//img.uscri.be/pth/b151404b11faaac230596fef50bc26e8d107d3f5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Québec 7 - Laurentides et Lanaudière

De
89 pages

Ce chapitre Laurentides et Lanaudière est issu du guide consacré à la destination Québec.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

Pourquoi y aller

La région des Laurentides est, depuis les années 1930, la destination privilégiée des Montréalais, qui viennent ici se détendre et dévaler de belles pentes enneigées. Si les stations Mont-Saint-Sauveur et Tremblant attirent chaque saison des centaines de milliers de personnes, d’autres villes, comme Morin-Heights, Val-David ou Val-Morin, séduiront les visiteurs en quête d’authenticité. En été, les vacanciers viennent goûter la quiétude des plages des Laurentides, de ses spas et de ses parcours de golf.

Chef-lieu de la villégiature au Québec, les Laurentides offrent une nature incomparable. Elles dessinent un relief vallonné où un millier de lacs se cachent dans une forêt dense que l’automne enlumine. Les amateurs de plein air seront comblés par la descente de ses rivières en canot ou en kayak, aussi bien que par ses innombrables pistes cyclables et sentiers pédestres, transformés l’hiver en pistes de ski de fond et de motoneige. Ajoutons à cela de nombreuses possibilités d’hébergement et quelques adresses gastronomiques de choix et on aura compris pourquoi cette région est si chère au cœur des Montréalais.

La région de Lanaudière, encore quelque peu éclipsée par sa voisine, reste une destination à découvrir, à moins d’une heure de Montréal. Loin des foules et de l’opulence, celle que l’on surnomme le Piémont laurentien, déploie de paisibles plaines agricoles depuis les rives du Saint-Laurent jusqu’aux terres sauvages du Nord. Durant la saison estivale, les activités culturelles battent leur plein tandis qu’en hiver, la région devient le paradis de la motoneige.

Quand partir

Fin juin-fin août Randonnées, canot, kayak, vélo… Les activités de plein air ont le vent en poupe.

Mi-septembre à mi-octobre Les Montréalais affluent dans les Laurentides pour admirer les couleurs des érables. Lors des “festivals de couleurs”, les stations de ski organisent des activités sur le thème de l’automne.

Mi-décembre à fin mars C’est la haute saison. On se presse sur les pistes et on vient se détendre dans les spas nordiques.

À ne pas manquer

Le tronçon du parc linéaire du P’tit Train du Nord entre Val-David et Val-Morin

Le ski de soirée à Saint-Sauveur

Une randonnée avec un guide naturaliste dans le parc national du Mont-Tremblant

Une escapade en canot-camping dans la réserve faunique de Papineau-Labelle

Le duo descente en canot ou kayak sur une rivière et retour à vélo à Val-David

LAURENTIDES

Un des hauts lieux touristiques du Québec se trouve ici, à quelques lieues de Montréal. D’abord composée de plaines fertiles et d’îlots pavillonnaires, commerciaux ou industriels, caractéristiques des Basses-Laurentides, la région arbore, après Saint-Jérôme, un visage autre. La plaine du Saint-Laurent laisse alors place au massif du Bouclier canadien, qui couvre 75% de son territoire. Le paysage devient vallonné, les montagnes aux pentes douces succèdent aux sommets arrondis, abritant de jolis villages et des stations de ski où des pistes sont éclairées en soirée. Au nord, les “Pays-d’en-Haut”, peu peuplés, sont le domaine des pourvoiries et des grands espaces.

À la vue de ces paysages, on comprend que cette vaste étendue de forêt vierge soit appréciée des Montréalais. Durant la période estivale, de nombreux vacanciers européens et américains s’y pressent. À cette époque, villes et villages jouent la carte du luxe tandis que la forêt et les milliers de lacs recèlent une multitude de petits refuges paisibles.

Histoire

À l’arrivée des Français, la région est le terrain de chasse privilégié des populations amérindiennes, algonquines notamment. En 1673, le gouverneur de Frontenac décide de créer quatre seigneuries le long de la rivière des Mille-Îles qui borde Montréal au nord. Pourtant, pendant plus d’un siècle, elles n’intéresseront personne. L’exploitation forestière, qui débute dans les années 1835, marque un premier tournant. Des centres d’hébergement et de ravitaillement pour les travailleurs sont construits par les grandes compagnies forestières. Parallèlement, la remontée vers le nord des immigrants anglophones inquiète la France, qui encourage ses compatriotes à s’installer dans les Laurentides. L’offensive est d’autant plus urgente que la misère grandissante dans la région conduit les Canadiens français, à partir de 1840, à un exode vers les filatures de la Nouvelle-Angleterre.

Curé du petit village de Saint-Jérôme, Antoine Labelle, se charge d’enraciner les catholiques dans les Laurentides. En quelques années, il devient l’homme de la colonisation, le “roi du Nord”. Son projet consiste à essaimer des paroisses dans la région afin d’y installer des familles d’agriculteurs qui valoriseront cette terre promise. La Conception, L’Annonciation, Sainte-Véronique… sont créées. De leur côté, les anglophones continuent de remonter le long de la rivière Rouge. Pour le curé Labelle, la solution contre l’avancée des protestants réside dans une politique nataliste.

Il ambitionne également de construire une ligne de chemin de fer pour désenclaver la région. Ce sera Le P’tit Train du Nord, véritable moteur du développement de la région. En 1888, Antoine Labelle est nommé ministre d’État et de la Colonisation du Québec. Il sera le seul homme d’Église à siéger au Parlement dans toute l’histoire du Québec.

En 1920, le tourisme se développe et le ski est la mode. On construit des résidences secondaires, les villes s’agrandissent – Sainte-Agathe-des-Monts est en vogue –, et certaines se débarrassent de leur nom d’origine, telle Saint-Sauveur, initialement baptisée La Circoncision par le curé Labelle. Le nord de la région restera l’apanage des forestiers, des chasseurs et des pêcheurs.

Orientation

La région des Laurentides porte le nom du massif montagneux qui recouvre la partie québécoise du Bouclier canadien, parallèlement au Saint-Laurent.

Longée à l’ouest par l’Outaouais, et à l’est par la Lanaudière, elle s’étire, du sud au nord, de la rivière des Mille-Îles à la réserve faunique Rouge-Matawin.

La route 117 est l’axe qui relie Montréal à Mont-Laurier, la dernière grande ville des Laurentides avant la traversée de la gigantesque réserve faunique de la Vérendrye en direction de l’Abitibi-Témiscamingue. Parallèle au tracé de la route 117, l’autoroute 15, appelée autoroute laurentienne, est une voie rapide qui prend fin à Sainte-Agathe-des-Monts.

Le cœur des Laurentides s’étend de Saint-Jérôme à Mont-Tremblant, où sont regroupés les principaux lieux de villégiature de la région, accessibles directement d’Ottawa et de Gatineau par la route 148 Est, puis par la route 329 qui mène à Saint-Sauveur et Sainte-Agathe-des-Monts.

Au village de La Conception, peu après Mont-Tremblant, commence la région des Hautes-Laurentides, connue pour ses domaines de chasse, de pêche et de canot-camping et ses deux réserves restées sauvages ; à l’ouest, Papineau-Labelle – une magnifique réserve ornithologique – et au nord, Rouge-Matawin – traversée par la rivière Rouge.

Renseignements

OFFICE DU TOURISME Situé à la sortie 51 de l’autoroute 15 Nord, au niveau de Saint-Jérôme, le bureau d’information touristique Laurentides (450-224-7007 ou 1-800-561-6673 ; www.laurentides.com ; fin juin-fin août tlj 8h30-20h, jusqu’à 17h reste de l’année) est le plus important de la région. Vous pourrez vous y procurer le guide du P’tit Train du Nord, inséré dans le guide régional.

Retour au début du chapitre

Saint-Sauveur

Destination de week-end, Saint-Sauveur a des airs de petit Saint-Tropez. Ici, tout se fait à pied, au rythme nonchalant du lèche-vitrines et du choix de la table qui viendra accueillir les agapes du jour. La rue principale regorge de boutiques, restaurants et bars, drainant la foule. Située à environ 60 km au nord de Montréal, cette ville fondée en 1854 bénéficie de la proximité de Mont-Saint-Sauveur et d’un parc aquatique l’été. Rue Saint-Denis, l’église épiscopale Saint-François-d’Assise mérite le coup d’œil. Construite en rondins, elle abrite des vitraux représentant des oiseaux.

Renseignements

OFFICE DU TOURISME Le bureau d’accueil des Pays-d’en-Haut (450-227-3417 ou 1-800-898-2127 ; www.lespaysdenhaut.com ; 605 chemin des Frênes, Piedmont ; tlj 9h-19h, 9h-17h hors saison) est très bien indiqué depuis la sortie 60 de l’autoroute 15 Nord.

Fêtes et festivals

Festival des Arts de Saint-Sauveur (juillet-août ; www.fass.ca). Festival de danse, de ballets et de musique classique. Spectacles gratuits et payants.

Festivals des couleurs et des saveurs du Mont-Saint-Sauveur (septembre-octobre). Animations et activités organisées sur le thème de l’automne, les fins de semaine.

Activités

Mont-Saint-Sauveur      SKI

(450-227-4671 ou 1-800-363-2426 ; www.montsaintsauveur.com ; 350 av. Saint-Denis ; forfait journée adulte/senior/étudiant/6-12 ans/-5 ans 53,23/52,65/45,79/42,85/15,15 $, ski de soirée 37/32/26/13,50 $). Avec ses 38 pistes, la plupart éclairées en soirée, Mont-Saint-Sauveur est la plus importante des cinq stations de ski que compte la vallée. Son pavillon central a été construit par Peter Rose, l’architecte du Centre canadien d’architecture de Montréal. À l’intérieur, vous pourrez louer un équipement complet (38 $/jour). La station ouvre généralement en novembre pour se terminer en mai ; l’une des plus longues saisons de ski du Québec.

Parc aquatique et montagne russe      PARC D’ATTRACTION

(450-227-4671 ou 1-800-363-2426 ; www.montsaintsauveur.com ; 350 av. Saint-Denis ; adulte/6-12 ans/3-5 ans journée 34/27/17 $, demi-journée à partir de 15h 27/23/15 $ ; tlj 10h-17h, jusqu’à 19h fin juin à mi-août). De juin à début septembre, la station du Mont-Saint-Sauveur ouvre les portes de son parc aquatique, un vaste ensemble de toboggans et piscines dont le “must” est une glissade d’une durée de 20 minutes. Le site a développé deux nouvelles attractions, ouvertes à l’année : le Viking (10 $/pers, à partir de 3 ans) et le Dragon (7 $ la descente). La première est une montagne russe alpine, où on embarque sur une sorte de luge, seul ou à deux, sur un parcours de 1,5 km en forêt. La deuxième est une tyrolienne double, sur laquelle on prend place en position assise, pour descendre la montagne à toute vitesse dans les airs.

Factoreries      SHOPPING

(1-800-363-0332 ; www.factoreries.com ; autoroute 15 sortie 60 ; lun-mer 10h-18h, jeu-ven 10h-21h, sam-dim 10h-17h). Une vingtaine de fabricants de grands noms de la mode (Tommy Hilfiger, Nike, Reebok, Guess, etc.) ont ouvert en ville des magasins d’usine, appelés factoreries.

Où se loger

Couette & Fourchette      GÎTE$$

(450-227-6116 ou 1-877-227-6116 ; www.couetteetfourchette.com ; 342 rue Principale ; s/d avec petit-déj 50-80/110-140 $ selon confort, ste s/d avec petit-déj 80/160 $ ; ). Ambiance lambris de bois, sauf dans l’immense suite, plus moderne, pour des chambres cosy et abordables. Au rez-de-chaussée, une salle accueille 14 couverts pour des repas axés sur les produits du terroir. Demi-pension possible (à partir de 85 $/pers). Prix dégressif pour les longs séjours.

Hôtel Le Versailles     l HÔTEL$$

(450-240-0808 ou 1-877-240-0808 ; www.hotelleversailles.com ; 50 rue Principale ; ch régulière 99-109 $, ste régulière 119-149 $, ste exécutive 199 $, petit-déj 6 $ ; ). Cet établissement récent offre également un bon rapport qualité/prix avec ses 52 suites contemporaines, qui disposent de kitchenette et de cheminée pour l’hiver. Certaines ont vue sur le mont Saint-Sauveur.

Au Havre Saint-Sauveur      GÎTE$$$

(450-227-9393 ; www.auhavrestsauveur.com ; 112 rue Principale ; s/d avec petit-déj 125/135 $, ste 175 $ ; ). Ce gîte central, dans une maison moderne au style victorien, loue 4 chambres et une suite. Décoration sobre aux accents romantiques. Chambres lumineuses avec parquet (le propriétaire vous invitera à apporter vos pantoufles). Câble Internet.

Auberge sous l’Édredon       GÎTE$$$

(450-227-3131 ; www.aubergesousledredon.com ; 777 rue Principale ; d avec petit-déj 119-169 $ selon saison et nbre de nuitées, s réduction de 10 $ ; ). Les nouveaux propriétaires de cette maison entourée de verdure redonnent, au fil des rénovations, une touche plus contemporaine aux 5 chambres et à la suite, confortables avec leur sdb, et les peignoirs et chocolats qui vous attendent. Jacuzzi été comme hiver.

Hôtel-Manoir Saint-Sauveur      HÔTEL$$$

(450-227-1811 ou 1-800-361-0505 ; www.manoir-saint-sauveur.com ; 246 chemin du Lac-Millette ; ch pavillon 149-219 $, ch régulière 179-249 $, ch Avoriaz 249-409 $ ; ). À mi-chemin entre le village et la station, ce complexe hôtelier de catégorie supérieure est bien conçu. Situées à l’extérieur, les chambres pavillon sont les moins chères. Les chambres régulières, spacieuses et modernes, sont situées dans l’hôtel. Le pavillon Avoriaz abrite les suites supérieures au charme rustique, à l’extérieur. Sur place : deux piscines, une salle de gym et des courts de tennis. Nombreux forfaits.

Où se restaurer

Quantité de restaurants se trouvent sur la rue Principale, offrant un large panel de cuisines du monde entier.

Cozi Café      REPAS LÉGERS$

(450-744-3228 ; 275A rue Principale ; plats 4-11 $ ; tlj 7h-18h, été jusqu’à 22h ; ). Ce petit café qui surplombe la rue Principale porte bien son nom. On y déguste soupes, wraps et bagels dans une atmosphère moderne et décontractée. Collé au mur du fond, un immense tableau noir avec des craies est mis à la disposition des enfants. Au rez-de-chaussée, une pâtisserie vend des macarons et des cups-cake aux saveurs originales (pomme-caramel, framboise-chocolat blanc…)

DES SAVEURS À LA PELLE

Dans la rue Principale de Saint-Sauveur, il est possible de goûter aux cuisines du monde entier ! Vous pourrez déguster des fondues au fromage suisse et tartiflettes à l’Armorique (450-227-0080 ; 231 rue Principale), des plats grecs chez Lezvos (450-227-4170 ; 429 rue Principale), italiens et californiens chez Maestro (450-227-2999 ; 339 rue Principale), des mets chinois au Jardin Lee (450-227-2888 ; 163 rue Principale). Les amateurs de viande se délecteront au 40° Northh (450-227-6673 ; www.40northh.com ; 235 rue Principale). Parmi les restaurants français, retenons Des Oliviers (450-227-2110 ; 239 rue Principale).

Orange & Pamplemousse      BISTRO SANTÉ$$

(450-227-4330 ; www.orangepamplemousse.com ; 120 rue Principale ; petit-déj 7-16 $, plats 14-34 $, table d’hôte midi/soir 12-19/24-30 $ ; fermé lun soir et mar soir). Une belle carte de petits-déjeuners fruits et santé, et un menu au diapason avec salades, pâtes et grillades (délicieux poulet grillé sauce à l’orange et à la coriandre), font le succès de cette adresse sise dans une jolie maison.

Sushi Taxi      SUSHIS$$

(450-227-3346 ; www.sushitaxi.net ; 100 rue de la Gare ; formules 15-47 $ ; tlj midi et soir). Une jolie variété de sushis frais, apprêtés avec des poissons de qualité, des légumes croquants et des fruits exotiques, à déguster sur place ou à emporter.

Papa Luigi      ITALIEN$$

(450-227-7250 ; www.papa-luigi.com ; 155 rue Principale ; plats 14,25-44 $ ; table d’hôte 18-45 $ ; tlj soir). D’une réputation sans tache, la maison Papa Luigi fait salle comble tous les soirs avec sa carte combinant viandes et fruits de mer, accompagnés de pâtes fraîches. Belle carte de vins.

Où prendre un verre

La Brûlerie des Monts      CAFÉ

(450-227-6157 ; 197 rue Principale ; en-cas 6-11 $ ; tlj). À deux pas de l’église, l’endroit est apprécié pour sa vaste terrasse et ses variétés de cafés torréfiés et moulus sur place. Pour un brunch ou un repas sur le pouce, régalez-vous de sandwichs, pâtisseries et salades.

Carol à Gogo      BAR

(450-227-8660 ; www.carolagogo.com ; 16 rue de la Gare ; tlj). Changement d’ambiance pour ce bar-restaurant où l’on vient boire un verre au rythme des concerts organisés du vendredi au lundi, dans un nouveau décor moderne rouge, tendance hispanique. Les soirées du lundi sont les plus animées.

Les Vieilles portes      BAR

(450-227-2662 ; 185 rue Principale ; tlj). Autre lieu pour passer des soirées animées. Celles des samedi et dimanche ont la réputation d’être les plus festives.

Depuis/vers Saint-Sauveur

VOITURE De Montréal, rejoindre l’autoroute 15 Nord, et prendre la sortie 60. Les parkings dans le village sont nombreux et souvent gratuits.

BUS La compagnie Autobus Galland (1-877-806-8666 ou 450-687-8666 ou 514-333-9555 ; www.galland-bus.com) assure une liaison quotidienne entre Montréal et Saint-Sauveur (aller simple 22,20 $, taxes incl, 1 heure 30), dont le terminus se situe au 105 F rue Guindon, à l’angle de la rue Principale.

Retour au début du chapitre

Morin-Heights

Après l’agitation de Saint-Sauveur, Morin-Heights tranche par son calme. Les collines boisées, rivières et lacs offrent un beau cadre à ce joli village. Anglophones et francophones viennent y chercher une quiétude qui ne rime cependant pas avec ennui. Plus familiale que Saint-Sauveur, la station de ski se double d’un important réseau de pistes de ski de fond et de raquettes, praticables l’été à pied ou à vélo. Morin-Heights est un peu la “Mecque du spa” : ici se trouve sans doute la plus grande concentration de spas nordiques des Laurentides.

Activités

Ski

Morin-Heights offre aux amateurs de ski de fond et de raquettes un splendide réseau de pistes avec 160 km de sentiers, dont le Corridor aérobique (été 1-800-898-2127, hiver 450-226-1220 ; www.morinheights.com ; 50 chemin du Lac-Écho ; gratuit l’été, hiver 12 $/jour) constitue l’épine dorsale. Une carte (2 $) est vendue dans les commerces de la ville. Vous pouvez louer des équipements auprès de Simon River Sports (450-226-7821, 43 chemin du Lac-Écho) et de Ski Morin Heights (450-227-2020 ; 231 rue Bennett). En été, ces chemins de gravier peuvent être parcourus à pied ou à vélo.

La station de ski alpin (450-227-2020 ; www.skimorinheights.com ; 231 rue Bennett ; forfait journée adulte/étudiant/6-12 ans/-5 ans 48,15/42,70/36,40/12,10 $, ski de soir, à partir de 15h 31,66/27,83/23,74/10,52 $) s’étend à quelques kilomètres du village. Ses 24 pistes, la plupart ouvertes en soirée, offrent un dénivelé de 200 m. Une halte-garderie est mise à la disposition des parents détenteurs d’un forfait (gratuit les ven-sam-dim). L’été, un parcours acro-nature (450-227-2020 ou 1-800-363-2426 ; www.acronature.com ; 231 rue Bennett ; adulte/10-17 ans/6-10 ans 34/26/16,50 $ ; mi-juin à début sept tlj 9h-16h, mi-mai à mi-juin et début sept à fin oct sam-dim 10h-16h) est aménagé sur le site, comprenant 51 ateliers (tyroliennes, passerelles, etc.).

Spa