//img.uscri.be/pth/0e06774c09e592eb4ff8309aafacc28e5cd5da03
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

PROVENCE - Les Alpilles et la Montagnette

De

Ce chapitre est issu du guide consacré à la destination. Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

Sur la route

LES ALPILLES ET LA MONTAGNETTE

Carnet pratique

Index

Pourquoi y aller

C’est un roulis de collines blanches, aveuglantes sous la lumière estivale, un monde de calcaire et de garrigue, de vignobles et d’oliviers, de vallons escarpés et de crêtes dentelées. Sur 35 km de longueur, la chaîne des Alpilles dessine un petit paradis, objet de toutes les attentions. À ses flancs se blottissent des villages dont la simple évocation véhicule une certaine idée de la Provence fantasmée : Saint-Rémy, Maussane ou les majestueux Baux, icône touristique internationale. Dans ce pays de l’huile d’olive, les branchages argentés scintillent sous le soleil et les routes serpentent avec nonchalance. On y trouve de nombreuses adresses de choix, car la région attire un tourisme haut de gamme.

Plus au nord, la Montagnette nous emmène dans un environnement bien différent. Avec ses moulins à vent posés sur de douces collines, son abbaye de conte de fée ou son chevaleresque château de Tarascon, le décor prend inopinément un air romanesque. On le dirait tout droit sorti de l’imagerie du célèbre Tartarin. Et la bonne surprise, c’est qu’ici on évite les foules et l’on bénéficie de prestations à des prix raisonnables, tout en restant à portée de roue des Alpilles.

Retour au début du chapitre

LES ALPILLES

Qu’est-ce qui fait que ce massif de calcaire, planté d’est en ouest comme un dernier rempart avant la plate Camargue et dont l’altitude n’excède pas 490 m, s’enveloppe d’une aura si particulière ? La lumière, diront les artistes qui trempèrent ici plumes et pinceaux. Sous un ciel immensément bleu, elle trace sur les choses des contours purs et nets. La terre, plantée de vignes et de champs d’oliviers, diront les exploitants de ce sol parfois aride. La douceur de vivre, diront les happy few fortunés ayant succombé à la beauté de la région. Un patrimoine exceptionnel, comprenant l’impressionnant château des Baux ou l’antique site de Glanum, diront certains touristes de passage. Quoi qu’il en soit, dites-vous que vous n’êtes pas les premiers à tomber sous le charme. Conséquence directe de cet engouement : des tarifs élevés et une atmosphère mondaine. Cependant, hormis les Baux, le statut privilégié des Alpilles leur confère une certaine tranquillité : on savoure mas d’exception, hôtels de luxe et restaurants gastronomiques dans la discrétion qui sied à un tourisme élitiste. Avec quelques bonnes adresses en poche, et en réservant à l’avance, vous pourrez vous y frayer votre chemin.

Retour au début du chapitre

Saint-Rémy-de-Provence

10 250 HABITANTS

Saint-Rémy, c’est chic. Enroulé de son cours où se succèdent cafés, boutiques et terrasses en vogue, le centre se découvre à pied, au gré de venelles étroites parsemées de fontaines musicales, de magnifiques hôtels particuliers et de jardins secrets dévoilés par quelques portails entrouverts. Ici, tout est léché comme un petit Saint-Tropez provençal, ce qui n’empêche pas la vie de suivre son cours ni l’accent méridional de résonner. On fait dans le décontracté et c’est ça le must de l’été. Outre son ambiance animée et son attitude sélecte mine de rien, Saint-Rémy est aussi l’occasion de suivre les traces de quelques visiteurs de renom : Charles Gounod, Frédéric Mistral ou encore et surtout Vincent Van Gogh, qui fit un séjour prolongé au cloître Saint-Paul-de-Mausole. À la sortie sud se déploie le vaste site archéologique de Glanum, témoin du prestigieux passé de la région. Vous trouverez un parking juste à côté de l’office du tourisme.

Renseignements

  • Office du tourisme (04 90 92 05 22 ; www.saintremy-de-provence.com ; pl. Jean-Jaurès ; 9h15-12h30 et 14h-19h lun-sam, 10h-12h30 dim juin-sept, 9h-12h et 14h-18h30 lun-sam, 10h-12h30 dim avr-mai, 9h-12h30 et 14h-17h30 lun-sam oct-mars). Organise des visites guidées d’avril à sept, sur le thème des lieux peints par Van Gogh (1 heure 30, 8 €/pers,gratuit -12 ans ; mar, jeu-sam à 10h sur réservation) ou encore “Histoire et petites histoires à Saint-Rémy-de-Provence” (14h30 ven). Il édite aussi un pass gratuit, valide 15 jours, incluant le cloître Saint-Paul, le site de Glanum, le musée Estrine et le musée des Alpilles. Première visite plein tarif, les suivantes en tarif réduit.

Fêtes et festivals

  • Fête de la Transhumance (lundi de Pentecôte). L’événement majeur de Saint-Rémy, à l’occasion duquel des bergers se rassemblent, accompagnés de milliers de brebis et de chèvres.
  • Ap’Art (www.festival-apart.org ; juillet). Ce jeune festival international d’art contemporain expose les œuvres d’une soixantaine d’artistes (la plupart des expositions se prolongent tout l’été) et organise, sur 5 jours, animations et rencontres.
  • Festival international de la BO (www.la-bo.com ; juillet). Durant 3 jours, ce récent festival mêle concerts de musique classique, de jazz et de musiques actuelles avec projections de films, performances et dégustations. Il investit la Fabrique (04 32 60 02 56 ; 454 petite route des Jardins).
  • Feria provençale (vers le 15 aoÛt). Célèbre le taureau, sans mise à mort. Au programme : courses camarguaises, abrivado, bandido, encierro, etc.
  • Carreto Ramado (matin du 15 aoÛt). Un spectacle typique haut en couleur, au cours duquel une charrette, enrobée de feuillages d’arbres fruitiers, est tirée par une centaine de chevaux de trait défilant “à la sarrasine” (en file indienne).
  • Festival Organa (http://organa2000.free.fr ; juillet-septembre). Tous les samedis de juillet à septembre, ce festival musical met à l’honneur la musique d’orgue à l’église de Saint-Rémy-de-Provence.
  • Jazz à Saint-Rémy (http://jazzasaintremy.free.fr ; septembre). Un sympathique festival de jazz qui se déroule sur une semaine en septembre.

À voir

Site archéologique de Glanum     VESTIGES ANTIQUES

(04 90 92 23 79 ; www.monuments-nationaux.fr ; route des Baux-de-Provence ; tarif plein/réduit 7/4,50 €, gratuit -18 ans ; 9h30-18h30 tlj avr-sept, fermé lun sept, 10h-17h tlj sauf lun oct-mars ; 2 € en été). À environ 1,5 km au sud du centre-ville, en direction des Baux-de-Provence, le superbe site archéologique de Glanum dévoile les vestiges d’une ville qui fut successivement gauloise (les Salyens installèrent un sanctuaire près de la source), grecque (par ses contacts avec Marseille), puis romaine. Soit près de huit siècles d’occupation humaine, du VIIe siècle av. J.-C. jusque vers l’an 260, époque à laquelle l’agglomération fut saccagée par des invasions barbares. La première campagne de fouilles débuta en 1921. On y admire les ruines d’édifices religieux, dont des temples (avec une reconstitution partielle d’un temple à colonnade), un forum, des thermes et celles d’un quartier résidentiel. Dans le bâtiment situé à l’entrée, des maquettes permettent de se faire une idée de l’état de la ville aux périodes grecque et romaine.

De l’autre côté de la route, à l’extérieur du site, lesAntiques (visite libre) sont deux splendides monuments qui, contrairement à la ville antique de Glanum, n’ont jamais été enfouis sous les sédiments et présentent un état de conservation exceptionnel. Le premier est un arc de triomphe édifié au début de notre ère, qui signalait l’entrée de la ville côté nord. Sa partie supérieure a disparu, mais il comporte des façades ornées de sculptures en bas-relief et une voÛte à caissons. À quelques mètres en retrait s’élève un mausolée, d’une hauteur de 18 m, dont on remarquera le socle agrémenté de bas-reliefs figurant des scènes mythologiques.

Vous pouvez aussi tenter une visite au mas de la Pyramide (04 90 92 00 81 ; chemin des Carrières), une habitation troglodytique installée dans les carrières romaines de Glanum, qui comporte un petit musée rural et agricole mais dont les horaires sont aléatoires.

Cloître Saint-Paul-de-Mausole     SUR LES PAS DE VAN GOGH

(04 90 92 77 00 ; www.cloitresaintpaul-valetudo.com ; chemin de Saint-Paul ; tarif plein/réduit 4/3 €, gratuit -12 ans ; tlj 9h30-19h avr-oct, 10h15-16h45 nov-mars). Juste avant le site de Glanum, vous trouverez le cloître Saint-Paul-de-Mausole. Le promenoir entourant un jardin fleuri séduit l’œil, ainsi que le clocher roman à deux niveaux, de forme carrée, couronné par un toit pyramidal. Le cloître attenant est de toute beauté. Comme le site abrite une maison de santé pour femmes souffrant de troubles psychiatriques, il convient d’en respecter la tranquillité. Van Gogh y fut interné pendant un an, de 1889 à 1890, après qu’il se fut coupé l’oreille. Au cours de cette période, considérée comme majeure dans l’œuvre du peintre, il produisit plus de 150 toiles, dont La Nuit étoilée, Les Blés jaunes et Les Iris. On visite le fac-similé de sa minuscule chambre, décrite en ces mots par l’artiste : “J’ai une petite chambre à papier gris vert avec deux rideaux vert d’eau à dessins de roses très pâles, ravivées de minces traits rouge sang”, avec vue sur le jardin : “à travers la fenêtre barrée de fer j’aperçois un carré de blé dans un enclos, une perspective à la Van Goyen, au-dessus de laquelle le matin je vois le soleil se lever dans sa gloire”. Pour compléter la visite, la “Promenade dans l’univers de Van Gogh” est un itinéraire pédestre autour de la ville (plan disponible à l’office du tourisme) le long duquel sont disposés 21 panneaux reproduisant certaines des œuvres peintes durant son séjour.

Musée Estrine     ART MODERNE ET CONTEMPORAIN

(04 90 92 34 72 ; 8 rue Estrine ; tarif plein/réduit 3,20/2,30 € ; tlj sauf lun 10h30-12h30 et 14h-18h mars-nov, 10h-12h et 14h-19h, mer non-stop, mai-sept). Admirable édifice du XVIIIe siècle, le musée Estrine comporte une belle collection d’artistes tels que Zadkine, Pincemin, Rebeyrolle, ainsi que le fonds Albert Gleizes (1881-1953), représentant de la première heure du mouvement cubiste. Il accueille aussi le Centre d’interprétation présence Van Gogh où sont exposées des photos grandeur nature de tableaux de Van Gogh, en guise d’hommage permanent à l’artiste. Des projets d’agrandissement sont prévus et le musée devrait fermer ses portes en novembre 2011, pour une réouverture prévue en 2013.

Musée des Alpilles     ARTS ET TRADITIONS POPULAIRES

(04 90 92 68 24 ; www.ateliermuseal.net ; pl. ­Favier ; tarif plein/réduit 3,10/2,10 € gratuit -18 ans ; 10h-12h30 et 14h-19h mar-sam et 1er dim de juil-aoÛt, 10h-12h et 14h-18h mars-oct, 14h-17h nov-fév). Consacré aux arts et aux traditions populaires de la région, ce musée occupe ­l’hôtel Mistral de Montdragon, une demeure du XVIe siècle toute proche de l’hôtel de Sade. Remarquez la cour intérieure, magnifique réalisation de l’époque Renaissance. Dans une scénographie contemporaine, les collections raviront les amateurs d’ethnologie. Vous saurez presque tout, par exemple, sur la culture et l’exploitation des chardons cardères longtemps utilisés pour carder la laine. Un cabinet d’art graphique et de gravures illustrant la vie locale complète les collections.

Centre-ville     HÔTELS PARTICULIERS

Dans le centre-ville, veiné de ruelles étroites et de placettes, plusieurs hôtels particuliers témoignent d’une remarquable finesse d’exécution architecturale. Au titre des curiosités, vous pourrez voir, rue Hoche, la maison natale de Nostradamus (ne se visite pas). L’hôtel de Sade (04 90 92 64 04 ; 1 rue du Parage), élevé à la Renaissance sur les ruines d’un monument romain, présente le mobilier archéologique exhumé lors des fouilles et forme en temps normal un complément indispensable à la visite du site de Glanum . Il est actuellement fermé pour d’importants travaux de rénovation qui devraient s’achever en 2013.

Activités

Randonnée pédestre

Le GR®6 traverse le massif d’ouest en est par les crêtes. Il procure de beaux points de vue sur la région. Par temps clair, le regard porte jusqu’à la Camargue au sud, au mont Ventoux au nord et aux Cévennes à l’ouest. Avec un peu de chance, vous apercevrez des rapaces dans les vallons ou au voisinage des falaises. La flore, très diversifiée, comprend de multiples plantes aromatiques (thym et romarin, notamment).

D’autres sentiers secondaires parcourent les Alpilles. L’office du tourisme Cliquez ici vous remettra des brochures de 6 topos rando avec carte IGN (2 €).

Cyclotourisme

Les Alpilles se prêtent magnifiquement bien au cyclotourisme. Elles offrent un terrain varié, alternant collines et plaines, sans grande difficulté, sur des routes secondaires relativement tranquilles.

En VTT, vous emprunterez les sentiers balisés du massif. L’office du tourisme propose un feuillet de promenades à vélo (gratuit).

Pour la location, Télécycles (04 90 92 83 15, 06 11 64 04 69 ; www.telecycles-location.com ; VTT-VTC/vélo de ville 19/25 € la journée, 32/40 € les 2 jours, 74/100 € la sem) livre gratuitement les vélos, sur simple appel, 7 jours/7, dans un rayon de 20 km autour de Saint-Rémy-de-Provence. Un plan du secteur avec des suggestions d’itinéraires vous sera remis gracieusement. Sinon, Vélo Passion (04 90 92 49 43 ; www.velopassion.fr ; ZA de la gare ; 9h-12h et 13h30-19h mar-sam) vend, loue et répare les vélos.

Vol à voile

Les conditions aérologiques dans les ­Alpilles sont exceptionnelles : le mistral, en butant contre le massif, orienté perpendiculairement à la direction du vent, crée des courants ascendants.

L’aéroclub de Romanin (04 90 92 08 43, 06 03 47 02 98 ; www.aeroclub-alpilles.fr ; route de Marseille) propose des vols d’initiation en planeur (adulte/-25 ans 65/60 €, 30 min) et en avion (100/120/140 € pour 1/2/3 pers).

Où se loger

Mas de Nicolas     CAMPING MUNICIPAL  

(04 90 92 27 05 ; http://masdenicolas.celeonet.fr ; av. Plaisance-du-Touch ; empl 2 pers et véhicule basse/moy/hte saison 14,50/17/21,50 €, chalet 4 pers 55/70/70 €/nuit, 300/420/690 €/sem, mobile home 2 pers 270/320/470 €/sem ; fermé nov-mars ; ). À environ 800 m du centre de Saint-Rémy, ce camping quatre étoiles d’une capacité de 103 emplacements délimités possède d’excellentes infrastructures, dont une piscine. Les chalets et les mobile homes sont disséminés dans un environnement verdoyant et tranquille.

Camping Pégomas     OMBRAGÉ  

(04 90 92 01 21 ; www.campingpegomas.com ; av. Jean-Moulin ; empl 2 pers et véhicule basse/moy/hte saison 15/17/20 €, mobile home 4 pers basse/hte saison 360/500 €/sem ; fermé nov-fév ; ). Ici, ce sont 105 emplacements ombragés que vous trouverez, à cinq minutes à pied du centre-ville. Parmi les prestations proposées, un espace barbecues, des aires de jeux pour les enfants, une piscine et bar. Un bémol : situé non loin de la route allant à Cavaillon, le bruit n’est pas exclu.

Hôtel l’Amandière     AVEC PISCINE