Népal 8ed

De
Publié par

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable au Népal
Un aperçu tout en couleurs et en photos des meilleures expériences d'un voyage au Népal : Katmandou, le trek du camp de base de l'Everest, les safaris à dos d'éléphant, les stupas de Bodhnath et Swayambhunath, les fêtes locales...
Ce guide a été rédigé par des auteurs experts qui connaissent le pays depuis plusieurs années et y ont entrepris de nombreux trekkings.
Un chapitre très complet avec toutes les informations pour entreprendre un trekking au Népal : des itinéraires détaillés, les guides locaux, les meilleures saisons, des conseils de santé et sécurité...
Un chapitre consacré au VTT et aux descentes en eaux vives (rafting, kayak...).
Toutes les informations pratiques pour préparer son voyage et éviter les casse-tête : les moyens de transport, la sécurité, les conseils pour bien dépenser son argent...
Une section spéciale pour faire du bénévolat au Népal.
Des sections ciblées pour aller au cœur de la culture locale : histoire, société, cuisine, spiritualité...



Publié le : jeudi 10 mars 2016
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816150780
Nombre de pages : 753
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Illustration

Les séismes de 2015

Le 25 avril à 11h56, un très fort séisme de 7,8 sur l’échelle de Richter a frappé le Népal et dévasté le pays en de très nombreux endroits. Ce chapitre vise à résumer ces événements et leurs conséquences sur les voyages au Népal, ainsi que la manière dont nous abordons cette catastrophe dans ce guide.

Régions touchées

Les régions du Népal ont été diversement atteintes par le désastre de 2015.

Katmandou

Des bâtiments et des monuments ont été sérieusement endommagés, notamment à Durbar Square à Katmandou, mais de nombreuses zones ont échappé au désastre.

Vallée de Katmandou

Beaucoup de dégâts, surtout dans les villes historiques de Patan et Bhaktapur, mais de nombreux secteurs ont été épargnés.

De Katmandou à Pokhara

Gorkha et les villages proches de l’épicentre ont beaucoup souffert ; Bandipur et les localités proches de Pokhara ont subi peu de dégâts.

Pokhara et ses environs

La ville de Pokhara et la région de l’Annapurna n’ont pas été concernées, mais certaines zones rurales ont subi des dégradations mineures.

Teraï et chaîne du Mahabharat

Des bâtiments ont été détruits dans les contreforts montagneux proches de Katmandou, mais les plaines n’ont pas été touchées.

Régions des treks

Des villages entiers ont disparu dans les vallées du Langtang et du Rolwaling, autour du Manaslu et de l’Helambu ; les dommages sont moins importants dans la région de l’Everest. La région de l’Annapurna, l’est et l’ouest du Népal n’ont été que peu impactées.

Journée noire pour le Népal

Le matin du 25 avril 2015, des milliers de bâtiments du centre du Népal se sont effondrés lors de la première secousse et de ses répliques, tuant plus de 8 500 personnes et faisant des milliers de sans-abri. Des glissements de terrain ont détruit des villages entiers et une avalanche au camp de base de l’Everest a tué 18 grimpeurs. Les répliques se sont succédé et, le 12 mai, une secousse majeure a fait des centaines de victimes supplémentaires. Dans la région de Gorkha, autour de l’épicentre, et dans la vallée de Katmandou, des communes ont été dévastées et des monuments pluricentenaires anéantis. Beaucoup de sites touristiques sont méconnaissables. Ce séisme est la pire catastrophe survenue au Népal depuis le tremblement de terre de 1934, qui avait aussi frappé l’État indien du Bihar.

L’aide internationale massive a aidé le Népal à faire face aux conséquences immédiates de la crise, mais rebâtir sera long et difficile. Le tourisme a subi de plein fouet les effets du désastre, à un moment où le Népal a un besoin urgent des revenus de cette activité pour se reconstruire. À Lonely Planet, nous espérons que ce guide, tout en informant les voyageurs des dégâts causés par le séisme, les encouragera à revenir pour aider la population népalaise à reconstruire sa vie après la catastrophe.

Évaluer le coût du désastre

Si le séisme est l’un des pires à avoir frappé la région de l’Himalaya, les dégâts sont localisés. Katmandou et d’autres villes de la vallée ont été sévèrement touchées, ce n’est pas le cas de Pokhara et de la région de l’Annapurna. Le Teraï, l’est et l’ouest du pays n’ont subi que de faibles secousses. Dans les régions de trek, des villages entiers ont été détruits par des glissements de terrain et des avalanches dans la vallée du Langtang, autour de l’Helambu, du Manaslu, dans la vallée du Rolwaling et dans certaines parties de la région de l’Everest. Mais d’autres secteurs ont été épargnés presque en totalité.

Malgré ce qu’en ont dit les médias, des sites touristiques tels que Durbar Square à Katmandou n’ont pas été totalement détruits. Si des dizaines de temples, de palais et de monuments sont désormais réduits à des tas de gravats, ils sont bien plus nombreux à être demeurés intacts. Les villes historiques de la vallée de Katmandou recèlent encore de nombreux bâtiments à l’architecture ancienne et les contreforts de l’Himalaya sont toujours parsemés de villages aux maisons de pierre impeccables, et parcourus de sentiers de randonnées en parfait état.

Quel avenir pour le Népal ?

Au lendemain du séisme, la plupart des touristes se demandaient quand ils pourraient revenir au Népal. Des répliques se produisaient tous les jours, et des millions de personnes dormaient sous des tentes, par peur que d’autres bâtiments ne s’écroulent. Le premier conseil aux voyageurs a été de ne pas venir, pour ne pas consommer des ressources précieuses et ne pas gêner les secours.

Depuis, les répliques ont beaucoup diminué et l’aide s’est tournée vers la reconstruction et le relogement des sans-abris. Les autorités népalaises appellent maintenant les touristes à revenir et à aider le pays à reconstruire son économie, en dépensant leur argent sur place et en redonnant des moyens de subsistance à la population.

MISE À JOUR : APRÈS LE SÉISME

Les auteurs du guide Népal de Lonely Planet avaient actualisé cette 8e édition peu de temps avant les premières secousses. Des journalistes locaux ont à nouveau actualisé le guide, dans l’urgence, lors des semaines qui ont suivi. Pour autant, nous ne prétendons pas tout savoir, même si nos auteurs ont visité les zones touchées, et modifié les descriptions des lieux endommagés ou détruits. Si vous découvrez des erreurs ou des éléments obsolètes dans ce guide, faites-le-nous savoir à l’adresse Internet suivante : www.lonelyplanet.com/contact/guidebook_feedback/new.

Pour connaître ceux qui nous ont fourni leur aide précieuse afin d’obtenir des informations mises à jour, consultez Cliquez ici.

Se rendre au Népal après le désastre

Aujourd’hui, l’impact du séisme est visible, surtout dans les villes anciennes de la vallée de Katmandou. Certains bâtiments sont trop fragilisés pour être utilisés, d’autres nécessitent de gros travaux avant de redevenir habitables. De nombreuses personnes vivent encore dans des hébergements temporaires et les transports, l’alimentation électrique et les communications peuvent encore être perturbés. Vous trouverez sûrement des hôtels et des commerces fermés pour travaux ou par manque de clients.

Malgré tout cela, le Népal reste captivant et accueillant. Si vous dépensez votre argent dans les commerces locaux, vous participerez directement à l’effort de reconstruction, en donnant à la population une source de revenu substantielle. Les Népalais sont endurants (ce n’est pas la première fois que le pays fait face à des destructions d’une telle ampleur) mais maintenant plus que jamais, le monde ne doit pas les oublier, même une fois qu’ils auront disparu de la une des journaux.

Bienvenue au Népal

Le Népal s’étire entre les hauteurs
de l’Himalaya et les plaines indiennes
étouffantes. Royaume des Sherpa,
c’est le pays des pics enneigés, des yaks et
des yétis, des monastères et des mantras.

À l’assaut des montagnes

Pour la plupart des amoureux de la montagne, les cimes du Népal sont l’objectif ultime. Aujourd’hui, les treks les plus emblématiques et les plus accessibles de l’Himalaya attirent des foules de randonneurs avides d’arpenter des sentiers parmi les plus beaux du monde, qu’ils mènent à l’Everest ou aux Annapurnas. Ces régions n’ont, du reste, été que peu touchées par le séisme de 2015.

Les amateurs de sensations fortes viennent ici pratiquer le rafting, sauter à l’élastique dans les gorges himalayennes, s’adonner au canyoning, à l’escalade, au kayak, au parapente ou au VTT dans un cadre d’exception.

Villes anciennes et sites sacrés

Mais le Népal se visite aussi à un rythme plus paisible, en flânant sur les places médiévales de Katmandou, de Patan et de Bhaktapur, et en se joignant aux pèlerins tibétains autour des stupas et des temples de la vallée de Katmandou.

Même au sortir du tremblement de terre de 2015, le Népal reste le carrefour culturel de l’Himalaya. La vallée de Katmandou recèle toujours palais, sanctuaires, et temples aux sublimes ornements.

Immersion en pleine jungle

Plus au sud, aventurés dans les parcs nationaux, les amoureux de la nature guetteront les oiseaux dans la canopée et parcourront la jungle à dos d’éléphant pour observer tigres et rhinocéros. Optez pour un lodge de luxe dans le Chitwan, au centre du pays, ou partez à l’aventure dans des régions plus isolées comme le Bardia et la Koshi Tappu. Que vous circuliez en VTT, à moto, en raft ou en bus, vous serez étonné par la diversité des paysages.

Le paradis du voyage

Rares sont les pays au monde à se prêter aussi bien au voyage indépendant que le Népal. À voir les boutiques de trekking, les boulangeries et les pizzerias de Thamel ou de Pokhara, on croirait que tout est prévu pour les globe-trotteurs. Dans les campagnes, c’est autre chose : la vie traditionnelle montagnarde se poursuit à un rythme immémorial, et l’aventure, la vraie, est à portée de main.

Beaucoup sillonnent depuis des années les sentiers de randonnée de l’Himalaya, ainsi que les villes et les temples de la vallée de Katmandou et des montagnes du Centre, sans jamais que leur intérêt ne s’étiole. Au Népal, le principal problème tient à trouver le temps de tout faire.

Illustration
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi