Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 10,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

La Dérive fasciste
Du même auteur
AUX MÊMES ÉDITIONS
La Dérive fasciste Doriot, Déat, Bergery « L’Univers historique », 1986 Hitler et les Juifs Genèse dun génocide « L’Univers historique », 1989 et « Points histoire », 1995 La France à lheure allemande 19401944 « L’Univers historique », 1995 et « Points Histoire », 1997 Fascisme, nazisme, autoritarisme « Points Histoire », 2000
Philippe Burrin
La Dérive fasciste
Doriot, Déat, Bergery 19331945
PRÉFACE INÉDITE DE LAUTEUR
Éditions du Seuil
COLLECTION « POINTS HISTOIRE » FONDÉE PAR MICHEL WINOCK DIRIGÉE PAR RICHARD FIGUIER
ISBN2020589230 (ISBN202009357X première édition)
Éditions du Seuil, octobre 1986, mars 2003 pour la présente édition.
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de lauteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
A Irène
Préface
Un premier ouvrage est, diton, un coup dessai. Une repa rution seize ans plus tard, en édition de poche, cest au moins un coup de chance. Pour lauteur, un motif de satisfaction, mais aussi de perplexité. Il souhaiterait un livre mieux fait, il le ferait aujourdhui autrement, à supposer quil lui vienne à lesprit de le faire. Historien, il se demande sil est mieux placé que dautres pour regarder pardessus son épaule. Il peut au moins rappeler une étape et indiquer le cheminement depuis.
*
La recherche pour ce travail débuta à la fin des années 1970, avec les encouragements de Saul Friedländer, qui enseignait alors à Genève, avant de rejoindre la Californie. Le manuscrit, achevé au début de 1985, trouva un lecteur attentif en Michel Winock, qui décida, ô joie, de le publier. Louvrage connut à sa parution, lannée suivante, ce quil est convenu dappeler un succès destime, et cela seul importait. Son écho fut pour tant, me sembletil, plus fort que ses ventes : hasard dun débat, rencontre dun climat. En 1986, le débat qui avait entouré la parution en 1983 du livre de Zeev Sternhell,Ni droite ni gauche, vibrait encore. En défendant la thèse dune idéologie fasciste imprégnant en pro fondeur, en dépit dun insuccès politique patent, la France des années 1930, en particulier les milieux intellectuels, lhistorien israélien avait suscité un vif intérêt, quavait alimenté la forte critique des historiens spécialistes. Doù lattention prêtée à une nouvelle étude qui prenait position sous un angle différent, la trajectoire vers le fascisme dhommes de gauche (Pierre Nora accueillit généreusement dansLe Débatun aperçu de 1 cette recherche *).
*Les notes sont placées à la fin de l’ouvrage.
10
La Dérive fasciste
Le climat politique se trouvait être non moins propice. Le Front national montait en puissance après sa percée de 1984, renforçant à gauche le déboussolement engendré par le virage du gouvernement vers la politique daustérité. La situation appelait la comparaison avec une autre alternance, celle du Front populaire cinquante ans plus tôt, qui navait pas trop bien fini, ou en tout cas dont certaines têtes de file navaient pas bien fini du tout. A droite et à lextrême droite, on voulut se réjouir quun ouvrage rappelât la contribution de la gauche au fascisme, et on sempressa de le tirer dans une direction quillustre assez bien le titre dun brûlot publié par le Club de lHorloge en 2 1984,Socialisme et fascisme : une même famille ?Les hom mes politiques de droite en France aiment renvoyer la balle du fascisme dans le camp opposé. A gauche, chez les francstireurs surtout, on marqua de la curiosité pour des itinéraires déviants, peutêtre dans lidée que si danger fasciste il y avait, la vigilance commandait de se garder de tous côtés. A partir du milieu des années 1980, pour une décennie peutêtre, il y eut, en tout cas, une renaissance de la thé matique du fascisme et de lantifascisme. La synthèse de Pierre Milza,Fascisme français, soustitrée significativementPassé 3 et Présent, en offre un symptôme parmi dautres . La plupart des historiens, Pierre Milza le premier, étaient pourtant scep tiques devant lassimilation du Front national au fascisme. Rien détonnant que le concept de nationalpopulisme, proposé par PierreAndré Taguieff, se soit rapidement imposé. Quoi quil en soit, cette renaissance demeura limitée. Com mençait à déferler la vague dintérêt pour Vichy et pour lHolo causte. En 1987, Henry Rousso publiait sonSyndrome de Vichy, et lannée suivante Eric Vigne faisait paraître en traduction le maîtreouvrage de Raul Hilberg,La destruction des Juifs 4 d’Europe, vingtsept ans après la première édition anglaise . Vichy, son autoritarisme, son antisémitisme, sa xénophobie : le fascisme des années 30 en apparaissait bien pâlot. Futil même jamais le bon point de référence ? Au fond, son terreau avait été la crise de la démocratie parlementaire et le dilemme de la paix et de la guerre davantage que la xénophobie et le racisme.
*