//img.uscri.be/pth/5cbd40ddfcfad2e839512ef23da89937a2bfe52a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Grands voyageurs à Tamatave

De
282 pages
Pendant presque trois siècles, avant que l'avion ne remplace le paquebot, les voyageurs devaient entrer à Madagascar par Tamatave. Ils en ont laissé bon nombre de récits riches d'informations sur la vie locale et révélateurs de l'histoire malgache et de son évolution. Ces textes anciens, souvent méconnus, parfois inédits, décrivent pourtant des épisodes essentiels de l'histoire nationale et locale. Ils reprennent ce qu'ont écrit sur Tamatave les personnalités présentées ici.
Voir plus Voir moins
Textes rassemblés et introduits par JeanMichel Dewailly et Yvonne Decary
GRANDS VOYAGEURS À TAMATAVE (MADAGASCAR)
Flacourt, Mayeur, Ellis, Grandidier, Sibree, Gallieni, Decary
Préface de Françoise FortinChan
Grands voyageurs à Tamatave (Madagascar)
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN :978-2-343-10266-5 EAN : 9782343102665
Textes rassemblés et introduits par Jean-Michel Dewailly et Yvonne Decary Grands voyageurs à Tamatave (Madagascar)
Flacourt, Mayeur, Ellis, Grandidier, Sibree, Gallieni, Decary
Préface de Françoise Fortin-Chan
Autres ouvrages des auteurs DECARY Yvonne -Madagascar, passion d’un naturaliste. Extraits (1920 - 1939) du journal de Raymond Decary,Saint-Égrève, éd. Alzieu, 2012, 369 p. -Madagascar, entre la fleur et le képi. Extraits (août 1939 - novembre 1944) du journal de Raymond Decary, Saint-Égrève, éd. Alzieu, 2012, 255 p. -De Verdun à Madagascar (1914 - 1919). Lettres de guerre et extraits du journal de Raymond Decary, Saint-Égrève, éd. Alzieu, 2016. DEWAILLY Jean-Michel,Tamatave, porte historique de Madagascar (1660 – 1970), éd. du Parc – Les Amis de Toamasina, 2012, 192 p. (chez l’auteur :jeanmichel.dewailly@yahoo.fr) Illustration de couverture : Tamatave, cœur de la partie centrale de la côte Est (Extrait de la carte «Madagascar» par P. Vidal-Lablache, s.d. Hors du cadre retenu ici, la carte indique « en construction » la voie ferrée Fianarantsoa – Côte Est ouverte en 1936. On peut donc la dater de 1935 environ).
4
Sommaire Préface, par Françoise Fortin-Chan Présentation, par Jean-Michel Dewailly et Yvonne Decary Étienne de Flacourt (1607-1660) Nicolas Mayeur (1747-1809) William Ellis (1794-1871) Alfred Grandidier (1836-1921) James Sibree (1836-1929) Joseph Gallieni (1849-1916) Raymond Decary (1891-1973) Lexique Index des noms de personnesIndex des noms de lieux Liste des illustrations Table des matières
5
 7
 11
 27
 33
 41
149
153
181
211
257
259
263
269
271
Fig. 1 – La région de Tamatave, entre le Maningory et la Sakanila
6
Préface
Depuis 2006, l’association malgache Les Amis de Toamasina (A.TOA), tournée vers la défense et la valorisation du patrimoine de Tamatave et de sa région, s’est efforcée, par sa participation à une réflexion locale, par des conférences, des plaquettes, des ouvrages, par une sensibilisation en milieu scolaire, de faire mieux connaître l’histoire, la culture, le patrimoine de Tamatave et de sa région. Il s’agit d’utiliser ces éléments fondateurs et de les mettre au service d’un développement local durable, où le tourisme culturel peut jouer un rôle non négligeable. Les outils publiés et diffusés par l’A.TOA, surtout à Madagascar mais aussi en France, sont au service des enseignants, formateurs, éducateurs, étudiants de tous niveaux, pouvoirs publics, opérateurs économiques, notamment touristiques ; ils s’adressent aussi aux amateurs éclairés, sensibles à une vulgarisation de bonne tenue pour s’approprier des faits mal connus et affirmer une identité locale ouverte sur le monde. L’A.TOA cherche à diffuser des travaux anciens mais trop méconnus et souvent assez difficilement accessibles à Madagascar, a fortiori à Tamatave. Les publications réalisées depuis 10 ans permettent de constater, dans un contexte national et local fort difficile, qu’a émergé sur place une certaine sensibilisation aux problématiques du patrimoine, à sa richesse et à sa diversité, mais aussi à sa fragilité. L’ouvrage que j’ai l’honneur et le plaisir d’ouvrir, soutenu par l’A.TOA, poursuit cette voie. Comme l’expliquent les auteurs, il s’agit d’abord ici de mettre à la disposition du public des épisodes vécus par de grands voyageurs à Tamatave et dans sa région, révélant combien cette ville fut importante dans l’histoire malgache. Ces pans de notre histoire méritent d’être mieux connus. Quoi qu’on puisse en penser, ils témoignent de cette histoire, qu’on ne peut changer, mais qu’on ne peut juger qu’à condition de la connaître. Bien que tousvazaha (étrangers, Européens, surtout), les auteurs repris ici ont été aussi, à des titres et des degrés divers, des acteurs directs de l’histoire de Madagascar.
