Japon 4 - Kyoto

De
Publié par



Ce chapitre Kyoto est issu du guide consacré à la destination Japon.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.







Publié le : jeudi 20 février 2014
Lecture(s) : 11
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816143409
Nombre de pages : 129
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Pourquoi y aller

Cœur du pays durant la majeure partie de l’histoire japonaise, Kyōto (京都) conserve, aujourd’hui encore, les secrets de l’âme nippone. Temples séculaires, sanctuaires colorés, superbes jardins… la ville présente le spectacle authentique de ces visions rêvées du Japon qu’entretiennent les Occidentaux. La cité historique est la gardienne des traditions, où les Japonais eux-mêmes viennent s’immerger dans leur propre culture.

Avec 17 sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, plus de 1 600 temples bouddhiques, et plus de 400 sanctuaires shintoïstes – auxquels il faut ajouter des traditions séculaires comme les danses de geishas ou les représentations de kabuki –, Kyōto compte parmi les villes du monde au patrimoine culturel le plus riche. Une ville de celles à voir au moins une fois dans sa vie.

Quand partir

Fin mars à mi-avr La floraison des cerisiers fait de Kyōto l’un des plus beaux sites au monde

Mai-sept Après un mois de juin pluvieux, l’été est très chaud et humide, mais les soirées estivales de Kyōto sont empreintes de magie.

Oct-début déc Temples, sanctuaires et jardins se parent des élégants atours de l’automne.



À ne pas manquer

Une promenade sous les portes vermillon du sanctuaire Fushimi-Inari Taisha

Le reflet d’or du Kinkaku-ji sur le paisible étang

Une nuit dans un ryokan, auberge traditionnelle (Cliquez ici)

Une balade en soirée dans Gion, où apparaîtra peut-être une geisha

L’immersion dans la belle bambouseraie d’Arashiyama

Une promenade au long du Tetsugaku-no-Michi, le chemin de la Philosophie

Une visite au temple Kurama-dera, puis un bain dans la source chaude en contrebas

Les danses des geishas qui célèbrent le printemps et l’automne

L’exploration du marché de Nishiki, que les Kyotoïtes appellent le “garde-manger”

Plan rapproché sur les pages suivantes

Histoire

Le bassin de Kyōto s’est développé dès le VIIe siècle. En 794, c’est là que fut établie la nouvelle capitale du Japon, alors baptisée Heian-kyō. À l’instar de Nara, qui la précéda dans ce rôle, la ville présente un plan en damier selon le modèle chinois de la capitale des Tang, Chang’an (actuelle Xi’an). Bien que Kyōto abritât la résidence de la famille impériale de 794 à 1868 (c’est-à-dire jusqu’à la Restauration de Meiji, lorsque que l’empereur décida d’élire domicile à Tōkyō), la cité ne fut pas toujours le centre du pouvoir politique. Pendant la période de Kamakura (1185-1333), l’administration avait son siège dans la ville du même nom. La période d’Edo (1600-1867) vit ensuite les shoguns Tokugawa gouverner le Japon depuis leur fief d’Edo (actuelle Tōkyō).

Climat

Les meilleures saisons pour visiter Kyōto sont le printemps (mars-mai) et l’automne (fin septembre-novembre), qui bénéficient d’une météo assez constante et d’un climat tempéré.

Kyōto reçoit près de 50 millions de touristes par an. Les sites les plus célèbres sont pris d’assaut à l’époque de la floraison des cerisiers ou des feuillages d’automne. Il est alors difficile de dénicher un hôtel – réservez tôt. Cependant, même durant les jours de pire affluence, vous trouverez toujours des endroits paisibles : souvent, il suffit juste de s’éloigner un peu de la foule.

Orientation

Kyōto présente un plan en damier qui rend l’orientation facile. La gare ferroviaire principale de Kyōto, qui sert aux lignes JR et Kintetsu, se situe au sud de la ville. Le véritable centre de la cité se trouve aux alentours de Shijō-dōri, à environ 2 km au nord de la gare de Kyōto en empruntant Karasuma-dōri. Commerces et vie nocturne sont délimités par Shijō-dōri au sud et Sanjō-dōri au nord, et par Kawaramachi-dōri à l’est et Karasuma-dōri à l’ouest.

Bien que certains hauts lieux touristiques se trouvent au centre de la ville, les sites les plus remarquables s’étendent à l’extérieur, au pied des montagnes de l’est (Higashiyama) et de l’ouest (Arashiyama). Les sites de l’est sont facilement accessibles en bus, à vélo ou par la ligne de métro Tōzai. Pour les sites de l’ouest (Arashiyama et ses alentours), il faut prendre le bus ou le train (la distance est plus longue à vélo). Plus éloignés de la ville, les villages de montagne d’Ōhara, de Kurama et de Takao, desservis par le bus, sont de merveilleuses destinations, parfaites pour une excursion d’une journée.

Le TIC de Kyōto (Tourist Information Centre) met à votre disposition les cartes suivantes : la Kyōto City Map, pratique avec ses encadrés détaillés des principaux quartiers touristiques ; la Kyōto Map for Tourist, assez précise ; la Kyōto City Bus Sightseeing Map, la plus utile pour visiter la ville en bus ; et enfin la brochure intitulée Kyōto Walks, qui détaille les promenades possibles dans les principaux sites de Kyōto et aux alentours (Higashiyama, Arashiyama, nord-ouest de Kyōto et Ōhara).

À voir

Retour au début du chapitre

Quartier de la gare de Kyōto

La plupart des lieux à visiter se situent un peu plus loin au nord. Cependant, certains sites sont assez proches de la gare pour s’y rendre à pied. Dans le quartier, le plus impressionnant d’entre eux est le gigantesque temple Higashi Hongan-ji, sans oublier le bâtiment de la gare, devenu une curiosité architecturale.

Gare de Kyōto      BÂTIMENT D’INTÉRÊT

(京都駅 ; carte (Cliquez ici) ; Karasuma-dōri, Higashishiokōji-chō, Shiokōji sagaru ; ligne principale JR Tōkaidō, lignes JR Tōkaidō Shinkansen et Sanyō Shinkansen, ligne Kintetsu Kyōto). La gare dresse son étonnante structure de métal et de verre, telle une cathédrale futuriste de l’âge des transports de masse. Il accueille plusieurs espaces de restauration, le Centre international de la préfecture de Kyōto (京都府国際センター), une salle de spectacles et le grand magasin Isetan.

Si les gares sont rarement de grandes curiosités touristiques, celle de Kyōto fait exception à la règle. Outre son rôle de carrefour des transports, elle rassemble un nombre impressionnant de boutiques, de salles de spectacle et de bien d’autres choses à voir et à faire. Prenez le temps d’explorer tous les niveaux de la gare – le 15e dévoile une vue panoramique de la ville. Si vous n’avez pas le vertige, prenez l’escalator à partir du 7e palier sur l’aile est du bâtiment, jusqu’au 11e niveau, où une passerelle aérienne est suspendue loin au-dessus du hall principal.

Tour de Kyōto      BÂTIMENT D’INTÉRÊT

(京都タワー ; carte (Cliquez ici) ; Karasuma-dōri, Shichijō sagaru ; 770 ¥ ; 9h-21h, dernière entrée 20h40 ; ligne principale JR, lignes JR Tōkaidō Shinkansen et Sanyō Shinkansen, ligne Kintetsu Kyōto). À votre arrivée, rien de plus pratique pour s’orienter et avoir une idée de la configuration de la ville que de grimper à la tour de Kyōto. En sortant de la gare par la porte de Karasuma (côté nord), on tombe immédiatement sur cette tour, qui ressemble à une fusée perchée sur l’immeuble du Kyōto Tower Hotel et offre d’excellentes vues panoramiques. Un seul regard suffit pour comprendre que Kyōto est située dans une cuvette (bonchi en japonais). Des jumelles fixes gratuites permettent d’admirer le Kiyomizu-dera et prolongent la perspective vers le sud, jusqu’à Ōsaka.


KYŌTO EN…

Deux jours

Même si vous ne disposez que de deux jours, vous goûterez pleinement la magie de Kyōto. Le matin du premier jour, gagnez le sud de Higashiyama et, si vous en avez encore l’énergie, passez l’après-midi à explorer le nord de Higashiyama. Si vous démarrez assez tôt, vous aurez le temps de cheminer du temple Kiyomizu-dera jusqu’au Ginkaku-ji (le pavillon d’Argent). Consacrez le jour suivant à Arashiyama et Sagano, le secteur ouest, réputé pour sa bambouseraie et la villa Ōkōchi Sansō.

Quatre jours

Dans un séjour typique de 10 jours au Japon, il faut consacrer idéalement 4 jours à Kyōto. Cela donne assez de temps pour découvrir un bon nombre de sites célèbres et quelques anaba (lieux secrets). Les deux premiers jours, suivez approximativement l’itinéraire décrit plus haut, en consacrant un jour au sud de Higashiyama et un autre au nord de Higashiyama. Après avoir exploré ces secteurs, ainsi qu’Arashiyama et Sagano, il vous restera un jour à remplir à votre guise. Si vous êtes las des temples, vous avez le choix entre les musées, flâner dans le centre-ville ou découvrir dans la montagne Kibune et Kurama.

Une semaine

Si vous avez la chance de disposer d’une semaine dans l’ancienne capitale, n’hésitez pas à ralentir. Nous vous conseillons notre plan pour 4 jours, mais à un rythme plus paisible et en laissant votre carte de côté. Flânez dans les temples, les sanctuaires et les boutiques qui n’apparaissent pas dans ce guide, partez en randonnée dans les collines ou dénichez votre petit jardin secret, où vous pourrez méditer ou vous assoupir en toute sérénité. Une excursion à Nara, ou même jusqu’à Ise, est une autre excellente idée.


Higashi Hongan-ji      TEMPLE BOUDDHIQUE

(東本願寺 ;carte (Cliquez ici) ; Karasuma-dōri, Shichijō agaru ; 5h50-17h30 mars-oct, 6h20-16h30 nov-fév ; ligne principale JR Tōkaidō, lignes JR Tōkaidō Shinkansen et Sanyō Shinkansen, ligne Kintetsu Kyōto). À une courte distance à pied au nord de la gare de Kyōto, ce temple est tout ce qu’il y a de plus monumental.

En 1602, après avoir provoqué un schisme dans l’école bouddhique Jōdo Shin-shū, Tokugawa Ieyasu fonda ce temple afin de concurrencer le Nishi Hongan-ji. Rebâti en 1895, après plusieurs incendies qui détruisirent la structure originale, c’est aujourd’hui le temple principal de la branche Ōtani de l’école Jōdo Shin-shū.

Le corridor qui relie les deux bâtiments principaux expose, dans une vitrine, un énorme rouleau de corde, fait de cheveux humains. Après la destruction du temple vers 1880, des croyantes particulièrement dévotes donnèrent leurs tresses pour fabriquer ces cordes qui servirent à hisser les poutres de bois lors de la reconstruction.

Le gigantesque Goei-dō (pavillon principal) est l’une des plus grandes structures de bois au monde, d’une hauteur de 38 m sur 76 m de long et 58 m de large.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Corée 3 - Séoul

de lonely-planet

Chine - Jiangsu

de lonely-planet

Chine 10ed

de lonely-planet