Odyssée arc-en-ciel

De
Publié par

Cet ouvrage est un carnet de voyage inédit, teinté d'humour et d'exotisme. L'oeuvre aborde et analyse les réalités socioculturelles, économiques et politiques intrinsèques du Bénin. Elle expose, dans un style original, des questions sensibles de développement, et propose quelques esquisses de solutions pertinentes. De la première à la dernière page, l'auteur embarque les lecteurs dans une aventure où le meilleur et le pire se côtoient.
Publié le : dimanche 1 juillet 2012
Lecture(s) : 27
EAN13 : 9782296499133
Nombre de pages : 196
Prix de location à la page : 0,0107€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
 
   
         
Odyssée arc-en-ciel
 
                
Écrire lAfrique Collection dirigée par Denis Pryen
 Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.   Dernières parutions
 Adama TRAORE, L association des mères délèves de Dibougou , 2012. Yaya Sickou DIANKA, Un petit baobab pour vivre ensemble , 2012. Pius NGANDU Nkashama, Dialogues et entretiens dauteur , 2012.  Hélène MILLET, Roman Bambéen , 2012. ITOUA-NDINGA, Le roman des immigrés, 2012. Paul-Evariste OKOURI, Prison à vie , 2012. Michèle ASSAMOUA, Le défi. Couples mixtes en Côte dIvoire , 2 e édition revue et corrigée, 2012 Angeline Solange BONONO, Marie-France lOrpailleuse , 2012. Jules C. AGBOTON, Ma belle-sur (et quatre autres nouvelles) , 2012. Joseph NGATCHOU-WANDJI, Le Vent du Printemps , 2012. Faustin KEOUA LETURMY, Dans le couloir du campus , 2012. Abdou DIAGNE, Les Larmes dune martyre , 2012. René GRAUWET, Au service du Katanga. Mémoires , 2012.  Antoine MANSON VIGOU,  Journal dun demandeur dasile , 2012. Brigitte KEHRER, Poudre dAfrique , 2012. Patrick Serge Boutsindi, Bal des Sapeurs à Bacongo , 2011. Alice Toulaye SOW, Une illusion généreuse , 2011 Kapashika DIKUYI, Le Camouflet , 2011. André-Hubert ONANA MFEGE, Le cimetière des immigrants subsahariens , 2011. José MAMBWINI KIVUILA KIAKU, Le Combat dun Congolais en exil , 2011.  Aboubacar Eros SISSOKO, Mais qui a tué Sambala ? , 2011.   
  
Ibrahim O. FALOLA        Odyssée arc-en-ciel
            
   
 
                                   © L Harmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-99601-4 EAN: 9782296996014  
 
 
À Shè
oun, I
è et O
ounla
é  
 
 
 
Avant-propos
 Lune des meilleures astuces our a récier cha ue instant d un vo a e ar voie terrestre, me semble-t-il, consiste à aller ar éta e, cest-à-dire, décom oser le tra et en mar uant des arrêts, tel le ber er menant son trou eau, avec les ris ues, les eines et les oies ue cela com orte. Faire, our em runter au assa e lex ression ivoirienne consacrée, du « monter, descendre » tout court. Savoir sarrêter uand il le aut, rendre son tem s, our observer minutieusement les choses, tels les remiers hommes, obnubilés par le spectacle des étoiles à la toute première occasion.  Cest le messa e intime transmis ar le sa e atriarche de Kaboua de retour dAl akoara, lors uil a irma une nuit noire sans étoile autour du eu, endant uun hideux hibou ululait, ue dinsou çonnables merveilles sont ar ois dissimulées dans des choses né li eables, si etites, telles danodines rivières contenant dimmenses trésors miniers non découverts.   Ainsi, our rallier Parakou, la cité des Kobourou, métro ole cosmopolite du septentrion au Bénin par exemple, je me plais à vo a er aresseusement, chan eant de véhicule selon mon humeur, mon sixième sens, et ar ois même, mes ré u és. Alors, à loccasion dun vo a e au Ni er, à artir de Cotonou, e savais ar intuition ue, our aller dun bout à lautre du a s, mes eux allaient voir, mes oreilles allaient entendre, et mon nez allait sentir. « Le éri le à travers uarante contrées é uivaut à la découverte de uarante réalités » disent les Fon 1 . Aussi mest-il res ue loisible de enser à tort ou à raison, à lune de ces aventures au cours des uelles le vo a eur est a elé à braver linconnu sous toutes ses ormes, lincertitude, léni me, linsolite et les a res de la canicule sahélienne.  Pré u é ou indicateur éo ra hi ue dun milieu aride, hostile à lé anouissement humain, lex érience en vaut la eine, du moins our lade te des sensations ortes ue e suis. Lod ssée a commencé à Mènontin, à louest de Cotonou, pour atteindre son                                                  1  Ethnie du sud du Bénin.
 
7
point culminant à Gaya, première localité après la traversée de la rontière bénino-ni érienne. Entre-tem s, un lic rôla la mort. À dé aut de ouvoir ilmer ces exclusivités, avais dû noter tel un carnettiste rési né. Mon carnet de vo a e sétait rem li si vite, à telle ensei ne ue avais eu lim ression de rédi er ma thèse de doctorat. Bon our laventure !                                 
 
 
CHAPITRE 1   Fo er mobile   Avoir de la oussière sous ses ieds est mieux uen avoir sous ses esses.  Proverbe wolof  Lhorlo e de la cafétéria Man eons Club  de lauto are de Mènontin affichait cinq heures dix-neuf minutes. Pendant quune luie fine caressait allè rement ma moustache en forme daccent circonflexe à la Mark Twain, effleurant ma timide barbichette telle la rosée au contact de lécorce de larbre, e ris mon sac à dos et jembarquai malgré moi dans lun des rares taxis en direction dAbome , ville histori ue du Bénin ui navait as fini de livrer tous ses secrets. La luie du matin est souvent la romesse dune belle journée, nest-ce pas ?  En ce moment récis, en dé it de ma fidèle intuition, e ne pouvais imaginer de facto  que les imprévus de la route me contraindraient us uau oint où e serais bien obli é de me asser de cette ba nole de collection, dont lori inalité ferait retrouver la vue à un aveu le sur-le-cham . Cétait une voiture brin uebalante à la forme dun éant cra aud de mer, si vieille uon aurait eu toutes les eines du monde à identifier la mar ue dori ine. Il fallait la deviner tout sim lement ! Il fallait faire comme à la loterie : miser et se gaver doptimisme.  Eurêka ! Cétait une Peu eot 404 « familiale » de couleur bleue foncée, de lus en lus rare, surchar ée à cra uer. Un véritable taxi-brousse étaradant et déformé, robablement our avoir servi au trans ort des tonnes de ba a es et des milliers de assa ers, de manière assidue, endant lusieurs décennies, de our comme de nuit, à hue et à dia, sur des routes et des istes de fortune, a rès ue le Yovo 2 leut utilisé.                                                   2  Le Blanc.
 
9
Aussitôt immobilisée, je sautai à lintérieur, sans me poser de uestion, contraint ar le crachin. Je neus même as le tem s de noter son numéro dimmatriculation, un réflexe au uel e métais habitué à la montée et à la descente, our raison de sécurité et dautres im révus. Mal ré mes uel ues tout etits kilo rammes dhomme svelte au h si ue de coureur de marathon, eus de la eine à masseoir confortablement dans cette brouette à moteur. Preuve évidente, je ne pouvais même pas fermer la portière. Il eût fallu uune main énéreuse la rabattît, si violemment, comme si on eût tiré un cou de canon à uel ues centimètres de mes oreilles. Mon tympan en souffra pendant plusieurs minutes.  Jeus la hobie de ne lus ouvoir aver mon ouïe avec les envoûtantes mélodies de Sa bohan Danialou, Luther Vandross, Barry White, celles du légendaire et excentrique Fela Kuti décédé du Sida et dont la mère fut la remière femme ni ériane à conduire une voiture, son fils Femi Kuti ui mavait émerveillé à lhôtel Sheraton dAddis-Abeba le jeudi 7 décembre 2000 lors du concert de clôture du deuxième Forum our le dévelo ement de lAfri ue, Lokua Kanza, Sall N olo, star adulée, véritable bête de scène, la généreuse Shadé, Bozi Boziana, Ludwig van Beethoven, le lanétaire Luciano Pavarotti, Jean-Jac ues Goldman, Kod o Antwi, Aisha Duo, le ianiste Paderewski, Karsh Kale, Fal I u a, la diva Cesaria Evora, Hu h Masekela, Aaron Goldber , Kin Mensah, Am Winehouse, Elton John, Ismael Lo, Kin Sunn Adé, Erikah Badu, Adele Adkins, John Arcadius, liné alable Baill S into, etc.  Ma eur de erdre mon ouïe se ustifie ar la sensation revi orante ue ma orte toute bonne uvre musicale. En lus, il se dit de nos ours beaucou de choses concernant le ouvoir de transformation de la musi ue. Lex érience de lAn lais Gareth Davies en est une illustration édifiante. Il avait estimé ue ouer de la flûte avait en effet chan é sa vie.  Flûtiste rinci al du lé endaire Orchestre de s m honie de Londres, Gareth souffrait du cancer des testicules. Suite à des opérations et une chimiothérapie de plusieurs mois, il perdit sa merveilleuse passion pour la musique jusquà ce quil participât à
 
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.