Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Ometepe et ses environs

De
37 pages

Ce chapitre Ometepe et ses environs (Chapitre ) est tiré du guide Ulysse Nicaragua et comprend tous les attraits, des propositions d'activités, des adresses d'hôtels et de restaurants.
Ici, on trouve le Lago de Nicaragua. Il est le cœur spirituel et historique de la région Pacifique du Nicaragua. Les peuples autochtones établis sur ses rives et dans ses îles, dont la principale est l'Isla de Ometepe, le nommèrent " Cocibolca " (douce mer). Reconnu comme le plus grand lac de l'Amérique centrale (et le dixième à l'échelle globale), avec ses 8 157 km², il captive aussi bien l'imagination des voyageurs que celle de la population locale. Plus de 13 rivières se jettent dans ses eaux peuplées d'une variété infinie de créatures. Ce chapitre offre de très bons conseils pour se déplacer dans cette région nicaraguayenne. Il explique comment faire du change, où trouver de bons renseignements touristiques, comment communiquer avec l'extérieur et quels numéros appeler en cas d'urgence. Les principaux attraits touristiques sont décrits avec précision. Des activités de plein air sont proposées - randonnée pédestre, équitation, vélo et kayak. Vous trouverez aussi plusieurs idées d'adresses pour les hébergements, les restaurants, les sorties et les achats.



Voir plus Voir moins
Ce livre numérique ne comporte pas de dispositif de blocage afin de vous en faciliter l’utilisation. Toutefois, il est identifié par un tatouage permettant d’assurer sa traçabilité afin de prévenir le piratage.
Ce chapitre est tiré du guide UlysseNicaragua, ISBN 978-2-89464-654-0 (version imprimée), paru le troisième trimestre 2015.
Crédits Auteure :Carol Wood Recherche, rédaction et mise à jour de la 6e édition :Claude Hervé-Bazin Éditeur :Pierre Ledoux Correcteur :Pierre Daveluy Infographistes :Isabelle Lalonde, Judy Tan, Philippe Thomas Adjoints à l’édition :Julie Brodeur, Ambroise Gabriel, Annie Gilbert Collaboration aux éditions antérieures :Ries Agterberg, Preston Browning, Jean Brugger, Pierre Corbeil, Maggie Fisher, Cindy Garayt, Lillian Hall, Nadine Jubb, Rodolphe Lasnes, Arlen Palacios, Amanda Procter, Denise Van Wissan, Sonya Waite Photographies :Page couverture, Une grenouille Cruziohyla : © Shutterstock/Dirk Ercken; Page de titre, Un cheval à Granada : © iStockphoto.com/Joel Carillet; La plage de Montelimar:© iStockphoto.com/DmitryNautilus Cet ouvrage a été réalisé sous la direction de Claude Morneau.
Remerciements Merci à Sharon Boorstin de Murphy O’Brien Public Relations pour son aide. Guides de voyage Ulysse reconnaît l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour ses activités d’édition. Guides de voyage Ulysse tient également à remercier le gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC. Guides de voyage Ulysse est membre de l’Association nationale des éditeurs de livres. Note aux lecteurs
Tous les moyens possibles ont été pris pour que les renseignements contenus dans ce guide soient exacts au moment de mettre sous presse. Toutefois, des erreurs peuvent toujours se glisser, des omissions sont toujours possibles, des adresses peuvent disparaître, etc.; la responsabilité de l’éditeur ou des auteurs ne pourrait s’engager en cas de perte ou de dommage qui serait causé par une erreur ou une omission.
Écrivez-nous Nous apprécions au plus haut point vos commentaires, précisions et suggestions, qui permettent l’amélioration constante de nos publications. Il nous fera plaisir d’offrir un de nos guides aux auteurs des meilleures contributions. Écrivez-nous à l’une des adresses suivantes, et indiquez le titre qu’il vous plairait de recevoir. Guides de voyage Ulysse 4176, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2W 2M5,www.guidesulysse.com, texte@ulysse.ca Les Guides de voyage Ulysse, sarl 127, rue Amelot, 75011 Paris, France,www.guidesulysse.com,voyage@ulysse.ca Toute photocopie, même partielle, ainsi que toute reproduction, par quelque procédé que ce soit, sont formellement interdites sous peine de poursuite judiciaire. © Guides de voyage Ulysse inc. Tous droits réservés ISBN 978-2-76582-207-3 (version ePub)
Ometepe et ses environs
Le Lago de Nicaragua constitue le cœur spirituel et historique de la région Pacifique du Nicaragua. Les peuples autochtones établis sur ses rives et dans ses îles, dont la principale est l’Isla de Ometepe , le nommèrent Cocibolca (« douce mer »).
e Reconnu comme le plus grand lac de l’Amérique centrale (et le 10 à l’échelle globale), avec 2 8 157 km , il captive aussi bien l’imagination des voyageurs que celle de la population locale. Plus de 13 rivières se jettent dans ses eaux peuplées d’une variété infinie de créatures.
L’espèce la plus étrange qui y évolue est le requin d’eau douce, une espèce unique au monde. Les théories relatives à ses origines sont diverses. Peut-être qu’à l’origine ce lac était relié à la mer et contenait de l’eau salée, mais qu’il en fut coupé par une éruption volcanique, la faune aquatique s’adaptant à son nouveau milieu à mesure que l’eau perdait de sa salinité. Une autre théorie affirme que ces « requins bouledogues », capables de vivre en eau douce, vont et viennent via le Río San Juan, qui relie le lac de Nicaragua à la mer des Caraïbes. Quoi qu’il en soit, ils ont quasiment disparu du lac, victime de leurs ailerons, pour lesquels ils furent pêchés intensivement dans les années 1960.
À l’époque précolombienne, les Mayagnas, les Niquiras et les Chorotegas vivaient sur l’« isthme de Rivas », soit la langue de terre reliant le lac à l’océan Pacifique, et sur les îles d’Ometepe et de Zapatera. Ces peuples, tous pacifiques, possédaient de grandes connaissances en agriculture et en céramique.
Destination touristique en essor continu, l’île d’Ometepe est constituée de deux volcans majestueux reliés par un isthme central étroit, dénommé Istmo Istían. Celui du nord, le Concepción (1 610 m), au cône presque parfait, montre fréquemment des signes d’activité. Plus vieux, le Maderas (1 395 m), au sud, s’enturbanne d’une écharpe de forêt tropicale humide de toute beauté – qui a valu à l’île d’être classée « réserve de la biosphère » par l’UNESCO en 2010. Au-delà,fincas, plages et villages invitent à la découverte.
Accès et déplacements
Orientation L’île d’Ometepe forme un chiffre 8 dont chacune des boucles est l’un des deux volcans. Au nord, lesecteur du volcan Concepciónest le plus peuplé et abrite les deux principales agglomérations :Moyogalpa, sur le versant nord-ouest du volcan, etAltagracia, sur ses flancs est. Aucune de ces deux bourgades n’est assez vaste pour que vous vous y perdiez. La route les reliant par le sud est goudronnée et celle passant par le nord est en terre battue. Au-delà, on rejoint aisément Santa Cruz, à l’extrémité sud de l’isthme central. Au sud, lesecteur du volcan Maderas, moins développé, présente de petits villages sur tout son pourtour. Pour l’heure, les chemins n’y sont pas bons : certains passages peuvent même se révéler impraticables pendant la saison des pluies. Cela devrait toutefois changer, les autorités ayant décidé, à terme, de goudronner aussi la piste littorale. En attendant, ne vous y aventurez pas avec une voiture particulière sans vous être renseigné au préalable!
En avion La compagnieLa Costeña(2298-5360, www.lacostena.online.com.ni)assure un vol entre Managua et Ometepe les mardi, jeudi et dimanche(55$US), avec continuation sur San Carlos (65$US)et San Juan de Nicaragua(Greytown; 90$US). Les retours se font les mêmes jours. Attention toutefois, les horaires changent régulièrement.
En traversier Il existe trois options pour se rendre à Ometepe :
1-Les ferrys assurant la liaisonGranada–San Carlosfont un arrêt à Altagracia (le port est à environ 2 km du village). Ce n’est pas l’option la plus pratique, ni la plus rapide. D’autant moins
que dans le sens Altagracia–Granada, les départs, qui ont lieu les mardis et vendredis, se font aux environs de minuit (ou plus tard), pour une arrivée à Granada vers… 5h du matin. Vers San Carlos, les départs d’Altagracia se font à 18h le lundi et 21h le jeudi(163$C; durée 11h à 12h).
2-Depuis le quai deSan Jorge, une bourgade située juste à l’est de Rivas, deux entreprises assurent des liaisons quotidiennes assez fréquentes versMoyogalpa(durée au moins 1h): Milton Arcia(70$C; 2278-8180 ou 2278-8190, reservaciones@transportlacustre.com)et Ometepe Tours(45$C à 50$C; 2569-4101 ou 2563-0665, www.ometepetours.com).La plupart des traversiers peuvent transporter un nombre limité de véhicules (mais pas tous); dans ce cas, il convient de réserver sa place au moins trois ou quatre jours à l’avance en haute saison. Comptez 360$C par trajet pour une voiture, 420$C pour un gros 4x4. Seul l’argent liquide est accepté. Attention, une fois sur place, il vous faudra d’abord payer la taxe portuaire (81$C)avant de pouvoir rentrer dans l’enceinte du port (on paye la même somme au retour). Arrivez au moins 1h avant le départ. Les horaires mentionnés ici sont essentiellement indicatifs, dans la mesure où les changements sont fréquents.
San Jorge–Moyogalpa Avec Milton Arcia :départs à 7h45, 8h30, 10h30, midi, 14h30, 16h30 et 17h40.
Avec Ometepe Tours : départs à 7h (avec voitures), 11h, 15h30 et 16h (avec voitures). Le dimanche, les bateaux de 11h et 15h30 ne circulent pas.
Moyogalpa–San Jorge Avec Milton Arcia :départs à 6h, 6h45, 9h, 10h, 12h30, 14h et 16h.
Avec Ometepe Tours : départs à 7h, 11h (avec voitures), 13h et 17h30 (avec voitures). Le dimanche, les bateaux de 7h et 13h ne circulent pas.
3-Il existe aussi une liaisonSan Jorge–San José del Sur(juste à l’ouest de Charco Verde)à bord du ferryRey de Cocibolca(50$C/pers., 360$C/voiture; durée 1h; 8833-4773), que l’on peut aussi réserver par l’intermédiaire d’Ometepe Tours (voir ci-dessus) si l’on a un véhicule. Ce ferry a l’avantage d’arriver plus près du centre de l’île et d’être plus gros : on y trouve donc plus facilement de la place. À l’arrivée, n’espérez pas forcément trouver un taxi… À défaut, vous pourrez faire 200 m à pied jusqu’à la route principale pour attendre un bus, ou réserver le bateau rapide de l’Hacienda Mérida(voirCliquez ici) pour un transfert direct(45$US/2 pers., au moins 20$US/pers.).