La Gaspésie de Métis à Miguasha

De
Il y a plusieurs Gaspésie. La baie des Chaleurs n'est pas la vallée de la Matapédia, la pointe de Forillon n'a que peu de choses à voir avec la région de Métis. Chacune a son caractère, son charme, chacune est susceptible de nous toucher. Dans ce carnet de croquis, Jacques Martineau dessine le littoral, ses grèves bien ventées, ses brumes, ses déferlantes, ses envolées d'oiseaux marins, ses falaises de roches stratifiées ou de conglomérats, ses petits ports, ses monolithes, ses anses presque secrètes, ses galets dont les teintes varient sans cesse et qui sont comme la signature de chaque plage.
Après une carrière dans l'enseignement, Jacques Martineau se consacre maintenant au dessin et à l'écriture. Il a déjà collaboré au magazine Nuit blanche et a publié Les 100 romans québécois qu'il faut lire (Nota bene, 1994). Certains de ses textes ont paru dans la revue Nouaison (1998-2001) et, en 2008, il a participé à un ouvrage collectif en hommage à Robert Melançon (Le Noroît). Avant La Gaspésie de Métis à Miguasha, il a fait paraître Carnet de Québec aux éditions du Septentrion (2009).
Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896646807
Nombre de pages : 90
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Jacques Martineau
La Gaspésie de Métis à Mi uasha Carnet du littoral
Se p t e n t r i o n Extrait de la publication
Extrait de la publication
La Gaspésie de Métis à Mi uasha
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Jacques Martineau
La Gaspésie de Métis à Mi uasha Carnet du littoral
Se p t e n t r i o n
Extrait de la publication
Pour effectuer une recherche libre par motclé à l’intérieur de cet ouvrage, rendezvous sur notre site Internet au www.septentrion.qc.ca
Les éditions du Septentrion remercient le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour le soutien accordé à leur programme d’édition, ainsi que le gouvernement du Québec pour son Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres. Nous reconnaissons également l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Révision : Solange Deschênes Mise en pages et maquette de couverture : PierreLouis Cauchon
Si vous désirez être tenu au courant des publications des ÉDITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous écrire par courrier, par courriel à sept@septentrion.qc.ca, par télécopieur au 418 5274978 ou consulter notre catalogue sur Internet : www.septentrion.qc.ca
© Les éditions du Septentrion 1300, av. Maguire Québec (Québec) G1T 1Z3 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 ISBN papier : 9782894486856 ISBN PDF : 9782896646807
Diffusion au Canada : Diffusion Dimedia 539, boul. Lebeau SaintLaurent (Québec) H4N 1S2
Ventes en Europe : Distribution du Nouveau Monde 30, rue GayLussac 75005 Paris
Extrait de la publication
Il y a plusieurs Gaspésie
La première Gaspésie, qui s’étend de Sainte-Flavie à Sainte-Anne-des-Monts, est une zone de transition entre le Bas-Saint-Laurent et la Haute Gaspésie. Elle garde quelque chose de la douceur de l’un dans ses jardins de Métis, elle commence à montrer un peu de l’âpreté de l’autre dans ses grèves rocheuses. Le relief peu accusé au début devient de plus en plus bossué. Et plus on avance vers le nord-est, plus s’amenuise l’espace disponible pour les champs, les villages, la route elle-même. La plaine du Saint-Laurent s’achève définitivement quand les Chic-Chocs viennent se jeter dans le fleuve aux environs de Sainte-Anne-des-Monts. Au-delà, il n’y a même plus de place pour la route qui doit se faufiler sur la grève au pied des falaises.
La seconde Gaspésie s’étend de Sainte-Anne-des-Monts à la pointe de Forillon. Elle est d’une beauté à la fois austère et grandiose, particulièrement émouvante sous des ciels lourds, sous la pluie battante, fouettée par une mer rageuse et écumante. Une terre pleine de caractère, couverte de forêts aux plis somp-tueux, opposant aux vents du nord et aux pluies glacées le front têtu de ses falaises, et qui se termine en majesté par la presqu’île de Forillon. Elle est chichement peuplée et on la dirait encore hostile à toute pénétration, tolérant à peine la route sur son rivage ou aux flancs de ses montagnes. Ses grèves peu invitantes sont le plus souvent des écorchis que la mer ponce et reponce inlassablement. 7
La troisième Gaspésie va de Forillon jusqu’au fond de la baie des Chaleurs. Ses falaises rouges, ses grèves accueillantes, ses marais et ses lagunes aux eaux tièdes lui donnent quelque chose de charnel et de sensuel. Sa route est bordée d’un chapelet de maisons qui soude villages et petites villes et ses petits ports prennent des airs de fête avec leurs bateaux aux couleurs vives. Ses plages sont vraiment celles des vacances avec des enfants qui jouent dans les vagues, des couples étendus au milieu des touffes d’élyme, des eaux qui peuvent se nuancer de turquoise certaines journées. Une terre aimable, riante presque.
Mais c’est aussi une côte sans défense, toujours menacée. Ses falaises sanguines sont faites de grès très friable que la mer attaque, grignote et troue à son aise sans rencontrer de résistance, tout comme ses barres de sable et de galets qu’elle remodèle sans difficulté. Il y a même une quatrième Gaspésie (qui n’est pas représentée ici), intérieure celle-là, avec forêts et lacs, rivières à saumons, hautes montagnes et caribous, que borde au sud la longue vallée de la Matapédia. Il y a plusieurs Gaspésie. Chacune a sa beauté, sa personnalité. Chacune a son charme, chacune me touche.
LaCôte
Une zone de transition entre le Bas Saint Laurent - -et la Haute Gaspésie. Elle garde quelque chose de la douceur -de l'un dans ses jardins de Métis, elle commence à montrer un peu de l 'âpreté de l'autre dans ses grèves rocheuses.
Extrait de la publication
10
Grand-Métis Les jardins de Métis sont de magnifiques jardins à l 'anglaise aménagés à l 'embouchure de la rivière Mitis. Ils demeurent exceptionnels à cette latitude.
Entre les arbres s 'ouvre une fenêtre d 'où on a une vue en surplomb sur l 'embouchure de la rivière et le fleuve Saint Laurent. -
Cette allée avec ses massifs de fleurs en pente douce où se succèdent pendant la saison arabètes,pivoines, pieds d 'alouette, phloxs, etc., reste un des secteurs des jardins les plus prisés des visiteurs.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Ristigouche

de le-quartanier

Ormuz

de pol-editeur

suivant