Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI

sans DRM

La Dominique 2013 Petit Futé

De
0 page
Les Country Guides du Petit Futé sont des guides pour tous les voyageurs. Ils proposent une synthèse équilibrée d'informations pratiques et culturelles et sont conçus pour que les lecteurs puissent effectuer le voyage qui leur convient, seuls ou en groupe.
Voir plus Voir moins
INVITATION AU VOYAGE

INVITATION AU VOYAGE - Guadeloupe

© Petit Futé

INVITATION AU VOYAGE - Bloc Meteo guadeloupe

Bienvenue en Dominique !

Si vous aimez la nature, vous aimerez ce que vous allez découvrir à la Dominique. La nature ici est généreuse et exubérante, s'offrant au grand bonheur des rastas heureux, des perroquets en liberté et des survivants du peuple Carib. La Dominique émerge de la mer des Caraïbes à l’état brut, croulante de végétation, hérissée de volcans engloutissant les maisons aux toits verts et bleus, et de parcs nationaux inscrits au patrimoine mondial par l’Unesco !

Pour vous donner une idée de l'importance accordée à la nature dans cette île. Vous allez aimer la jungle étouffante et humide : des perroquets et autres oiseaux ou des espèces rares qui viennent chercher refuge sur cette île protégée, comme les tortues ou les baleines. Vous apprécierez aussi l’eau dans tous ses états : brûlante avec les eaux chaudes soufreuses et pétillantes venues du plus profond de la terre, froide avec les lacs volcaniques, ébouriffante et majestueuse avec les cascades et abondante avec son mythe des 365 rivières. La Dominique est également une terre de prédilection pour un peuple de survivants qui a accepté de se protéger dans les bras de mère Nature, ces derniers, les descendants du peuple Carib, vivent en harmonie sur leur territoire où rien n’appartient à personne mais où chacun possède en communauté et en harmonie un petit bout de cette île.

Les plus de la Dominique
Une destination sûre

La Dominique possède cette particularité non négligeable, devenue un atout de nos jours, d’allier soleil, détente, exotisme et confort. Des activités de détente et de loisir pour les enfants et les adultes sont proposées presque toute l'année. Aucun danger latent à signaler : pas de tourisme « sexuel » , pas de bestioles dangereuses et une insécurité limitée à quelques rares zones facilement évitables.

Soleil, plages et farniente

Que la température baisse en deça de 20°C, voici un sujet tout trouvé pour la une de la presse locale… Voilà qui résume tout : une destination soleil par excellence (surtout quand il fait froid en Europe !), 27 °C de moyenne, des pointes à 32 °C et (très) rarement moins de 24 °C à Roseau.

Et si la chaleur vous parait trop intense, les innombrables rivières de la Dominique vous offriront leurs eaux émeraudes.

Des activités de plein air à profusion

Archipel, tropical, bleu et vert : un carré magique qui assure une profusion d’activités dont bénéficie la population locale, aussi bien que les visiteurs. Le bleu de l'eau est partout : vous pouvez profiter de la douceur et de la richesse de ses fonds (plongée en apnée ou avec des bouteilles), vous détendre (bateau, croisière), vous défouler (pêche au gros, planche à voile, surf, jet-ski, kitesurf), partir à l'aventure (canyoning, quad, 4x4, équitation, randonnées, etc.). Le vert complète le tableau : vous passez des rivières aux forêts tropicales par des sentiers escarpés… Le mot « stress » disparaîtra bien vite, sans aucun doute…

Un écotourisme en plein essor

Pratiquer l’écotourisme est un vrai bonheur ici. La Dominique offre des sentiers de randonnées et des chemins de découverte, à pied, à cheval… Les mangroves se révèlent à vous en kayak, scooter des mers ou Zodiac. De vrais professionnels vous accompagnent et vous guident pour des sensations pures. La Dominique a lancé le pari de faire du tourisme, qui constitue la plus grande partie de son économie, une activité verte, assurant la préservation du patrimoine naturel de l'île.

Fiche technique
Argent

La monnaie utilisée en Dominique est le Dollar des Caraïbes Orientales. En septembre 2012, 1 € = 3,4 XCD et 10 XCD = 2,9 €.

La Guadeloupe en bref

Superficie : 754 km².

Capitale : Roseau.

Population : environ 73 000 hab en 2011.

Espérance de vie : 76 ans.

Taux d'alphabétisation : 94 %

Langue officielle : anglais.

PIB/hab : 13 600 € (2011).

Taux de chômage : 23 %.

Téléphone

Pour appeler la Dominique de l’étranger. Vous devez composer pour un poste fixe le 001 pour un appel à l'étranger, puis le 767 pour la Dominique.

Décalage horaire

Il y a 5 heures de décalage horaire pendant l’hiver avec la métropole, et 6 heures pendant l’été. Au mois de janvier, lorsqu’il est 18h à Paris, il est 13h en Dominique ; au mois de juillet lorsqu’il est 18h à Paris, il est 12h en Dominique.

Formalités

Pour rentrer en Dominique, il faut être muni d'un passeport valide. Un visa valable pendant 30 jours vous sera fourni à l'arrivée sur le territoire.

Climat

Tout au long de l’année, la température oscille entre 26 et 32 °C en moyenne dans la journée. Il existe deux saisons aux Antilles. La saison sèche appelée carême (de décembre à mai) et une saison plus chaude et plus humide appelée hivernage (de juillet à octobre). Pendant les mois d’octobre et novembre, les précipitations sont plus élevées.

Saisonnalité

Sous les tropiques, le soleil se lève tôt, entre 5h et 6h, et se couche entre 18h et 18h30 selon la saison. En bref, pour voyager hors des périodes de grande affluence, nous vous conseillons les mois de mai et juin où le climat est des plus agréables (sec et taux d’humidité correct) et les tarifs au plus bas. En juillet et surtout en août, le temps est très chaud et plus humide, mais ne tenez pas trop compte des clichés qui vous signalent que la période dite « cyclonique » est terrible ! Il pleut plus souvent certes, mais c’est quand même très agréable et cela ne dure jamais très longtemps. En septembre, tempêtes tropicales et cyclones se donnent rendez-vous.

DECOUVERTE DE LA DOMINIQUE

La Dominique, surnommée « l'île aux 365 rivières » , a la particularité d'être l’île la plus montagneuse et la plus large des Iles sous-le-vent. L'île abrite une forêt tropicale luxuriante et préservée. Des paysages variés avec, sur la Côte au-vent (est), des sources d’eau sulfureuse et un lac bouillonnant (le deuxième plus grand au monde). La vallée de la Désolation est, quoi que le nom puisse laisser penser, une région agricole dominée par des cultures diversifiées comme la banane, les pamplemousses, les oranges et les tubercules. La Côte sous-le-vent est, quant à elle, dominée par une végétation plus sèche, des marécages et mangroves et des plages de sable gris. Les quelques plages de sable blanc se situent au nord-est de l’île. C'est le cas de la plage de Turtle Bay, la plage des surfeurs où viennent pondre les tortues, et celle d’Hampstead Beach, avec sa cocoteraie et ses eaux claires. Les habitants de l’île aiment à dire que, si Christophe Colomb revenait, ce serait la seule île qu’il reconnaîtrait ! L’accueil est l’autre point fort de la Dominique. Les gens que l’on croise sont très gentils : ils vous disent bonjour, viennent spontanément vous serrer la main et vous souhaitent la bienvenue. Ici, l’accueil chaleureux est une réalité et non une simple formule. La plupart des gens sont très décontractés, à commencer bien sûr par les nombreux rastas qui sillonnent les rues.

La Dominique en bref

Dominique : nom donné par Christophe Colomb à l’île des Indiens caribs, le 3 novembre 1493. Elle est apparue sur une mappemonde en 1505. Sur une des cartes, elle est appelée « l’île des Cannibales »  ! C’est la plus montagneuse des Caraïbes et elle a la plus forte concentration de volcans sur terre.

Situation : trait d’union entre la Martinique et la Guadeloupe.

Superficie : 790 km², 50 km de longueur et 25 km de largeur.

Point culminant : morne Diablotin, 1 447 m.

Statut : Etat indépendant depuis le 3 novembre 1978, membre du Commonwealth.

Population : la population dominiquaise est estimée à près de 80 000 habitants. L’île comprend en majorité des Afro-Antillais et 3 000 Indiens caribs, seuls survivants de la Caraïbe, qui vivent sur un territoire concédé en 1903 par la reine d’Angleterre.

Capitale : Roseau, nom donné par les Français du temps de la colonisation.

Langues : anglais et créole. Le créole dominiquais est celui des îles françaises.

Monnaie : la monnaie officielle est le East Caribbean dollar (prononcez « ici » ). 1 € = 3,40 EC$, et 1 US$ = 2,70 EC$ (taux juillet 2012). Taux à vérifier bien entendu avant votre départ. Vous pourrez changer euros et dollars votre arrivée dans l'île. Attention, si les dollars US sont acceptés à peu près partout dans l'île, ce n'est pas le cas de l'euro. Distributeurs automatiques à Roseau.

La Dominique en 10 mots-clés
Averses

A partir du mois d’août, la saison est humide, très humide et le niveau de précipitation très élevé, mais régulier : il pleut tous les jours, en petites ou grosses averses. Même si la température est douce, vous ne souffrirez pas de la sécheresse et le bruit continu de la pluie sur les toits de tôle devient vite une musique lancinante.

Carnaval

Carnaval - Carnaval de Guadeloupe.

© TJ – Fotolia

La vie sur l'île de la Dominique est rythmée par de nombreux carnavals et festivals. En février à lieu le carnaval de la Dominique, qui dure deux jours pendant lesquels les rues se remplissent de musique et de couleurs. Des défilés en costumes traditionnels sont organisés dans la capitale. Au cours de l'année de nombreux autres événements sont l'occasion de faire de la fête : fête de l'indépendance, fête de l'émancipation, jazz festival, festival de la musique créole...

Jardins

La nature a été généreuse avec les Antilles, qui ne manquent ni de soleil ni d’eau. Les jardins sont donc souvent magnifiques, et les maisons les plus modestes savent cultiver de beaux spécimens de plantes et de fleurs bien disposées.

Jeux

Le chiffre d’affaires cumulé de cette activité s’élève dans les départements des Antilles et de la Guyane à plusieurs centaines de millions d’euros, avec une place prépondérante pour le PMU. Cela étant, ils ne jouent pas complètement à perte, puisqu’ils empochent tout de même 60 % des sommes engagées. Du Loto au Millionnaire en passant par le Banco et le Loto sportif et les jeux aux casinos du Gosier et de Saint-François, les Antilles s'intéressent à tous les jeux, avec un coup de cœur particulier pour le Quinté +.

Langouste

Ce crustacé à carapace épineux et à longues antennes est le roi auxx Antilles. On le retrouve partout et les viviers rivalisent. Il est proposé à toutes les sauces. Rappelons ici pour l’anecdote que cet animal rouge et charmant était considéré, il n’y a pas encore si longtemps, comme un « plat de pauvre » par les pêcheurs. On en mangeait faute de mieux quand il n’y avait pas de poisson ! Autre variété : la cigale de mer qui se cuisine exactement comme la langouste mais qui a une chair plus fine et plus parfumée ; elle est donc vendue plus cher.

Mountain Chicken

Vedette et spécialité culinaire de l’île après le poulet : le mountain chicken n'est pas de la volaille mais bien un crapaud. Il est originaire d’Amérique du Sud. Il n’en reste qu’en Dominique. Ces crapauds vivent en surface, dans les zones d’altitude supérieure à 350 m et sont abondants le long des berges abruptes qui bordent les rivières. Une loi de régulation de la chasse les protège du 1er mars au 31 août de chaque année.

Musique

Presque synonyme du mot « Antilles » , la musique a toute sa place ici, et ne va pas sans sa compagne, la danse. La programmation musicale dépend des événements festifs de l’année : chants de Noël, carnaval, festivals… Il existe de nombreux genres de musique sur l’île, mais le zouk reste toujours le plus connu. Evolution sensuelle de la biguine et résultante de plusieurs influences, comme le compas d’Haïti, le collé-serré a gagné ses lettres de noblesse par l’intermédiaire du groupe Kassav qui l’a stylisé, comme un mélange de notes faciles et de mélodies élaborées, bref, un rythme dansant. Une fois que vous l'aurez adopté, vous ne danserez plus le slow !

Si Dieu veut

Vous entendrez souvent cette expression aimable, qui vous fera peut-être sourire la première fois.

Dans la conversation de tous les jours, si vous demandez à une personne un service, elle vous répondra « oui, on verra cela demain… si Dieu veut !  »

Tutoiement

C’est une pratique qui rapproche inévitablement en gommant les clivages. On peut ainsi en venir à tutoyer naturellement, y compris ses voisins de table pendant le séjour ou… pourquoi pas son patron le lendemain du retour ! Mais attendez que la personne ait fait le premier pas en la matière car certains s’offusquent du tutoiement d’emblée et le ressentent comme un manque de respect de la part du métropolitain fraîchement débarqué.

Villas créoles

Les Antillais les ont longtemps dédaignées et, pendant des années, c’étaient les grandes maisons massives en béton, sur pilotis, qui symbolisaient la réussite sociale. Elles appartenaient d’ailleurs à des fonctionnaires. Mais on reprend goût aujourd’hui à la villa d’autrefois : maison en bois, style Louisiane, entourée d’une grande galerie (terrasse qui fait le tour de la maison), avec cuisine séparée de l’habitation, orientée vers les alizés.

Survol de la Dominique
GÉOGRAPHIE

La Dominique est située entre les îles françaises de la Guadeloupe (au nord) et de la Martinique (au sud). Les habitants sont des Dominiquais. A ne pas confondre avec la République dominicaine qui partage la frontière avec l'île d'Haïti et dont les habitants sont des Dominicains !

L'île de la Dominique fait partie des îles Sous-le-Vent avec 47 km du nord au sud et 26 km de largeur pour une superficie de 780 km². Roseau, la capitale, se situe sur la côte sud-ouest. La chaîne de montagnes s’étend du nord au sud avec en moyenne une altitude de 3 000 pieds (1 000 m), dont la plus haute est le morne Diablotin (1 447 m), suivie par Trois-Pitons à 1 387 m. Une faible activité volcanique est perceptible à différents endroits comme à la vallée de la Désolation ou au lac bouillonnant à 701 m au-dessus du niveau de la mer. Ces deux sites sont classés au Patrimoine mondial. Les alizés venant de l’Atlantique soufflent au-dessus des montagnes et provoquent près de 762 cm de précipitations annuelles. La température est presque constante toute l’année, avoisinant 30 °C en été, et s'accompagne d’une humidité importante.

Géologie

La Dominique commence à prendre forme il y a 26 millions d'années, à la période miocène. Les Petites Antilles sont constituées de deux arcs : l'arc extérieur est le plus ancien et le plus érodé, l'arc intérieur est le plus jeune et la Dominique en fait partie. Sa formation date donc de 12 millions d'années. L'origine récente de l'île est soulignée par la présence de volcans endormis, de lacs formés dans d'anciens cratères éteints, de fumerolles, du Boiling Lake et des sources sulfureuses. Une série de centres volcaniques forme l'intérieur de l'île, tels ceux de morne Watt, de morne Micotrin, de morne Trois-Pitons et de morne Diablotin. Quelques-uns de ces volcans sont potentiellement actifs et les plus récents s'entassent sur les plus anciens. Les vents et les pluies ont provoqué l'érosion des montagnes et des volcans, ce qui a entraîné la création de vallées profondes comme la Layou ou encore celle de Roseau. Les plages sont en majorité de sable gris… et désertes

PARCS NATIONAUX

La Dominique compte trois parcs nationaux et deux réserves forestières. Pour les trois premiers, un droit d'entrée de 5 US$ vous sera demandé, ou 12 US$ pour un pass hebdomadaire.

PARC NATIONAL CABRITS

Au nord de l'île, près de Portsmouth, ce parc fut créé en 1986 pour préserver la forêt sèche côtière. Il abrite plusieurs sentiers de randonnée faciles offrant de belles vues, ainsi qu'un lieu historique parmi les plus remarquables de l'île, le fort Shirley. C'est le plus petit des parcs de la Dominique.

PARC NATIONAL MORNE DIABLOTIN

Dans le nord de l'île, près de Portsmouth, il entoure le point culminant de l'île, le mont Morne Diablotin.

PARC NATIONAL MORNE TROIS PITONS

Plus grand des parcs nationaux de Dominique, il est remarquable par le nombre de lieux à visiter en son sein : Boiling Lake, Titou Gorge, Freshwater Lake...

RÉSERVES FORESTIÈRES

Accolées au parc national de Morne Diablotin, dans la partie nord de l'île, les réserves nord et centrale prolongent la zone protégée vers le sud.

FAUNE ET FLORE
Faune

Les oiseaux

En Dominique, 170 espèces d’oiseaux sont répertoriées.Le roi souverain est le sisserou ou perroquet impérial. Emblème de l’île, il est représenté sur le drapeau national. Avec le Jacko, perroquet à coup rouge, il est protégé par une loi sur la protection des forêts.

D’autres oiseaux sont reconnaissables, comme les siffleurs des montagnes et leur trémolo particulier ou les aigles nommés malfinis et leur cri strident lors de leur survol dans la vallée.

Les crustacés et les reptiles

Dans les rivières, on trouve écrevisses, crabes, mulets, Mountain Chickens (grosses grenouilles très appréciées pour leurs délicieuses cuisses). Parmi les reptiles, on trouve des lézards (zandoli), des iguanes (protégés) et des serpents non venimeux, dont le plus impressionnant est le boa constrictor

Les mammifères marins

Impossible de passer sous silence l'attraction locale incontournable, les baleines. Elles ont choisi les eaux de la Dominique parce qu’elles sont non polluées et silencieuses ; les mères baleines arrivent avec leur baleineau et se fixent pour mission de l’engraisser pendant quelques mois et de lui apprendre les rudiments de la vie avant de repartir, vers les eaux plus froides du Canada par exemple !

La Dominique accueille également de nombreuses tortues de mer, qui viennent pondre le long des cotes entre les mois de mars et octobre.

Rongeurs et mammifères

Vous croiserez peut-être le chemin d'agoutis. Petit rongeur originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. On peut le trouver partout en Dominique et plus particulièrement dans la forêt tropicale. Dans la forêt et parfois près des habitations vous entendrez le cri guttural des opossums.

Flore

La Dominique compte 1 000 espèces de fleurs, incluant 74 espèces d’orchidées et 200 espèces de fougères. Les 22 plantes endémiques à la Dominique ont été identifiées, notamment le bwa kwaib, officiellement désigné comme étant la fleur nationale ! Sur la côte ouest, vous trouverez des scarlet bwa kwaib, purple savonnet, campêche, et le lantana orange, rose et jaune. A l’intérieur des terres, l’orange des immortelles fait concurrence aux héliconias, rouges, jaunes et verts. En 1975, la Dominique établit son premier parc national : le morne Trois-Pitons. Le parc couvre 17 000 acres (un peu moins de 7 000 hectares) et sa vocation est de protéger les espèces de faune et de flore endémiques à l’île. Récemment, le parc national des Trois-Pitons a été déclaré Patrimoine mondial. En 1952, c'était déjà le cas pour la première réserve centrale forestière ; en 1977, pour la réserve forestière du nord ; en 1986, pour le parc national Cabrits, protégeant la forêt sèche et les mangroves.

Histoire

Waitukubuli, nom imprononçable mais qui déjà nous fait rêver. C’est ainsi que l’on nomme l’île de la Dominique, dans la langue des indiens Caraïbes, littéralement « son corps est grand » .

Encadrée par les Antilles françaises, Guadeloupe, Martinique, Les Saintes, Marie Galante, l’île de la Dominique, appartenant au Commonwealth, garde des influences complètement métissées, uniques dans les Caraïbes. Anglo-saxonne, africaine, française, mais aussi indienne ; c’est la seule île des Antilles où subsistent les 3 000 derniers descendants des terribles Indiens Caraïbes ; il existe même une réserve, datant de la fin du XIXsiècle, de 1 500 ha, le Kalinago Territory.

Indiens Kalinagos

Persistance unique dans l’arc des Caraïbes, les indiens Kalinagos sont les derniers descendants des indiens Caribs, venus du bassin de l’Orénoque et qui ont peuplé toutes les Antilles, après avoir massacré ou mangé tous les Arawaks ; Les Caraïbes ou Kalinanagos sur l’île de la Dominique, réputés féroces et cannibales, furent les seuls, malgré les multiples conflits avec les espagnols, les français et les anglais à se préserver encore à ce jour une parcelle de territoire. En 1903, le gouverneur britannique d’alors, crée la première réserve Carib, qui deviendra plus tard le « Carib Territory »  ; aujourd’hui d’une superficie de 1500 ha, situé dans l’est de l’île, il est administré par « le Carib Council »  ; ses membres élisent un chef qui les représente au sein du gouvernement dominiquais. Aujourd’hui la population est estimée à 3000 indiens descendant des Kalinagos.

Arrivée de Christophe Colomb et disputes coloniales

Un dimanche en 1493, Christophe Colomb longe les rives de l’île et l’appelle « Domingo » ( « dimanche » en espagnol), d’où le nom de Domenica. Les Espagnols laissent très vite les Français et les Anglais s’affronter pour le contrôle de l'île. Deux fois leurs canonnades mettent le feu et détruisent totalement Roseau. Ces affrontements ne cessent qu'en 1748, quand les Français et Anglais abandonnent l’île aux Caraïbes et la déclarent zone neutre pour mettre fin aux conflits. En1783 est signé le traité de Paris donne la Dominique à l’Angleterre. Mais à peine 12 ans plus tard, les Français rompent le traité et tentent de s’emparer de la Dominique. Résultat : destruction totale de Roseau par le feu encore une fois. Après une dernière tentative de reconquête, notamment en incendiant Roseau à nouveau, les Français quittent définitivement l’île en échange d’une indemnité. La Dominique devient une colonie britannique.

Début de l'indépendance

En 1967 la colonie devient Etat associé au Commonwealth et entame son processus d’indépendance, lié notamment à l’installation d’un régime démocratique. Mais celle-ci n'est effective que le 3 novembre 1978 qui est retenu comme la date officielle de l'indépendance de la Dominique. En 1980 le nouveau Premier ministre Eugenia Carles est surnommé la « Dame de fer des Antilles » en raison de son autoritarisme.

L'île s'ouvre petit à petit au tourisme.

Population et langues

Communautés

La Dominique est le seul pays au monde qui compte une population de 3 000 Indiens caribs. Ils ont survécu grâce à la nature même de l’île, qui les protégeait de l’agression de l’ennemi. De nos jours, ils vivent sur un territoire de 1 800 hectares en bordure des côtes nord-est de l’île. Ils en sont propriétaires car ces terres leur ont été concédées en 1903 par la reine Victoria.

La grande majorité de la population de l’île est d’origine afro-caribéenne. La population blanche est généralement constituée d’expatriés canadiens, anglais, américains ou français. Entre 20 000 et 50 000 dominiquais vivraient hors de leur pays.

Le patois

C'est un mélange de créole et d'anglais qui a permis aux Dominiquais de communiquer entre eux sans que l'occupant puisse les comprendre. On regrette que le patois ne soit perçu, sur ces îles très britanniques, que comme un langage utilisé par les « campagnards » .
Très pratique, ce patois leur permet aujourd'hui de communiquer avec les Antillais même si ces derniers ne parlent pas anglais.
Dans le village de Marigot, il existe un patois spécifique appelé le cocoy.

Les centenaires de la Dominique

Elizabeth Israel, surnommée Ma Pampo, était la doyenne de l’île, elle habitait Portsmouth. Elle est décédée en 2003 à l’âge de 127 ans. Malgré les efforts de certains Dominiquais pour expliquer que sa longévité est due aux attraits naturels de l’île, personne n'a jamais prouvé avec certitude sa date de naissance. Ma Pampo était une star sur l’île, et l’on retrouvait souvent son visage sur les cartes de téléphone et autres supports publicitaires.

La Dominique est reconnue pour avoir le deuxième taux de longévité le plus élevé dans l’hémisphère Ouest juste après le Canada et devant les Etats-Unis !

On dénombre une vingtaine d’autres centenaires dans cette population de 77 000 habitants !

Mode de vie
Mœurs et faits de société

Les Dominiquais aiment faire la fête pour oublier les soucis de la vie de tous les jours, ou à l’occasion de fêtes religieuses ou familiales. Le patrimoine de la Dominique est riche et varié. Il émane des cultures successives des Caribs, Africains et Européens. Du fait de son isolement, l’île a conservé beaucoup de ses coutumes ancestrales et certains villages ont développé leur style de danses ou de musiques.

L’île est divisée en 10 communes (parish, « paroisse » ) nommées d’après des noms de saints fêtés et célébrés toute l’année. La semaine qui précède l’anniversaire du jour de l’Indépendance en novembre est riche en manifestations culturelles, et l’on y retrouve toutes les traditions de l’île : du costume créole national (le madras) porté pour le Creole Day à la journée de cuisine créole en passant par la commémoration du jour de l’Indépendance, suivi par le Festival de la musique créole qui réunit les plus grands chanteurs de ce genre musical de la Caraïbe. Des danses traditionnelles sont représentées comme lebélé, qui vient d’Afrique de l’Ouest et le quadrille, d’origine française. Les orchestres de jing-ping ou de shack-shack accompagnent souvent ces danses.

Dominica World Creole Music Festival

Le festival international de musique créole de la Dominique existe depuis 1997 et est une attraction majeure dans l'île. Tous les ans en octobre les artistes créoles les plus prestigieux viennent interpréter leurs chansons de succès pour un public de plus en plus nombreux venu des Antilles, mais aussi des États-Unis et du Royaume-Uni.

www.wcmfdominica.com

Religion

Du fait de la colonisation, l’île est en majorité catholique et anglicane. Mais vous y retrouverez toutes les religions communes aux îles françaises : évangélistes, témoins de Jéhovah, adventistes, et, unique sur les îles anglaises, la Gospel Hall Church.