Inde du Sud - Goa

De
Publié par

Ce chapitre Goa est issu du guide consacré à la destination Inde du Sud.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Publié le : jeudi 17 mars 2016
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816159332
Nombre de pages : 210
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Les plus belles plages

Pourquoi y aller

Goa ne ressemble à aucun autre État indien. Cela tient en partie à l’ancienne présence portugaise, aux églises blanchies à la chaux ou à la culture du susegad – ce terme local, qui peut se traduire par “décontraction”, caractérise la vie quotidienne et les Goannais eux-mêmes.

Goa ne se contente pas de son ancienne réputation de paradis pour hippies ou de son actuel statut d’Eldorado balnéaire aux plages sans fin. Cet État est aussi beau et riche culturellement que petit et paisible ; vous pourrez observer les oiseaux dans une forêt remplie de papillons, admirer des cathédrales vieilles de plusieurs siècles, vous aventurer jusqu’à de hautes cascades et des champs d’épices ou flâner dans les charmantes ruelles de la capitale. Ajoutez à cela une cuisine et une architecture aux influences coloniales, un mélange coloré de traditions religieuses, de paillotes de plage et de soirées festives, et vous aurez un avant-goût de ce qui rend Goa si facile à aimer et si difficile à quitter.

Quand partir

Illustration

Septembre-novembre

L’ambiance reste calme après la mousson.

 

Décembre-février

Fêtes et climat idéal ; les prix flambent et la fréquentation est à son maximum.

 

Mars-avril

C’est le temps du carnaval et des fêtes de Pâques, alors que la haute saison s’achève.

Illustration

À ne pas manquer

1Une promenade dans les quartiers portugais de Panaji (Cliquez ici), une croisière sur la Mandovi et un déjeuner dans un restaurant traditionnel

2Ouvrir vos chakras le temps d’un séjour dans l’une des retraites de yoga (Cliquez ici) à Assagao ou à Anjuna

3La cathédrale Sainte-Catherine et l’imposante basilique du Bon Jésus dans Old Goa (Cliquez ici)

4Des achats au marché aux puces d’Anjuna (Cliquez ici) avant d’admirer le soleil couchant en bord de plage

5Vivre pieds nus sur la plage de sable blanc d’ Agonda (Cliquez ici) ou à Cola (Cliquez ici), dans le sud de l’État

6Un coucher de soleil sur la plage de Mandrem (Cliquez ici), calme et mélancolique

7Une sortie en kayak pour voir les dauphins jouer au crépuscule au large de la plage de Palolem (Cliquez ici)

8Une journée à la découverte des épices qui ont fait la réputation de Goa dans une plantation (Cliquez ici) proche de Ponda

9Le charme d’une époque révolue dans les demeures coloniales de Chandor (Cliquez ici)

LE MEILLEUR DES FÊTES

Fête des Trois Rois (Cliquez ici ; h6 janvier, Chandor et Reis Magos). De jeunes villageois interprètent les Rois mages.

Shigmotsav (Shigmo) de Holi (hfévrier-mars, tout l’État). Version goanaise de la fête hindoue de Holi, avec lancers de pigments colorés sur les passants et défilés dans les villes.

Sabado Gordo (hfévrier-mars, Panaji). Cortège de chars et fêtes dans les rues le samedi précédant le carême.

Carnaval (Cliquez ici ; hmars, tout l’État). Cette fête de 4 jours, avant le carême, est particulièrement joyeuse à Panaji.

Fama de Menino Jesus (h 2e lun octobre, Colva). La statue de l’Enfant Jésus est conduite en procession dans les rues de Colva.

Fête de saint François Xavier (Cliquez ici ; h3 décembre, Old Goa). Dix jours de célébrations en l’honneur du jésuite missionnaire, dont le corps repose à Goa.

Fête de Notre-Dame-de-l’Immaculée-Conception (Cliquez ici ; h8 décembre, Margao, Panaji). Foires et concerts autour de l’église de Panaji.

Histoire

De l’Empire maurya d’Ashoka au IIIe siècle av. J.-C. à la longue dynastie des Kadamba, Goa fut gouverné par de nombreux souverains. Des conflits ultérieurs opposèrent le sultanat musulman de Delhi, puis le sultanat Bahmani à l’Empire hindou de Vijayanagar pour sa domination ; ces périodes de violences firent d’innombrables victimes et provoquèrent la destruction d’un grand nombre de temples hindous. Au XVe siècle, la dynastie des Adil Shah du sultanat de Bijapur fondèrent la capitale aujourd’hui appelée Old Goa (Velha Goa).

Les Portugais arrivèrent en 1510, décidés à contrôler la lucrative route des épices. Ils défirent les rois de Bijapur et étendirent progressivement leur pouvoir de la capitale, Old Goa (Velha Goa), aux provinces du Sud. La domination portugaise s’accompagna de l’évangélisation des populations par les missionnaires jésuites (en la personne de saint François Xavier, notamment, présent à Goa en 1542). Le Portugal s’imposa dans tout l’État, au besoin par la force ; l’Inquisition apporta répression et brutalité au nom du christianisme, tandis que les gouverneurs avaient pour titre celui de vice-rois des Indes portugaises.

Les Portugais refusèrent l’Indépendance accordée à l’Inde par les Britanniques en 1947. En 1961, après presque une décennie de pourparlers pour persuader les colons de se retirer, l’armée indienne s’empara de Goa en 3 jours, pratiquement sans combat, et mit fin à près de cinq siècles d’occupation portugaise.

Aujourd’hui, Goa bénéficie de l’un des plus hauts revenus par habitant du pays et de taux d’alphabétisation et d’accès aux soins relativement élevés. Le tourisme, les mines de fer (bien que ces dernières suscitent la controverse et aient été fermées en 2013 et 2014 par décision de la Cour suprême), l’agriculture et la pêche constituent les bases de son économie. L’héritage portugais reste omniprésent, dans les nombreuses demeures anciennes, la cuisine, les églises et même la langue.

2Activités

En saison, Goa propose une multitude d’activités : yoga, soins alternatifs, sports nautiques, parapente, observation de la faune ou cours de cuisine.

Yoga et soins alternatifs

Toutes les formes de yoga, méditation, reiki, massages ayurvédiques et autres thérapies à connotation spirituelle sont pratiquées et enseignées à Goa, habituellement en hiver, d’octobre-novembre à avril. Palolem et Patnem au sud, Arambol (Harmal), Mandrem, Anjuna, Assagao et Calangute au nord offrent toutes des cours et possèdent des centres de yoga réputés.

Observation de la faune

Goa est un paradis pour les amoureux de la nature, avec d’innombrables oiseaux et une faune bien cachée, dont des muntjacs et des léopards, dans plusieurs réserves de l’arrière-pays. Day Tripper (Cliquez ici), à Calangute, propose différents circuits consacrés à la nature, tandis que John’s Boat Tours (Cliquez ici), à Candolim, organise des circuits en bateau pour observer les oiseaux, les crocodiles et les dauphins.

Jungle Book (%9822121431 ; www.goaecotourism.com ; Bazar Wada, Colem ; bain/ promenade à dos d’éléphant à partir de 700 ₹), à Colem, est parfait pour approcher les pachydermes.

Sports nautiques

Parachute ascensionnel, jet-ski et excursions en bateau sont proposés sur les plages principales. Palolem, avec une mer relativement calme, est le meilleur endroit pour le kayak. La houle modérée de Goa convient aux surfeurs débutants ; parmi les centres de surf figurent Vaayu Water-man’s Village (Cliquez ici) à Aswem Beach, Surf Wala (Cliquez ici) à Arambol et Banana Surf School (%7057998120 ; www.goasurf.com ; plage d’Utorda ; cours 45-250 € ; h7h30-12h30 oct-mars) à Utorda.

Goa compte quatre centres de plongée assurant des certifications PADI et des sorties à Grande Island et au-delà. Goa Aquatics (Cliquez ici), Barracuda Diving (Cliquez ici) et Goa Diving (%9049442647 ; www.goadiving.com ; cours à partir de 11 000 ₹, 1/2 plongées 3 000/5 000 ₹) sont recommandés.

8Renseignements

La Goa Tourism Development Corporation (Cliquez ici) fournit des cartes et des informations, possède des hôtels dans tout l’État et organise des circuits d’un ou plusieurs jours.

8Depuis/vers Goa

AVION

Seul aéroport de Goa, Dabolim est desservi par des vols intérieurs directs (assurés par Jet Airways, Air India, SpiceJet ou IndiGo), quelques vols internationaux du Moyen-Orient, et des charters saisonniers, provenant essentiellement d’Europe et de Russie.

BUS

De nombreux bus longue distance inter-États – publics et privés – circulent depuis/vers Panaji, Margao, Mapusa et Chaudi, près de Palolem. Les tarifs des bus privés sont un peu plus élevés que ceux des bus publics Kadamba et varient au cours de l’année. Les bus longue distance peuvent être standard, climatisés (AC), Volvo (les sièges les plus confortables) et couchettes. Pour les prix, les horaires et les réservations en ligne, consultez www.goakadamba.com.

TRAIN

La principale ligne de chemin de fer qui traverse Goa, la Konkan Railway, relie Mumbai (Bombay) et Mangalore et poursuit vers le sud jusqu’à Trivandrum. La gare de Madgaon, à Margao, est la plus grande gare de Goa. Consultez la rubrique Margao (Cliquez ici) pour des indications sur les trains. Parmi d’autres gares moins importantes, citons Pernem pour Arambol, Thivim pour Mapusa et les plages du Nord, Karmali (Old Goa) pour Panaji et Canacona pour Palolem.

8Comment circuler

DEPUIS/VERS L’AÉROPORT

À Dabolim, un comptoir de taxis prépayés est installé dans le hall des arrivées. Si vous avez un budget très serré et peu de bagages, vous pouvez marcher jusqu’à la route principale et héler l’un des bus fréquents qui circulent vers l’est de Vasco da Gama à Margao, puis prendre une correspondance.

TARIFS DES HÔTELS À GOA

Les prix des hébergements à Goa varient fortement selon la saison et la demande. Ceux de la haute saison sont appliqués de novembre à fin février, mais ils grimpent encore durant la période de Noël et du Nouvel An (22 décembre-3 janvier), pic de l’affluence touristique. Octobre et mars-avril constituent les intersaisons. La basse saison correspond à la mousson (mai-septembre). Ces dates peuvent légèrement fluctuer en fonction de la mousson et de la délivrance des permis pour les huttes de plage (renouvelés tous les deux ans). Outre des hôtels, des cabanes de plage et des pensions saisonnières, des chambres chez l’habitant et des maisons sont proposées tout le long de la côte, généralement pour des séjours d’une semaine ou plus.

Les prix indiqués dans ce chapitre correspondent à la haute saison – mais non à la période de Noël, quand la réservation est indispensable. Renseignez-vous sur les tarifs et les réductions. La plupart des établissements demandent de libérer les chambres à 11h ou 12h. Pour comparer ou réserver des huttes de plage dans le sud de Goa, consultez www.beachhutbooking.com (en anglais). La gamme de prix dans ce chapitre est la suivante :

$ moins de 1 200 ₹

$$ 1 200-5 000 ₹

$$$ plus de 5 000 ₹

BUS

Un vaste réseau de bus locaux fréquents dessert Goa ; les tarifs varient de 5 à 40 ₹. Pour se déplacer entre le nord, le centre et le sud de Goa, il faut changer à Panaji ou à Margao.

TAXI ET AUTO-RICKSHAW

Les taxis sont largement disponibles pour se déplacer d’une ville à l’autre, mais le syndicat local impose des tarifs élevés, surtout la nuit. Nouvelle initiative de Goa Tourism, le Women Taxi Service (% 0832-2437437), avec des femmes chauffeurs entraînées aux arts martiaux, se réserve uniquement par téléphone et n’accepte que les femmes, les couples et les familles. Les véhicules sont équipés de GPS et de compteurs précis et la course peut même se régler par carte bancaire.

