Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 3,99 €

Téléchargement

Format(s) : MOBI

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

INVITATION AU VOYAGE
Bienvenue à Kiev !

Longtemps capitale d’un pays divisé, puis capitale provinciale de l’Empire des Soviets, Kiev était resté dans l’ombre. L’indépendance de l’Ukraine en 1991 a transformé la ville. Kiev est redevenue une grande capitale, ouverte, festive, fière de son histoire et résolument tournée vers l’avenir que tous les Kiéviens, de souche ou nouveaux venus, ont envie de dévorer à pleines dents. La première émotion viendra des églises, Sainte-Sophie, copie de Sainte-Sophie de Constantinople, avec sa gigantesque coupole couverte de mosaïques dorées. Et la laure Petchersk, avec ses grottes dans lesquelles on s’engouffre en tenant pieusement un petite bougie, pour admirer les restes des saints conservés depuis près de dix siècles. La seconde émotion viendra du Kreshatik, les Champs-Elysées de Kiev, avec ses restaurants, cafés, discothèques et le quartier du Podil (ou Podol), où les personnages des romans de Boulgakov ou de Kourkov ne sont jamais loin. Si la ville est un vrai bonheur pour les amoureux de belles églises et de rues animées, certains quartiers du centre réservent aussi des îlots de fraîcheur et de verdure où il fait bon se promener.

Fiche technique
Argent

Monnaie. La hryvna, symbole UAH existe en billets de 1, 2, 5, 10, 20, 50 et 100 UAH. Les pièces s’appellent les kopecks et représentent 1/100 de la hryvna.

Taux de change. 1 UAH = 0,09 € ; 1 € = 10,56 UAH (février 2012).

L'Ukraine en bref

Le pays

Nom officiel : République d’Ukraine.

Capitale : Kiev (Kyiv), 2,8 millions d’habitants (récensement 2012).

Superficie : 603 550 km2.

Langues parlées : ukrainien (langue officielle), russe, roumain, polonais, hongrois.

Religions : orthodoxe majoritairement (21,7 %), gréco-catholique (8%), juive, protestante et athée (38 %).

La population

Population totale : 44 854 065 millions d’habitants (2011).

Origines : ukrainienne (77,8 %), russe (17,3 %), biélorusse (0,6 %), moldave (0,5 %), tatare de Crimée (0,5 %), bulgare (0,4 %), hongroise (0,3 %), roumaine (0,3 %), polonaise (0,3 %), juive (0,2 %), autres (1,8 %).

Densité de population : 82 hab/km2.

Espérance de vie : 69 ans (63 ans pour les hommes, 74 ans pour les femmes).

Taux de fécondité : 1,29 enfant par femme.

L'économie

PIB : 327 billions de $ (2011).

PIB/habitant : 7 200 $ (2011).

Population en dessous du seuil de pauvreté : 35 % (2009).

Principaux partenaires commerciaux : Russie, Allemagne, Turkménistan, Italie, Chine.

Taux de chômage : 7,9% (2011).

Inflation : 9 % (2011).

Téléphone

Indicatif téléphonique : 380.

Téléphoner de France en Ukraine : 00 + code pays + indicatif ville + les 6 ou 7 chiffres du numéro (ex : pour appeler Kiev 00 + 380 + 44 + 1234567).

Téléphoner d’Ukraine en France : + 33 + indicatif régional sans le 0 + les 8 chiffres du numéro local (ex : pour appeler Paris 8 + 10 + 1 + 42 76 87 09).

Décalage horaire

Par rapport à la France métropolitaine, compter 1 heure de plus en été et en hiver.

Formalités

Pour voyager en Ukraine il suffit le passeport en cours de validité. Pour un séjour supérieur à 90 jours un visa sera nécessaire.

Climat

Climat continental en majeure partie. Le temps en hiver est froid et neigeux. Les températures descendent généralement à – 10 °C. L’été, il fait souvent très chaud (parfois 30 °C à l’ombre). Attendez-vous à des orages en fin de journée.

Saisonnalité

Le printemps est sans aucun doute la meilleure saison pour se rendre en Ukraine (de fin avril à début juin). Les arbres sont en fleurs, ce n’est pas encore la haute saison touristique et la pluie est peu fréquente. En été, vous risquez de vous retrouver collé-serré sur les plages d’Odessa et de Crimée. En hiver prévoyez des vêtements chauds car il fait assez froid.

Le drapeau ukrainien

Composé de deux bandes horizontales azur et or, le drapeau de l’Ukraine existe depuis 1848. Il devient le premier drapeau de l’Ukraine indépendante de 1918 à 1922, avant l’annexion soviétique. C’est à nouveau officiellement le drapeau de l’Ukraine depuis 1991 et le démantèlement de l’URSS. Les couleurs du drapeau sont le symbole des terres agricoles de ce pays qui fut appelé « le grenier de toutes les Russies »  ; ainsi, l’azur représente le ciel et le jaune le blé mûr, principale ressource et richesse de l’Ukraine. Ces deux couleurs sont aussi des représentations de la paix et du travail et renvoient au drapeau de la principauté de Galicie (lion or sur champs azur), région importante dans l’histoire de l’Ukraine.

DÉCOUVERTE DE L'UKRAINE
L’Ukraine en 25 mots-clés
Architecture

L’Ukraine regorge de trésors d’art et d’architecture gothique, byzantine ou baroque, héritage des nombreux monarques étrangers qui s’y sont succédé. La visite des cathédrales, musées d’architecture traditionnelle à ciel ouvert, grottes abritant des momies de moines ou de superbes mosaïques, permettent de voyager parmi les siècles à travers la richesse de l’histoire de ce pays. Entre la laure de Pechersk, la cathédrale Sainte-Sophie à Kiev, les châteaux occidentaux de l’ouest du pays, les forteresses génoises de Crimée et le palais des khans à Bakhtchissaraï, un véritable florilège de monuments attend le voyageur curieux.

Balais en osier

Les Ukrainiens continuent à utiliser des balais en osier pour nettoyer rue et maison. En se levant de bonne heure, on peut apercevoir des femmes à l’œuvre le long des trottoirs. Le balai est également un objet mythique et constitue un excellent souvenir à rapporter. D’après les croyances populaires, cet obreg, comme on l’appelle en Ukraine, est aussi un porte-bonheur. On y ajoute des figurines, qui doivent protéger les hommes des mauvais esprits et qui sont toutes investies d’une symbolique particulière. L’homme et la femme représentent l’unité du foyer, l’enfant symbolise la fertilité, la vache le bien-être, le cochon, la richesse ; le chat est le gardien du foyer, le coq ou le fer à cheval, la chance, et la cruche, la réalisation de tous les vœux.

Bandoura

La musique traditionnelle ukrainienne trouve ses origines chez les troubadours du XVIe siècle, les kozbars, qui contaient les aventures héroïques des cosaques en parcourant le pays. Ils s’accompagnaient de la flûte et du luth, qu’ils allaient remplacer bientôt par la bandoura, instrument à 45 cordes…

La bandoura est devenue très rapidement l’un des nombreux symboles nationaux. Pour ceux qui voudraient apprendre à en jouer, sachez qu’on la tient non pas comme une guitare mais comme une contrebasse.

Carpates

Les Carpates sont une chaîne de montagnes située à l’ouest de l’Ukraine. On vient y skier en hiver et faire des randonnées en été. Cette région de lacs est recouverte de forêts et de sites superbes. Mais pour les Européens, ces montagnes sont investies d’un sens mythique. Comment ne pas les associer au plus célèbre vampire de l’humanité, Dracula, qui aurait vécu là au XIVe siècle ? Buvant le sang des vierges bulgares, roumaines et ukrainiennes, Dracula n’a pas fini de terrifier des générations de passionnés de légende.

Charme à l’ukrainienne

Brunes ou blondes, les Ukrainiennes, toujours apprêtées à l’extrême, rivalisent d’élégance, de beauté et de charme, déambulant fièrement dans les rues de Kiev.

Entraînée dans une course frénétique vers un luxe et un soin de la personne venus d’Occident, cosmétique, vêtements, maquillage, la nouvelle génération vouloir rattraper plusieurs siècles de communisme où toutes ces fantaisies étaient interdites dans un souci d’égalité des sexes.

Corruption

Depuis l’indépendance de 1991, c’est l’une des plaies du système politique ukrainien et le principal déclencheur de la Révolution orange de décembre 2004. L’élection présidentielle d’octobre 2004 s’est caractérisée par la violation permanente et à grande échelle des règles démocratiques et de la liberté de la presse.

On a relevé de nombreux cas de vote multiple, des expulsions illégales des bureaux de vote de membres de l’opposition, ainsi que l’empoisonnement de Victor Iouchtchenko le candidat de l’opposition. La population est alors descendue dans la rue, afin de réclamer de nouvelles élections. Celles-ci ont eu lieu le 26 décembre, dans le calme. Dans son discours d’investiture, le nouveau président a insisté sur la place primordiale de la lutte contre la corruption dans son programme.

Cosaques

Peut-être un des plus grands symboles de l’identité ukrainienne, aujourd’hui encore, les Cosaques ont acquis une réputation mondiale. Qui ne connaît ces guerriers hors-la-loi, au crâne à moitié rasé, ne laissant qu’une petite queue de cheval ? Venant de toutes origines, soldats, bandits et surtout paysans, les Cosaques s’allièrent pour lutter contre la domination russe et polonaise. Le siège le plus important qu’ils installèrent est celui de Zaporojie. Les Cosaques réussirent à tenir tête aux oppresseurs par leurs attaques répétées et allèrent même jusqu’à constituer un État dans l’Etat, avec ses règles, ses lois, son système d’alphabétisation qui devint un des plus performants d’Europe. Libres, fiers et courageux, les Cosaques ne manquèrent pas d’inspirer nombre d’écrivains et de peintres. Répine, dans une toile intitulée Réponse des Cosaques zaporogues au sultan turc fit une caricature très amusante de ces valeureux soldats et Apollinaire poussa l’ironie dans un poème célèbre. Représentant le sentiment peut-être « le plus ukrainien » , à savoir le désir d’indépendance, de liberté et de révolte contre tout oppresseur, les Cosaques continuent à être utilisés par les partis politiques de tout bord, comme figure charismatique ukrainienne qui sait toucher directement le cœur des Ukrainiens.

Dniepr

Lent et majestueux, coulant paresseusement ses eaux, le Dniepr est plus qu’un simple fleuve, il est le cœur même de l’histoire ukrainienne. En effet lorsque les premiers Scandinaves, les Varègues, vinrent sur la terre d’Ukraine, et « acceptèrent » de prendre la tête du pays, ils étaient alors très intéressés par ce fleuve superbement situé, qui leur permettait de rejoindre Grecs et Byzantins et de commercer directement en évitant la Méditerranée alors menacée par les pirates. C’est pourquoi ce fleuve prit rapidement le nom de « route des Varègues aux Grecs » . Si l’on peut aujourd’hui le sillonner tranquillement et admirer les superbes paysages qui le bordent, il ne faut pas oublier qu’il fut aussi et avant tout un axe commercial capital qui détermina la naissance de la Rous de Kiev et donc, peut-être de toute la Russie.

Foi

La période soviétique entraîna comme dans toute l’URSS une pléthore de destructions d’églises. La foi fut interdite, les liturgies abolies. Les membres du Parti justifiaient, entre autres, leur acte en soulignant l’indécente richesse des popes. Cependant, comme en Russie, des fidèles continuaient à se réunir en secret, à célébrer des liturgies et à faire baptiser leurs enfants. Lors du démantèlement de l’URSS, une véritable frénésie religieuse s’est emparée de la population. Se faire baptiser était une mode incontournable et tout le monde se ruait dans les églises pour se faire baptiser par centaines. Aujourd’hui cette mode est un peu passée. On préfère se tourner vers d’autres pratiques interdites sous le communisme, et directement arrivées de l’Ouest, comme la mode, la musique et le désir de consommation. Cependant la religion continue à jouer un rôle symbolique très important. Certains membres de la mafia se font tatouer la croix orthodoxe dans le dos. Enfin, il ne faut pas oublier que Kiev est la ville-symbole de la conversion de tous les Slaves de l’Est au christianisme.

Frontière

Le nom même d’Ukraine, qui se dit en russe « U-kraina » et qui est apparu très tardivement dans l’histoire, semble symboliser étrangement tout le destin de ce pays. En effet U-kraina signifie littéralement « à la frontière » , « aux confins » , « à la marge » , « à la périphérie » . C’est par ce nom que les Russes ont commencé à appeler ce pays qui se trouvait effectivement à la bordure de leur territoire. Si l’Ukraine est à la frontière de la Russie, elle est aussi à la frontière de l’Europe. Aussi, toute son histoire n’a cessé d’être marquée par cette division entre Europe et Russie et symboliquement entre Occident et Orient. Aujourd’hui encore toutes les caractéristiques d’un véritable « territoire-frontière » semblent toujours présentes. Dernier bastion slave avant la Mitteleuropa, à la limite de l’Union européenne, l’Ukraine semble plus que jamais habitée par deux courants opposés : une admiration et une aspiration, encore bien loin d’être réalisées, vers l’Europe de l’Ouest, en même temps que le souci de sauvegarder une profonde empreinte russe. Si la Révolution orange a été le sceau suprême de ce phénomène, elle est bien loin d’en avoir supprimé les interrogations et les caractéristiques. L’Ukraine, territoire-frontière de l’ambivalence, mais aussi de la rencontre et du passage, ne semble pas prêt de disparaître.

Hutsuls

Peu connue en Europe, cette petite peuplade habitant les Carpates depuis le XIVe siècle, a connu son heure de gloire lors de l’Eurovision de 2004, où la petite chanteuse ukrainienne Ruslana Lyzhichko a mis en scène pour sa représentation la musique et le folklore hutsuls. Qui sont les Hutsuls ? Un peuple à l’origine incertaine, le nom lui-même fait l’objet de nombreux débats, mais qui est à la source de beaucoup d’éléments folkloriques typiquement ukrainiens. Dans la partie ukrainienne, les Hutsuls habitent encore différents villages comme Verkhovnia, Kosiv ou Kolomya. Ils se caractérisent par une organisation patriarcale, l’élevage d’animaux et la pratique de la transhumance. De plus ils pratiquent un artisanat devenu image d’Epinal du folklore ukrainien : vêtements brodés, objets de cuisine décorés et les inévitables pysanka, œufs peints. Les Hutsuls ont été décrits sous la plume d’Ivan Franko, de Lesya Ukrainka et Mykhoulo Kotsiubinski. Enfin, la plus belle image de ce peuple a été donnée par le cinéma, lorsque Paradjanov adapta à l’écran le roman de Kotsiubinski et fit découvrir au monde entier dans son film Les Chevaux de feu, à travers une histoire d’amour très émouvante, les coutumes et le folklore de ce peuple devenu mythique. Tous les ans, dans le village de Sheshory un festival consacré au folklore hustsul a lieu.

Juifs

Le lien entre l’Ukraine et le peuple juif est bien peu connu, et pourtant il est absolument essentiel. Entre les XIVe et XVIIIe siècles l’ouest de l’Ukraine actuelle a été incorporé au royaume de Pologne. Les nobles polonais ont alors proposé à des Juifs de venir s’installer dans cette région. Les Juifs qui sont venus ont créé de petites villes qui portent le nom de shtetl. Vivant surtout du commerce, ils se sont progressivement installés jusqu’au XVIIIe sur ces territoires. Mais à partir du XVIIe siècle, dans le courant nationaliste ambiant soutenu par les Cosaques, les paysans de cette région se sont révoltés contre les occupants ukrainiens et les premiers pogroms contre les Juifs ont commencé. 150 000 Juifs sont massacrés au XVIIe siècle. L’histoire des Juifs d’Ukraine ne sera plus qu’une suite de persécutions. 800 000 Juifs ukrainiens ont disparu pendant la Seconde Guerre mondiale. Le massacre le plus connu fut celui de Babi Yar, perpétré par les nazis au bord d’un ravin en périphérie de Kiev. 34 000 personnes y furent massacrées en 1941. L’histoire soviétique a toujours tout fait pour éviter de revenir sur ce massacre révélé au monde lors des procès de Nuremberg. Mais aujourd’hui le rapport à l’histoire et à la mémoire est en train de changer. Une très grande cérémonie a été organisée en septembre 2006 en commémoration de cette tragédie. C’est la première fois que le pouvoir de Kiev revient sur cet événement pour lui donner une telle ampleur. Les relations entre l’Ukraine et le peuple juif semblent être en train d’évoluer ou sont au moins une question d’actualité dans le pays.

Kalina

Ces grosses baies rouges, fruits de l’obier, sont l’un des symboles du pays. Elles représentent la vie, la virginité et la mort. Ces arbres étaient plantés sur les tombes des Cosaques morts au combat. Les écrivains et les peintres ukrainiens ont tous consacré quelques lignes de plume ou de pinceau à cette baie magique.

Littérature

Tel un parchemin où voix, poèmes et mots se répondent, l’Ukraine est plus qu’un pays de littérature, c’est une terre où l’art d’écrire a toujours eu une importance vitale, où les mots font les hommes et où l’on ne peut parler de politique sans évoquer la littérature. Lorsque Gogol chanta sa petite Ukraine dans les Soirées du hameau, il transporta à la cour grisonnante de Saint-Pétersbourg l’ambiance colorée, animée et picaresque des petites bourgades enneigées des plaines ukrainiennes. Mais les plumes ukrainiennes ne peuvent se résumer simplement au chant bariolé d’une bourgade qui amusa tant les nobles russes. Littérature rime en Ukraine très fortement avec politique et engagement. On ne peut évoquer le nom d’Ukraine sans que suive immédiatement celui de Chevtchenko, le grand écrivain nationaliste qui finit ses jours en exil et qui n’eut de cesse de mettre sa plume au service de l’indépendance ukrainienne, de sa liberté et de sa fierté, contre l’oppresseur polonais. Ce nom est pour les Ukrainiens aujourd’hui synonyme de leur fierté, de leur patriotisme et de leur âme. Enterré de ses propres vœux à Kaniv, qui représentait pour lui l’esprit ukrainien par sa beauté, son tombeau est aujourd’hui encore le lieu de pèlerinage. L’écrivain Franco, lui, incarna l’esprit d’indépendance qui domine à l’Ouest. Son influence et sa renommée prirent une telle dimension, que l’on baptisa en son honneur une des plus grandes villes de l’ouest Ivano-Frankivsk. Enfin, cette alliance entre plume, politique et liberté semble encore tenir à cœur aux Ukrainiens d’aujourd’hui. L’écrivain Andreï Kourkov s’est fait une réputation récemment grâce à son roman Le Dernier Amour du président, où il prédit, grâce à la magie qui semble animer la plume ukrainienne, la Révolution orange un an avant son accomplissement. Son roman Le Scarabée tisse toute une série d’aventures qui tournent autour de l’esprit national ukrainien qui habiterait encore certains lieux et qu’il faut absolument préserver. Le scénario se noue autour des cendres de Chevtchenko, douées de pouvoirs magiques. De siècle en siècle les voix des écrivains ukrainiens s’appellent et se répondent, faisant résonner en écho leur soif de liberté, d’indépendance et leur amour pour la patrie ukrainienne.

Orange

L’Ukraine a été brusquement transportée sous le feu des projecteurs en octobre 2004, sous le nom de la couleur orange. Orange, comme le nom de la révolution qui a renversé l’ancien président Koutchma et qui a mis à la tête du pays le désormais célèbre Victor Youchenko. L’ « orange » est donc devenu un nouveau symbole d’indépendance, de révolution démocratique et d’espoir en un avenir meilleur pour ce peuple épris de liberté. Aujourd’hui le bilan de cette révolution est assez mitigé, mais la couleur « orange » continue d’habiter les esprits comme le grand moment d’un renversement capital et désormais historique. L’on voit encore des bandes de jeunes défiler sur la Kreshtchatik pour des raisons diverses, politiques aussi bien que publicitaires, habillés de la couleur de l’espoir.

Faire / Ne pas faire
Faire

Goûter au vin de Crimée qui est particulièrement bon.

Le peuple ukrainien, notamment hors des grandes villes, peut sembler un peu rustre, mais sous cet aspect bourru se cache une gentillesse sans pareil. En fait, dans la tradition ukrainienne, avoir l’air heureux est assez indécent. Mais n’hésitez pas à saluer les gens sur votre passage ou à demander de l’aide à votre voisin, vous verrez que vous serez très bien accueilli.

Porter de préférence une tenue habillée, lors des représentations culturelles ou officielles. Les Ukrainiens et Ukrainiennes accordent un soin tout particulier à leur apparence lors des sorties, le week-end, ou pour se rendre à la messe. Toutefois aucun code vestimentaire n’existe vraiment et cela ne devrait choquer personne si vous ne les imitez pas.

Lorsque vous êtes invité chez un Ukrainien, pensez à apporter un cadeau : une bouteille de vin, un gâteau ou un bouquet de fleurs. Si votre hôte a un enfant, il est de coutume d’offrir spécialement un cadeau à ce dernier.

Préparez-vous à retirer vos chaussures avant d’entrer dans une maison. Pour garder leurs appartements propres, la plupart de vos hôtes vous prêteront une paire de chaussons ou de patins.

Dans les transports en commun, il est de coutume de céder son siège aux mères accompagnées d’enfants en bas âge, aux personnes âgées ou aux infirmes.

Aux entrées des restaurants de luxe, attendez-vous à vous faire fouiller votre manteau, cartable ou sac.

Soyez prêts à porter un toast à table, on le demande souvent aux invités.

Pensez à partager votre nourriture ou vos cigarettes avec vos voisins. C’est la tradition. De même que refuser de la nourriture peut être perçu comme mal élevé.

Dans le monde du travail, les hommes ne doivent pas retirer leurs vestes sauf s’ils y sont invités.

Dans les églises orthodoxes, les femmes y entrent avec la tête couverte d’un foulard ou d’un chapeau alors que les hommes le retirent.

Ne pas faire

Même si l’Ukraine est un pays sûr, la grande pauvreté pousse certains à voler ou agresser les visiteurs. C’est pourquoi il n’est pas recommandé de se promener seul après la tombée de la nuit dans les parcs de Kiev.

Ne pas laisser sa voiture dans un parking non gardé… Au risque de récupérer ses pièces détachées sur le marché le dimanche suivant !

Pain et sel

Cérémonie traditionnelle qui remonte au temps des tsars. Lors de leurs nombreux voyages, les nobles et les riches commerçants les accueillaient avec une grosse miche de pain noir posée sur une nappe blanche. Une coupelle remplie de sel était placée au-dessus du pain. Aujourd’hui, cette tradition est encore respectée à l’occasion de grandes cérémonies (notamment l’accueil de présidents à leur descente d’avion) et de mariages.

Patchwork

Traversé par les Scythes, les Grecs, les Romains, les Tatars, puis partagé entre une influence russe à l’est et polonaise, et autrichienne à l’ouest, le territoire d’Ukraine est marqué par la diversité, l’hétérogénéité, voire même la bigarrure. En traversant ce pays, on a l’impression de visiter plusieurs contrées, plusieurs histoires et même plusieurs mentalités. Si un élément qui semble ne pas caractériser l’Ukraine, c’est bien l’unité sous tous ses aspects. Entre l’esprit national et indépendant qui règne en tyran à Lviv, et les villes de l’est, ou même la Crimée l’été, où l’on ne parle que le russe ; entre les petites rues pavées et sinueuses des villes de l’ouest et l’architecture soviétique et industrielle des villes de l’est, tout semble opposer les différentes régions de ce territoire qui apparaît finalement composé de différents éléments réunis au hasard des guerres et des conquêtes. La Crimée, rattachée à l’Ukraine par un hasard de l’histoire, un cadeau de Khrouchtchev à l’Ukraine en 1954, est le dernier morceau cousu au tissu. Tout le monde semble s’accommoder de ce joyeux mélange, qui n’ajoute qu’un charme supplémentaire aux mystères de ce pays.

Plaisirs alcoolisés

Si l’on caricature souvent tous les peuples slaves par leur plaisir de la boisson, il faut bien avouer que cette réputation est assez bien méritée. Ce plaisir « arrosé » est assez évident à découvrir lorsqu’on arrive en Ukraine, car on peut tout simplement trouver de l’alcool partout, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. La bière est même vendue sous des tentes en pleine rue l’été. Il en existe des blondes, des brunes et depuis plus récemment même des blanches.

Les marques les plus connues sont Obolon (qui produit également de l’eau plate et gazeuse !), Slavutich et Lvivska. Quant à la vodka, nommée horilka, elle est en vente dans tous les magasins d’alimentation. On peut également en trouver dans de petits kiosques ouverts 24h/24. Il en existe une centaine de variétés, aromatisées au citron ou au miel et piment… Revenir sobre d’Ukraine est presque une mission impossible.

Pysanka

Dès la préhistoire, les hommes des cavernes ont pratiqué la peinture sur œufs, auxquels ils attribuaient ainsi des pouvoirs magiques. Lors de la christianisation de l’Ukraine, cette peinture sur œufs a pris une tout autre signification, devenant un symbole désormais religieux. Depuis l’art de la peinture sur œufs est un des artisanats les plus répandus en Ukraine. On y représente souvent des icônes, pour en faire des objets religieux, ou bien tout simplement on y fait de petits dessins amusants. Tout cela dans un florilège de couleurs rayonnantes. La ville de Kolomya remporte la palme du kitsch avec son musée de la Pysanka, nom donné à ces œufs peints. Ce musée fait la gloire de la ville : outre les 6 000 œufs que l’on peut y admirer, le musée est lui-même en forme d’œuf. Une véritable réussite architecturale…

Salo et taranka

Traduction : saindoux et poisson fumé…

Le premier se déguste cru, découpé en petits morceaux. Le second est d’abord salé, puis laissé au soleil pendant plusieurs semaines. Pas très appétissant… Ce sont pourtant deux mets fortement appréciés par nombre d’Ukrainiens. Il faut en effet savoir que vous avez affaire à un peuple grand consommateur d’alcool en tout genre et qu’avant de boire, il faut manger ! Ces deux mets sont en général très salés et tout le monde sait que ça donne soif. Na zdorovyé !

Stations balnéaires

Loin des images typiques d’une Ukraine où se succéderaient de petites maisons en bois recouvertes de neige, ce pays, décidément si surprenant, est aussi celui du soleil, du sable chaud et des plages et baies s’étirant à perte de vue. La Crimée, peut-être trop peu connue du voyageur occidental, est un lieu de vacances paradisiaque. Cette presqu’île qui abrite des kilomètres de plages de toutes sortes est l’incarnation même du mythe des vacances pour des générations d’Ukrainiens et de Russes. Les tsars en ont fait un lieu privilégié pour abriter leurs datchas estivales, les gros bonnets soviétiques s’y rendaient régulièrement, le peintre Volochine y a réuni ses amis dans sa maison au bord de la mer à Koktebel, et des milliers d’Ukrainiens et de Russes se bousculent encore tous les étés pour venir couvrir les plages, se promener le long des baies et profiter au maximum de la générosité du soleil, de la tiédeur du sable et de la beauté des panoramas. Baignade, plongée sous-marine et bronzette sont bien au rendez-vous.

Tatars

Arrivés en Ukraine au XIIIe siècle et poursuivant la politique commencée par le célèbre Gengis Khan, les Tatars tentaient de coloniser progressivement la Russie et voulaient se rendre ensuite en Europe. Ces « barbares » conquérants ont laissé une trace indélébile dans l’histoire ukrainienne. Féroces, saccageurs, ils ont coupé la Russie et l’Ukraine de toute la Renaissance occidentale et ont laissé les Slaves de l’Est très loin derrière l’Europe.