui maillent le territoire. À l’ère tertiaire, ce plateau bosselé était occupé par un immense lac : en se retirant au moment de la formation des Alpes, il a laissé derrière lui une couche de sols marneux imperméables. À l’époque historique et jusqu’à l’orée du XXe siècle, la Bresse est restée relativement isolée, traversée de chemins de terre – la pierre est absente dans la région –, desservant un habitat dispersé de propriétés agricoles, les fameuses fermes bressanes, pratiquant la polyculture, cf. Partir à la découverte des fermes bressanes F. Avec le développement des transports, au XXe siècle, la Bresse s’est hissée au premier plan de la scène agricole, grâce à sa fameuse production de volailles. Géographiquement, elle s’étend au-delà de l’Ain – où elle est appelée la Bresse savoyarde – dans les départements de Saône-et-Loire (Bresse bourguignonne) et du Jura (Bresse comtoise). Au sud de la Bresse, au-delà d’une ligne floue suivant plus au moins le cours de la Chalaronne, la Dombes est une belle illustration de l’intervention humaine sur le paysage. Au Moyen Âge, profitant de l’imperméabilité du sol argileux, les moines ont aménagé des retenues d’eau pour y pratiquer la pisciculture. Refuge des oiseaux aquatiques, la Dombes, aux 1 200 étangs, a toujours été également un terrain de chasse pour les élites lyonnaises. Ce plateau humide est bordé par les trois cours d’eau principaux de la région : l’Ain, à l’est, le Rhône, au sud et la Saône, à l’ouest. L’éperon calcaire que forme le Revermont est la partie la plus méridionale d’une chaîne jurassique étirée du nord au sud entre Salins-les-Bains, dans le département du Jura, et la plaine de Bresse. La trentaine de kilomètres située dans l’Ain présente de fortes pentes et une abondante couverture forestière. On peut même y voir des chamois. Le Bugey est un massif montagneux qui appartient géologiquement au Jura et qui se divise traditionnellement en deux régions : au nord, le Bugey noir, autour de Nantua, et, au sud, le Bugey blanc, autour de Belley, capitale historique. Étagé entre hautes vallées et rebords escarpés, ce massif à dominante calcaire a donné naissance à des formations karstiques, telles les splendides grottes du Cerdon, aménagées pour la visite. Les rivières y franchissent les seuils en cascade, comme celle de la Charabotte, où l’Albarine effectue un plongeon de 115m. D’une altitude variant entre 900 et 1 200m, le Bugey connaît un climat rigoureux en hiver, mais suffisamment chaud en été pour permettre la viticulture, dont la production connaît un regain de faveur depuis quelques années. Le Bugey culmine au Grand Colombier, un balcon perché à 1 531m qui offre un panorama exceptionnel sur la région. Dans l’extrême est du département, le pays de Gex forme une microrégion qui s’étage sur les pentes des monts Jura, largement ouverte sur le lac Léman et la Suisse et qui semble tourner le dos au reste du département. On y accède par deux passages spectaculaires : le défilé de Fort-l’Écluse F, au fond duquel coule le Rhône, et le col de la Faucille F, qui pointe à 1 320m. La douceur de ses paysages et de son climat en ont fait une destination de villégiature, en été autour de Divonne-les-Bains F, en hiver dans les stations de ski des monts Jura.