Contrairement au reste de l’Inde, les auto-rickshaws, peu fréquents ici, ne sont pas beaucoup moins chers que les taxis. Ils restent pratiques pour les courts trajets. Les motos-taxis, appelés “pilots”, sont autorisés à Goa et reconnaissables à leur garde-boue avant jaune. Ils stationnent à proximité des principales stations de taxi et des stations balnéaires ; la course coûte deux fois moins cher qu’en taxi.

VOITURE ET MOTO

Vous pourrez facilement louer une voiture avec chauffeur pour des excursions d’une journée. Comptez à partir de 2 000 ₹ la journée (habituellement 8 heures et 80 km). Si vous préférez conduire et pour plus d’indépendance, vous pouvez également louer une voiture sans chauffeur ; prévoyez de 900 à 1 200 ₹ par jour pour une petite Maruti et environ 2 000 ₹ pour une grande jeep, sans l’essence et généralement avec un kilométrage limité. Le mieux consiste à réserver en ligne sur des sites comme www.goa2u.com et www.mygoatour.com.

De nombreux touristes circulent à scooter ou à moto. La location s’effectue facilement et coûte de 200 à 300 ₹ par jour pour un scooter, 400 ₹ pour une petite moto Yamaha et 500 ₹ pour une Royal Enfield Bullet. Les prix baissent considérablement pour une location d’une durée supérieure à quelques jours ou en basse saison. Ils suivent la loi de l’offre et de la demande, aussi n’hésitez pas à marchander si vous remarquez de nombreux véhicules disponibles.

DROGUES

Acide, ecstasy, cocaïne, charas (cannabis) et toute autre forme de drogue sont illégaux en Inde. Acheter ou transporter de la drogue est puni par la loi. La prison de Fort Aguada à Goa est remplie de détenus, dont des étrangers, qui purgent de longues peines pour avoir enfreint les lois antidrogue. La possession de substances illégales, même en infime quantité, peut valoir dix ans de prison.

Gardez à l’esprit que les routes de Goa, souvent meilleures qu’ailleurs en Inde, peuvent être dangereuses, encombrées de piétons, d’animaux et de véhicules en panne, sans compter les nids-de-poule, les ralentisseurs et les virages en lacet. Roulez lentement, évitez de conduire la nuit (quand il est difficile de discerner les vaches noires et les touristes éméchés), n’essayez pas de traverser l’État du nord au sud en une journée sur un scooter de 50 cm3 et portez un casque, en théorie obligatoire, bien que les Goanais et les touristes continuent d’ignorer cette loi.

CENTRE DE GOA

Panaji (Panjim)

115 000 HABITANTS

Panaji (Panjim), l’une des capitales d’État les plus détendues du pays, surplombe l’embouchure de la large Mandovi, où les lumières des bateaux et des casinos flottants se reflètent dans la nuit. Une majestueuse église chaulée domine le centre-ville, un grand boulevard arboré longe le fleuve et d’imposants édifices de l’époque coloniale côtoient des boutiques bohèmes, des librairies à l’ancienne et des bistrots.

Toutefois, le lacis d’étroites ruelles dans le vieux quartier de Fontainhas reste l’endroit le plus séduisant. Nulle part ailleurs l’influence portugaise ne se ressent aussi fortement : en fin d’après-midi, le soleil réchauffe les maisons jaunes aux portes pourpres et chaque coin de rue révèle des demeures décaties couleur ocre avec balcons en fer forgé, toits de tuiles rouges et fenêtres à carepas (en coquilles d’huître). Panjim est une ville où flâner, profiter de la quiétude à l’heure de la sieste, se régaler dans de bons restaurants et rencontrer de vrais Goanais. La capitale mérite un jour ou deux de visiste et constitue une part essentielle de la découverte de Goa.

1À voir et à faire

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Chili - Le Centre

de lonely-planet

Canal musée

de challenges