Inde du Sud - Tamil Nadu

De
Publié par

Ce chapitre Tamil Nadu est issu du guide consacré à la destination Inde du Sud.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Publié le : jeudi 17 mars 2016
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816159387
Nombre de pages : 290
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sommaire
SUR LA ROUTE TAMIL NADU Chennai (Madras) Nord du Tamil Nadu De Chennai à Mamallapuram Mamallapuram (Mahabalipuram) Kanchipuram Vellore Tiruvannamalai Gingee (Senji) Puducherry (Pondichéry) Auroville Centre du Tamil Nadu Chidambaram Kumbakonam Thanjavur (Tanjore) Trichy (Tiruchirappalli) Sud du Tamil Nadu Chettinadu Madurai Rameswaram Kanyakumari (Cap Comorin) Ghats occidentaux Kodaikanal (Kodai) Coimbatore Coonoor Kotagiri Ooty (Udhagamandalam) Mudumalai Tiger Reserve INDE DU SUD PRATIQUE
Escroqueries Voyageurs en solo Carnet pratique Transports Santé Langues Index Légende des cartes
Sur la route
Tamil Nadu et Chennai (Madras)
Dans ce chapitre¨ Chennai (Madras) Mamallapuram (Mahabalipuram) Puducherry (Pondichéry) Thanjavur (Tanjore) Trichy (Tiruchirappalli) Madurai Ooty (Udhagamandalam)
Les plus beaux temples
¨Sri Meenakshi (Cliquez ici) ¨Brihadishwara (Cliquez ici) ¨Arunachaleshwar (Cliquez ici) ¨Sri Ranganathaswamy (Cliquez ici) ¨Nataraja (Cliquez ici)
Le top des hébergements
¨Visalam (Cliquez ici) ¨Les Hibiscus (Cliquez ici) ¨Bungalow on the Beach (Cliquez ici) ¨Sinna Dorai’s Bungalow (Cliquez ici) ¨180º McIver (Cliquez ici)
Pourquoi y aller
Le Tamil Nadu est le berceau d’une culture millénai re dont la langue, la danse et la poésie tamoules, ainsi que la religion hindoue, restent l’expression bien vivace. Dans cet État tourné depuis toujours vers le commerce, l’ancrage dans la tradition va de pair avec le dynamisme. Dans ses fameux temples hindous, des fidèles s’enduisent le front de tikka (à base de poudre rouge) avant de rejoindre l’entreprise d’informatique où ils développent de nouveaux logiciels… puis de décompresser dans les lieux nocturnes huppés de Chennai (Madras), qui se modernise à grande vitesse. Quand la chaleur et le bruit des villes-temples se font trop pesants, échappez-vous vers l’extrême pointe sud de l’Inde, où trois océans se rencontrent, ou dans les collines boisées et peuplées d’animaux des Ghats occidentaux. Fort de ces richesses et fier de sa différence avec le reste de l’Inde, le Tamil Nadu demeure l’un des États les plus accueillants du pays.
Quand partir
JanvierPériode la plus tempérée. Les célébrations de Pongal envahissent les rues. Juillet-septembreCap sur les stations climatiques d’altitude, quand il fait encore bon.
Novembre-décembreLa pleine lune est l’occasion d’une belle fête des Lumières.
À ne pas manquer
1L’atmosphère franco-indienne si particulière de l’anciennePondichéry(Puducherry ;Cliquez ici) 2L’air frais et les forêts environnées de brume des Ghats occidentaux àKodaikanal(Cliquez ici) ou àOoty(Cliquez ici) 3Le temple de Brihadishwara (Cliquez ici), joyau de l’architecture chola, àThanjavur(Tanjore) 4Une nuit dans une demeure duChettinadu(Cliquez ici) 5Les multiples facettes deChennai(Madras ;Cliquez ici), à la fois traditionnelle et cosmopolite 6Le magnifique temple de Sri Meenakshi (Cliquez ici) àMadurai 7Le charme tranquille deTranquebar(Cliquez ici), un ancien comptoir danois 8La faune rare et exotique de laMudumalai Tiger Reserve(Cliquez ici)
Histoire
Les Tamouls se considèrent comme les porte-drapeaux de la civilisation dravidienne (celle de l’Inde pr é-aryenne), issue de peuples parlant des langues dravidiennes. Les quatre formes principales de cette famille linguistique sont enr acinées dans l’Inde du Sud : le tamoul, le malayalam (Kerala), le télougou (Telanga na et Andhra Pradesh) et le kannada (Karnataka). La culture et l’histoire de l’Inde du Sud diffèrent donc de celles de l’Inde du Nord a ryenne. L’origine de leur identité, qui remonte à l ’Antiquité, constitue pour les Tamouls une grande fierté. Malgré l’implantation très ancienne des Dravidiens dans le Sud, les premières civilisations de l’Indus , dans le Nord, présentaient déjà, il y a 4 000 ans, des éléments de la culture dravidienne. C’est notamment le cas d’une divinité en position de lotus, qui pourrait être la première représentation de l’archétype du y ogi. Savoir si la culture dravidienne était répandu e dans toute l’Inde avant l’arrivée de la culture aryenne dans le Nord au IIe millénair e av. J.-C., ou si les Dravidiens n’atteignirent le Sud que parce qu’ils furent repoussés par l’arrivée des Aryens dans le Nord, fa it l’objet de débats. Mais il est sûr que l’éloigne ment géographique a permis aux cultures de l’Inde du Sud de se développer de façon presque continue pendant plus de 2 000 ans, à l’ab ri des influences ou des invasions nord-indiennes. La langue tamoule était bien établie dans le Tamil Nadu dès le III e siècle av. J.-C., vers le début de la période Sangam, au cours de laquelle les poètes tamouls produisirent le corpus de littérature classique appelé littérature Sangam. Des récits romanesques de cette époque prétendent que la région était alors gouvern ée par des rois-poètes ; un voyageur de l’époque dé crivit les Tamouls comme préférant les pétales de rose à l’or. L’ère Sangam, qui dura jusque vers l’an 300, vit se développer trois grandes dynasties dans différente s régions du Tamil Nadu (“pays tamoul”) : les Chola, les plus anciens, au centre, les Chera à l’ouest et les Pandya au sud.
TARIFS HÔTELIERS
Les catégories de prix pour ce chapitre sont les suivantes : $moins de 1 100 $$1 100-5 000 $$$plus de 5 000
Au VIIe siècle, les Pallava, également tamouls, éta blirent un empire basé à Kanchipuram, qui s’étendai t du Tamil Nadu jusqu’à l’Andhra Pradesh, au nord. C’est à eux que l’on doit les superbes sculptures de Mamallapuram (Mahabalipuram) et la construction des premiers temples en pierre taillée (et non creusés dans la roche). Vinrent ensuite les Chola de l’époque médiévale (do nt les liens avec les premiers Chola restent flous), installés dans la vallée de la Cauvery au centre du Tamil Nadu. À leur apogée, ils régnaient sur le Sri Lanka et les Maldives, ainsi que sur une grande partie de l’Inde du Sud. Ils étendirent leur influence jusqu’en Asie du Sud-Est, où ils propagèrent les croyance s tamoules en la réincarnation et au karma, ainsi que la pratique du yoga. Sous les Chola, l’architecture dravidienne franchit une nouvelle étape, avec les grandioses temples à tours de Thanjavur (Tanjore) et de Gangaikondacholapuram, et l’art de la sculpture en bronze atteignit son apogée, en particulier dans les représentations de Shiva en Nataraja, le danseur cosmique. Les gopuras, ces hautes tours-portails caractéristiques des temples d’Inde du Sud, firent leur apparition à la fin de l’époque des Chola. À la fin du XIV e siècle, une grande partie du Tamil Nadu était sous l’emprise de l’Empire vijayanagar basé à Hampi (Karnataka). Lorsque cet empire s’affaiblit au XVIe siècle, cert ains de ses gouverneurs locaux, les Nayak, fondèren t de solides royaumes indépendants, notamment à Madurai et à Thanjavur. N ombre des statues et bas-reliefs des temples tamoul s sculptés avec un souci extrême du détail sont l’œuvre de sculpteurs vijayanagar et nayak. Les Européens commencèrent à s’intéresser aux côtes du Tamil Nadu au XVI e siècle, quand les Portugais s’établirent à San Thome. Hollandais, Britanniques, Français et Danois, arrivés au XVIIe siècle, conclurent des accords avec les souverains locaux pour installer des comptoirs commerciaux sur le littoral . Finalement, une série de conflits pour la dominat ion coloniale opposa les Britanniques, basés à Madras (actuelle Chennai), et les Français, basés à Pondichéry (Puducherry). Les trois guerres carnatiques (1744-1763) virent la victoire finale des premiers. À la fin du XVIIIe siècle, ils avaient assuré leur domination sur la majorité du territoire tamoul.
LEΜEILLEUR DES FÊTES ET DES FESTIVALS DU TAΜIL NADU
Pongal(dans tout l’État ;hmi-janvier), l’une des fêtes majeures du Tamil Nadu, marque la fin des moissons. Elle tire son nom du plat de riz et de lentilles cuisiné à cette occasion dans des marmites en terre neuves. Les animaux, en particulier les vaches, sont honorés pour leur contribution aux moissons. Autres manifestations importantes : Festival international de yoga(Cliquez ici;h4-7 janvier). À Puducherry. Thyagaraja Aradhana(Cliquez ici;hjanvier). Musique carnatique à Thiruvaiyaru. Teppam(Cliquez ici ;hsion des divinités du temple de Meenakshi dans lesjanvier/février), ou Flotte du Grand Bassin. Proces rues de Madurai. Natyanjali(Cliquez ici;hfévrier/mars). Cinq jours de danse indienne classique à Chidambaram. Chithirai(Cliquez ici;havril/mai). Madurai célèbre pendant deux semaines l’union de Meenakshi et de Sundareswarar (Shiva). Karthikai Deepam(Cliquez ici; dans tout l’État ;hnovembre/décembre). Fête des Lumières. ΜadrasΜusic & Dance Season(Cliquez ici;hmi-décembre à mi-janvier). Grand événement de musique et de danse d’Inde du Sud dans la capitale de l’État. Festival deΜamallapuram (Cliquez ici ;hque et folklorique de toutedécembre-janvier). Quatre week-ends de danse classi l’Inde sur des scènes en plein air à Mamallapuram.
La région gouvernée par les Britanniques depuis Madras, la “Madras Presidency”, incluait en partie l’Andhra Pradesh, le Kerala et le Karnataka. L’accord perdura après l’indépendance de l’Inde en 1947, jusqu’à la création des quatre Éta ts du Sud, sur des bases linguistiques, dans les années 1950. Le Tamil Nadu (72,1 millions d’habitants) ne prendra officiellement ce nom qu’en 1968.
CHENNAI (MADRAS)
%044 / 8,7 MILLIONS D’HABITANTS Plongée dans une chaleur oppressante, la “capitale du Sud” a toujours fait figure de parent pauvre parmi les quatre plus grandes villes du pays, avec ses rues embouteillées et ses sites t ouristiques peu nombreux. Cependant, si vous avez l e temps d’explorer ses quartiers et de comprendre son rôle de gardienne de s traditions artistiques et religieuses de l’Inde d u Sud, cette agglomération de quelque 400 km2 sur la côte de Coromandel saura vous séduire. L’un des atouts majeurs de Chennai est ses habitant s, d’un enthousiasme contagieux dès qu’il s’agit de leur ville ; ici, on ne vous harcèlera pour vous vendre quelque chose. Ces derni ères années, hôtels de luxe, boutiques clinquantes, restaurants de style contemporain et clubs chics ouverts jusqu’au petit matin sont venus ajouter une touche de glamour cosm opolite. Même si vous vous trouvez à Chennai entre deux correspondances, profitez-en pour visiter l’un de ses m usées ou temples et vous promener sur Marina Beach au coucher du soleil. L’ancien fort Saint-George et George Town, dédale d e ruelles et de bazars, constituent le cœur historique de la ville. La plupart des meilleurs hébergements, restaurants, bars et commer ces sont regroupés dans les faubourgs sud et sud-ou est, tels que Nungambakkam, T Nagar (Thyagaraya Nagar), Alwarpet et, de plus en plus, Velachery et Guindy. Anna Sala i (Mount Rd) constitue le principal axe nord-sud.
Histoire
Le quartier de Mylapore, au sud, est bien antérieur au reste de Chennai, puisque ses premiers habitant s commerçaient avec les Grecs, les Romains et les Chinois. En 1523, les Por tugais s’établirent non loin sur la côte, à San Tho me. En 1639, la Compagnie britannique des Indes orientales conclut un accord avec le souverain de Vijayanagar pour bâtir un fort et un comptoir commercial dans le bourg de pêcheurs de Madraspatnam. Ce fut le fort Saint-George, érigé entre 1640 et 1653.
Chennai (Madras) 1Les incontournables 1Fort Saint-George 2Temple de Kapaleeshwarar 3Cathédrale Saint-Thomas 1À voir 4Clive’s Corner 5Fort Museum 6High Court (palais de justice) 7Phare (Madras Lighthouse) 8Marina Beach 9Temple de Parthasarathy 10Sri Ramakrishna Math 11Église Sainte-Marie Tombeau de saint Thomas 12Vivekananda Illam (musée) 2Activités 13Detours 14Krishnamacharya Yoga Mandiram 15Storytrails 4Où se loger 16Footprint B&B 17Hyatt Regency 18Madras B&B Raintree 5Où se restaurer 19Big Bazaar Chamiers Copper Chimney Dakshin 20Enté Keralam 21Hotel Saravana Bhavan (George Town) 22Hotel Saravana Bhavan (Mylapore) 23Hotel Saravana Bhavan (T Nagar) 24Jannal Kadai 25Junior Kuppanna 26Mehta Brothers 27Murugan Idli Shop 28Natural Fresh 29Seena Bhai Tiffin Centre 30Spencer’s 6Où prendre un verre et faire la fête 31Brew Room 32Dublin 33Zara the Tapas Bar 3Où sortir Bharatiya Vidya Bhavan 34Music Academy 7Achats 35Amethyst Room Anokhi Chamiers 36Chennai Citi Centre 37Fabindia Kumaran Silks 38Nalli Silks 8Renseignements 39Consulat d’Allemagne 40Consulat du Japon 41Kauvery Hospital 42M.Rm.Rm. Cultural Foundation 43Consulat de Malaisie Milesworth Travel 44Consulat honoraire de Nouvelle-Zélande 45Consulat de Singapour 46Consulat de Thaïlande 47Consulat des États-Unis 8Transports 48Gare routière de Broadway 49Arrêt de bus de Rattan Bazzar Rd 50Gare routière de T Nagar
G2 E7 F7
G2 G2 G1 F6 F5 F5 E7 G2 (voir 3) F5
C7 D8 C7
C7 C6 D7 (voir 18)
B6 (voir 35) (voir 33) (voir 32) D6 F1 E7 B6 E7 B5 F1 B6 F5 F1 D2
D6 C7 D6
(voir 24) D6
C7 (voir 35) (voir 35) E6 B6 (voir 38) A6
C8 C7 D6 E8 C7 (voir 13) D5 C6 C5 C5
F1 F1 A7
Entre 1744 et 1763, les trois guerres carnatiques v irent s’affronter Britanniques et Français, alliés chacun avec des princes locaux rivaux. Les Français occupèrent le fort et Madras de 1746 à 1749, avant d’être défaits et de se retirer à Pondichéry. En tant que capitale de la “Madras Presidency”, l’une des quatre grandes divisions de l’Inde britannique, Madras devint un important centre naval et commercial. Après l’Indépendance, e lle devint la capitale de l’État de Madras, puis de celui du Tamil Nadu qui lui succéda. La ville fut rebaptisée Chennai en 1996. A ujourd’hui, on la surnomme souvent le “Détroit indien” en raison de l’essor de ses industries automobile et informatique.
1À voir
1Centre de Chennai
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.