Oradour. Le verdict final

De
Publié par

S'appuyant sur les multiples témoignages rapportés après la guerre et sur des recherches minutieuses dans les archives locales et internationales, Douglas W. Hawes décrit dans un premier temps, jour après jour, heure par heure, la marche de la division Das Reich qui réduisit le village en cendres après en avoir assassiné les habitants. Qui commanda le massacre? Pourquoi? Le livre replace la tragédie dans le contexte particulier du Limousin et de la période qui précède le débarquement.


Un second volet est consacré au déroulement du procès, près de neuf ans après les faits. Parmi les inculpés, sept seulement étaient Allemands. Les quatorze autres, tous Alsaciens, avaient, à l'exception d'un seul, été intégrés de force parmi les SS – des malgré-nous. Des vingt-et-un, deux furent condamnés à mort et les autres à des peines d'emprisonnement allant de cinq à huit ans. Les Alsaciens étaient-ils victimes ou coupables ? Et que dire de l'absence des officiers SS au tribunal ?


Quelques années après la première édition de ce livre, l'exploitation des archives de l'ancienne RDA a permis de retrouver six anciens SS soupçonnés d'avoir participé au massacre. Aux États-Unis, Douglas W. Hawes a pu lire le rapport et le mémoire, resté confidentiel, d'Ector O. Munn, chargé par Harry Trumann d'enquêter sur place trois mois après les événements. Il en dévoile ici les conclusions.



Nouvelle édition revue et augmentée



Douglas W. Hawes, ancien avocat à New York, vit en France depuis 1989.


Publié le : dimanche 25 mai 2014
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021177312
Nombre de pages : 383
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ORADOUR le verdict final
DOUGLAS W. HAWES
ORADOUR le verdict final
traduit de l’anglais (étatsunis) par william olivier desmond
Nouvelle édition revue et augmentée
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
Titre original :Oradour. The Final Verdict Première publication AuthorHouse, Bloomington, Indiana (US), 2007 isbnpremière publication 9781425986551 (hard cover) 9781452986544 (soft cover) © Douglas W. Hawes, 2007
isbn9782021177305 re (isbnpublication)9782020983655, 1
© Éditions du Seuil, juin 2009 et mai 2014, à l’exception de la langue anglaise
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Avantpropos du traducteur
La traduction de cet ouvrage a posé d’autant moins de problèmes que l’auteur parle un excellent français et s’est montré d’une patience à toute épreuve pour répondre à mes questions et relire mon travail. L’édition française, enrichie d’apports dus à des textes exhumés par l’auteur (ou récemment déclassifiés), bénéficie en outre d’informations nouvelles venuesdes archives allemandes et reflète tout ce qui a été écrit depuis, en français et en allemand, sur la WaffenSS. Je voudrais attirer l’attention du lecteur sur le fait que les citations en français des acteurs du drame, en particulier des protagonistes du procès de Bordeaux (juges, avocats, accusés, témoins), étant une retranscription de paroles prises au vol par des sténographes non officiels, peuvent être des phrases mal bâties, voire fautives : soit que le (ou la) sténo ait commis une erreur, soit qu’il s’agisse de la traduction donnée à la volée par un interprète des réponses faites par les inculpés parlant allemand ou alsacien, soit tout simplement parce que la personne qui parlait était très mal à l’aise devant le tribunal et avait du mal à s’exprimer. Je n’ai évidemment pas retouché ces retrans criptions (sauf pour les fautes d’orthographe et, à deux ou trois occasions, pour la ponctuation). Toutefois, au vu de la cohérence générale des propos, les éventuelles erreurs qu’elles pourraient 7
ORADOUR : LE VERDICT FINAL
comporter paraissent purement formelles et n’entacher en rien leur authenticité en termes de sens. Enfin, j’emploie les termes « inculpés » et « accusés » pour les prévenus (on dirait aujourd’hui les « mis en examen ») pour lasimple raison qu’ils étaient ceux utilisés à l’époque.
William Olivier Desmond Janvier 2009
À Claudie, mon épouse, et à la mémoire de notre chère amie Tamie Watters
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.