//img.uscri.be/pth/51f6cfaa74b56a1c7cd8f3f110b3bda1fca0fb7b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Guide du Routard Israël, Palestine 2016/17

De
464 pages
En Israël : flâner dans les rues du marché aux puces de Jaffa. Se perdre délicieusement dans la vieille cité de Jérusalem. Se laisser flotter dans l'eau tiède de la mer Morte. Partir en balade ou en trek au coeur du Néguev. Plonger dans les eaux chaudes de la mer Rouge. En Palestine : se laisser envahir par l'émotion dans la basilique de la Nativité, à Bethléem. Se taper la cloche dans un des excellents restos de Ramallah. Déambuler dans la vieille ville d'Hébron. Prendre une bonne suée dans un des plus vieux hammams de Cisjordanie... Et puis le routard Israël, Palestine c'est toujours des adresses souvent introuvables ailleurs, des infos remises à jour chaque année  et des cartes et plans détaillés. Avec le Routard, tracez votre propre route  ! Rencontres, découvertes, partage, voilà des valeurs que nous défendons  !

Voir plus Voir moins
couverture
Page de titre : Le Routard Israël etPalestine 2016/ 17

Table des matières

Préambule

Nos coups de cœur

Itinéraires conseillés

COMMENT ALLER EN ISRAËL ET EN PALESTINE ?

EN AVION

LES ORGANISMES DE VOYAGES

UNITAID

QUITTER ISRAËL ET LA PALESTINE

QUITTER ISRAËL

QUITTER LA PALESTINE

HISTOIRE

PRÉAMBULE

LES PEUPLES ANCIENS DE PALESTINE

DES ORIGINES LOINTAINES JUSQU’AU PREMIER EXIL DU PEUPLE HÉBREU (586 AV. J.-C.), LA TERRE DE CANAAN

DU PREMIER EXIL (586 AV. J.-C.) AU SECOND EXIL (135 APR. J.-C.)

DU SECOND EXIL (135) JUSQU’À LA FIN DE L’EMPIRE OTTOMAN

TERRE PROMISE

CRÉATION DE L’ÉTAT D’ISRAËL ET GUERRES ISRAÉLO-ARABES

LA QUESTION PALESTINIENNE DE NOS JOURS

DES NÉGOCIATIONS DANS L’IMPASSE

LA SECONDE INTIFADA

UNE NOUVELLE DONNE

LA PALESTINE À L’ONU

DU MARASME AU CHAOS

RELANCE DES POURPARLERS DE PAIX

PRINCIPALES DATES HISTORIQUES

ISRAËL

TEL-AVIV

LA CÔTE MÉDITERRANÉENNE

NETANYA

CÉSARÉE (CAESAREA)

HAÏFA

AKKO (SAINT-JEAN-D’ACRE)

LE NORD

LE SUD

LA MER MORTE

EIN GUEDI

MASSADA (MASADA)

LE DÉSERT DU NÉGUEV

BEER SHEVA

SDÉ BOKER

MITZPÉ RAMON

EILAT

JÉRUSALEM ET SES ENVIRONS

JÉRUSALEM

LA PALESTINE

LA CISJORDANIE

BETHLÉEM

HÉBRON (AL-KHALIL)

JÉRICHO

RAMALLAH

NAPLOUSE

LA BANDE DE GAZA

UN PEU D’HISTOIRE

LE PARADOXE DE LA PAIX

UNE PRISON À CIEL OUVERT

POURQUOI VISITER LA BANDE DE GAZA ?

GAZA

ISRAËL HOMMES, CULTURE, ENVIRONNEMENT

ISRAËL UTILE

AVANT LE DÉPART

ARGENT, BANQUES, CHANGE

ACHATS

BUDGET

CLIMAT

DANGERS ET ENQUIQUINEMENTS

DÉCALAGE HORAIRE

ÉLECTRICITÉ

FÊTES ET JOURS FÉRIÉS

HÉBERGEMENT

HORAIRES

LANGUES

LEXIQUE

LIVRES DE ROUTE

PLONGÉE SOUS-MARINE

POSTE

POURBOIRE

SANTÉ

SITES INTERNET

TÉLÉPHONE ET COMMUNICATIONS

TRANSPORTS INTÉRIEURS

Index général

Liste des cartes et plans

IMPORTANT : DERNIÈRE MINUTE

Sauf rare exception, le Routard bénéficie d’une parution annuelle à date fixe. Entre deux dates, des événements fortuits (formalités, taux de change, catastrophes naturelles, conditions d’accès aux sites, fermetures inopinées, etc.) peuvent modifier vos projets de voyage. Pour éviter les déconvenues, nous vous recommandons de consulter la rubrique « Guide » par pays de notre site
 routard.com et plus particulièrement les dernières Actus voyageurs.

 

Pictogrammes du Routard

Établissements
Hôtel, auberge, chambres d’hôtes
Camping
Restaurant
Boulangerie, sandwicherie
Glacier
Café, salon de thé
Café, bar
Bar musical
Club, boîte de nuit
Salle de spectacle
Office de tourisme
Poste
Boutique, magasin, marché
Accès internet
Hôpital, urgences
Sites
Plage
Site de plongée
Piste cyclable, parcours à vélo
Transports
Aéroport
Gare ferroviaire
Gare routière, arrêt de bus
Station de métro
Station de tramway
Parking
Taxi
Taxi collectif
Bateau
Bateau fluvial
Attraits et équipements
 Présente un intérêt touristique
Recommandé pour les enfants
Adapté aux personnes
handicapées
Ordinateur à disposition
Connexion wifi
Inscrit au Patrimoine mondial
de l’Unesco

Le Routard est imprimé sur un papier issu de forêts gérées.
Tout au long de ce guide, découvrez toutes les photos de la destination sur  routard.com Attention au coût de connexion à l’étranger, assurez-vous d’être en wifi !
© HACHETTE LIVRE (Hachette Tourisme), 2015

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

© Cartographie Hachette Tourisme
I.S.B.N. 9782013303194

 

ISRAËL LES QUESTIONS QU’ON SE POSE LE PLUS SOUVENT

Faut-il un visa pour Israël ?

Non, un passeport valable encore 6 mois minimum après la date de retour suffit.

Peut-on entrer en Israël même avec des tampons de pays arabes sur son passeport ?

Si certains pays arabes (comme le Liban) refusent l’accès des voyageurs dont le passeport comporte un tampon israélien, l’inverse n’est pas vrai. Les autorités israéliennes risquent juste de vous poser plus de questions.

Quelle est la meilleure période pour y aller ?

De fin mars à mai et de septembre à novembre. L’été peut être très chaud et étouffant au bord de la mer Morte, janvier très froid à Jérusalem et dans le désert du Néguev.

Est-il nécessaire d’apprendre l’hébreu ou l’arabe pour communiquer ?

L’importante immigration juive francophone vous assurera de belles et intéressantes discussions. L’anglais est parlé par beaucoup de gens.

La vie est-elle chère ?

Oui, normes européennes question logement, restauration et transports, obligent. Mais les petits budgets peuvent trouver des AJ privées, des petits restos populaires, des taxis collectifs…

Peut-on voyager à tout moment ?

Il est pratiquement impossible de voyager en bus et en train pendant le shabbat (ils ne fonctionnent pas). Difficile aussi de visiter à cette période certaines villes comme Safed, Tibériade et Jérusalem-Ouest, car la plupart des musées et des sites sont alors fermés.

Quels sont les problèmes de sécurité ?

Les attentats sont rares. Les endroits touristiques sont sous haute surveillance (pas moins de 300 caméras de rue dans la vieille ville de Jérusalem). Présence militaire et policière (qui sait rester discrète). Fort peu de vols et d’agressions…

Faut-il des vaccins ?

Pas de vaccins obligatoires. Vérifiez que vous êtes à jour dans vos vaccinations traditionnelles (tétanos, polio, etc.).

Quel est le moyen de transport le plus commode ?

Pour relier les grandes villes entre elles, les réseaux de bus se révèlent largement suffisants. En revanche, pour musarder sur les petites routes du nord de la Galilée ou du Néguev, il vaut mieux louer une voiture.

À quelle ville doit-on consacrer le plus de temps, Tel-Aviv ou Jérusalem ?

Tel-Aviv, c’est la grande ville laïque qui ne dort jamais et qui s’éclate, Jérusalem, c’est plutôt l’histoire, l’émotion, le romantisme.

Peut-on randonner de façon sûre et où ?

Israël se révèle un pays privilégié pour la randonnée : déserts, montagnes, plateaux. Il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux d’effort physique…

Peut-on parler facilement de la situation politique ou doit-on s’abstenir ?

Il y a une vraie vie démocratique et les journaux s’en font largement l’écho. Il faut toujours aborder les questions avec tact et justesse. Savoir modestement les poser et surtout écouter. La situation est évidemment complexe.l
 

ISRAËL LES COUPS DE CŒUR DU ROUTARD

1
Prendre l’apéro sur l’une des plages de Tel-Aviv, les pieds dans le sable, face au soleil couchant, en se laissant bercer par l’insouciance ambiante.
2
Flâner dans les rues du marché aux puces de Jaffa, le plus beau et le plus coloré de Tel-Aviv.
3
Se laisser happer par l’effervescence qui précède le shabbat dans le marché couvert Mahané Yehuda de Jérusalem.
4
Déambuler le samedi matin dans les rues désertes du quartier Florentin de Tel-Aviv, véritable musée à ciel ouvert dédié au street art.
5
Sur le mont des Oliviers, attraper le saisissant lever du soleil sur la vieille ville, l’illumination montante des remparts, le premier vol de colombes, la mosquée d’Omar, les immenses cimetières juifs et arabes…
6
Se perdre délicieusement dans la vieille cité de Jérusalem, se surprendre à sentir qu’on change de quartier, de culture, de religion, dans une harmonieuse imbrication de fragrances, de sons, de couleurs…
7
Se rendre au mur des Lamentations, un vendredi en fin d’après-midi. Émotion assurée !
8
Défier les lois de la gravitation et se laisser flotter dans l’eau tiède de la mer Morte, sans le moindre effort (et sans la moindre éclaboussure !).
9
Faire l’ascension du plateau de Massada, pour découvrir un site chargé d’histoire et découvrir une vue grandiose sur la mer Morte.
10
Plonger dans les eaux chaudes de la mer Rouge et se laisser émerveiller par les récifs coralliens et le spectacle des poissons multicolores.
11
Grimper sur le mont Carmel et contempler la vue plongeante sur le paysage urbain que dessine la baie de Haïfa.
12
Admirer les fortifications de Saint-Jean-d’Acre (Akko), point de départ de la troisième croisade et du périple de Marco Polo.
13
Prendre le temps d’admirer la superbe collection du musée de Reuben et Édith Hecht, sur le campus de l’université de Haïfa.
14
Goûter la belle cuisine orientale dans l’une des réputées auberges de Nazareth… après la visite, au long de pentes assassines, du souk et des églises de la vieille ville.
15
En Nord Galilée, par météo clémente en avril-mai, skier un matin
16
Dans les ruelles pentues du vieux quartier juif de Safed, l’air mystique, partir à la recherche de vénérables synagogues pleines de charme…
17
Entre chien et loup, prendre de la hauteur sur le plateau du Golan, s’asseoir enfin, se vider la tête, oublier la tension militaire et se laisser envahir par la sérénité du lac de Tibériade !
18
S’asseoir au sommet de la falaise du makhtesh Ramon, à Mitzpé Ramon, le cratère le plus impressionnant du Néguev, et s’imprégner de la beauté des lieux au soleil couchant.
19
Partir en balade ou en trek au cœur du Néguev, véritable désert biblique aux paysages saisissants, entaillés et érodés par les siècles d’histoire.
 

PALESTINE LES QUESTIONS QU’ON SE POSE LE PLUS SOUVENT

Quelles sont les formalités pour entrer en Palestine ?

Les mêmes que pour entrer en Israël : un passeport valable encore 6 mois minimum après la date d’entrée suffit. Pas besoin de visa.

Peut-on facilement se rendre en Palestine ?

Tant que la situation est calme avec Israël, on peut facilement se rendre en Cisjordanie. On y accède soit par Israël et l’un des check-points situés le long du mur, soit par la Jordanie et le pont Allenby. Le passage peut parfois prendre un peu de temps selon l’heure de la journée. Ni check-point, ni mur pour rejoindre Jérusalem depuis l’aéroport de Tel-Aviv. En revanche, les touristes n’ont pour l’instant pas accès à la bande de Gaza.

Est-il nécessaire de parler l’arabe pour communiquer ?

Il n’est pas nécessaire mais bien pratique de connaître quelques mots d’arabe : la relation s’établira beaucoup plus facilement, même si le reste de la conversation se poursuit en anglais, langue que les Palestiniens maîtrisent dans l’ensemble très bien.

La vie est-elle chère ?

Un peu moins chère qu’en Israël. Un bémol toutefois : en dehors de Bethléem, la région manque de logements pour petits budgets. En revanche, on s’en sort très bien côté transports collectifs et nourriture… à condition d’aimer les falafels et les mezze !

Qu’y a-t-il à voir en Cisjordanie ?

Entre la région de Jerusalem Wilderness à la beauté sauvage (comme son nom l’indique), les vallées d’oliviers et de vignes aux faux airs provençaux, le palais Hisham et la basilique de la Nativité, les vieilles villes construites à l’époque mamelouke et ottomane, sans oublier les souks et leurs étals colorés, on sillonne une terre qui n’a rien perdu de sa mémoire ni de son patrimoine millénaire.

Est-il possible d’assister à une messe de Noël à Bethléem ?

Oui, en s’adressant à l’avance au Franciscan Pilgrim’s Office à Jérusalem. La messe ne peut pas se dérouler dans la grotte qui a vu naître Jésus, faute de place. Elle a lieu dans l’église Sainte-Catherine adjacente.

Quel est le moyen de transport le plus commode ?

Le réseau de taxis services (minibus de 7 places) et de bus se révèle assez dense et suffisant pour relier les grandes villes et les villages. En revanche, si l’on souhaite musarder sur les petites routes de Cisjordanie, il vaut mieux louer une voiture. Attention, la signalétique fait parfois défaut. Une voiture avec chauffeur revient assez cher.

Peut-on parler facilement de la situation politique ou doit-on s’abstenir ?

Concernant vie et débats politiques, vous allez être servi. Les Palestiniens sont engagés, même si la nouvelle génération a un peu pris ses distances face au conflit. Aborder les questions avec tact, poser les questions modestement et surtout écouter pour tenter de comprendre, au-delà de ce que vous aurez pu lire et entendre, une situation particulièrement complexe.
 

PALESTINE LES COUPS DE CŒUR DU ROUTARD

20
À Bethléem, se laisser envahir par l’émotion dans la basilique de la Nativité, où se trouve la crèche de Jésus, le berceau du christianisme.
21
Crapahuter dans le wadi Qelt, canyon grandiose qui s’étire à l’ouest de Jéricho, avant d’atteindre le monastère Saint-Georges, un des derniers de la région.
22
S’émerveiller devantles splendides mosaïques du palais Hisham à Jéricho.
23
Déguster un knafeh dans le souk de Naplouse, succulente pâtisserie à base de cheveux d’ange orangés et de fromage fondu, debout au coude à coude avec les locaux.
24
Prendreune bonne suée dans un des plus vieux hammams de Cisjordanie, à Naplouse, se faire gommer, raboter et enfin… masser.
25
Changer de régime et se taper la cloche dans un des excellents restos de Ramallah et faire la fête jusqu’au bout de la nuit.
26
Aider les familles palestiniennes à récolter les olives au mois d’octobre pour de grands moments partagés.
27
Déambuler dans la vieille ville d’Hébron, avant de monter vers le tombeau des Patriarches où repose Abraham, lieu saint vénéré à la fois par les juifs, les chrétiens et les musulmans.
28
Craquer pour les céramiques d’Hébron, originales et colorées, résultat d’un véritable savoir-faire ancestral, tout comme le verre soufflé.
29
Passer une nuit àSebastia et découvrir le site archéologique, véritable nid d’aigle surplombant les vallées d’oliviers.
30
Être impressionné parl’arrivée plongeante sur le monastère de Mar Saba, agrippé à la falaise ocre de cette région sauvage.
31
Prendre son petit déjeuner dans un resto populaire rempli d’habitués et se caler pour la journée avec un traditionnel zeit ou zaatar (pain imbibé d’huile d’olive et d’herbes). Rencontres assurées !
32
Assister à l’Oktoberfest dans le village de Taybeh, qui accueille la seule brasserie de Cisjordanie. Le reste de l’année, se laisser tenter (avec modération) par une bouteille de cette excellente bière. Hips !
33
Éprouver toutela charge émotionnellemur de séparation.
34
Balayer les préjugés et appréhender les Palestiniens dans toute leur diversité et leur complexité, leurs traditions et leur modernité, leurs souffrances et leurs espoirs, leur dignité, leurs belles leçons de vie.
35
Visiter un centre culturel dans un camp de réfugiés ou carrément y dormir. On est accueilli par les rires des gamins entre deux leçons de théâtre ou de dessin. Et, pourquoi pas, filer un coup de main si on peut passer quelques semaines dans le secteur.
36
Discuter à bâtons rompus, de tout et de rien, mais surtout de foot espagnol et de politique, avec tout le monde (commerçants, hommes d’affaires, paysans ou étudiants). Avec deux mots d’arabe et trois d’anglais, on arrive toujours à se comprendre !
 

Nous tenons à remercier tout particulièrement Loup-Maëlle Besançon, Thierry Bessou, Gérard Bouchu, François Chauvin, Grégory Dalex, Fabrice Doumergue, Cédric Fischer, Carole Fouque, Michelle Georget, David Giason, Claude Hervé-Bazin, Emmanuel Juste, Dimitri Lefèvre, Fabrice de Lestang, Romain Meynier, Éric Milet, Pierre Mitrano, Jean-Sébastien Petitdemange et Thomas Rivallain pour leur collaboration régulière.

Emmanuelle BauquisBérénice Glanger
Jean-Jacques Bordier-ChêneAdrien et Clément Gloaguen
Michèle BoucherMarie Gustot
Sophie CachardBernard Hilaire
Lucie ColomboSébastien Jauffret
Agnès DebiageJacques Lemoine
Émilie DeburAmélie Mikaelian
Jérôme DenoixCaroline Ollion
Flora DescampsMartine Partrat
Louise DesmoulinsOdile Paugam et Didier Jehanno
Tovi et Ahmet DilerÉmile Pujol
Clélie DudonPrakit Saiporn
Sophie DuvalJean-Luc et Antigone Schilling
Alain FischCaroline Vallano
Romain Fossurier

Direction : Nathalie Bloch-Pujo

Contrôle de gestion : Jérôme Boulingre et Adeline Cazabat Barrere

Secrétariat : Catherine Maîtrepierre

Direction éditoriale : Catherine Julhe

Édition : Matthieu Devaux, Olga Krokhina, Gia-Quy Tran, Julie Dupré, Emmanuelle Michon, Sarah Favaron, Ludmilla Guillet, Coralie Piron, Flora Sallot, Elvire Tandjaoui, Quentin Tenneson, Clémence Toublanc et Sandra Vavdin

Préparation-lecture : Élisabeth Bernard

Cartographie : Frédéric Clémençon et Aurélie Huot

Fabrication : Nathalie Lautout et Audrey Detournay

Relations presse France : COM’PROD, Fred Papet.  01-70-69-04-69.  info.fr 

Direction marketing : Adrien de Bizemont, Clémence de Boisfleury et Charlotte Brou

Contacts partenariats : André Magniez (EMD).  andremagniez@gmail.com 

Édition des partenariats : Élise Ernest

Informatique éditoriale : Lionel Barth

Couverture : Clément Gloaguen et Seenk

Maquette intérieure : le-bureau-des-affaires-graphiques.com, Thibault Reumaux et npeg.fr

Relations presse : Martine Levens (Belgique) et Maureen Browne (Suisse)

Régie publicitaire : Florence Brunel-Jars

Pour que votre pub voyage autant que nos lecteurs,
contactez nos régies publicitaires :

fbrunel@hachette-livre.fr 

veronique@routard.com 

Remarque importante aux hôteliers et restaurateurs

Les enquêteurs du Routard travaillent dans le plus strict anonymat. Aucune réduction, aucun avantage quelconque, aucune rétribution n’est jamais demandé en contrepartie. Face aux aigrefins, la loi autorise les hôteliers et restaurateurs à porter plainte.

Avis aux lecteurs

Le Routard, ce n’est pas comme le bon vin, il vieillit mal. On ne veut pas pousser à la consommation, mais évitez de partir avec une édition ancienne. Les modifications sont souvent importantes.

Les réductions accordées à nos lecteurs ne sont jamais demandées par nos rédacteurs afin de préserver leur indépendance. Les hôteliers et restaurateurs sont sollicités par une société de mailing, totalement indépendante de la rédaction, qui reste donc libre de ses choix. De même pour les autocollants et plaques émaillées.

Avec Routard.com, choisissez, organisez, réservez et partagez vos voyages !

✓ Rejoignez la plus grande communauté francophone de voyageurs : plus de 2 millions de visiteurs !

✓ Échangez avec les routarnautes : forums, photos, avis d’hôtels.

✓ Retrouvez aussi toutes les informations actualisées pour choisir et préparer vos voyages : plus de 200 fiches pays, une centaine de dossiers pratiques et un magazine en ligne pour découvrir tous les secrets de votre destination.

✓ Enfin, comparez les offres pour organiser et réserver votre voyage au meilleur prix.

Les Routards parlent aux Routards

Faites-nous part de vos expériences, de vos découvertes, de vos tuyaux. Indiquez-nous les renseignements périmés. Aidez-nous à remettre l’ouvrage à jour. Faites profiter les autres de vos adresses nouvelles, combines géniales… On adresse un exemplaire gratuit de la prochaine édition à ceux qui nous envoient les lettres les meilleures, pour la qualité et la pertinence des informations. Quelques conseils cependant :
– Envoyez-nous votre courrier le plus tôt possible afin que l’on puisse insérer vos tuyaux sur la prochaine édition.
– N’oubliez pas de préciser l’ouvrage que vous désirez recevoir, ainsi que votre adresse postale.
– Vérifiez que vos remarques concernent l’édition en cours et notez les pages du guide concernées par vos observations.
– Quand vous indiquez des hôtels ou des restaurants, pensez à signaler leur adresse précise et, pour les grandes villes, les moyens de transport pour y aller. Si vous le pouvez, joignez la carte de visite de l’hôtel ou du resto décrit.
– N’écrivez si possible que d’un côté de la lettre (et non recto verso).
– Bien sûr, on s’arrache moins les yeux sur les lettres dactylographiées ou correctement écrites !