Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI

sans DRM

Niamey 2012 Petit Futé

De
0 page
Résolument pratique, ce guide est écrit par un auteur du cru qui a déniché toutes les bonnes adresses indispensables à un week-end ou des vacances réussies. Vous y retrouverez également des informations culturelles et de découverte pour profiter de manière futée des incontournables de la ville, mais aussi sortir des sentiers battus.
Voir plus Voir moins
INVITATION AU VOYAGE
Bienvenue à Niamey !

Au Niger, il y a autant de langues pour dire « Bienvenue !  » que de régions à découvrir. La langue haoussa est celle qui concerne le plus grand nombre de Nigériens, d’où « Barka Da Zouwa »  ! Blotti entre Savane et Sahara avec une large bande de Sahel au milieu, c’est l’image des trois « S » à l’africaine qui s’est dessinée au Niger, comme l’illustre son drapeau, avec ses trois bandes horizontales de couleurs orange comme le désert, blanc comme la zone sahélienne et vert tendre qui rappelle les tiges de mil de la courte saison des pluies. En son milieu, le disque orange évoque un soleil permanent, garantie d’un séjour chaleureux… Cette découverte exclura pour 2009 l’Aïr et le Ténéré, région la plus célèbre du Sahara nigérien au nord de la ville historique d’Agadez, perturbés par un conflit latent. Le massif du Termit, le Koutous, le désert du Tal, le Kawar constituent d’autres lieux sahariens plein de beauté et de richesses insoupçonnées, ouverts à la découverte. Tout cela fait de ce pays une destination authentique qui invite à vivre le charme d’un dépaysement total, avec son désert parmi les plus beaux du monde, son fleuve mythique où pêcheurs et hippopotames vivent en harmonie, un parcours étonnamment riche sur le plan faunique dont le célèbre parc du W, son peuple et sa diversité des coutumes, des zones pastorales des plus arides, au nord, et des villages de pêcheurs du lac Tchad. C’est en somme « l’Afrique culturelle et naturelle en miniature » qui s’offre au voyageur.

Talatah Favreau

REMERCIEMENTS. Au Centre de la Promotion du Tourisme, au Ministère du Tourisme et de l’Artisanat, au Ministère des Transports et de l’Aviation Civile. Mille mercis à toute la famille, amis et connaissances qui ont apporté leur précieuse aide à la réédition de ce guide, ils se reconnaîtront au fil des pages, riches de leur expérience.

MISE EN GARDE. Le monde du tourisme est en perpétuelle évolution. Malgré notre vigilance, des établissements, des coordonnées et des prix peuvent faire l’objet de changements qui ne relèvent pas de notre responsabilité. Nous faisons appel à la compréhension des lecteurs et nous excusons auprès d’eux pour les erreurs qu’ils pourraient constater dans les rubriques pratiques de ce guide.

Fiche technique
Argent

Monnaie : le franc CFA (Communauté financière africaine) aligné sur l’euro : 1 € = 656 FCFA. Pour une meilleure visibilité sur le franc CFA, il faut savoir que c’est une monnaie alignée sur l’ex-franc français, donc 1 (ex) franc français = 100 francs CFA.

Idées de budget

Le coût de la vie au Niger est assez cher quand le visiteur aspire à un minimum de confort. Cependant, s’il décide de vivre à la manière d’un cadre nigérien, avec les produits frais du marché, les boissons locales (il existe des sirops de bissap, de gingembre, de tamarin à 1 500 FCFA la bouteille), la très bonne viande grillée, la volaille et le poisson frit vendus dans la rue, ou les repas pris dans de petites gargotes de quartiers (proposant des plats entre 500 FCFA et 1 500 FCFA) il dépensera moins de 10 000 FCFA (environ 15 €) pour tous les repas de la journée. Voici une idée de budget quotidien comprenant le logement, les repas et les déplacements, en monnaie locale et en euro :

Petit budget : 40 € (soit environ 25 000 FCFA) avec hébergement en chambre ventilée et les repas pris chez les vendeuses dans la rue ou dans les maquis, petits déplacement en taxi.

Budget moyen : 60 € (soit environ 40 000 FCFA) avec hébergement en chambre climatisée et repas dans les maquis ou dans les restaurants avec salles climatisées et déplacements en taxi.

Gros budget : 190 € (soit 125 000 FCFA). A partir de cette somme c’est la porte du luxe qui s’ouvre au voyageur en chambre climatisée avec vue majestueuse, piscine, bar en terrasse ou en salle climatisée, et restauration aux bonnes tables avec location de voiture standard ; c’est également le budget quotidien équivalent pour les expéditions sahariennes en véhicule 4×4.

Le Niger en bref
Le pays

Pays : République du Niger, Etat laïc.

Capitale : Niamey.

Superficie : 1 267 000 km2 (deux fois la France) dont 80 % en zone désertique.

Nature de l’Etat : Ve République, démocratie présidentielle.

Président de la République : Tandja Mamadou (mandat en cours jusqu’à fin 2009).

Chef du gouvernement : depuis 2007 Seyni Oumarou.

Découpage administratif et principales villes : régions d’Agadez, Diffa, Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéri, Zinder et commune de Niamey.

Langues. Le français est langue officielle. A côté, chaque ethnie possède sa propre langue, et le haoussa est celle qui est comprise par la majorité des Nigériens, du fleuve au désert. Les autres langues parlées au Niger sont le haoussa, le djerma-songhaï, le fulfuldé ou le peul, le tamacheq ou le touareg, le kanuri, l’arabe, le gourmantché, le toubou et le boudouma.

La population

Population : 14,7 millions d’habitants en 2008.

Densité de population : 10 habitants au km2.

Population rurale : 77,3 %.

Population urbaine : 22,7 %.

Indice de fécondité : 7,4.

Mortalité infantile : 81 ‰.

Espérance de vie : 55,8 ans.

Alphabétisme : 22,7 %.

Taux brut de scolarisation primaire : 62,1 %.

Religions : musulmans (93 %), animistes (4 %), catholiques et protestants.

Ethnies : les Haoussa (55 %), les Djerma-Songhaï (22 %), les Peuls (8 %), les Touareg (8 %), les Kanouri (5%), les Arabes, Gourmantché, Toubou, Boudouma (2 %), tous réunis.

Taux d’accroissement de la population : 3 %, un des plus forts du monde avec une moyenne de 7 enfants par femme.

L’économie

Croissance annuelle : 3,5 %.

Taux de croissance économique : 5,4 % avec une inflation à 2 % en moyenne annuelle (2005-2007).

PIB : 8 774 millions de $ PPA (PPA = Parité du pouvoir d’achat).

PIB par habitant : 617 $ PPA.

Indice du développement humain : 0,374 (174e rang sur 177).

Principaux fournisseurs : 22 % de pays capitalistes développés.

Principaux clients : France, Nigeria. Ainsi que la Chine, l’Inde, le Chili, la Côte d’Ivoire et le Bénin.

Téléphone

Indicatif du pays : 227.

De France au Niger : 00 + 227 + numéro à 8 chiffres (pour les localités ayant le réseau automatique international : Agadez, Arlit, Birni N’Konni, Diffa, Dosso, Gaya, Maradi, Niamey, Say, Tahoua, Tillabéri et Zinder).

Du Niger en France : 00 + 33 + numéro français sans le 0.

Du Niger au Niger : numéro à 6 chiffres dans les localités d'Agadez, Arlit, Birni N’Konni, Diffa, Dogondoutchi, Dosso, Filingué, Gaya, Kollo, Madaoua, Maradi, Myrriah, Niamey, Say, Tahoua, Tanout, Tessaoua, Tillabéri et Zinder.

Coût du téléphone : dans les télécentres privés nombreux dans les villes, compter 150 FCFA la minute et, pour la France, environ 2 500 FCFA la minute.

Pour une connexion Internet, compter environ 500 FCFA l’heure.

Portable : le réseau du téléphone mobile est développé dans toutes les grandes villes, SFR et Orange avec abonnement international est valable sur le réseau mobile Zain. Sinon, l’achat d’une puce Zain avec une carte téléphonique de 5 000 FCFA permet de téléphoner 8 minutes (600 FCFA la minute pour la France, 1 000 FCFA la minute pour le reste du monde).

Climat

Chaud et sec avec une courte saison des pluies de juin à septembre et une courte saison froide de décembre à février.

Décalage horaire

En été, il y a 1 heure de moins qu’en France (quand il est midi à Paris, il est 11h à Niamey). Même heure en hiver.

Saisonnalité

La saison la plus agréable au niveau de la température se situe de novembre à mars, au maximum 35 °C et minimum 0 °C dans le désert. Novembre est le mois le plus lumineux et le moins venteux. Juillet, août et septembre sont les mois les plus pluvieux sous forme de courts orages. Très belle nature, la végétation lavée reverdit ; c’est alors la fête des récoltes.

Le drapeau du Niger

Le Niger a acquis son indépendance le 3 août 1960. Son nom, lui venant du 3e fleuve d’Afrique par la longueur, dissimule bien la diversité des paysages nigériens, un lieu unique où Sahara et Sahel défilent et s’enroulent. Une variété reflétée dans son drapeau, une des fiertés du pays, qui rassemble tous les peuples du Niger. Nombreux sont les artistes chanteurs, peintres qui utilisent ce symbole national pour un message d’unité.

DÉCOUVERTE DU NIGER
Le Niger en 60 mots-clés
Adragh

Terme touareg désignant « la montagne » , très utilisé dans les chansons des guitaristes, les stars du désert qui font danser les étoiles sous le ciel. Des soirées guitare sont occasionnellement organisées dans tout le pays, le canal d’information le plus fiable pour savoir où se rendre reste encore le bouche à oreille.

Banco

Argile dont on fabrique les briques séchées au soleil pour construire les maisons. Dans les villes secondaires du pays, l’argile reste le matériau de construction le plus utilisé. Mélangé à de la paille, cela fait des constructions solides, et même des chefs-d’œuvre comme la célèbre mosquée d’Agadez.

Belle étoile

S’il y a bien un pays où il faut faire l’expérience de dormir dehors (comme tous les Nigériens), c’est au Niger ; le ciel y est sublime, il fait toujours plus frais la nuit que le jour, et les soirées sont inoubliables, mais avec moustiquaire ! On apprend aussi à vivre dans l’obscurité dans les villages et les campements.

Besmillah

« Au nom de Dieu » , bénédiction qui ponctue le repas comme une invitation à commencer à manger. On entendra pour les moins religieux « au plat »  ! En cas de surprise ou de peur, vous entendrez également Besmillah !

Brousse

Tout ce qui n’est pas la ville est la brousse, « on part en brousse » équivaut à « nous partons à la campagne »  ; « il vient de la brousse » égale « il vient du village »  ; « c’est un broussard » , l’insulte absolue pour dire que la personne ne connaît rien de rien hormis son champ et le puits de son village.

Canari

Un récipient volumineux, en terre cuite qui conserve l’eau fraîche toute l’année. Le canari nécessite un changement régulier de son contenu ; il est toujours placé à l’ombre, fermé d’un couvercle surmonté d’un gobelet posé à l’envers. Offrir de l’eau est l’un des premiers actes d’accueil après les salutations.

Carême

Période de jeûne qui dure un mois, pendant laquelle il peut être difficile de se restaurer si on décide de déjeuner dans les petites échoppes qui bordent les routes. A la fin de ce long mois de partage et de miséricorde arrive la fête du Ramadan, les « demandes de pardon » entre voisins, remettant les ardoises à zéro pour une nouvelle année de voisinage.

Chameau

En réalité « dromadaire » , c’est l’animal le plus rustique et le mieux adapté au climat du Niger : il est partout, de la boucle du fleuve à l’ouest du pays, aux rives du lac Tchad jusqu’aux frontières sahariennes. Chargé de bois ou de palmes de doum, il côtoie les voitures en ville, traverse les déserts, chargé de sel et de mil, s’élance en de mémorables courses, monté par les meilleurs chameliers de l’Aïr, et aujourd’hui, permet aux touristes sahariens de se balancer à leur rythme en rêvant dans de somptueux paysages.

Chèche

Turban dont les hommes se drapent la tête. On l’appelle teguelmoust lorsqu’il s’agit du litham indigo des Touareg. Celui des femmes touareg est le même avec des dimensions variées, on l’appelle aleshou. Il couvre tout le corps de la tête aux pieds, avec élégance. Que cela soit celui des femmes ou des hommes le port est différent selon les ethnies et les régions. Admirer la mode sahélo-saharienne à travers des yeux et des gestes pleins de grâce.

Cérémonies

A chaque fin de semaine, son lot de cérémonies : décès, mariage, baptême, les Nigériens sont souvent sollicités. Il y a toujours une cérémonie où se rendre ! Les lieux de célébration dans les grandes villes sont reconnaissables par les chaises en plastique alignées devant la maison ou sous une tente ombragée.

Cicatrices

Les scarifications sur le visage, parfois à peine esquissées, parfois très marquées, ont représenté au Niger un moyen très pratique de marquer son identité. Ainsi chaque ethnie (à l’exception notable des Touareg) s’est adonnée à cette pratique. De nos jours, de plus en plus de parents soustraient leurs nouveau-nés à cette pratique traditionnelle, perçue comme rétrograde.

Cimetière

Au Niger, les cimetières ne se visitent pas, d’ailleurs ils restent souvent dissimulés en bordure des villages et des villes. C’est un lieu qui inspire la crainte, qui rappelle à la société que l’on peut mourir demain ! Seuls les hommes sont admis lors de l’enterrement. Lorsque vous croisez un convoi funéraire signalé par les phares allumés, arrêtez-vous par signe de respect.

Circulation

En ville, ce sont les chauffeurs de taxi et de Mobylette-taxi (appelée kabou-kabou) qu’il faut craindre le plus ; le code de la route n’est guère respecté. Dans les quartiers populaires, malgré l’absence de panneau de limitation de vitesse, il faut rouler doucement car les enfants peuvent surgir sans crier gare. En cas d’accident, les démarches auprès des assurances et pour établir les constats ne sont pas simples, il faut s’armer de patience et de diplomatie.

Commérage

« Monter sur son linge sale pour apercevoir les saletés du voisin » … Savoir et commenter les informations qui circulent dans le quartier est un passe-temps qui regroupe de nombreux adeptes ! Des chaises paresseusement installées dans la rue à l’ombre témoignent de l’usage de commenter chacun de vos pas.

Concession

Terrain clôturé privé dans les villages ou les villes où l’on construit sa maison, sa case en paille ou sa tente. Par extension, s’assimile au mot « maisonnée » , lieu de vie d’une famille. Les concessions sont toujours ouvertes, il suffit de pousser la porte pour pénétrer dans la vie d’une famille. Le visiteur découvre souvent la scène suivante : une cour propre, les membres de la famille à l’ombre sous un hangar ou un grand arbre, et la cuisinière au foyer.

Contacts

Pour se frotter à la population qui lie volontiers connaissance, rien de tel que de faire travailler couturiers, cordonniers, de prendre le taxi, d’aller voir un match de foot, un film au cinéma dans les quartiers, de faire son marché, de répondre à une invitation de baptême ou de mariage, etc. Seules les manifestations publiques à caractère politico-social sont à proscrire.

Copto

Spécialité zerma, le copto est un terme générique pour désigner toutes sortes de feuilles ou fleurs comestibles bouillies ; elles sont égouttées et assaisonnées de poudre d’arachide, de piment et d’autres épices.

A la fin de la saison des pluies, de nombreuses femmes zerma sillonnent les villes avec des calebasses portées dans deux filets attachés à un bâton posé sur leurs épaules. Les citadins se jettent sur elles, heureux de retrouver le goût authentique du copto.

Courba-courba

Littéralement « tourne-tourne » , c’est le nom donné au plat dînatoire des foyers nigériens. A base de farine de mil ou de mais, ce plat assez fade n’a pas trop de succès auprès des jeunes et, quand s’offre la possibilité d’y échapper, ils la saisissent avec plaisir. Le petit déjeuner est la seconde chance donné au courba-courba d’être consommé, Dans ce cas, il est réchauffé dans la marmite de la sauce noire, souvent avec un meilleur goût que la veille.

Course des dromadaires

C’est la course touareg par excellence, pendant laquelle les champions mesurent leur bravoure face à l’immensité du désert, poussés par le chant des jeunes femmes remarquablement parées pour l’occasion.

Cousinage

Un des ciments de la société nigérienne, il se pratique entre ethnies différentes et désamorce les conflits. A chaque ethnie, son « cousin à plaisanter » . La règle du jeu est unanime : ne jamais se fâcher, quoi qu’il en soit.

Couture sur mesure

Le prêt-à-porter n’est pas très nigérien, le couturier coud le boubou de maman, le costume de bureau de papa et les tenues d’école pour les enfants. Les périodes de pointe pour la couture sont pendant les fêtes et les saisons des mariages.

Le Niger possède une reconnaissance internationale en haute couture, portée par Alphadi, fondateur et organisateur du Festival international de la mode africaine, le Fima, organisé régulièrement depuis 1998. Mais dans la vie de tous les jours, ce sont les couturiers sénégalais immigrés qui habillent les grandes dames dans la tradition sahélienne.

Deuxième bureau
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin