Randonnée sur les pistes du Manioc

De
Publié par

Le narrateur, vivant en Europe, se replonge dans ses souvenirs d'enfance, aux confins de l'Afrique nourricière et traditionnelle pour témoigner. Au fil de ce récit doublé d'un essai documenté sur le manioc, sur les traces duquel il s'efforce de remonter afin de mieux l'apprivoiser, l'auteur offre une sorte d'épopée qui érode tendrement les valeurs taboues : l'enfance, la légende, et même le jugement.
Publié le : samedi 1 juin 2013
Lecture(s) : 6
EAN13 : 9782296538801
Nombre de pages : 104
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Le narrateur viavtne  nuEorepa èsprlu peusi arseénnd sonnicnec au e et de fortgâ,eos nerlps  ean dgeonsos ses  srinevucnafnednon sed,ea xuc ue nourr lAfriqrt ttidaèicie erou ptér nnioleelé ipL seen.romgichroune s dsodellennosrep euqinete quesorttpie nedèva td ces sené itedie  sccsuuees suaotrud uituations savour: udnetttohinaM onrspen na igenaelm  z  c,naoiulen escrantta csl foefqudu ielart  secrus sel ieux laan de mmenoet rcr eedr l  Au. reîtnaonc el ,resiovirppi doessaun lé dodbuic t eéredc nou gounreff ousros enu opéd etnté cumele msur ,cE naoiaMovil elet vas urletas euob : snelcnafpée ironique quié oredt nerdmene ,teffe nE .tnemntlecuest honiMa,ee egdn aél,el juge le me t mê te rved ertéguj dresee réa ndpoe tsu  n arcnaztqui va êprévenu aclbtxir aal.eL ne f du inearce sirp ,segèip uaesimcrs sépoup sa llgèer ,érojiuon narrateur estgnuop uoetêrs à uengu qieElav Mr èscteut dou esnuogaMovil eseE.quesrlbus gemaid enielp ,etnass V-René té ParisnUvireis,ed  elnomugiloitalimé s ,sicépics ecne ense etlogimunohcuehcrena-tieng S àdesirél  Ir.l snad ,tragttuts. DirecDescarteerhcrehcetrud  eil, st e CesESAM ruemIdorp ssefiaisseS 0290se ,atri © Pe Cock L: NBSIfr3-2-879 9708-043 12-4 eaBed nüWtretbmerg, en AllemagnlI.etsulitard nocoe eruvretu L :eqrafe rr
EliE Mavoungou
Rm
RandonnéE suR lEs pistEs du Manioc
l Rup sEnnods EéanRfarqEerr e ManiocEistEs du
 
 
  
         
  
             Randonnée sur les pistes du manioc
 
 
 
Écrire lAfrique Collection dirigée par Denis Pryen
  Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.   Dernières parutions Salvator N AHIMANA , Angélique Gisèle Nshimirimana. Mon homme maurait mangée toute crue. Edition bilingue kirundi-français , 2013.  Aboubacar LANKOANDE, La palabre des Calaos , 2013. Christian R OCHE , Amaï. Amour et rébellion en Casamance , 2013. Giovanni M ELEDJE , Scandales damour , 2013.  Maxime O UARO , Boro , 2013. Martin K APTOUOM , Promesse africaine. Parole dimmigré ,2013.  Sidi Z AKARI , Un élu du peuple , 2013 Géraldine Ida B AKIMA P OUNDZA , Le retour en France des expatriés. De Conakry à Paris , 2013. José T HISUNGU , Les chantiers intimes , 2013. Djibril S ALAM , Au bonheur des damnés , 2013. Denis B OMBA -N KOLO , Le rêve du Pygmée Oyoa-Baka , 2013 . Jema D AZOABA S ILA , Bons vents , 2012. Fweley D IANGITUKWA , Notre vie est un mystère. Cette chambre-là May , 2012. Cyriaque M UHAWENAYO , La guerre des nez au Burundi. Je lai vue et vécue , 2012. Élie M AVOUNGOU , Incertitudes , 2013. Serge F INIA Buassa, Une semaine mémorable. Qui a tué Laurent-Désiré Kabila ? , 2012. Isabelle J OURDAN , Cest comme ça, à Ouaga , 2012.  Valentin D IBA K EMENA M UZEMBE , Les démons des rives. Ces maîtres qui corrompent , 2012. Corinne N GUESSAN , Les vierges folles , 2012. Maurice H ASLE , Un seul pied ne trace pas le sentier , 2012.  Laurence R ANDALL , La production littéraire camerounaise , 2012. Arnold N GUIMBI , Pascaline, dans les flots de la chute , 2012.
 
 
                                                                        
Elie Mavoungou                             Randonnée sur les pistes du manioc
                
 
 
Du même auteur
     Les Safous , LHarmattan, Collection « Encres Noires » (n° 360), 2012 Incertitudes , LHarmattan, Collection « Écrire lAfrique », 2013                                                                                                        © LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-343-00897-4 EAN : 9782343008974
 
 
I Introduction
 En me réveillant aux premières heures de laube en ce mercredi matin de fin dautomne souabe, une idée me vint à lesprit. Je me suis dit que je ne lui avais pas assez témoigné de reconnaissance à LUI, Manihot Esculanta Crantz , alors que je lui dois tant. Être là en Allemagne, en Pays souabe où j'habite désormais. Je lui dois d'avoir grandi harmonieusement tous mes souvenirs d'enfance, certainement aussi les meilleurs moments de ma vie. Bref, je lui dois tout, ou presque. Sans lui, qui serais-je ? Un autre, sûrement. Et que vaudrait ma vie sans raconter ce qu'il fut pour moi ? Autre chose, certainement. J'aurais eu une autre vie, une autre destinée personnelle, et plus encore, une autre aventure scientifique. Ma démarche nest nullement cathartique. Je ne cultive ni rancur, ni amertume coupable envers moi-même.  À peine un peu de regret nostalgique, non, je veux donner simplement mon témoignage.  Après une nuit paisible, je suis calme, frais et dispos, prêt à me replonger dans mes souvenirs alors que déjà les premiers rayons de soleil rougeâtres percent lhorizon dun ciel bleu azur prédisant une journée ensoleillée. Rien des matins brumeux, chauds et moites de notre si lointain et intime Congo. Je suis prêt à parler de celui qui me fut si proche, mais que, paradoxalement, je connaissais finalement peu. Trop peu en tout cas. Aujourdhui, à la force de lâge, je nai donc que trop traîné et trop attendu, mais quoi et pourquoi ? Le moment 7  
est venu de lui rendre hommage dautant plus quon le dit depuis quelque temps fragilisé, et que de sombres nouvelles prédisent sa probable disparition si lon y prend garde.  Nombre de mystérieuses maladies mortelles le menaceraient directement.  En effet, on parle à son propos de l anthracnose , maladie où un champignon provoque des sortes de chancres qui affaiblissent l'organisme et détruisent les pieds. Mais aussi de la cercosporiose  qui lui causerait des brûlures diverses et dautres affections, bien plus dangereuses encore. Les sérieux articles de l'IITA 1  que je consulte régulièrement en témoignent assez lourdement pour m'inquiéter.  Plus encore, certains insectes, tel le coreide pseudotheraptus devastans, le harcèlent de leurs désagréables piqûres.  Tout fait problème, causant handicap grave, maladie et mort douloureuse. C'en est trop, je me dois d'agir.  Et ce matin, jai donc décidé de partir sur ces pistes complexes et difficiles. Elles relèvent de ma responsabilité professionnelle.  Par devoir intime, il me faut retrouver ces pistes effacées.  Les unes et les autres sont, il faut bien lavouer, aussi nombreuses et tortueuses, quincertaines, comme nous allons le constater. Soudain, et comme pour me souhaiter une bonne et heureuse odyssée, un lointain souvenir me vient subitement à lesprit.                                                  1 LIITA est lInstitut International dAgriculture Tropicale. Voir « Lutte contre les maladies du manioc » : http://www.cgiar.org/iita
8  
 Cétait durant la saison sèche soixante-quatorze, je passais mes vacances scolaires à Tchiendjili chez ma grand-tante Dile. Elle vivait là depuis plusieurs années avec son mari.  Tchiendjili est un petit village du sud congolais enfoui dans la forêt du Mayombe à une cinquantaine de kilomètres de Pointe-Noire la capitale économique.  2  Dile nous rendait régulièrement visite à la maison à Pointe-Noire. Cétait une brave femme très aimable dun petit mètre cinquante. Je laimais bien.  Javais décidé de lui rendre une petite visite pendant les vacances scolaires après une année éprouvante, pour vivre à ses côtés et partager son quotidien. Je devinais que cela lui ferait très plaisir, elle qui parlait toujours de sa famille dans cette lointaine conurbation où son mari avait choisi de résider avant de revenir au village.  À Tchiendjili, comme dans tous les villages du pays, la division du travail à cette période de lannée est une nécessité. Elle impose aux hommes le défrichage de grandes étendues de terres qui serviront aux futures cultures ; tandis que les femmes récoltent les produits des semis et repiquages profonds. Il faut garnir les greniers et constituer les réserves de lannée. Dès mon arrivée au village, je fus accepté parmi les hommes. Quelle fierté pour moi d'être parmi eux, dêtre considéré comme un vrai mâle et de participer à la grande campagne annuelle de défrichage, et ce, malgré mon manque
                                                 2 Mâ est le diminutif de mam, du mot mère, tante ou oncle maternel. En vili, ethnie bantoue du Kouilou (Congo-Brazzaville), ce mot évoque une profonde déférence.
9  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.