//img.uscri.be/pth/07a7d644a2eea3cde5518c9d4b331f6133c76728
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Inde du sud et Kerala 6ed

De
1069 pages

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l'Inde du Sud


Un guide complet qui couvre toutes les régions de l'Inde du Sud : Mumbai (Bombay), le Maharashtra, le Karnataka et Bengaluru (Bangalore), l'Andhra Pradesh, le Tamil Nadu et Chennai (Madras), le Kerala et les îles Andaman, ainsi que l'Odisha (Orissa).
De nombreux chapitres introductifs pour bien préparer son voyage : les trains, le yoga et les spas, avec des enfants...
Des sections en couleurs présentent les principaux monuments et temples de l'Inde du Sud (les temples hindous de Madurai, Hampi, Mamallapuram et Thanjavur, les grottes bouddhiques d'Ajanta et d'Ellora, les forts...), et les trésors du Kerala (dont les fameux backwaters).
Des chapitres consacrés à la sécurité (" Femmes et voyageurs en solo ") et des mises en garde sur les escroqueries les plus fréquentes pour un séjour en toute tranquillité.
Plus de 60 pages sur la culture indienne : population, cuisine, arts, artisanat...



Voir plus Voir moins
Illustration

Partout en Inde du Sud, des vestiges rappellent que de grandes civilisations se sont succédées ici depuis deux millénaires. En témoignent les sanctuaires bouddhiques, hindous et jaïns creusés dans la roche à Ajanta et à Ellora ; les palais, les tombeaux, les forteresses et les mosquées illustrant l’époque des dynasties musulmanes du Deccan ; les statues pallava inspirées du Tamil Nadu et les imposants temples chola ; les ruines de Hampi, ancienne capitale du Vijayanagar… et bien d’autres merveilles.

Une nature luxuriante

Des milliers de kilomètres de côte bordent des plaines fertiles et des collines. Le paysage, auquel la double mousson confère une beauté luxuriante, se métamorphose sous les yeux du voyageur. Les rives frangées de palmiers et les canaux qui sillonnent l’arrière-pays à l’ouest cèdent la place aux jardins d’épices, aux plantations de thé, aux forêts tropicales voire aux stations d’altitude dans les Ghats occidentaux. Plus sec et loin d’être plat, le Deccan est traversé de chaînes montagneuses et semé de promontoires rocheux souvent couronnés de forteresses. La région est couverte de forêts sauvages, de parcs et de réserves naturelles, lieux d’observation privilégiés des éléphants, des tigres, des singes ou des ours lippus.

Des villes aux saveurs épicées

Les villes dynamiques du Sud sont les moteurs de l’Inde. Mumbai (Bombay) la provocante et Chennai (Madras) la raffinée, Hyderabad au passé glorieux et Bengaluru (Bangalore), reine des nouvelles technologies, Kochi (Cochin) et Puducherry (Pondichéry) au charme colonial comptent toutes d’innombrables marchés animés et des boutiques colorées. Leur large palette gastronomique met l’eau à la bouche, qu’il s’agisse de simples spécialités méridionales comme les idli (gâteaux de riz) et les dosa (crêpes salées) aux curries de fruits de mer épicés de la côte ouest, en passant par les biryani d’influence moghole et les fantaisies fusion servies dans les restaurants huppés.

Une large palette d’émotions

La spiritualité est le fil d’Ariane reliant ce patchwork qu’est l’Inde contemporaine. La multitude de sites sacrés, de fêtes spectaculaires et de rituels ancestraux témoigne d’une longue histoire religieuse. Le sacré habite les temples hindous envahis de pèlerins et les paisibles sanctuaires perchés sur les hauteurs, imprègne les grottes bouddhiques et les mosquées séculaires des grandes villes. L’Inde est aussi le berceau du yoga : pour approcher la quintessence de l’âme indienne, offrez-vous un séjour de méditation ou de yoga.

Illustration

Pêcheurs à Kovalam (Cliquez ici), Kerala

ROBIN LURANCE / GETTY IMAGES ©

Illustration

Pourquoi j’aime l’Inde du Sud

John Noble, auteur

Le matin au réveil, j’ai au moins une certitude : la journée sera palpitante ! Des États du Maharashtra et de l’Orissa au Kerala, le mot “ennui” n’existe pas. Il est vrai que l’extrême pauvreté côtoie ici l’opulence la plus outrancière, et que la foule et la circulation sont parfois étouffantes, mais j’aime côtoyer la population et admirer les décors naturels, les couleurs et l’architecture. Me frotter à la vie en somme. L’existence semble riche ici d’une diversité qui n’existe nulle part ailleurs. Lors d’un séjour dans l’Inde méridionale, le voyageur ne court qu’un danger : celui de considérer ensuite le reste du monde routinier !

Pour en savoir plus sur nos auteurs, rendez-vousCliquez ici

Illustration

12 façons de voir l’Inde du Sud

Backwaters du Kerala

1 Peu d’endroits sur la planète peuvent rivaliser de beauté avec les backwaters du Kerala (Cliquez ici), ces entrelacs de rivières, de lacs, de lagunes et de canaux qui s’étirent sur 900 km au sein d’une luxuriante végétation tropicale. Pour les découvrir, rien ne vaut quelques jours paisibles à bord d’un house-boat, un bateau en teck aménagé et protégé par un toit de palmes. En glissant au fil de l’eau, tandis que le soleil décline derrière les palmiers et que l’on savoure du poisson frais, on oublie aisément le reste du monde.

Illustration

FELIX HUG / GETTY IMAGES ©

Goa

2 Des plages de sable fin, de douces vagues, des cocotiers, des couchers de soleil flamboyants… Si une destination correspond aux clichés des plages paradisiaques, c’est bien Goa (Cliquez ici) ! À de rares exceptions près, les plages débordent d’animation, avec un incessant défilé de vendeurs ambulants, d’innombrables gargotes et des rangées de chaises longues, sur lesquelles se font dorer une multitude de corps huilés. Goa est aussi réputée pour ses plantations d’épices dans l’arrière-pays et son patrimoine architectural, telles les églises de l’époque portugaise. Agonda (Cliquez ici)

Illustration

ALAN LAGADU / GETTY IMAGES ©

Grottes sacrées du Maharashtra

3 Creusées à flanc de falaise dans un ravin boisé, les sanctuaires des trente grottes d’Ajanta (Cliquez ici) présentent un panorama de l’art bouddhique du IIe siècle av. J.-C. Au fil des siècles, des moines les ont enrichies de sculptures et de peintures d’une grande finesse. À moins de 150 km de là, le long d’un escarpement rocheux, des religieux hindous, jaïns et bouddhistes ont creusé cinq siècles durant les grottes d’Ellora (Cliquez ici), ainsi que le temple de Kailash. Grottes d’Ajanta

Illustration

KEREN SU/GETTY IMAGES ©

Énigmatique Hampi

4 Dans un paysage que d’aucuns jugent surréaliste, Hampi (Cliquez ici) fut jadis la glorieuse capitale du puissant royaume hindou de Vijayanagar. En ruine mais toujours grandioses, ses temples et ses édifices royaux composent une cité sacrée et une autre plus profane qui se combinent avec la nature dans un cadre grandiose : énormes rocs en équilibre sur de minces piédestaux, sanctuaires nichés dans des crevasses ou coracles évoluant près des rizières. Au crépuscule, on se croirait sur une autre planète. Lotus Mahal, Hampi

Illustration