7
Le but de ce livre est donc fort simple : offrir des textes bruts, révélateurs, d’une façon quelconque, de la vie tamatavienne, parfois passionnante, parfois banale, toujours instructive sur ce que vécurent nos aïeux. L’objectif est plus d’information et de pédagogie que de débats et de recherche, qui viendront en aval si des personnes intéressées s’en saisissent. Les auteurs, tous deux amoureux de Madagascar, ont bien des titres à faire valoir pour s’être attelés à cette tâche. Yvonne Decary est unezanatany, née à Antananarivo, où elle passa une partie de son enfance. Fille de l’administrateur Raymond Decary, éminent scientifique et grand malgachophile qui vécut 28 ans dans la Grande Île, la parcourant en tous sens, elle a très aimablement mis à la disposition de l’A.TOA les souvenirs que son père a consignés dans son Journal. Elle nous a autorisés à en reprendre des passages, certains déjà publiés, mais surtout d’autres totalement inédits. C’est un cadeau inestimable qu’elle met ainsi à portée de lecture de Madagascar et de Tamatave. Qu’elle soit vivement remerciée de ce geste d’ouverture qui apporte des éléments nouveaux au patrimoine local. Membre de l’A.TOA depuis ses origines, Jean-Michel Dewailly « a bu l’eau du Manangareza » quand il fut professeur au lycée Rabemananjara en 1968-70. Depuis 2006, il revient tous les ans soutenir bénévolement l’action de l’A.TOA, pour laquelle il a publié en 2012 un ouvrage sur Tamatave qui complète heureusement celui-ci. Il reste à tous les Tamataviens à s’approprier le capital et le patrimoine que représente le présent ouvrage. Dans le monde entier, l’histoire, la culture, le patrimoine sont de plus en plus sources d’identité, de fierté, de redécouverte du milieu local, mais aussi d’activités nouvelles ou renforcées, créatrices d’emplois non délocalisables. Il y a là un gisement majeur à exploiter, à condition qu’une volonté « politique » publique et privée s’y attelle sérieusement. C’est le vœu que je formule au seuil de ces pages, en remerciant encore Yvonne Decary et Jean-Michel Dewailly de leur contribution à la connaissance de la Grande Île en général et de Tamatave en particulier, et en espérant qu’elles stimuleront une créativité tamatavienne qui ne demande qu’à s’épanouir. Françoise Fortin-Chan Présidente des Amis de Toamasina (fortin.chan41@gmail.com)
8
Fig. 2 - Un patrimoine disparu : grande maison créole rue du Commerce à Tamatave en 1969, sur l’emplacement de l’actuel centre Al-Hofeiza, face à la bifurcation de la rue Nationale (Cliché Jean-Michel Dewailly) Conversion de quelques mesures  une lieue = environ 4,4 km  un pouce = environ 0,025 mètre  un pied = environ 0,30 mètre  un yard = 0,91 mètre 2  un yard carré = environ 0,83 m  un mile terrestre = environ 1609 mètres  un mille marin = 1852 mètres  une livre sterling = 20 shilling = 240 pence (jusqu’au passage du Royaume-Uni au système décimal en 1971)  1° Fahrenheit = 0,556° Centigrade  1° Centigrade = 1,8° Fahrenheit
9