Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Ouest Américain 7 - Californie

De
168 pages

Ce chapitre Californie est issu du guide consacré à la destination Ouest Américain.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Québec 7 - Ottawa

de lonely-planet

GEOguide Québec

de gallimard-loisirs

Nord-Ouest pacifique

Le top des restaurants

Cascina Spinasse

Saffron Mediterranean Kitchen

Ox

New Sammy’s Cowboy Bistro

Le top des hébergements

Sun Mountain Lodge

Kennedy School

Oxford Hotel

Hotel Five

Pourquoi y aller

Si le nord-ouest des États-Unis est une région, c’est aussi un état d’esprit, une terre de sous-cultures, de nouvelles tendances et d’innovation, au paysage de résineux et de volcans enneigés. Il fait bon se promener dans les villes modernes et sans cesse changeantes que sont Portland et Seattle ; les petits stands de nourriture, les tramways, les microbrasseries, la ceinture de verdure, les cafés de connaisseurs et les – étranges – sculptures urbaines font indéniablement partie de leur charme.

Depuis l’époque de l’Oregon Trail, le Nord-Ouest fascine les entrepreneurs et les rêveurs. Ici, l’air est si pur qu’on devrait le mettre en bouteille, les arbres plus anciens que certains palais Renaissance de Rome et la côte qui marque la fin du continent s’ouvre sur le plus vaste océan du monde. Avis aux cow-boys : si le Far West existe, il est ici.

Quand partir

Jan-mars Neige et ski dans les Cascades et au-delà.


Mai Saison des festivals : Portland Rose, Seattle International Film Festival et Oregon Shakespeare.

Juil-sept Idéal pour randonner, après la fonte des neiges et avant les rafales automnales.


Grunge et autres sous-cultures

Reflet des angoisses de la génération X, le grunge a éclaté sur la scène musicale de Seattle au début des années 1990 comme un coup de tonnerre par un bel après-midi ensoleillé. La colère montait depuis des années. Le punk hardcore est né à Portland à la fin des années 1970, sous la houlette des Wipers, dont les partisans anti-mode se rassemblaient dans des bars louches comme le Satyricon. Un autre courant musical est apparu à Olympia, où les Beat Happening inventèrent le “lo-fi”, prônant l’autoproduction et l’indépendance face aux grandes compagnies de l’industrie du disque. Rassemblant les divers courants de la culture jeune, Seattle devint rapidement le lieu d’expression du grunge, avec des groupes comme Pearl Jam, Soundgarden et Alice in Chains. La vague déferla dans le monde entier quand, en 1991, l’album Nevermind de Nirvana détrôna Michael Jackson du top des ventes. Mais ce mouvement qui n’était pas fait pour le succès ne survécut pas au prestige. Depuis le milieu des années 1990, le Nord-Ouest pacifique garde en grande partie ses sous-cultures pour lui, bien que sa musique ne soit pas moins intéressante.


MICROBRASSERIES

La dégustation de bière est devenue un véritable phénomène de société, mais c’est dans le Nord-Ouest pacifique qu’est né dans les années 1980 le courant visant à retrouver la saveur de cette boisson industrielle.

La dynamique Cartwright Brewing Company, née à Portland en 1980, fut une des premières microbrasseries du pays. Le premier pub-brasserie fut le regretté Grant’s, inauguré à Yakima dans le Washington en 1982. L’épidémie se propagea en 1984 avec l’inauguration de la Bridgeport Brewing Company à Portland, suivie un an plus tard par le Beervana des frères Mike et Brian McMenamin, brasseurs à l’ancienne, dont l’empire décalé demeure l’incarnation par excellence de la brasserie dans la région.

Aujourd’hui, le Washington et l’Oregon comptent près de 300 microbrasseries (Portland en totalise à elle seule plus de 50). Toutes emploient des ingrédients naturels – malt, houblon, levure – pour produire une bière de qualité en petites quantités.


Le top des parcs d’État

Moran State Park Orcas Island

Ecola State Park Cannon Beach

Deception Pass State Park Whidbey Island

Fort Worden State Park Port Townsend

Lime Kiln Point State Park San Juan Island

Cape Perpetua State Park Près de Yachats

Smith Rock State Park Près de Bend


À ne pas manquer

À eux deux, le Washington et l’Oregon regroupent quatre des plus beaux parcs nationaux des États-Unis : Mt Rainier (fondé en 1899), Crater Lake (1902), Olympic (1938) et North Cascades (1968).


En bref

Villes principales Seattle (621 000 hab.), Portland (594 000 hab.)

Distances depuis Seattle Portland (277 km), Vancouver (225 km)

Fuseau horaire heure du Pacifique

Le saviez-vous ?

Durant l’hiver 1998-1999, la station de ski du Mt Baker, dans le nord-ouest du Washington, a reçu 28 m de neige, le plus gros enneigement annuel jamais recensé.

Sites Web

Washington State Parks & Recreation Commission (www.parks.wa.gov)

Oregon State Parks & Recreation Dept (www.oregonstateparks.org)

Washington State Tourism Office (www.tourism.wa.gov)

Oregon Tourism Commission (www.traveloregon.com)

Plan rapproché sur les pages suivantes


À NE PAS MANQUER

Les coins les plus tranquilles des San Juan Islands, à vélo ou en kayak.

La magnifique côte de l’Oregon, de la belle Astoria au discret hameau de Port Orford.

Les arbres plusieurs fois centenaires de l’Olympic National Park dans l’État de Washington.

Le Pike Place Market de Seattle, pour le plus beau spectacle à ciel ouvert du Nord-Ouest pacifique.

Les quartiers tranquilles et verdoyants de Portland, avec quelques pauses pour une bière, un café ou un en-cas à un stand de rue.

Les eaux incroyablement bleues et les vues magnifiques du Crater Lake National Park.


Histoire

Des communautés amérindiennes, notamment Chinook et Salish, occupaient depuis longtemps la côte quand les Européens arrivèrent dans le Nord-Ouest pacifique au XVIIIe siècle. À l’intérieur des terres, sur les plateaux arides entre les Cascades et les Rocheuses, les Spokane, les Nez-Percés et d’autres tribus vivaient de migration saisonnière entre vallées fluviales et hautes terres tempérées.

Trois cents ans après la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb, Espagnols et Britanniques commencèrent à explorer la côte du Nord-Ouest pacifique en quête du mythique passage du Nord-Ouest. En 1792, le capitaine George Vancouver, premier navigateur à traverser le détroit de Puget (Puget Sound), proclama la souveraineté britannique sur toute la région. Au même moment, le capitaine américain Robert Gray découvrait l’embouchure de la Columbia River. En 1805, Lewis et Clark franchirent les Rocheuses et descendirent la Columbia jusqu’au Pacifique, étendant ainsi le territoire souverain des États-Unis.

En 1824, la Compagnie de la Baie d’Hudson fonda Fort Vancouver dans le Washington, qui devint le centre névralgique de la région de la Columbia. Cette fondation fut à l’origine de plusieurs vagues d’arrivants mais eut des conséquences désastreuses sur les cultures indigènes, qui furent frappées par les maladies européennes et l’alcool.

En 1843, les colons de Champoeg, sur la Willamette River au sud de Portland, votèrent la mise en place d’un gouvernement provisoire indépendant de la Compagnie de la Baie d’Hudson, liant ainsi leur sort à celui des États-Unis qui acquirent officiellement ce territoire aux Britanniques par traité en 1846. Au cours de la décennie suivante quelque 53 000 colons arrivèrent dans le Nord-Ouest par l’Oregon Trail, long de 3 200 km.

L’arrivé du rail dans la région fut décisive. Agriculture et bois de construction furent les piliers de l’économie jusqu’à 1914, date à laquelle, avec la Première Guerre mondiale et l’ouverture du canal de Panama, le commerce vers les ports du Pacifique s’accrût. Des chantiers navals apparurent le long du détroit de Puget et l’entreprise Boeing s’installa près de Seattle.

Les grands barrages des années 1930 et 1940 fournirent une hydroélectricité bon marché et des sources d’irrigation. La Seconde Guerre mondiale vint renforcer les industries aéronautique et navale tandis que l’agriculture prospérait. Durant l’après-guerre, la population du Washington, particulièrement dense vers le détroit de Puget, était le double de celle de l’Oregon.

Dans les années 1980 et 1990, l’économie a encore changé de visage avec l’essor de l’industrie high-tech, personnifiée par Microsoft à Seattle et Intel à Portland.

Durant les quelques décennies passées, la production hydroélectrique et l’irrigation massive le long de la Columbia River ont mis en danger l’écosystème de cette rivière et l’abattage des arbres a laissé des traces. Mais la région a su redorer son blason écologique en attirant des entreprises particulièrement soucieuses d’environnement. Comptant certaines des villes les plus vertes des États-Unis, elle fait désormais figure de vitrine nationale en matière de lutte contre le réchauffement climatique.


LE NORD-OUEST PACIFIQUE EN…

Quatre jours

Atterrissez à Seattle et faites le tour des principales curiosités de Pike Place Market et de Seattle Center les deux premiers jours. Le troisième, mettez le cap sur Portland, où vous pourrez, à l’instar des habitants, vous déplacer à vélo pour rejoindre bars, cafés, stands de rues et boutiques.

Une semaine

Ajoutez la visite de quelques sites phares, comme le Mt Rainier, l’Olympic National Park, la Columbia RiverGorge et le Mt Hood ; ou explorez la spectaculaire côte de l’Oregon, en particulier le secteur de Cannon Beach, ou encore le port historique de Port Townsend, sur l’Olympic Peninsula.

Deux semaines

L’innoubliable Crater Lake peut-être combiné à une découverte d’Ashland et de son Shakespeare Festival. Ne manquez ni les sublimes San Juan Islands près de la frontière maritime avec le Canada, ni Bend, principale destination régionale pour les activités de plein air. Si vous aimez le vin, vous serez aux anges à Walla Walla, dans le Washington, tandis que la Willamette Valley, dans l’Oregon, est le paradis du pinot noir.


Culture locale

De l’habitant du Nord-Ouest pacifique, on a l’image d’un citadin qui s’habille décontracté, boit du café latte, conduit une Prius, vote démocrate et se balade avec un iPod rempli de rock indé dans la lignée de Nirvana. La réalité est beaucoup plus complexe.

Connus pour leurs cafés élégants et les pubs à bières de leurs microbrasseries, Seattle et Portland sont les pôles urbains les plus emblématiques de la région. Dans l’intérieur des terres, plus sec et moins vert, les racines culturelles ont une couleur plus traditionnelle. Le long de la Columbia River Valley ou parmi les steppes arides du sud-est du Washington, de petites villes organisent des rodéos endiablés, les centres touristiques mettent en avant la culture cow-boy et le café se sert noir, loin des chaï latte et autres cafés frappés en vogue à Seattle.

La vie dans l’Ouest est plus décontractée et moins frénétique que sur la Côte Est, comme à New York ou à Boston. Dans l’idée, les habitants de l’Ouest préfèrent travailler pour vivre que vivre pour travailler. D’ailleurs, après les abondantes pluies hivernales, les habitants du Nord-Ouest pacifique saisissent la première occasion pour prendre la clef des champs quelques heures voire quelques jours. Fin mai, début juin, les premiers beaux jours déclenchent un exode massif de randonneurs et de cyclistes vers les parcs nationaux et espaces sauvages qui font la réputation de la région.

La région est particulièrement créative, autant en matière de musique rock que d’informatique. Le Nord-Ouest pacifique ne se contente plus de vivre dans l’ombre de la Californie ou de Hong Kong : au cours des dernières décennies, il s’est réaffirmé au plan international grâce à des séries télévisées (Frasier, Grey’s Anatomy), des personnalités emblématiques (Bill Gates) et une scène musicale révolutionnaire qui va du rock grunge au riot grrrl féministe.

La société du Nord-Ouest pacifique se montre particulièrement tolérante sur des sujets allant de la drogue à usage récréatif aux droits des gays en passant par le suicide médicalement assisté. La population vote généralement démocrate aux présidentielles et adhère aux choix écologiques comme le recyclage généralisé, les restaurants bio et les excursions d’observation des baleines en bateau propulsé au biodiesel. Écologiste de la première heure, Greg Nickels, ancien maire de Seattle, est devenu un défenseur du climat, tandis que Portland figure régulièrement en tête de liste des villes les plus respectueuses du développement durable et des cyclistes aux États-Unis.

Comment s’y rendre et circuler

AVION

Le Seattle-Tacoma International Airport, ou “Sea-Tac”, et le Portland International Airport, les principaux aéroports de la région, desservent la plupart des destinations d’Amérique du Nord et proposent quelques vols vers l’étranger.

BATEAU

Les Washington State Ferries (WSF) relient Seattle à Bainbridge et aux Vashon Islands. D’autres partent de Whidbey Island pour Port Townsend sur l’Olympic Peninsula, et d’Anacortes pour Sidney (Colombie-Britannique) via les San Juan Islands. Victoria Clipper propose des traversées entre Seattle et Victoria (Colombie-Britannique), et d’autres ferries pour Victoria partent de Port Angeles. Les ferries Alaska Marine Highway (AMHS ; phone800-642-0066 ; www.ferryalaska.com) partent de Bellingham (Washington) pour l’Alaska.

BUS

Greyhound (www.greyhound.com) assure la liaison le long de l’I-5 entre Bellingham, dans le nord du Washington, jusqu’à Medford, dans le sud de l’Oregon, avec des correspondances pour le reste des États-Unis et le Canada. Les lignes est-ouest partent vers Spokane, Yakima, le Tri-Cities (Kennewick, Pasco et Richland dans le Washington), Walla Walla et Pullman dans le Washington, et Hood River et Pendleton dans l’Oregon. Des compagnies de bus privées desservent la majeure partie des plus petites villes de la région, assurant souvent des correspondances avec Greyhound ou Amtrak.

TRAIN

Amtrak (www.amtrak.com) propose une desserte vers le nord (jusqu’à Vancouver au Canada) et le sud (jusqu’à la Californie) reliant Seattle, Portland et d’autres grands centres urbains avec les lignes Cascades et Coast Starlight. Le fameux Empire Builder part de Seattle et Portland vers l’est et Chicago (les deux lignes se rejoignent à Spokane).

VOITURE

Disposer d’un véhicule est de loin le meilleur moyen de visiter le Nord-Ouest pacifique. Des compagnies de location, plus ou moins grandes, sont présentes dans toute la région. L’I-5 est le principal axe routier nord-sud. Dans le Washington, l’I-90 dessert l’est entre Seattle et Spokane et rejoint l’Idaho. Dans l’Oregon, l’I-84 bifurque vers l’est après Portland et longe la Columbia River Gorge pour rejoindre Boise dans l’Idaho.

Retour au début du chapitre

WASHINGTON

Traversé par la chaîne des Cascade Mountains, l’État de Washington est moins une terre de contrastes que d’oppositions. La zone occidentale et côtière, centrée autour de Seattle, est humide, urbaine, libérale et célèbre pour ses épaisses forêts d’arbres à feuilles persistantes ; étalées à l’est entre Spokane et Yakima, les plaines de l’intérieur sont arides, rurales, conservatrices et couvertes de steppes broussailleuses.

Si l’ouest de l’État recèle les sites exceptionnels, l’est, plus isolé, moins vanté et plus discret, réserve de multiples surprises.

Retour au début du chapitre

Seattle

Croisez l’intelligence de Portland (Oregon) avec la beauté de Vancouver (Colombie-Britannique) et vous aurez une idée de Seattle. On a peine à croire que la plus grande métropole du Nord-Ouest pacifique a été considérée comme une ville “secondaire” jusqu’aux années 1980. Mélange d’innovation audacieuse et d’individualisme décomplexé, elle est devenue à l’heure des dotcom une cité où les tendances se créent, sous la houlette de fous d’informatique qui carburent au café et de musiciens nombrilistes. Réinventer est le mot d’ordre actuel de cette ville qui vit naître le grunge. Et si Starbucks y vit le jour, l’enseigne doit désormais faire face à la concurrence d’une foule de cafés indépendants, tout aussi bien implantés sur le marché.

Tantôt étonnamment élégante, tantôt branchée et décontractée, Seattle est connue pour ses quartiers de caractère, ses universités d’excellence, ses embouteillages monstrueux et ses maires dynamiques tendance écolo. Bien qu’elle ait accouché de sa propre culture pop, elle n’a pas encore forgé son propre mythe comme Paris ou New York. Le Mt Rainier, “la Montagne”, masse de roche et de glace haute de 4 392 m sert de symbole de ralliement à la ville et lui rappelle en permanence le caractère sauvage de la nature et les catastrophes volcaniques potentielles.


LE WASHINGTON EN BREF

Surnom Evergreen State (l’État toujours vert)

Population 6 897 000 hab.

Superficie 184 575 km2

Capitale Olympia (47 266 hab.)

Autres villes Seattle (620 778 hab.), Spokane (210 103 hab.), Yakima (95 512 hab.), Bellingham (81 862 hab.), Walla Walla (32 148 hab.)

TVA 6,5%

Lieu de naissance de Bing Crosby (1903-1977), Jimi Hendrix (1942-1970), Bill Gates (né en 1955), Kurt Cobain (1967-1994)

Patrie du Mt St Helens, de Microsoft, Starbucks, Nordstrom et de l’Evergreen State College

Politique Gouverneur démocrate, sénateurs démocrates, vote démocrate aux présidentielles depuis 1988

Célèbre pour le grunge, son café, Grey’s Anatomy, Twilight, ses volcans, ses pommes, son vin, ses précipitations

Légume local L’oignon doux de Walla Walla

Distances routières Seattle-Portland : 280 km ; Spokane-Port Angeles : 587 km


À voir

Downtown (centre-ville)

Pike Place Market      MARCHÉ

(www.pikeplacemarket.org ; entre Virginia St et Union St et 1st Ave et Western Ave ; 9h-18h lun-sam, 9h-17h dim ; Westlake). Prenez une poignée de petits commerces et saupoudrez-en généreusement un quai encombré de restaurateurs nouvelle vague, d’écologistes, d’étudiants contestataires, d’artistes, de musiciens de rue et d’artisans. Le résultat se nomme Pike Place Market, festival de bruits, d’odeurs, de personnages et de théâtre urbain presque aussi cosmopolite que Londres. En effervescence depuis 1907, Pike Place est un condensé de Seattle qui montre la vraie nature de cette ville : ouverte, éclectique et fière de sa singularité.

Seattle Art Museum      MUSÉE

(SAM ; www.seattleartmuseum.org ; 1300 1st Ave ; adulte/enfant 17/11 $ ; 10h-17h mar, mer, sam-dim, 10h-21h jeu-ven ; University St). S’il ne peut être comparé aux grands musées de New York et de Chicago, le musée d’Art de Seattle ne manque pas pour autant de dynamisme et se modernise sans cesse. Ces dix dernières années, il a gagné près de 10 000 m² de surface d’exposition et a fait pour près d’un milliard de dollars d’acquisitions, parmi lesquelles des œuvres de Zurbarán et de Murillo. Le musée est réputé pour ses importantes collections d’objets amérindiens et de travaux de l’école du Nord-Ouest, en particulier de Mark Tobey (1890-1976). L’art moderne américain est également bien représenté.

BelltownQUARTIER

Des immeubles de verre bordent désormais cette petite avenue piétonne, ancien quartier industriel. C’est dans ce secteur que naissaient les tendances nocturnes dans les années 1990 et deux de ses bars-clubs, le Crocodile et le Shorty’s, sont restés dignes de leur légende. Il y a aussi les restaurants – plus d’une centaine – pas tous hors de prix. Belltown couvre une superficie d’approximativement 10 pâtés de maison sur 6, entre le centre-ville et le Seattle Center.

Olympic Sculpture Park      PARC, SCULPTURES

(2901 Western Ave ; lever-coucher du soleil ; 13). Suspendu au-dessus de voies ferrées, entre l’océan et la très animée Elliott Ave, l’Olympic Sculpture Park est une surprenante oasis de 3,5 ha – et de 85 millions de dollars. Intéressant ne serait-ce que pour la vue que l’on a sur les Olympic Mountains, de l’autre côté d’Elliott Bay, ce parc a métamorphosé selon un plan à long terme une friche industrielle en y installant nombre d’œuvres d’art et de plantes.

International District

Par “international”, comprenez asiatique. À l’est de Pioneer Sq, boutiques et commerces sont principalement chinois, vietnamiens et philippins.


PIONEER SQUARE

Pioneer Sq est le plus vieux quartier de Seattle. Reconstruits après l’incendie de 1889 (qui détruisit 25 pâtés de maisons, dont l’intégralité du quartier d’affaires central), la plupart des bâtiments sont de style roman richardsonien, style néoroman en brique rouge en vogue à l’époque. Aux débuts de Pioneer Sq, les grosses fortunes du quartier transformèrent Yesler Way, l’artère principale, en un “skid row” – allusion aux grumes tirées au bas de la colline jusqu’à la scierie de Henry Yesler, près de la jetée. Avec le déclin du bois d’œuvre, cette artère devint le refuge des sans-logis et son nom devint synonyme de quartier déshérité dans tout le pays.

Le quartier a évité la démolition dans les années 1960 grâce à l’action conjointe d’habitants soucieux de leur patrimoine historique et est aujourd’hui protégé sous le nom de Pioneer Sq-Skid Rd Historic District.

Mélange d’éléments restaurés et délabrés, il compte des musées, des cafés et des établissements nocturnes. Son bâtiment le plus emblématique est la Smith Tower (angle 2nd Ave S et Yesler Way ; terrasse panoramique adulte/enfant 7,50/5 $ ; 10h-crépuscule), tour de 42 étages achevée en 1914 et plus haut édifice à l’ouest du Mississippi jusqu’en 1931. Notez aussi la Pergola de 1909, un abri décoratif en fer qui rappelle les stations de métro parisien, et l’Occidental Park, qui contient des totems du sculpteur chinook Duane Pasco.

Le Klondike Gold Rush National Historical Park (www.nps.gov/klse ; 117 S Main St ; 9h-17h ; International District/Chinatown) est un musée extraordinaire, géré avec brio par l’US National Park Service. Il propose des expositions, des photos et des coupures de presse datant de la ruée vers l’or dans le Klondike en 1897, quand Seattle servait de poste de ravitaillement aux chercheurs d’or en route vers le Yukon, au Canada. Incroyable mais vrai, l’entrée est gratuite !


Plan rapproché sur les pages suivantes