Malaisie, Singapour et Brunei 7ed - Sarawak

De
Publié par

Ce chapitre Sarawak est issu du guide consacré à la destination Malaisie, Singapour et Brunei.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 14 novembre 2013
Lecture(s) : 6
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816141306
Nombre de pages : 168
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Pourquoi y aller

Le Sarawak met les merveilles naturelles et culturelles de Bornéo à portée de main. Depuis Kuching, ville la plus raffinée et dynamique de l’île, des excursions d’une journée vers les forêts tropicales humides sont possibles. Vous y apercevrez orangs-outans, nasiques, crocodiles et rafflésies (les plus grandes fleurs du monde), ce qui vous laissera la soirée pour un délicieux repas et un verre dans un bar branché. Ceux qui aiment l’aventure embarqueront dans un “cercueil volant” (une sorte de pirogue) pour remonter la Batang Rejang, “l’Amazone de Bornéo”, en quête de longhouses (maisons longues communautaires) isolées, ou s’envoleront pour les spectaculaires grottes à chauves-souris remplies de formations rocheuses du parc national de Gunung Mulu, inscrit au patrimoine de l’Unesco. C’est partout avec leur gentillesse naturelle et leur sens de l’humour hors pair que vous accueilleront les habitants de cet État malais d’une grande diversité culturelle.

Quand partir


Juil Rassemblement d’artistes dayak et internationaux à Kuching pour le Rainforest World Music Festival.

Juil-sept C’est la haute saison touristique. Pensez à réserver vols et treks.

Nov-jan Si la mer est agitée, la navigation côtière peut devenir difficile, voire impossible.


Plan rapproché sur les pages suivantes


À ne pas manquer

Les orangs-outans semi-sauvages du centre de réhabilitation de la faune de Semenggoh se balançant de branche en branche

L’éphémère rafflésie, la plus grande fleur du monde, dans le parc national de Gunung Gading

Une balade sur la Waterfront Promenade à Kuching

Les nasiques en voie d’extinction du parc national de Bako ou du parc national des Kuching Wetlands

Une traversée de la jungle jusqu’au cœur de l’île au fil de la Batang Rejang, “l’Amazone de Bornéo”

Un séjour dans une longhouse, bercé par l’hospitalité propre aux Kelabit Highlands

L’ascension du Gunung Mulu, le plus haut sommet de Bornéo, ou une sortie spéléo dans le splendide parc national de Gunung Mulu

Les grottes du parc national de Niah , hérissées de stalactites et peuplées de chauves-souris


Histoire

Après un siècle sous domination des rajahs blancs et quatre ans d’occupation japonaise, le Sarawak devint une colonie britannique en 1946. Westminster insista pour le rattacher à la péninsule malaise, au Sabah et à Singapour, ce qui donna naissance en 1963 à la Malaisie (Singapour se rétracta deux ans plus tard). À peu près à la même époque, sous l’égide du président Soekarno, l’Indonésie voisine revendiqua tout le territoire de Bornéo, lançant une campagne militaire connue sous le nom de la Konfrontasi (1962-1966). Des dizaines de milliers de soldats britanniques, australiens et néo-zélandais furent déployés pour protéger la frontière du Sarawak avec le Kalimantan.

Abdul Taib Mahmud, chef du gouvernement du Sarawak depuis 1981, a souvent été accusé de corruption. D’après un rapport publié en 2012 par le Fonds Bruno Manser (www.bmf.ch/en), une ONG suisse, il serait l’homme le plus riche de Malaisie – sa fortune s’élevant à 15 milliards de dollars US – et aurait abusé de sa fonction pour fournir du bois et d’autres ressources à des proches et amis. Lors des élections de l’Assemblée législative de l’État en 2011, la coalition politique de Taib, le Barisan Nasional (BN), a conservé une majorité aux deux tiers, mais la course aux élections fédérales de 2013 s’annonce difficile pour elle.

KUCHING

600 000 HABITANTS

La ville la plus sophistiquée de Bornéo est un kaléidoscope de cultures, de savoir-faire artisanaux et gastronomiques. Les rues animées – tantôt modernes, tantôt empreintes d’une atmosphère coloniale – feront le bonheur des flâneurs : des shophouses (maisons de négoce) de l’époque des rajahs blancs s’adossent à des temples chinois ornés de dragons, une mosquée évoquant l’Inde du Sud côtoie des stands regorgeant de spécialités asiatiques, et un parc aménagé au bord de la rivière invite les familles à se promener et à prendre un en-cas.

Kuching a un autre atout : elle offre un point de chute qui permet de visiter en une journée des sites naturels d’exception.

À voir

Le principal attrait de Kuching, c’est la ville elle-même. Prenez le temps de flâner, de vous imprégner de l’ambiance décontractée et des charmants panoramas urbains de Jln Carpenter (vieux quartier chinois), Jln India, Jln Padungan (nouveau quartier chinois) et de la Waterfront Promenade.

Les superbes musées du Sarawak sont tous gratuits.

WATERFRONT PROMENADE

La rive sud (Main Bazaar et Jln Gambier ; croisières 20 RM) du Sungai Sarawak, entre la mosquée indienne et l’Hotel Grand Margherita Kuching, a été aménagée en promenade sur les berges, avec des allées asphaltées, des pelouses, des massifs de fleurs, une aire de jeux pour les enfants, des cafés et des stands de restauration. Il est agréable de s’y promener lorsque la brise se lève sur la rivière, surtout au coucher du soleil. Le soir, la rive s’embrase de guirlandes colorées. Couples et familles viennent y grignoter en regardant passer les tambang (petits ferries) parés de leurs lanternes scintillantes. Arrêtez-vous face au Hilton, là où la rivière forme un coude : la vue est imprenable. Plusieurs compagnies proposent des croisières (20 RM). Le niveau d’eau reste constant grâce à un barrage en aval.

La promenade offre une vue magnifique sur l’autre rive où se dressent les tours crénelées blanches et les jardins soignés de l’Astana, le fort Margherita sur les hauteurs et, entre les deux, le Parlement du Sarawak, surmonté d’un pittoresque toit pointu doré.

Musée d’Histoire chinoise      MUSÉE

(Chinese History Museum ; angle Main Bazaar et Jln Wayang ; entrée libre ; 9h-16h45 lun-ven, 10h-16h sam, dim et jours fériés). Installé dans l’ancien tribunal chinois (Chinese Court building), vieux d’un siècle, le musée d’Histoire chinoise présente chacune des neuf communautés chinoises – avec son dialecte, sa cuisine et ses temples – arrivées au Sarawak à partir de 1830. Les pièces maîtresses de la nouvelle collection, inaugurée en 2011, comprennent des céramiques, des instruments de musique, des photos historiques et d’effrayants costumes de danseurs (dragon et lion). L’entrée se fait côté rivière.

Tour carrée      BÂTIMENT HISTORIQUE

(Carte (Cliquez ici). Comme le fort Margherita, la Tour carrée, érigée en 1879, protégeait autrefois le paisible fleuve contre les pillards. Au siècle dernier, le bâtiment, qui porte toujours les armoiries de l’époque de Charles Brooke (1829-1917), second rajah blanc du Sarawak, a été tour à tour une prison, un mess et une salle de danse. Il héberge aujourd’hui une galerie d’art. La rue voisine, Jln Gambier, doit son nom à une plante grimpante utilisée pour le tannage et comme teinture.

Old Court House Complex      BÂTIMENT HISTORIQUE

(Entre Jln Tun Abang Haji Openg et Jln Barrack). L’ancien palais de justice (Old Court House), devenu aujourd’hui le Sarawak Tourism Complex, fut construit à la fin du XIXe siècle, destiné à être un centre administratif municipal. Aujourd’hui, ce gracieux ensemble à colonnades, qui vaut vraiment le détour, abrite le très utile centre d’information des visiteurs et le bureau de réservation des parcs nationaux (National Parks Booking Office). Juste devant, en face de la Tour carrée, se trouve le mémorial de Brooke, érigé en 1924 en hommage à Charles Brooke.

OLD CHINATOWN

Jalan Carpenter      RUE

(Carte (Cliquez ici). Jln Carpenter – le cœur du vieux quartier chinois de Kuching – est bordée de pittoresques shophouses de l’époque coloniale et abrite des temples chinois aux couleurs éclatantes. Elle s’étend de la très décorative arche de l’Harmonie (angle Jln Tun Abang Haji Openg et Jln Carpenter).

Temple Hong San Si      TEMPLE

(Angle Jln Wayang et Jln Carpenter ; 6h-18h). Ce temple datant des années 1840 (et entièrement rénové en 2004), dont le toit est surmonté d’une rangée de dragons, est aussi connu sous son nom hokkien, Say Ong Kong.

En avril, il fait l’objet d’une importante célébration annuelle: une longue procession de chars, de danseurs déguisés en dragons et en lions, ainsi que d’autres groupes chemine à travers la ville derrière l’autel de Kong Teck Choon Ong (la divinité du temple).

Temple Hiang Thian Siang      TEMPLE

(Sang Ti Miao Temple ; entre les nos 12 et 14 Jln Carpenter). Situé près de l’arche de l’Harmonie, ce temple reconstruit peu après l’incendie de 1884 représente pour la communauté chinoise teochew un sanctuaire consacré à Shang Di (l’empereur du Paradis).

La célébration la plus intéressante dans ce temple est la fête du Fantôme affamé, le 15e jour du septième mois lunaire (mi-août ou début septembre). Les Chinois croient que les portes de l’enfer sont ouvertes durant tout le mois, afin de laisser les esprits des morts libres d’errer sur terre. Le 15e jour du mois, ils offrent de la nourriture, des prières, de l’encens et du papier monnaie pour apaiser les esprits. Un prêtre bénit les offrandes et brûle une énorme effigie du roi de l’Enfer dans un gigantesque feu de joie.

Juste en face, vous pourrez déguster d’excellents plats teochew au Yang Choon Tai Hawker Centre .

Temple Hin Ho Bio      TEMPLE

(36 Jln Carpenter ; 6h-17h). Un trésor caché vous attend sur le toit de la Kuching Hainan Association. Grimpez les escaliers jusqu’au dernier étage et vous vous retrouverez devant un étonnant petit temple chinois, Hin Ho Bio (temple de la Reine du Paradis), avec vue sur les toits du quartier.

Musée du Textile du Sarawak       MUSÉE

(Muzium Tekstil Sarawak ; Jln Tun Abang Haji Openg ; entrée libre ; 9h-16h45 lun-ven, 10h-16h sam, dim et jours fériés). Installé dans un bâtiment de style “baroque colonial” datant de 1909, ce musée présente de superbes tissus traditionnels, tels que les songket (brocarts dorés), ainsi que des chapeaux, nattes, ceintures, objets de vannerie, bijoux en perles, en argent ou en écorce, des bracelets et coiffures de fête élaborés par les Iban, les Bidayuh, les Penan et d’autres communautés dayak. Des dioramas témoignent de l’exubérance vestimentaire des mariages orang ulu, malais, chinois et indiens. Les panneaux explicatifs éclairent le public sur les matériaux et techniques utilisés.

L’ancienne poste centrale, imposant bâtiment aux colonnes corinthiennes (1931), est située juste en face.

QUARTIER DE JALAN INDIA

Mosquée indienne      MOSQUÉE

(Indian Mosque Lane ; 6h-20h30 sauf pendant les prières). Il suffit de quitter Jln India (entre les nos 37 et 39A) ou Jln Gambier (entre les nos 24 et 25A) et d’emprunter l’étroite Indian Mosque Lane (Lg Sempit), pour entrer dans un autre monde. Côté Jln Gambier, les boutiques étalent des épices en vrac (curcuma jaune d’or, coriandre jaune vert, poudre de piment rouge orangé) aux parfums irrésistibles et enivrants ! Plus loin, de minuscules boutiques vendent les bonnets blancs au crochet (10 RM) destinés aux hommes qui ont fait leur pèlerinage à La Mecque, des songkok (25 RM), chapeaux de velours noir portés par les Malais pour les grandes occasions, et des voiles colorés pour les musulmanes.

Plan rapproché sur les pages suivantes

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi