Racines tunisiennes

De
Publié par

Une mère et sa fille, décident d'effectuer pour la première fois ensemble, un voyage au pays de leurs ancêtres et y acquièrent peu à peu la certitude que cette terre, qu'elles croyaient perdue, leur appartient néanmoins encore et toujours. Dans ce récit, Danielle Barcelo-Guez tente de mettre en lumière les relations que les descendants n'ayant pas connu la terre de leurs ancêtres peuvent entretenir avec cette même terre.
Publié le : jeudi 1 septembre 2011
Lecture(s) : 48
EAN13 : 9782296466302
Nombre de pages : 138
Prix de location à la page : 0,0076€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
R
A
C
I
N
E
S
T
UN
I
S
I
E
N
N
E
S
Graveurs de mémoire Dmoh BACHA, Palestro. Lakhdaria,Réflexions sur des souvenirs denfance pendant la guerre dAlgérie, 2011. Robert PINAUD,Dans la gueule du loup, 2011. Lina BATAMI,Algérie, mon enfance v(i)olée, 2011. Jean-Paul FOSSET,Histoire damour, histoire de guerres ordinaires. 1939 - 1945 Évian 1962, 2011.Oruno. D. LARA,La magie du politique. Mes années de proscrit,2011. Jean Michel HALLEZ,40 boulevard Haussmann, 2011. Yvon CHATELIN,Recherche scientifique en terre africaine, 2011. Pierre REGENET,Ma dernière pomme. De PRETY à Bissey, Chroniques en culotte courte, 2011. Jean-Paul KORZEC,Dans l ombre du père, 2011. Rachel SAMUEL,On mappelait Jeannine, 2011. Michel LAPRAS,Culottes courtes et bottes de cheval, « Cétait comment la guerre ? »,2011. Béatrice COURRAUD,je nest rien oublié Mes années 60,Non 2011. Christine BELSOEUR,Une vie ouvrière. Un demi-siècle de parcours militant, 2011. Jean-René LALANNE,Le canard à bascule, 2011. Louis NISSE,Lhomme qui arrêtait les trains, 2011. Danièle CHINES,Leur guerre préférée, 2011 Jacques FRANCK,Achille, de Mantes à Sobibor, 2011. Pierre DELESTRADE,La belle névrose, 2011. Adbdenour Si Hadj MOHAND,Mémoires d'un enfant de la guerre. Kabylie (Algérie) : 1956  1962, 2011. Émile MIHIÈRE,Tous les chemins ne mènent pas à Rome, 2011. Jean-Claude SUSSFELD,De clap en clap, une vie de cinéma (Récit), 2010. Claude CROCQ,Une jeunesse en Haute-Bretagne, 1932-1947, 2011. Pierre MAILLOT,Des nouvelles du cimetière de Saint-Eugène, 2010. Georges LE BRETON,Paroles de dialysé, 2010.
Danielle Barcelo-Guezavec la collaboration de Diana Barcelo-Guez RACINES TUNISIENNES LHarmattan
Du même auteur : Au 28 rue de Marseille Tunis, LHarmattan, 2005.
© LHARMATTAN, 2011 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.comdiffusion.harmattan@wanadoo.frharmattan1@wanadoo.frISBN : 978-2-296-55349-1 EAN : 9782296553491
A mes enfants,
Por las calles voy dejando/Au fil des rues j´ai semé Algo que voy recogiendo, /Quelque chose qu´à mesure j´ai  ramassé, Pedazos de vida mía/Des morceaux de ma vieVenidos desde muy lejos/Venus de très loin
Miguel Hernández
 Entre Tunis et l´auteur Un enfant n´a qu´ è e mais une mère peut enfanter une m r plusieurs fois. Toi, tu sais qui je suis, qui nous sommes. Je sens que tu m´observes pas à pas à travers la quête initiatique que je suis en train de vivre. Si j´ai oublié un détail, tu me le rappelles. Si j´ignore un événement, tu le portes à ma connaissance. Si je n´apprécie pas une situation, tu me la fais aimer. Si je ne perçois pas une évidence tu m´aides à la découvrir.  Tu as bercé mon enfance et j´ai chanté avec toi.  A l´heure où je termine ce livre, le pays fait la une de tous les médias. L´interminable dictature du président Ben Ali a pris fin et le peuple réclame une vraie démocratie. Le chemin de la transition ne sera pas facile, certes, mais le plus important est fait, l´autocrate a abandonné le pays.  J´ai mis un temps à réaliser que la ville tourmentée des informations télévisées et ma ville natale n´étaient qu´une seule et même ville. Ses exubérantes terrasses de café, volatilisées, son incessante circulation, inexistante, ses florissants commerces, saccagés ou clos, la fière statue d´Ibn Khaldoun en face de la cathédrale, occultée par les tanks de l´armée, ma rue de Marseille1, bloquée par les miliciens à l´affût. Glamoureuse avenue Habib Bourguiba endeuillée par le couvre feu ! Je n´ai vu que tristesse, désolation, troubles  Aujourd´hui tu pleures et je pleure pour toi. 1Ma rue de Marseille : la rue où lauteur est née.
7
 Paradoxalement, c´est un acte extrême de désespoir, considérécomme une fin par un jeune aux illusions perdues, qui a servi de coup d´envoi à la jeunesse du pays dont la colère couvait depuis longtemps. Sa réaction ne s´est pas faite attendre et a culminé le 14 janvier 2011 en entraînant le départ forcé du dictateur.  Je désire rendre hommage à Mohamed Bouazizi, ce jeune qui s est immolé par le feu et qui n´est pas mort en vain, à ´ toutes les innocentes victimes des milices mercenaires et au peuple tunisien qui lutte avec acharnement pour conquérir sa liberté.  Les chansons de l´espoir ont ton nom et ta voix,  Le chemin de l´histoire nous conduira vers toi,  Liberté, liberté  Ainsi chantaient les esclaves juifs de Babylone2 Au nom de cette même liberté, je souhaite que la démocratie tunisienne, utopie d´un passé récent, devienne très vite une tangible réalité. 2Les esclaves juifs de Babylone : cf. Nabucco de Verdi (Va pensiero).
8
stenteère.C´enhqieu,smrsetceirelésoanutêttnalpmetedealttagarcodemédépulsaldnaeteésdonl´equeccorpelrapengizesnasodtueapsqu´unebrancheanoissuonaenid.usVo´inorgntusleprncay´esanineruraspoimevivocneesavtacntsoelectrecsniap,iruooupuorqsaeirvooiisétdualcrudésiro-vousleitseuqenuàesinccoensporéeunenrdnoeedcilidiffsiest,ilfusteaipasiertap,ocrertnov,sintéresser.Sieilrveeptuvuoêtt-eupezurareretiséh,srola,pondirésansentcahdsexuqcnuercmaeunrlepeaptseiuqteettomonentisémprécerxuonbmDeac.sesagelrémtgnoidneptnanetaectvent,leque,sourpuoevdsjuteéasselIedareyedrenprdneciraelonassiduelentsfférsvepaylsruqseslecelduonairnsostdeni;ce´tsceuqel´onpourraituhamrtelê´reàdapts´aussiutaretédtiordnenusandné,uiqindfénitiléiongreits´enminé,doelli.sruvivaeraeterllemivtensitréusbietrèsdseaptrilcsaécnst´ee,irsaesiusnE.ncis,etdifficultélabronésapersnasCpreédocpeéhcnaerenalp.eéteuéctfe
9
?péraetsnfetaoiuneèrecetfoisedlalicarmen,us´aquiedv-intcéseasri.eDelpeesttoujoursnivitinéfdrepuoucenuisrednameseddeientconvIl.rèseeriminacpessderesmetètnecrelpmoseséparultésàsidffciergnaedreemèacinaLr1-nopéerdsrolo´uqnesavsqezrueo´ùovsuêet,scnvousdemandedmme,ocvuoom,iSi
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.