Inde du Nord 5 - Rajasthan

De
Publié par

Ce chapitre Rajasthan est issu du guide consacré à la destination Inde du Nord.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.







Publié le : jeudi 27 février 2014
Lecture(s) : 13
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816144123
Nombre de pages : 299
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
cover.jpg

Sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SECTIONS SPÉCIALES

Fort rouge en 3D.

Taj Mahal en 3D

Fatehpur Sikri en 3D

Temples de khajuraho en 3D

Architecture religieuse

i0002.jpg

Sur la route

i0050.jpg
i0083.jpg

Rajasthan

Dans ce chapitre

Jaipur

Keoladeo Ghana National Park

Shekhawati

Pushkar

Ranthambhore National Park

Bundi

Chittorgarh (Chittor)

Udaipur

Jodhpur

Jaisalmer

Bikaner

Le top des forts et des palais

Le top des escapades

Pourquoi y aller

Le Rajasthan, ou “pays des rois”, porte bien son nom. C’est en effet le domaine des maharajas, avec leurs forteresses majestueuses et leurs palais. De fait, si l’Inde entière est parsemée des ruines de splendides bastions, nulle part ailleurs on découvre des places fortes aussi somptueuses, dressées dans les paysages désertiques de cette contrée.

Or, les attraits du Rajasthan ne se limitent pas à ses trésors architecturaux. C’est également une terre de dunes et de jungle, peuplée de tigres et parcourue de caravanes, où chatoient aussi bien les joyaux vendus aux étals que ceux, moins tangibles mais non moins brillants, d’une culture vivace. Les festivals s’y succèdent sans trêve, et l’artisanat, à l’instar de la gastronomie, y sont tout simplement fabuleux. Une telle région accorde tant d’émerveillement et de souvenirs que vous ne voudrez plus la quitter.

Quand partir

i0084.jpg

Jaipur

Octobre

Les safaris pour observer les tigres reprennent au Ranthambhore National Park.

 

Octobre/ novembre

La foire de Pushkar : pour les chameaux et les spectacles culturels.

 

Mars

La fête des Éléphants de Jaipur précède les célébrations endiablées de Holi.

Saveurs

Au Rajasthan, comme dans tout le Nord, les curries aux parfums moghols et les tandooris à la saveur fumée tiennent une place de choix, à côté de spécialités régionales. Les kachori, samosas ronds, farcis au dhal masala, constituent un parfait en-cas de rue. Quant aux gatta, ces boulettes à la farine de pois chiches cuites dans une sauce au yaourt figurent parmi les mets favoris des Rajasthanis. Pour vous rafraîchir, dégustez un lassi makhania (au safran), épais et crémeux, ou un kheer (gâteau de riz crémeux), léger et parfumé.

LES INCONTOURNABLES

À Jaipur, le City Palace est au cœur d’un quartier riche en sites prestigieux, parmi lesquels le Jantar Mantar, le Hawa Mahal et l’Iswari Minar Swarga Sal. La forteresse d’Amber est l’attrait principal de la région de Jaipur. Les amateurs d’ouvrages militaires découvriront le plus beau de tous : le fort de Jaisalmer, dressé dans le désert, tel un mirage. Presque aussi belle, l’imposante forteresse de Jodhpur, Mehrangarh, semble faire corps avec son socle rocheux. Des constructions plus isolées méritent le détour, tels le Kumbhalgarh et l’énorme Chittorgarh. Les passionnés de nature pourront observer les oiseaux au Keoladeo Ghana National Park et ne manqueront pas l’occasion de voir un tigre dans le Ranthambhore National Park. Quant aux romantiques, ils apprécieront la ville d’Udaipur, lovée au bord d’un lac.

Le top des fêtes et festivals

  • Festival du Déserth(fév ; Jaisalmer, Cliquez ici). Les moustachus se présentent au concours de “Monsieur Désert”, entre autres divertissements.
  • Fête des Éléphantsh(mars ; Jaipur, Cliquez ici). Défilés, matchs de polo et tirs à la corde entre hommes et éléphants.
  • Gangaurh(mars/avr ; partout dans l’État). Fête dans tout l’État, qui célèbre l’amour de Shiva et de Parvati ; particulièrement fervente à Jaipur.
  • Fête du Mewarh(mars/avr ; Udaipur, Cliquez ici). Le Gangaur d’Udaipur : spectacles culturels gratuits et procession colorée jusqu’au lac.
  • Teejh(août ; Jaipur, Cliquez ici, et Bundi, Cliquez ici). Célèbre l’arrivée de la mousson et l’union de Shiva et de Parvati.
  • Dussehra Melah(oct ou nov ; kota, Cliquez ici). Commémore la victoire de Rama sur Ravana (le roi-démon de Lanka) ; on promène des effigies hautes de 22 m emplies de pétards.
  • Fête du Marwarh(oct ; Jodhpur, Cliquez ici, et Osian, Cliquez ici). Célèbre les héros du Rajasthan par la musique et la danse, un jour à Jodhpur et l’autre à Osian.
  • Foire aux dromadaires de Pushkarh(oct/nov ; Pushkar, Cliquez ici). Gigantesque réunion de dromadaires, de chevaux, de bétail, de marchands, de pèlerins et de touristes.

PRINCIPAUX POINTS D’ACCÈS

L’aéroport international, la gare ferroviaire et la gare routière principale de Jaipur.

En bref

  • Population : 68,6 millions d’habitants
  • Superficie : 342 239 km2
  • Capitale : Jaipur
  • Langues principales : hindi et rajasthani
  • Hébergement :

    $ moins de 500
    $$ 500-1500
    $$$ plus de 1 500

  • Restauration :

    $ moins de 150
    $$ 150-300
    $$$ plus de 300

Nos conseils

  • Prévoyez de petites coupures (moins de 50) pour les chauffeurs de taxi.
  • Éviter la bousculade en ayant recours aux auto-rickshaws prépayés situées devant les gares ferroviaires.
  • Pour un court voyage en train, si les billets sont épuisés, achetez un billet sans réservation “general ticket” et serrez-vous en 2e classe.

Sur la Toile

  • Festivals of India
    ( www.festivalsofindia.in)
  • Incredible India
    ( www.incredibleindia.org)
  • Rajasthan Tourism
    ( www.rajasthantourism.gov.in )

À ne pas manquer

1Le fort en grès de Jaisalmer (Cliquez ici), aux airs de mirage, puis la traversée du désert à dos de dromadaire

2La ville de Pushkar (Cliquez ici), haut lieu de pèlerinage aux édifices de couleur pastel

3Les tigres de la jungle luxuriante du Ranthambhore National Park (Cliquez ici) et sa citadelle, érigée au sommet d’une falaise

4Les secrets de Mehrangarh (Cliquez ici), magnifique forteresse dans la ville bleue de Jodhpur

5L’ambiance romantique d’Udaipur (Cliquez ici), avec ses vues féeriques sur le lac et ses palais

6Les marchés colorés de la ville rose (Cliquez ici) à Jaipur, capitale d’État, et la visite du merveilleux fort d’Amber (Cliquez ici)

7Les charmes simples et l’ambiance décontractée de la paisible Bundi (Cliquez ici)

8Les cités oubliées du Shekhawati (Cliquez ici) et les fresques de leurs haveli rongés par le temps

i0085.jpg

Histoire

Le Rajasthan fut le berceau des Rajput, guerriers organisés en clans qui contrôlèrent la région pendant plus d’un millénaire. En dépit des mariages de convenance et des alliances temporaires, orgueil et indépendance l’emportaient invariablement, avec pour prix d’incessantes luttes internes, lesquelles les affaiblirent au point qu’ils tombèrent, le moment venu, sous la coupe de l’Empire moghol.

La bravoure et le sens de l’honneur des Rajput confinaient au paroxysme. Ces guerriers bataillaient envers et contre tous et, lorsqu’il n’y avait plus d’espoir, déclaraient le jauhar (suicide collectif des civils). Les hommes revêtaient des tuniques couleur safran et partaient affronter l’ennemi, alors que les femmes et les enfants s’immolaient sur un bûcher funéraire. On comprend pourquoi les empereurs moghols eurent tant de mal à contrôler cette partie de l’Empire.

Avec le déclin de l’Empire moghol, les Rajput retrouvèrent peu à peu leur indépendance… jusqu’à l’arrivée des Britanniques. L’expansion inexorable du Raj poussa la plupart des États rajput à s’allier aux Britanniques, qui leur permirent de conserver leur autonomie moyennant certaines astreintes politiques et économiques.

Pour les souverains rajput, ces alliances furent le commencement de la fin. La prodigalité prit bientôt le pas sur l’esprit chevaleresque et, au début du XXe siècle, nombre de maharajas passaient le plus clair de leur temps à voyager à travers le monde, occupant des étages entiers dans les hôtels les plus prestigieux. Si ces excès arrangeaient les Britanniques, le gaspillage afférent eut des conséquences catastrophiques pour la région sur les plans social et économique. À l’avènement de l’Indépendance, l’espérance de vie et le taux d’alphabétisation au Rajasthan étaient parmi les plus bas du pays.

Au lendemain de l’Indépendance, le parti du Congrès, alors au pouvoir, dut conclure un marché avec les États rajput indépendants, afin d’obtenir leur adhésion à l’Inde nouvelle. Les maharajas purent conserver leurs titres et leurs biens et obtinrent la garantie d’un revenu annuel. Cette situation privilégiée ne pouvait perdurer ; Indira Gandhi y mit un terme au début des années 1970 en abolissant titres et revenus et en séquestrant leurs biens.

Depuis, le Rajasthan a fait des progrès notoires, même s’il demeure un État pauvre. Le poids des traditions pèse encore lourdement sur les femmes. Cependant, en 2011, le taux d’alphabétisation atteignait 67% (81% chez les hommes, 53% chez les femmes, soit une nette hausse par rapport aux 18% en 1961 et 39% en 1991). Le taux n’en reste pas moins le troisième plus bas au rang national, et l’écart entre hommes et femmes le plus important du pays.

EST DU RAJASTHAN

Jaipur

%0141/ 3 MILLIONS D’HABITANTS

Capitale du Rajasthan, Jaipur est une cité historique fascinante et la porte d’entrée de l’État le plus exubérant de l’Inde.

Dans ses rues colorées, l’ancien et le nouveau cohabitent de façon chaotique : les bus lancés à vive allure doivent éviter les dromadaires au pas nonchalant, les rickshaws évoluent au ralenti devant des meutes de motocyclistes impatients, le tout dans le pétaradement des innombrables auto-rickshaws. Au milieu de cette agitation, les splendides vestiges de la cité des Victoires sont des havres de tranquillité évoquant le rythme paisible d’un monde révolu. Au cœur de Jaipur, le City Palace continue d’accueillir l’ancienne famille royale, le Jantar Mantar (observatoire royal) demeure empreint de céleste majesté et le Hawa Mahal veille sur le bazar en contrebas depuis ses multiples fenêtres. Un peu plus loin, dans les collines arides qui entourent la ville, se détache la silhouette féerique du fort d’Amber.

Histoire

La cité doit son nom à son fondateur, le grand guerrier et astronome Jai Singh II (1688-1743), qui monta sur le trône à l’âge de 11 ans, après la mort de son père, le maharaja Bishan Singh. Tous deux étaient des descendants du clan rajput des Kachhwaha, qui imposèrent leur pouvoir dans la région au XIIe siècle. Leur capitale se trouvait alors à Amber (prononcez “aimeur”), à 11 km au nord-est de l’actuelle Jaipur, où ils érigèrent l’imposant fort d’Amber.

En 1727, la richesse croissante du royaume, la nécessité de loger une population en plein essor et une pénurie d’eau dans la capitale convainquirent le maharaja de construire une nouvelle ville.

Première cité d’Inde du Nord planifiée, à la symétrie parfaite, Jaipur, reflétait les idées pionnières du souverain en matière d’urbanisme et la remarquable compétence de son architecte, Vidyadhar Bhattacharya. Un demi-siècle plus tard, en 1876, le maharaja Ram Singh fit peindre toute la vieille ville en rose – couleur de l’hospitalité – pour recevoir le prince de Galles (le futur Édouard VII). La loi impose désormais aux résidents de préserver la couleur de leur façade.

1À voir

Un billet combiné (composite ticket, Indiens/ étrangers/étudiants 50/300/150), valable 2 jours à partir de la date d’achat, inclut les droits d’entrée au fort d’Amber, au Central Museum, au Jantar Mantar, au Hawa Mahal et au Narhargarh.

1Vieille ville (ville rose)

La vieille ville (que certains nomment la ville rose) est en partie ceinturée d’un rempart crénelé ponctué de larges portes (pol). Les principales sont celles de Chandpol, d’Ajmeri et de Sanganeri. Des avenues divisent le quartier en rectangles réguliers, chacun dévolu à un corps de métier, selon les principes de l’antique traité hindou de Shilpa-Shastra. Les grands marchés de la vieille ville sont le Johari Bazaar, le Tripolia Bazaar, le Bapu Bazaar et le Chandpol Bazaar.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi