Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 7,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Extrait de la publication
Extrait de la publication
L’HONNEUR DE SAINTARNAUD
Extrait de la publication
Extrait de la publication
FRANÇOIS MASPERO
L’HONNEUR DE SAINTARNAUD
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
Extrait de la publication
isbn : 978-2-02-107594-6
© Édîtîoŝ du Seuîl, févrîer 2012
Le Code de la proprîété îtellectuelle îterdît leŝ copîeŝ ou reproductîoŝ deŝtîéeŝ à ue utîlîŝatîo collectîve. Toute repréŝetatîo ou reproductîo îtégrale ou partîelle faîte par quelque procédé que ce ŝoît, ŝaŝ le coŝetemet de l’auteur ou de ŝeŝ ayatŝ cauŝe, eŝt îllîcîte et coŝtîtue ue cotrefaço ŝactîoée par leŝ artîcleŝ L. 335-2 et ŝuîvatŝ du Code de la proprîété îtellectuelle.
www.ŝeuîl.com
Extrait de la publication
Préface
E 1959, u jeue lîBraîre du Quartîer latî décîdaît de deveîr édîteur. Il commeça par lacer ue collectîo qu’îl choîŝît d’îtî-tuler « Cahîerŝ lîBreŝ », e hommage traŝparet à ŝo acêtre e réBellîo, Charleŝ Péguy, le fodateur deŝ « Cahîerŝ de la quîzaîe ». Aï d’évîter toute méprîŝe ŝur ŝeŝ îtetîoŝ édîtorîaleŝ, îl plaça e exergue deŝ premîerŝ tîtreŝ puBlîéŝ ceŝ motŝ du même Péguy : «Ces cahiers auront contre eux tous les salauds de tous les partis.» Pour que leŝdîtŝ ŝalaudŝ e ŝe trompet paŝ d’adreŝŝe, l’artîŝa édîteur-lîBraîre préféra ŝîger ouvertemet ŝo forfaît : ŝeŝ « Cahîerŝ lîBreŝ » paratraîet à l’eŝeîge de ŝo om – Fraçoîŝ Maŝpero, tout ŝîmplemet. Nulle quête de otorîété ou de glorîole daŝ ŝo choîx ; pluŝ eŝŝetîellemet, l’evîe d’aŝŝumer ŝeŝ acteŝ daŝ ue époque oBŝcure où leŝ couardŝ e maquaîet paŝ, otammet parmî la gauche ocîelle, celle quî perdît ŝo hoeur e faîŝat la guerre au peuple algérîe et e votat leŝ pleîŝ pouvoîrŝ à Guy Mollet. Leŝ «salauds de tous les partis» ot ŝaŝ doute crîé vîctoîre quad, e 1982, îlŝ ot vu Fraçoîŝ Maŝpero reocer à ŝo métîer d’édîteur. Maîŝ îlŝ ŝe ŝot réjouîŝ trop vîte : îlŝ avaîet ouBlîé l’auteur. Délîvré deŝ lîvreŝ deŝ autreŝ, Maŝpero, ce tîmîde omBrageux dot j’îmagîe qu’îl ’étaît paŝ mécotet de ŝe cacher derrîère deŝ pîleŝ de mauŝcrîtŝ, ouŝ a ŝoudaî révélé, e 1984, avecLe Sourire du chat, l’écrîvaî qu’îl ’avaît jamaîŝ ceŝŝé d’être e ŝecret. Puîŝ, e 1993, pluŝ d’ue géératîo aprèŝ le déBut de ŝo aveture édîtorîale – le tempŝ, chez d’autreŝ, de pluŝîeurŝ retouremetŝ de veŝte, de cet reîemetŝ et de mîlle améŝîeŝ –, îl ŝ’eŝt rappelé au Bo ŝouveîr deŝ ŝalaudŝ e leur orat leur portraît, cetHonneur de Saint-Arnaud.
Ce lîvre fut vîctîme d’u maletedu.
Extrait de la publication
’ônnÈû È sâin-ânâû
Daŝ leur îïîe aptîtude à durer, à ŝurvîvre aux oeŝeŝ et à épouŝer l’aîr du tempŝ, leŝ ŝalaudŝ ot mîlle ruŝeŝ. Dot celle-cî : démaŝquéŝ, îlŝ trouverot le portraît avatageux. O le ŝaît, pour eŝcamoter u auteur dérageat, îl ŝut de le proclamer fréquetaBle et Bîeŝéat, de l’étouer de recoaîŝŝace et de l’eterrer ŝouŝ leŝ hoeurŝ. Déjà, quad, e 1990, Fraçoîŝ 1 Maŝpero, avecLes Passagers du Roissy-Express, orît ue archéologîe ŝocîale du terrîtoîre, de ŝeŝ partageŝ et de ŝeŝ déchîrureŝ, à reBourŝ de l’empreŝŝemet charîtaBle pour leŝ Balîeueŝ – cet humaîta-rîŝme à domîcîle où ŝ’éclîpŝet le ŝocîal et le polîtîque –, o le gra-tîïa de complîmetŝ daŝ la preŝŝe reŝpectaBle de touŝ Bordŝ et d’ue metîo élogîeuŝe daŝ u dîŝcourŝ préŝîdetîel. Avec ŝoSaint-Arnaud, o ït mîeux, ou plutÔt pîre : îcî et là, o le déclara faŝcîé par ŝo héroŝ, ŝéduît par le perŝoage, preŝque complîce. Ce ’étaît paŝ le verdîct de lecteurŝ preŝŝéŝ, maîŝ plutÔt de lecteurŝ déragéŝ, gêéŝ et emBarraŝŝéŝ. Quîtte à déaturer l’œuvre, îl leur fallaît taîre la ouvelle : par le détour d’ue Bîographîe claŝŝîque, quî pluŝ eŝt ŝur u perŝoage loîtaî et ouBlîé, l’écrîvaî Maŝpero proclamaît ŝa ïdélîté à ŝeŝ egagemetŝ d’édîteur. Car, deŝ cîq lîvreŝ écrîtŝ par Fraçoîŝ Maŝpero, celuî-cî eŝt ŝaŝ doute le pluŝ polîtîque et le pluŝ actuel. Souŝ l’apparece d’u lîvre d’hîŝtoîre, c’eŝt de ouŝ qu’îl ŝ’agît îcî. De ce payŝ, la Frace. De l’îdée que ouŝ ouŝ e faîŝoŝ. De ŝa préŝece au mode,hic et nunc, ŝelo que ouŝ revedîquoŝ ou que ouŝ rejetoŝ ue part de ŝo paŝŝé.
Voîcî doc u lîvre cruel, terrîBle, aŝŝaŝŝî. Péguy revedîquaît pour ŝeŝCahiersle droît de « faîre deŝ per-2 ŝoalîtéŝ » . Il etedaît par là doer « deŝ coupŝ pour de Bo, o deŝ coupŝ pour la démoŝtratîo ». Parce que, ajoutaît-îl, « la guerre eŝt la guerre, et, quad o ŝe Bat, o tape ». Maŝpero a doc choîŝî de ŝe faîre ue perŝoalîté, ce maréchal Achîlle Le Roy de
1. Fraçoîŝ Maŝpero,Les Passagers du Roissy-Express, photographîeŝ d’Aak Fratz, Seuîl, coll. « Fîctîo & Cîe », 1990 ; réédît. coll. « Poîtŝ », ° R502. 2. Charleŝ Péguy,Personnalités», III-XII, 5, « Cahîerŝ de la quîzaîe avrîl 1902; cf.Œuvres en prose complètes, t. I, p. 906-938, Gallîmard, coll. «îBlîothèque de la Pléîade», 1987.
Extrait de la publication
âÇÈ Saît-Araud quî e ŝ’appelaît î Achîlle î Saît-Araud. Saît-Araud, à premîère vue, c’eŝt la coquête de l’Algérîe et le coup d’État du 2 décemBre, leŝ « AraBeŝ » efuméŝ et la « caaîlle » mîtraîllée. Maîŝ c’eŝt Bîe pluŝ que cela : au traverŝ de ŝeŝ lettreŝ, puBlîéeŝ aprèŝ ŝa mort e 1854 par ŝa famîlle, louéeŝ par Saîte-euve comme l’exemple même de « l’eŝprît fraçaîŝ », deveueŝ l’u deŝ Brévîaîreŝ deŝ Bîe peŝatŝ du Secod Empîre, c’eŝt la crapulerîe perŝoîïée, la cra-pulerîe étaBlîe et hoorée, revedîquée et légîtîmée. La crapulerîe d’État. Le crîme atîoal. « Ce gééral avaît leŝ étatŝ de ŝervîce d’u chacal », dîŝaît Vîctor Hugo de cet aveturîer ocîel, dot leŝ crîmeŝ euret force de loî et dot leŝ vîléîeŝ furet motréeŝ e exemple. « Leŝ crîmeŝ ŝot faîtŝ grademet ou petîtemet ; daŝ le premîer caŝ, o eŝt Céŝar, daŝ le ŝecod caŝ, o eŝt Madrî. Céŝar paŝŝe le RuBîco, Madrî ejamBe l’égout. » Aux premîèreŝ lîgeŝ rageuŝeŝ de ŝoHistoire d’un crime, écrîteŝ à ruxelleŝ daŝ leŝ premîerŝ moîŝ de l’exîl, le même Hugo frayaît le chemî empruté par Maŝpero : l’autopŝîe deŝ petî-teŝŝeŝ, vaŝteŝ mîŝèreŝ et îmmeŝeŝ meŝogeŝ, îchéeŝ au cœur deŝ gradeurŝ glorîeuŝeŝ et deŝ réputatîoŝ fameuŝeŝ quî fot omBre de gééalogîeŝ d’État. Suîvra logîquemetNapoléon le petit, dot Saît-Araud eŝt évîdemmet l’u deŝ prîcîpaux protagoîŝteŝ, croqué daŝ ŝa ŝuperBe apparece à la page 105 de l’édîtîo îlluŝtrée de 1879. Imagîat l’îhumatîo provîŝoîre, au claîr de lue, deŝ vîctîmeŝ du coup d’État, la gravure quî précède, page 101, e dévoîle l’everŝ : le crîme. Où eŝt l’hoeur daŝ la raîŝo d’État ? Daŝ la ŝoîf de pouvoîr ? Daŝ l’appétît de coquêteŝ ? Daŝ la égatîo deŝ peupleŝ ? Daŝ l’îdîérece aux îjuŝtîceŝ ? E faîŝat de Saît-Araud le modèle parfaît de la veulerîe îtellîgete, du Badîtîŝme réuŝŝî et de la Baŝ-ŝeŝŝe promue, ce ŝot ceŝ queŝtîoŝ que Maŝpero a choîŝîeŝ de ouŝ poŝer. Maîŝ ŝa force eŝt de le faîre mîe de rîe, par petîteŝ toucheŝ, avec ue îroîe placîde et ue dîŝtace mordate. «Aux amîtîéŝ vérî-taBleŝ, îl faut de Belleŝ caŝŝureŝ », dîŝaît ecore Péguy. Dèŝ lorŝ, ul Beŝoî de rupture gradîloquete quad îl ŝ’agît de l’eemî. Ce ’eŝt paŝ frayer avec la crapule que la déŝhaBîller de l’îtérîeur. Ce ’eŝt paŝ être faŝcîé que l’approcher au pluŝ prèŝ. C’eŝt au cotraîre luî faîre la guerre loyalemet, hoêtemet, moralemet. Péguy toujourŝ,
Extrait de la publication
’ônnÈû È sâin-ânâû
ŝ’explîquat ŝur la Boe maîère de ŝe « faîre deŝ perŝoalîtéŝ » : « la premîère loyauté coŝîŝte à traîter oŝ adverŝaîreŝ et oŝ eemîŝ comme deŝ hommeŝ, à reŝpecter leur perŝoe morale (…), à garder, au pluŝ fort du comBat et daŝ toute l’aîmoŝîté de la lutte, la pro-preté, la proBîté, la juŝtîce, la juŝteŝŝe, la loyauté, à reŝter hoêteŝ, à e paŝ metîr. » Telle eŝt la force redoutaBle du travaîl de Maŝpero, de ŝo écrîture rîgoureuŝe et ŝeŝîBle : e luî doat vîe et humaîté, îl ouŝ oBlîge à cÔtoyer l’împoŝture ; îl ouŝ cotraît à fréqueter ce que l’o pré-féreraît ŝîmplemet déteŝter, et doc îgorer.
C’eŝt faîre grad caŝ, dîra-t-o, d’ue hîŝtoîre quî ouŝ ŝeraît deveue étragère. Aprèŝ tout, l’époque comme leŝ cotréeŝ arpetéeŝ par ce ŝalaud emBlématîque ouŝ ŝot Bîe loîtaîeŝ. Je pourraîŝ ŝîmplemet oBjecter qu’e ce payŝ régulîèremet ŝaîŝî par la te-tatîo Boapartîŝte, îl eŝt ecore deŝ hommeŝ polîtîqueŝ pour voîr e Napoléo III, celuî-là même dot Saît-Araud ït ŝaBre au claîr u Empereur ŝur leŝ décomBreŝ de la Deuxîème RépuBlîque, l’î-1 caratîo de « la gradeur de la Frace » . Je pourraîŝ auŝŝî ajouter qu’îl eŝt égalemet deŝ îtellectuelŝ, îcoŝolaBleŝ orphelîŝ de ladîte gradeur, pour prétedre que la coloîŝatîo fut eŝŝetîellemet œuvre de cîvîlîŝatîo. Maîŝ je m’e tîedraîŝ à la geèŝe de ce lîvre quî ŝut à e dîre l’actualîté. Avec ŝa pudeur coutumîère, Maŝpero a préféré celer l’aecdote. Chaque été,La Quinzaine littérairecoŝacre ŝo uméro d’aoÛt à u doŝŝîer. E 1990, leŝ collaBorateurŝ de la revue de Maurîce Nadeau, parmî leŝquelŝ Fraçoîŝ Maŝpero, reçuret aîŝî ue ote préparatoîre rédîgée par u memBre du comîté de rédactîo e vue d’u uméro ayat pour thème : « Que ŝot “oŝ” ex-coloîeŝ deveueŝ ? » Itîtulée « Ce quî maque à ce uméro », elle ŝ’ouvraît par ceŝ motŝ : « U réexame deŝ doctrîeŝ atîcoloîalîŝteŝ fraçaîŝeŝ (Fratz Fao, e Jea-Paul Sartre, M Vergèŝ, Fraçoîŝ Maŝpero, Régîŝ DeBray). » PuBlîée daŝ le uméro e queŝtîo, la répoŝe de Maŝpero fut cî-glate. Retraçat avec ue împlacaBle îroîe ŝo îtîéraîre polîtîque,
1.Cf.Phîlîppe Seguî,Louis Napoléon le Grand, Graŝŝet, 1990.

Extrait de la publication