Québec 7 - Provinces maritimes

De
Publié par

Ce chapitre Provinces maritimes est issu du guide consacré à la destination Québec.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 27 juin 2013
Lecture(s) : 13
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816137576
Nombre de pages : 73
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Juin-août Les fleurs sauvages abondent et les baleines viennent s’alimenter près des côtes.

Septembre-octobre Les arbres se parent d’or et de rouge, une parfaite toile de fond pour les festivals de musique d’automne.

Août-novembre Avec une combinaison bien étanche, surfez sur des vagues gonflées par la tempête.

Pourquoi y aller

Les trois provinces maritimes du Canada – le Nouveau-Brunswick (N.-B), la Nouvelle-Écosse (N.-É.) et l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.) – ont leur littoral marqué et façonné par le puissant océan Atlantique.

Sur place, d’heureuses surprises vous attendent, et pas seulement l’étonnant accent des Acadiens. Les Maritimes représentent un petit paradis resté authentique, encore marqué par l’industrie de la pêche et étonnamment rural. On vous fera goûter de mémorables repas de fruits de mer et on vous demandera de “froliquer” ou de danser la gigue. On y vient pour voir les plus hautes marées du monde, des routes pittoresques ou des baleines croisant au large, mais aussi pour faire des randonnées à pied ou à vélo hors des sentiers battus et d’inoubliables excursions en canot et en kayak de mer.

Même avec des industries traditionnelles – forêt, pêche, mine – en déclin, leur charme demeure intact. L’accueil est partout excellent, avec cette pointe d’affabilité décontractée typique de la côte atlantique du Canada.

À ne pas manquer

Les plus hautes marées du monde à observer depuis le phare du cap Enragé(Cliquez ici)

Un festin de homards à New Glasgow ou Sainte-Anne (Cliquez ici)

Le Village historique acadien(Cliquez ici), pour revivre la vie au temps jadis

Un circuit à vélo sur le sentier de la Confédération(Cliquez ici), long de 357 km

L’observation des baleines(Cliquez ici), loin de la foule, dans la petite île Grand Manan

L’impressionnante forteresse de Louisbourg(Cliquez ici), symbole et fierté de la Nouvelle-France

Le tour de l’île du Cap-Breton(Cliquez ici) par une route côtière spectaculaire

Une randonnée au mont Carleton(Cliquez ici), hors des sentiers battus, entre lacs et forêts à perte de vue

La baignade à la plageParlee(Cliquez ici) ou à la plage de Cavendish(Cliquez ici), dans une mer étonnamment chaude

Renseignements

INDICATIFS TéLéPHONIQUES Nouveau-Brunswick 506 ; Nouvelle-Écosse 902 ; Île-du-Prince-Édouard 902

HEURE LOCALE Une heure de plus qu’au Québec. Lorsqu’il est midi à Montréal, il est 13h dans les Maritimes

SYSTèME DE MESURE Système métrique ; cependant, la population continue parfois à utiliser l’ancien système impérial (miles, pouces, pieds, degrés Fahrenheit)

Depuis/vers les provinces maritimes

AVION L’aéroport Stanfield International de Halifax (www.hiaa.ca) est le principal aéroport régional. Des navettes Airbus se rendent au centre-ville toutes les 45 minutes de 5h à 23h. Un taxi coûte environ 54 $ (30 min). L’aéroport international du Grand Moncton (www.cyqm.ca/fr) est également très fréquenté.

BUS Les bus Orléans Express (888-999-3977 ; www.orleansexpress.com) et Maritime Bus (Ex-Acadian ; 1-800-575-1807 ; www.maritimebus.com) permettent de rejoindre plusieurs villes des trois provinces maritimes, depuis le Québec.

TRAIN Les trains Océan de VIA Rail (888-842-7245 au Canada ; www.viarail.ca) circulent entre Montréal et Halifax. Ce train s’arrête dans plusieurs villes du N.-B. et de la N.-É.

VOITURE En partant de Montréal en voiture, environ 1 000 km vous séparent de Moncton, 1 200 km de Charlottetown, et 1 350 km de Halifax.

Comment circuler

AVION La plupart des vols régionaux sont opérés par un groupe affilié à Air Canada, Air Canada Jazz (888-247-2262 ; www.flyjazz.ca), mais les tarifs sont souvent assez élevés.

FERRY Des traversiers (ferries) relient les trois provinces : de Saint-Jean à Digby, de Blacks Harbour à l’île Grand Manan, de Woods Islands à Caribou et de Souris aux îles de la Madeleine (Québec).

VéLO Les trois provinces, notamment l’île du Prince-Édouard, se prêtent particulièrement bien aux circuits à vélo. De nombreuses pistes cyclables y ont été aménagées.

VOITURE La voiture demeure de loin le moyen le plus aisé (et souvent le plus économique) pour se déplacer. Des agences locales indépendantes, représentées par Car Rental Express (www.carrentalexpress.com), proposent des tarifs intéressants.

NOUVEAU-BRUNSWICK

Le N.-B. est la porte d’entrée dans les Maritimes lorsque l’on vient du Québec. Seule province officiellement bilingue du Canada, elle compte près de 35% de sa population d’origine acadienne. Jetez un coup d’œil aux nombreux festivals organisés durant la saison estivale sur le site www.tourismnewbrunswick.ca.

Mont Carleton

Relativement à l’écart des circuits touristiques, les 174 km2 du parc provincial du Mont-Carleton (centre des visiteurs 506-235-0793 ; www.parcsnb.ca ; près de la route 385 ; tlj 8h-20h mai à oct ; annexe à Saint-Quentin 506-235-6040 ; 11 rue Gagnon) sont un havre de paix… et peut-être le secret le mieux gardé de la province. Situé dans une région montagneuse aux confins de la chaîne des Appalaches, il abrite notamment des orignaux, des chevreuils, des ours, des lynx et de rares cougars de l’Est. L’hiver, la plupart des chemins du parc font place à des sentiers de motoneige.

Les localités les plus proches étant Riley Brook, à 30 km au sud, et Saint-Quentin, à 43 km à l’ouest, apportez votre nourriture, votre eau potable et un réservoir d’essence plein. Ces deux localités constituent d’excellents ports d’attache pour explorer le parc.

Activités

Entièrement balisé, le sentier international des Appalaches traverse le parc, reliant le Québec à l’état du Maine, aux États-Unis, et se rendant jusqu’en Géorgie. Le parc provincial possède en outre 62 km de sentiers de randonnée, dont le sentier du mont Bailey (564 m), un circuit facile de 7,5 km avec une vue à couper le souffle, et le sentier du mont Carleton (820 m), le grand classique (10 km), qui vous mène jusqu’au plus haut sommet des Maritimes – par une journée claire on peut y admirer 10 millions d’arbres !

Les splendides lacs Nictau et Nepisiguit, ainsi que les rivières Tobique et Nepisiguit forment une longue chaîne naturelle de cours d’eau parfaite pour la pêche et les excursions en canot. Pour louer des canots et pour des renseignements, appelez Guildo Martel (506-235-2499, au camping du ruisseau Armstrong) ou Don McAskill (506-356-8351) de Bear’s Lair.

Où se loger et se restaurer

Le parc possède 4 campings (506-235-0793 ; www.friendsofmountcarleton.ca). Mis à part celui du ruisseau Armstrong (ci-dessous), les autres camping sont semi-sauvages, y compris le minuscule Headwaters, sur le sentier menant au mont Carleton.

Camping du ruisseau Armstrong      CAMPING $

(506-235-0793 ; www.friendsofmountcarleton.ca ; empl 9-14 $ ; mi-mai à oct). Situé dans une forêt de pins au nord du lac Nictau, à 3 km de l’entrée du parc, c’est le terrain le mieux aménagé.

Bear’s Lair      LODGE$$

(506-356-8351 ;www.bearslairhunting.com ; 3349 route 385, Riley Brook ; ch 60 $ ; ). Sur la rivière Tobique, à Riley Brook, un sympathique lodge en rondins en pleine forêt. Dépaysement garanti ! Restauration sur place.

Péninsule acadienne

CARAQUET

Au nord-est de la province, Caraquet (4 850 habitants) a été fondée en 1757 par des familles fuyant la déportation. Épicentre de la culture acadienne et port de mer actif, c’est un endroit tout indiqué pour passer une nuit ou deux. Le boulevard Saint-Pierre est l’artère principale et longe la baie de Caraquet.

Le centre d’information des visiteurs (www.tourismenouveaubrunswick.ca ; 39 bd Saint-Pierre Ouest ; 9h-17h mi-juin à mi-sept) fournit des renseignements utiles. Le Carrefour de la Mer est un centre récréotouristique jouxtant le port et regroupant boutiques, restaurants, etc.

Activités

Village historique acadien      RECONSTITUTION

(www.villagehistoriqueacadien.com ; 14311 route 11 ; adulte/enfant/senior/famille 16/11/14/38 $ ; 10h-18h début juin-sept). Situé à quelques kilomètres à l’ouest de Caraquet, ce site historique majeur est le point d’orgue d’une visite dans la Péninsule. Il regroupe plus de 40 bâtiments originaux dans un village évoquant la vie de 1770 à 1939, avec des femmes et des hommes vêtus de costume d’époque, exerçant leur métier et vaquant à leurs occupations avec un naturel désarmant ! Les enfants adorent participer à une journée d’activités au village (35 $ sur réservation). Différentes possibilités de restauration sur place.

Où se loger et se restaurer

L’été, vous trouverez de nombreux logements chez l’habitant et autres gîtes. Renseignez-vous au centre d’information.

Maison touristique Dugas      GÎTE, B&B, CAMPING $

(506-727-3195 ;www.maisontouristiquedugas.ca ; 683 bd St-Pierre Ouest ; empl tente/caravane 20-30 $, ch 55-89 $, suite 119-135 $, chalet 99 $).Dans cette grande maison en bois de couleur rouge, vous serez accueilli par la cinquième génération de la sympathique famille Dugas. Kitchenette et salle de séjour. Le petit terrain de camping offre un accès à la plage. Location de vélos, canots, kayaks et pédalos. Le restaurant sert des spécialités acadiennes. Petits-déjeuners en sus.

Hôtel Paulin      HÔTEL$$

(506-727-9981 ; www.hotelpaulin.com ; 143 bd St-Pierre Ouest ; ch avec petit-déj 128 $, ch avec petit-déj et dîner gastronomique 2 pers à partir de 195 $). Cet hôtel, bâti en 1891, surplombe la baie de Caraquet ; il est tenu par la famille Paulin depuis 1907. Belles chambres lumineuses décorées d’objets anciens. Si vous logez ailleurs, réservez pour dîner à l’excellente table de la maison.

Château Albert      AUBERGE $$$

(www.villagehistoriqueacadien.com/chateau.htm ; d avec dîner/spectacle 2 pers 257 $ ; w). Pour une totale immersion dans le passé, passez la nuit dans un hôtel restauré du début du XXe siècle (sans TV, ni téléphone, mais avec de jolies chambres très calmes), au Village historique acadien.

Boulangerie Grains de folie      EN-CAS$

(171 bd St-Pierre Ouest ; plats 4-10 $). Cette délicieuse boulangerie (pains artisanaux, viennoiseries) propose aussi des plats légers. Terrasse animée en été. Sur place, boutique d’épicerie fine et librairie.

LE FESTIVAL ACADIEN

Le Festival acadien de Caraquet (www.festivalacadien.ca) se tient du 1er au 15 août. Chaque année, des dizaines de milliers de personnes participent à ses activités et spectacles mettant en scène une grande variété d’artistes d’Acadie, d’autres régions francophones du Canada et de l’étranger. Ne manquez pas la traditionnelle bénédiction des bateaux et les bateaux de pêche parés de rubans et de drapeaux qui paradent dans le port. Les festivités se terminent en grande pompe par le Tintamarre du 15 août, fête nationale des Acadiens. À 18h pétantes, tout le monde sort dans la rue en faisant le plus de tapage possible (avec des objets de toutes sortes, instruments de musique ou casseroles), de quoi réveiller l’ardeur des plus timides et un bon moyen de faire connaissance !

Le Caraquette      RESTAURANT $

(89 bd St-Pierre Est ; plats 8-14 $). Simple, jouissant d’une belle vue sur le port, ce restaurant est une valeur sûre. Belle sélection de produits de la mer.

AILLEURS DANS LA PÉNINSULE

Partout dans la péninsule, vous entendrez parler français, ce qui est rarement le cas dans les autres régions des Maritimes.

Grande-Anse et Anse-Bleue, deux villages qui s’étendent le long de la baie des Chaleurs, possèdent de belles plages de sable fin. À ne pas rater, un peu plus à l’ouest, le petit parc provincial de Pokeshaw, d’où l’on peut voir un surprenant îlot créé par l’érosion côtière et hébergeant une colonie de cormorans en été.

Shippagan, ainsi que les îles Lamèque et Miscou, sont situés à l’extrémité nord-est de la péninsule acadienne (voir l’encadré (Cliquez ici).

Au sud de la péninsule, Tracadie-Sheila est une petite ville très animée. Le Musée historique de Tracadie (Académie Sainte-Famille ; rue du Couvent ; adulte/enfant 3/1 $ ; lun-ven 9h-18h, sam-dim 12h-18h en été) met l’accent sur le Lazaret de Tracadie, unique au Canada, consacré aux soins des lépreux de 1868 à 1965.

ROUTE PANORAMIQUE : AU BOUT DE LA PÉNINSULE ACADIENNE

Les deux petites îles à l’extrémité nord-est de la péninsule acadienne pointent vers le golfe du Saint-Laurent et le Labrador. La route 113 coupe à travers les champs de tourbe pour arriver à la petite ville de Shippagan, royaume du crabe des neiges, qui possède la plus grande flotte de pêche de la province. Visitez l’Aquarium et Centre marin (www. aquariumnb.ca ; 100 rue de l’Aquarium ; adulte/enfant 8/5 $ ; 10h-18h fin mai-sept). Les enfants aimeront toucher les poissons et autres créatures des mers, et pourront assister au nourrissage des phoques (11h et 16h). De l’autre côté du pont, l’île Lamèque, avec ses villages de pêcheurs et ses côtes sablonneuses, exploite la tourbe de sphaigne. L’église Sainte-Cécile, au nord du village de Lamèque, accueille depuis plus de 30 ans le Festival international de musique baroque (506-344-5846 ; www.festivalbaroque.com ; fin juil). Pour sentir vraiment l’air du large, poussez jusqu’à l’île Miscou, toujours sur la route 113, parsemée de superbes dunes et plages. Arrêtez-vous à la promenade en planches qui longe les prés humides où poussent des plaquebières (baies), et poursuivez jusqu’au phare en bois érigé en 1856, à la pointe de l’île.

Parc national Kouchibouguac

Plages, lagunes et dunes de sable s’étirant sur 25 km bordent ce splendide parc national, composé de forêts et de marais salés, et sillonné de pistes cyclables et de sentiers de randonnée. Le camping au bord de la mer est un must ! Kouchibouguac, signifiant en micmac “rivière aux longues marées”, abrite des orignaux, des chevreuils et des ours noirs. Informez-vous sur les activités (baignade, canot, kayak, vélo, randonnée et observation des oiseaux) au centre des visiteurs (www.pc.gc.ca/kouchibouguac ; 186 route 117 ; adulte/enfant/famille 7,80/3,90/19,60 $ ;8h-20h mi-juin à déb sept, 9h-17h mi-mai à mi-juin et déb sept à mi-oct).

Avant de vous rendre à Kouchibouguac, faites un détour par Sunny Corner, une toute petite localité à 35 km au sud-ouest de Miramichi. La descente en chambre à air (tubing) sur une partie très bucolique du “Little Southwest”, le sud-ouest de la rivière Miramichi, enchantera petits et grands. Stewart’s Tubing (506-836-7436 ; www.stewarts tubing.com ; route 425 jusqu’à Sunny Corner puis Lyttleton ; adulte/enfant 15-8 $ ; juin-sept), une entreprise familiale, fournit une prestation fiable. La descente sur un cours d’eau tantôt calme tantôt un peu plus rapide prend de 2 à 3 heures ; il est possible de s’arrêter pour pique-niquer. Téléphonez avant d’y aller pour vous assurer que le niveau de l’eau n’est pas trop haut.

Bouctouche

Petite ville acadienne coquette, Bouctouche est la ville de naissance d’Antonine Maillet (prix Goncourt 1979), auteure de la fameuse Sagouine, l’histoire d’une femme âgée qui décrit, dans sa langue et avec humour, les injustices et les malheurs dont son peuple est victime.

À voir et à faire

Le Pays de la Sagouine      VILLAGE HISTORIQUE

(www.sagouine.com ; 57 rue Acadie ; adulte/enfant/famille 16/10/37 $ ; 9h30-17h30 fin juin-début sept). Ce village, construit sur la petite île aux Puces – que l’on rejoint par un pont piétonnier – permet de s’immerger dans l’histoire et la culture acadiennes, grâce à diverses activités et spectacles.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi