Ouest Américain 7 - Comprendre l'Ouest Américain et Ouest Américain pratique

De
Publié par

Ce chapitre Comprendre l'Ouest Américain et Ouest Américain pratique est issu du guide consacré à la destination Ouest Américain.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 11 septembre 2014
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816147698
Nombre de pages : 275
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Californie

Le top des restaurants

Benu

Chez Panisse

French Laundry

George’s at the Cove

Bazaar

Le top des randonnées

Yosemite National Park

Sequoia National Park et Kings Canyon National Park

Marin County

Redwood National & State Parks

Pourquoi y aller

Avec un esprit bohème, un goût affûté pour le high-tech et une passion pour l’hédonisme – qu’il s’agisse d’ouvrir une bouteille de zinfandel, de grimper un sommet de plus de 4 000 m ou de surfer sur le Pacifique –, la Californie dépasse les attentes que peuvent susciter les sirènes d’Hollywood.

Plus que tout, la Californie est un emblème, l’endroit où la folle ruée vers l’or commença au milieu du XIXe siècle. L’écrivain naturaliste John Muir décrivit la Sierra Nevada comme une “chaîne de lumière”, tandis que Jack Kerouac et les auteurs de la Beat Generation donnèrent à la route et au voyage une nouvelle dimension.

Le melting-pot culturel de la région bouillonne depuis que cette terre promise fut une première fois délimitée par l’Espagne et le Mexique. Aujourd’hui, des vagues d’immigrants venus du monde entier continuent de poursuivre le rêve américain sur les rives bordées de palmiers du Pacifique.

La Californie ou comment observer le futur en marche depuis une plage de rêve !

Quand partir


Juin-août Temps ensoleillé, parfois brumeux sur la côte. Beaucoup de vacanciers.

Avr-mai et sept-oct Nuits plus fraîches, ciel habituellement dégagé ; tarifs promotionnels.

Nov-mars Pic touristique dans les stations de ski, et les déserts du Sud.


Comment s’y rendre et circuler

Los Angeles (LAX) et San Francisco (SFO) sont les principaux aéroports internationaux. Les petits aéroports de San Diego, Orange County, Oakland, San Jose, Sacramento, Burbank, Long Beach et Santa Barbara offrent essentiellement des vols intérieurs.

Quatre principales lignes ferroviaires longue distance Amtrak relient la Californie au reste des États-Unis : California Zephyr (Chicago-Baie de San Francisco), Coast Starlight (Seattle-Los Angeles), Southwest Chief (Chicago-LA) et Sunset Limited (New Orleans-LA). Les itinéraires Amtrak à l’intérieur de l’État comprennent le Pacific Surfliner (San Diego-LA-Santa Barbara-San Luis Obispo), le Capitol Corridor (San Jose-Oakland-Berkeley-Sacramento) et le San Joaquin (Bakersfield-Oakland ou Sacramento, puis bus de la Yosemite Valley à partir de Merced).

Les bus Greyhound sont bien présents dans l’État, mais pour vraiment l’explorer, vous aurez besoin d’une voiture.


PARCS NATIONAUX ET D’ÉTAT

Créés en 1890, Yosemite et Sequoia ont été les premiers parcs nationaux de Californie, qui en compte aujourd’hui sept autres : Kings Canyon, Death Valley, Joshua Tree, Channel Islands, Redwood, Lassen Volcanic et Pinnacles. Le National Park Service (www.nps.gov) gère une vingtaine d’autres sites. Comptez 0-25 $ par véhicule pour sept jours et jusqu’à 20 $ la nuit de camping. Recreation.gov (phone877-444-6777, 518-885-3639 ; www.recreation.gov) gère les réservations de camping sur les domaines fédéraux. Les 280 parcs d’État (phone800-777-0369, 916-653-6995 ; www.parks.ca.gov) californiens offrent une belle diversité, des réserves marines aux forêts de séquoias, protégeant un tiers de la côte et comptant 4 800 km de chemins de randonnée, pistes cyclables ou cavalières. Certains sont fermés ou réduisent leurs horaires (appelez ou consultez le site Internet). Comptez 4-15 $ par jour pour le parking et 5-75 $ pour le camping. ReserveAmerica (phone800-444-7275 ; www.reserveamerica.com) gère les réservations de camping dans les parcs d’État.


Le top 5 des plages californiennes

Huntington Beach. Feux de camp, beach-volley et fortes vagues à “Surf City USA”.

Coronado. Paressez au soleil sur l’infini Silver Strand de San Diego.

Zuma. Une eau bleu-vert cristalline et du sable mordoré près de Malibu.

Santa Cruz. Haut lieu du surf et amusements sans fin au parc d’attractions de Beach Boardwalk.

Point Reyes. Plages sauvages et venteuses, idéales pour se promener et observer la nature.


À NE PAS MANQUER

Impossible de quitter la Californie sans avoir étreint un arbre ! Pourquoi pas le séquoia à feuilles d’if, qui peut vivre 2 000 ans et atteindre 115 m de haut ?


En bref

Villes clés Los Angeles (3 819 702 hab.), San Francisco (812 826 hab.)

Temps de trajet De LA à San Francisco (5 heures 30 par l’I-5 et l’I-580 dans les terres, 8 heures 30 par la côte via les Hwy 101 et Hwy 1)

Fuseau horaire Heure du Pacifique

Le saviez-vous ?

Quelques inventions californiennes : Internet et l’iPad, le power yoga et la télé-réalité, la navette spatiale et Mickey Mouse, la salade Cobb et le fortune cookie (biscuit chinois).

Sites Web

California Travel & Tourism Commission (www.visitcalifornia.com). Site d’infos touristiques officiel.

California Department of Transportation (www.dot.ca.gov/cgi-bin/roads.cgi). État et fermetures des routes.

USGS Earthquake Hazards (http://quake.usgs.gov/recenteqs/latest.htm). Tremblements de terre en temps réel.


À ne pas manquer

Les cascades et dômes de granite à escalader dans le Yosemite National Park.

Les quartiers multiculturels et la vie nocturne des stars d’Hollywood à Los Angeles.

La Hwy 1 qui surplombe les falaises sculptées par la mer le long de la côte rocheuse de Big Sur.

Les produits fermiers du Ferry Building à San Francisco.

Un bain de boue près des célèbres vignobles de la Napa Valley à Calistoga.

Les tacos de poisson et le surf sur les plages ensoleillées de San Diego.

Les plus grands arbres du monde sur l’Avenue of the Giants du Humboldt Redwoods State Park.

Les dunes de sable et les villes fantômes de l’Ouest dans la Death Valley.

Les baleines, les phoques et le wapiti nain au Point Reyes National Seashore.

Les bassins naturels et la prospection comme au temps de la ruée vers l’or dans le Gold Country.


Histoire

À l’arrivée des explorateurs européens au XVIe siècle, quelque 300 000 Amérindiens peuplaient la région. Les conquistadors espagnols ratissèrent ce qu’ils appelaient l’Alta (Haute) California à la recherche d’une légendaire cité d’or, puis abandonnèrent quasiment le territoire faute de l’avoir trouvée. Il fallut attendre la période des missions (1769-1833) pour que l’Espagne tente sérieusement de coloniser les terres, établissant 21 missions catholiques – dont beaucoup fondées par le prêtre franciscain Junípero Serra – et des presidios (des forts militaires) pour dissuader Britanniques et Russes.

Après avoir gagné son indépendance de l’Espagne en 1821, le Mexique gouverna brièvement la Californie avant d’en être chassé par les États-Unis naissants à l’issue de la guerre américano-mexicaine (1846-1848). La découverte d’or 10 jours avant la signature du traité de Guadalupe Hidalgo vit rapidement la population non-amérindienne du territoire quintupler et passer à 92 000 âmes en 1850, quand la Californie devint le 31e État américain. Des milliers d’ouvriers chinois furent amenés pour achever la ligne ferroviaire transcontinentale en 1869, qui ouvrit les marchés et encouragea la migration vers le Golden State.

Le séisme de 1906 à San Francisco ne fut qu’un incident et la Californie continua à croître en taille, en diversité et en importance. Les immigrants mexicains affluèrent pendant la Révolution mexicaine de 1910-1920, puis pendant la Seconde Guerre mondiale pour palier la pénurie de main d’œuvre. Les industries militaires se développèrent alors, tandis que des sentiments anti-asiatiques conduisirent à l’internement arbitraire de nombreux Américains d’origine japonaise, notamment à Manzanar dans l’Eastern Sierra.

La Californie reste depuis longtemps pionnière au niveau social en raison de sa taille, de ses richesses, d’une immigration très diverse et des innovations technologiques. Depuis le début du XXe siècle, Hollywood fascine le monde avec ses rêves sur grand écran, tandis que San Francisco a réagi contre la placidité banlieusarde d’après-guerre en prônant la poésie Beat dans les années 1950, l’amour libre hippie dans les années 1960 et la gay pride dans les années 1970. La révolution Internet, lancée par des visionnaires de la Silicon Valley, s’est propagée dans tout le pays et a conduit au boom boursier des années 1990.


LA CALIFORNIE EN BREF

Surnom Golden State (État de l’Or)

Devise Eureka (“J’ai trouvé”)

Population 38 millions d’habitants

Superficie 423 970 km²

Capitale Sacramento (472 178 habitants)

Autres villes Los Angeles (3 819 702 habitants), San Diego (1 326 179 habitants), San Francisco (812 826 habitants)

TVA 7,5%

Lieu de naissance de l’écrivain John Steinbeck (1902-1968), du photographe Ansel Adams (1902-1984), du président américain Richard Nixon (1913-1994), de l’actrice Marilyn Monroe (1926-1962).

Site des points le plus haut et le plus bas des États-Unis (Mt Whitney et Death Valley), des plus vieux, des plus gros et des plus hauts arbres vivants au monde (pins Bristlecone, séquoias à feuilles d’if et séquoias géants, respectivement).

Politique Majorité démocrate (multiethnique), minorité républicaine (principalement blanche), 1 Californien sur 5 vote pour un parti indépendant.

Célèbre pour Disneyland, les tremblements de terre, Hollywood, les hippies, la Silicon Valley, le surf.

Souvenir le plus kitsch Un autocollant du “Mystery Spot”

Distances routières De Los Angeles à San Francisco 610 km, de San Francisco à la Yosemite Valley 322 km.



LA CALIFORNIE EN…

Une semaine

Un concentré de Californie en commençant par Los Angeles, avec un détour par Disneyland. Remontez la venteuse côte centrale, avec des haltes à Santa Barbara et Big Sur, avant un plongeon dans la culture urbaine de San Francisco. Rejoignez ensuite le Yosemite National Park, temple de la nature dans l’arrière-pays, puis retournez à LA.

Deux semaines

Suivez l’itinéraire proposé ci-dessus sans vous presser. Ajoutez des escapades dans le Wine Country du nord de la Californie ; au Lake Tahoe, perché dans la Sierra Nevada ; aux fabuleuses plages d’Orange County et de San Diego, royaume de la décontraction ; ou au Joshua Tree National Park, près de Palm Springs, la station chic du désert.

Un mois

Découvrez tous les endroits mentionnés ci-dessus, et plus encore. De San Francisco, remontez la côte nord à partir du Point Reyes National Seashore, dans Marin County. Flânez dans Mendocino et Eureka, des localités de l’époque victorienne, rejoignez la Lost Coast et promenez-vous parmi les fougères des Redwood National & State Parks. Dans l’arrière-pays, prenez une photo du Mt Shasta, faites un crochet par le Lassen Volcanic National Park et explorez l’historique Gold Country. Suivez la crête de l’Eastern Sierra avant de descendre dans le Death Valley National Park.


Quand cette bulle technologique spéculative a éclaté, plongeant l’économie de l’État dans le chaos, les Californiens en ont rendu responsable leur gouverneur démocrate Gray Davis et, lors d’une élection controversée avant la fin de son mandat, ont élu l’acteur devenu Républicain, Arnold Schwarzenegger (alias “Governator”). À la suite de la récession américaine de 2008, des réductions du budget californien ont provoqué une autre grave crise financière, que le gouverneur réélu Jerry Brown commence maintenant à résoudre.

L’éducation publique a besoin de réformes, les prisons débordent, les parcs d’État manquent régulièrement de financement et le dilemme de l’immigration mexicaine illégale, qui compense une pénurie de main-d’œuvre bon marché (surtout dans l’agriculture), perdure.

Culture locale

Neuvième économie du monde, la Californie est un État d’extrêmes, où une misère noire côtoie une richesse fabuleuse. Des immigrants continuent d’arriver et des quartiers sont souvent des miniversions de leurs patries. Si la tolérance est la norme sociale, l’intolérance est tout aussi présente ; vous la constaterez si vous fumez ou si vous conduisez sur l’autoroute à l’heure de pointe.

Des attitudes à rebours des traditions et des conventions caractérisent toujours la Californie, qui se veut à la pointe des courants. L’image est une obsession ; il faut avoir l’air jeune et sportif et se montrer débrouillard. Que ce soit un luxueux 4x4 ou une Nissan Leaf, une voiture peut définir qui vous êtes et l’importance que vous vous accordez, surtout dans la SoCal (sud de la Californie).

Considérez la Californie comme le laboratoire social le plus futuriste des États-Unis. La Silicon Valley construit de nouveaux gadgets technologiques à la vitesse de l’éclair. Si des célébrités postmodernes, bizarrement connues pour le simple fait d’être célèbres, font une déclaration sur la mode ou se retrouvent en prison, tout le pays s’y intéresse. Aucune culture populaire d’un autre État n’a une telle influence sur la façon dont les Américains travaillent, jouent, aiment, mangent, consomment et même recyclent.

Retour au début du chapitre

LOS ANGELES

LA County – le plus grand comté du pays – illustre parfaitement les extrêmes de la nation. Ses habitants comptent parmi les plus riches et les plus pauvres du pays, les plus établis et les derniers arrivants, les plus raffinés et les plus grossiers, les plus érudits et les plus superficiels. Même le paysage est un microcosme des États-Unis, des plages photogéniques aux montagnes enneigées, des gratte-ciel aux banlieues sans fin en passant par les zones sauvages peuplées de pumas.

Si vous pensez tout connaître de LA – starlettes, smog, embouteillages, bikinis et aspirants pop-stars – détrompez-vous. Malgré son statut de capitale du divertissement, la vérité de la ville n’est pas sur grand écran mais dans les expériences à taille humaine de la vie quotidienne. Les Angelenos sont unis par une quête commune, parfois ancestrale, de gloire, de fortune ou de renaissance.

Le moment est particulièrement propice pour visiter LA : Hollywood et Downtown sont en plein renouveau urbain, et les scènes artistique, musicale, gastronomique et de la mode en plein épanouissement. “La-La Land” sait conquérir les cœurs.

Histoire

L’existence de chasseurs-cueilleurs des Gabrieleño et des Chumash s’achèva avec l’arrivée des missionnaires et des pionniers espagnols à la fin du XVIIIe siècle. La première colonie civile espagnole, El Pueblo de Nuestra Señora la Reina de Los Ángeles, resta un avant-poste agricole isolé pendant des décennies après sa fondation en 1781. Elle ne fut officiellement incorporée en tant que ville californienne qu’en 1850.

Après l’effondrement de la ruée vers l’or californienne, la population de LA grossit régulièrement avec l’arrivée du chemin de fer transcontinental, l’émergence de l’industrie des agrumes, la découverte de pétrole, le lancement du port, la naissance de l’industrie du cinéma et l’ouverture du California Aqueduct. Après la Seconde Guerre mondiale, sa population est passée d’environ 2 millions en 1950 à près de 4 millions aujourd’hui.

La croissance de LA a posé des problèmes, au nombre desquels l’expansion urbaine et la pollution de l’air ; des mesures strictes ont cependant permis de faire baisser chaque année le niveau de smog. Si la circulation, le marché immobilier instable, les séismes et les feux de forêt restent des problèmes préoccupants, son économie diversifiée et son taux de criminalité décroissant poussent à considérer LA comme une survivante.

À voir

À 20 km environ du Pacifique dans l’arrière-pays, Downtown associe histoire, arts et culture. De nouveau branché, Hollywood, s’étend au nord-ouest de Downtown, et West Hollywood (WeHo) est le quartier des créateurs chics, des lesbiennes et des gays. Au sud de WeHo, Museum Row est la principale attraction de Mid-City. Plus à l’ouest s’étendent le luxueux Beverly Hills, Westwood, près du campus de l’UCLA, et West LA. Les villes balnéaires comptent Santa Monica, qui convient bien aux enfants, Venice la bobo, Malibu et sa plage de stars, ainsi que Long Beach, toujours animée. Huppée, Pasadena s’étend au nord-est de Downtown.


LOS ANGELES EN…

Les distances sont immenses à LA, aussi tenez compte de la circulation et n’essayez pas d’en faire trop en une journée.

Un jour

Commencez par prendre des forces au Griddle Cafe et partez à la chasse aux noms de stars le long du Hollywood Walk of Fame dans Hollywood Blvd. Faites du shopping comme les célébrités en explorant les boutiques de mode de Robertson Blvd, infesté de paparazzis, ou offrez-vous un bol de nature au Griffith Park. Ensuite, rendez-vous en voiture jusqu’à l’imposant Getty Center ou rejoignez le Venice Boardwalk pour le spectacle du front de mer. Terminez par un coucher du soleil sur le Pacifique à Santa Monica.

Deux jours

Explorez Downtown LA, en rapide évolution. Découvrez ses racines au Pueblo de Los Angeles et faites un bond dans le futur au spectaculaire Walt Disney Concert Hall ponctuant le Cultural Corridor. Digérez votre déjeuner en déambulant parmi les monuments historiques de Downtown et les galeries Art nouveau près de Little Tokyo. Au fastueux centre de loisirs LA Live de South Park, devenez une star de la musique au Grammy Museum multimédia avant de rejoindre les vraies célébrités encourageant les Lakers à côté, au Staples Center.


Downtown (centre-ville)

Pendant des décennies, le cœur historique, gouvernemental et d’affaires de LA se vidait le soir et le week-end. Ce n’est plus le cas. Spectacles et divertissements font le plein, et jeunes cadres et artistes ont investi de nouveaux lofts, attirant bars, restaurants et galeries. Ce n’est certes pas encore Manhattan, mais les citadins aventureux ne voudront pas manquer Downtown.

Le quartier s’explore facilement à pied, avec de petits trajets en métro et en minibus DASH. Le parking est meilleur marché (à partir de 6 € la journée) à Little Tokyo et Chinatown.

EL PUEBLO DE LOS ANGELES ET SES ENVIRONS

Compact, pittoresque et piétonnier, ce quartier historique est un plongeon dans les racines hispano-mexicaines de LA. Son axe principal est Olvera Street, haut lieu du kitsch où l’on se procure des babioles folkloriques faites main avant de dévorer tacos et churros.

Le “nouveau” Chinatown, à 800 m au nord le long de Broadway et de Hill St, est rempli de restaurants de dim sum, d’échoppes d’apothicaire, de boutiques de curiosités et de galeries d’art avant-gardistes dans Chung King Rd.

La Plaza de Cultura y Artes      MUSÉE

(carte (Cliquez ici) ; phone213-542-6200 ; www.lapca.org ; 501 N Main St ; 12h-19h mer-dim). Ouvert en 2010, La Plaza retrace l’histoire mexicano-américaine à Los Angeles, des émeutes Zoot Suit de 1943 au mouvement chicano. Le musée jouxte une église de 1822, La Placita (carte (Cliquez ici) ; www.laplacita.org ; 535 N Main St).

Avila Adobe      MUSÉE

(carte (Cliquez ici) ; phone213-628-1274 ; http://elpueblo.lacity.org ; Olvera St ; 9h-16h). Ce ranch de 1818, décoré de meubles d’époque, serait le plus vieux bâtiment de la ville. Une vidéo présente l’histoire et les principaux sites du quartier.

Union Station      MONUMENT

(carte (Cliquez ici) ; 800 N Alameda St ; ). La dernière des grandes gares américaines Art déco (1939) apparaît dans Blade Runner, Speed et nombre d’autres films et téléfilms. Le parking coûte de 2 $ les 20 minutes à 6 $ la journée.

Chinese American Museum      MUSÉE

(carte (Cliquez ici) ; phone213-485-8567 ; www.camla.org ; Garnier Bldg, 425 N Los Angeles St ; adulte/enfant 3/2 $ ; 10h-15h mar-dim). Petit musée bien conçu, dans un immeuble commercial et centre communautaire chinois du XIXe siècle, construit avant que Chinatown ne déménage au nord.

CIVIC CENTER ET CULTURAL CORRIDOR

Le “couloir culturel” de North Grand Ave se distingue par le Music Center (carte (Cliquez ici) ; phone213-972-7211 ; www.musiccenter.org ; 135 N Grand Ave), où des spectacles sont donnés au Dorothy Chandler Pavilion, au Mark Taper Forum et à l’Ahmanson Theater.

Museum of Contemporary Art      MUSÉE

(MOCA ; carte ; phone213-626-6222 ; www.moca.org ; 250 S Grand Ave ; adulte/enfant 12 $/gratuit, 17h-20h jeu gratuit ; 11h-17h lun et ven, 11h-20h jeu, 11h-18h sam-dim). Dans un bâtiment conçu par Arata Isozaki, le MOCA Grand Ave propose des expositions temporaires très courues. Sa collection permanente présente des œuvres majeures des années 1940 à aujourd’hui. Le parking au Walt Disney Concert Hall revient à 9 $ minimum (espèces uniquement. Le MOCA possède deux annexes : le Geffen Contemporary dans Little Tokyo et le Pacific Design Center de West Hollywood.

Walt Disney Concert Hall      MONUMENT CULTUREL

(carte (Cliquez ici) ; phoneinformation 213-972-7211, billets 323-850-2000 ; www.laphil.org ; 111 S Grand Ave ; visites guidées en général à 10h30 et 12h30 mar-sam ; ). Le bâtiment emblématique conçu par l’architecte Frank Gehry en 2003 défie la gravité avec ses murs en acier incurvés et ondulés. Il accueille le Los Angeles Philharmonic. Des visites gratuites sont organisées en fonction des dates de concert. Des passerelles entourent le toit labyrinthique et l’extérieur. Parking à partir de 9 $ (espèces uniquement). Les visites avec audioguides ont généralement lieu de 10h à 14h chaque jour. Toutes les visites doivent être réservées.

Cathedral of Our Lady of the Angels      ÉGLISE

(carte (Cliquez ici) ; phone213-680-5200 ; www.olacathedral.org ; 555 W Temple St ; 6h30-18h lun-ven, 9h-18h sam, 7h-18h dim ; ). L’architecte José Rafael Moneo a mélangé des proportions gothiques et un design contemporain audacieux pour la principale église de l’archidiocèse de LA. Édifiée en 2002, elle est remplie d’œuvres d’art et la douce lumière qui filtre à travers les panneaux d’albâtre ajoute à sa sérénité. Les visites (13h du lundi au vendredi) et les récitals d’orgue (12h45 mercredi) sont gratuits et prisés. En semaine, le stationnement débute à 4 $ les 15 minutes (maximum 18 $) jusqu’à 16h. Forfait à 5 $ le week-end et les jours fériés.

Plan rapproché sur les pages suivantes

City Hall      MONUMENT

(carte (Cliquez ici) ; phone213-978-1995 ; www.lacity.org ; 200 N Spring St ; 8h-17h lun-ven). Jusqu’au milieu des années 1960, aucun bâtiment de LA n’était plus haut que l’hôtel de ville. Érigé en 1928 avec un sommet en forme de ziggourat, il apparaît dans les séries TV Superman et Dragnet, ainsi que dans le film La Guerre des mondes de 1953. Admirez la ville et les montagnes depuis la plateforme d’observation. Visites matinales gratuites en semaine (sur réservation).

Wells Fargo History Museum      MUSÉE

(carte (Cliquez ici) ; phone213-253-7166 ; www.wellsfargohistory.com ; 333 S Grand Ave ; 9h-17h lun-ven). Petit musée intéressant, sponsorisé par la banque californienne Wells Fargo Bank, racontant l’histoire de la ruée vers l’or. Diligence d’origine, pépite géante et une foule d’autres objets historiques.

ANGELS FLIGHT

Angels Flight (phone213-626-1901 ; http://angelsflight.org/ ; entre 351 S Hill St et 350 S Grand Ave ; 50 ¢ ; 6h45-22h), “le plus petit chemin de fer du monde” (90 m), est un funiculaire construit en 1901. Ses adorables voitures parcourent la pente abrupte de Bunker Hill entre Hill Street et California Watercourt Plaza.

LITTLE TOKYO

Little Tokyo est tout en galeries commerçantes, temples bouddhistes, œuvres d’art, jardins traditionnels, bar à sushis et restaurants de nouilles, sans oublier une annexe du MOCA (carte (Cliquez ici) ; phone213-626-6222 ; www.moca.org ; 152 N Central Ave ; adulte/enfant 12 $/gratuit ; 11h-17h lun et ven, 11h-20h jeu, 11h-18h sam-dim).

Japanese American National Museum      MUSÉE

(carte (Cliquez ici) ; phone213-625-0414 ; www.janm.org ; 100 N Central Ave ; adulte/enfant 9/5 $ ; 11h-17h mar-mer et ven-dim, 12h-20h jeu). Ce musée retrace l’histoire de l’immigration japonaise, sans oublier le douloureux chapitre des camps d’internement de la Seconde Guerre mondiale. Expositions temporaires autour de l’art américano-asiatique et des droits civiques. Consultez le calendrier en ligne pour les visites guidées du quartier, les projections, les cours de cuisine japonaise et les ateliers d’artisanat.

Plan rapproché sur les pages suivantes

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi