Saint-Martin 2013 Petit Futé

De
Publié par

Les Country Guides du Petit Futé sont des guides pour tous les voyageurs. Ils proposent une synthèse équilibrée d'informations pratiques et culturelles et sont conçus pour que les lecteurs puissent effectuer le voyage qui leur convient, seuls ou en groupe.
Publié le : lundi 17 septembre 2012
Lecture(s) : 19
EAN13 : 9782746963153
Nombre de pages : 243
Prix de location à la page : 0,0030€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Table des matières INVITATION AU VOYAGE Bienvenue à Saint-Martin ! Les plus de Saint-Martin Fiche technique Idées de séjour DECOUVERTE Saint-Martin en 20 mots-clés Survol de Saint-Martin Histoire Politique et économie Population et langues Mode de vie Arts et culture Festivités Cuisine saint-martinoise Jeux, loisirs et sports Enfants du pays Lexique SAINT-MARTIN Partie française (Nord de l’île) Partie néerlandaise (Sud de l’île) ORGANISER SON SÉJOUR Pense futé S'informer Comment partir ? Rester Galerie photos Galerie cartes
GPM
INVITATION AU VOYAGE
Bienvenue à Saint-Martin ! « La frontière matérielle, celle du pointillé sur la carte, n’arrête pas le voyageur : ni policiers, ni douaniers à engueuler, mais un petit monument qu’on photographie au passage. Ce qui divise démentiellement l’île de Saint-Martin c’est une frontière épaisse de lois différentes, de tribunaux, de monnaies, d’enseignements, de travaux publics, etc. devant laquelle l’observateur non prévenu sent sa raison lui échapper. » (Jean Raspail, 1973.) Saint-Martin/Sint Marteen, île bicéphale partagée entre la France et le royaume des Pays-Bas depuis un peu moins de quatre cents ans, est certainement l'un des plus singuliers territoires français d'outre-mer. L'île a connu ces vingt dernières années une spectaculaire montée de fréquentation et ses galons de paradis caraïbe dans l’imaginaire du vacancier. Ces trente-cinq plages l’y aident, suppléées par des grands travaux d’aménagement et de vastes opérations immobilières destinés à absorber l’afflux de touristes séduits par cette petite île à l’identité mosaïque. Ce qui la rend unique, c’est l’apparente aisance avec laquelle elle mélange les genres : volontarisme et énergie nord-américaine de la partie néerlandaise avec ses immenses resorts, ses paquebots géants, ses boutiques duty free à tous les coins de rues qui contrastent avec l’identité plus « Vieille Europe » des parties françaises, ses restaurants sélects, sa relative indolence, le tout sur fond de cordialité et decoolcaribéen. Entre les deux, pas de frontière, et, pour les deux, exonération de droits de douane et de TVA. Non content d’aligner ses plages paradisiaques, Saint-Martin/Sint Maarten a pour beaucoup l’attrait d’un paradis fiscal. C’est d’ailleurs ce qui amène les croisiéristes, très majoritairement américains, marée acheteuse qui remplit les boutiques de Philipsburg, la capitale du côté néerlandais ; on les retrouvera peut-être plus tard à Marigot, la capitale du côté français, assis à la terrasse d'un restaurant en front de mer. L’île invite par ailleurs à un étonnant jeux des sept familles, à la réserve près que les familles seraient ici au nombre de quarante-cinq, plus de quatre-vingts dit-on parfois, tant les nationalités sur l'île sont nombreuses. On y passe sans problème de l’anglais au créole (guadeloupéen ou haïtien), du français aubroken english, du néerlandais à l’espagnol… Dans ce grand mixage de langues et d’origines, parcourir Saint-Martin c’est découvrir en transversale le monde caribéen, une communauté de destins forgée loin de la métropole, une version vendeuse des Caraïbes et qui sait satisfaire sa clientèle, jonglant habilement avec les clichés comme les identités. Remerciements :Merci à l'office de tourisme de Saint-Martin et à celui de Saint-Barthélemy pour leur aide précieuse. Merci également à ma famille pour l'accueil, leurs conseils et leur soutien.
Mise en garde Le monde du tourisme est en perpétuelle évolution. Malgré notre vigilance, des établissements, des coordonnées et des prix peuvent faire l’objet de changements qui ne relèvent pas de notre responsabilité. Nous faisons appel à la compréhension des lecteurs et nous excusons auprès d’eux pour les erreurs qu’ils pourraient constater dans les rubriques pratiques de ce guide.
Les plus de Saint-Martin
Les plus de Saint-Martin - Plage de Grand-Case. © Office de Tourisme de Saint-Martin – Claude CAVALERA
Activité ou farniente L’île, entre l’océan Atlantique et la mer des Caraïbes, est cernée par trente-sept superbes plages. Chacune de ces plages offre un paysage différent. Véritable invitation au farniente et à la sérénité. Le tourisme bleu est roi et pour cause, l’eau est partout ! L’île est entourée d’eau turquoise et de plages de sable fin. Plongée, pêche au gros, planche à voile, kayak, scooter des mers… C’est le lieu idéal pour pratiquer sa discipline favorite ou pour s’initier à des sports moins conventionnels comme le surf ou le kitesurf ou le parachute ascensionnel. Du soleil toute l’année Saint-Martin bénéficie d’un climat idéal toute l’année. C’est une destination soleil par excellence où la saison proprement dite n’a pas vraiment d’incidence sur les températures qui oscillent entre 24 et 32 °C. L’île profite en prime des bienfaits des alizés. Il n’existe pas réellement une saison de pluie, les averses sont assez brèves et rarement violentes. La période la plus agréable se présente de novembre à juin quand le thermomètre est aux alentours de 24-28 °C. La période de juillet à octobre connaît également des conditions météorologiques très appréciables avec des températures plus élevées (vers 32 °C). Cette période correspond au cap sensible appelé saison cyclonique qui peut effrayer. Ce risque, même s’il existe, ne se produit pas chaque année et vous pouvez prévoir d’y séjourner à cette époque. D’autant plus que les idées reçues ont aussi leurs côtés agréables ; les prix sont nettement à la baisse à partir de mi-mai et jusqu’à fin novembre. Un statut spécifique L’île est divisée en deux zones géographiques. Le côté hollandais est rattaché aux Pays-Bas, la partie française, jusqu’à 2007, dépendait du département de la Guadeloupe. Depuis le 15 juillet 2007, les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy sont devenues des collectivités d’outre-mer (COM) et bénéficient d’une certaine indépendance administrative. Chacune est désormais dotée d’un conseil territorial, un président du conseil territorial, un conseil exécutif et un conseil économique, culturel et social. La partie hollandaise fait partie des Antilles néerlandaises qui, avec l’île d’Aruba, forment la Fédération néerlandaise d’outre-mer, une entité qui bénéficie d’une forte autonomie. En effet, chaque île a son propre gouvernement qui gère les affaires internes. Tout cela a ses avantages, même si arrivé sur place, on l’oublie un peu… Même monnaie, même langue (même si l’anglais ou l’espagnol sont courants), même niveau de santé (frais médicaux remboursés par la Sécurité sociale, etc.). Un véritable melting-pot Les origines de la population vivant actuellement à Saint-Martin sont très diverses. Un élément qui est source de fierté et qui s’est accentué avec le temps. Aujourd’hui, on affirme que plus de dix nationalités y sont représentées contribuant ainsi à faire de l’île un lieu très cosmopolite. C’est plutôt sympathique pour le dépaysement, tant pour les rencontres que pour l’oreille qui capte au gré des balades du français, du créole, du néerlandais, de l’anglais, de l’espagnol, du papamiento. Quant à la clientèle touristique, elle est également multiple, les Français n’étant pas majoritaires.
Un voyage facile à organiser L’île est à l’image de sa deviseFriendly Island(traduisez « l’île conviviale » ). On peut parfaitement se débrouiller seul de A à Z et donc organiser son séjour soi-même, même lorsqu’on y vient pour la première fois. Il suffit de trouver un vol et un hébergement correspondant à ses goûts (en direct, par Internet ou par une agence). Le reste, c’est du sans-souci avec notamment la quasi-obligation d’avoir un véhicule pour se déplacer (des cartes routières sont distribuées gratuitement un peu partout sur l’île). Sur place l’ambiance est décontractée et les différentes prestations de bonne qualité (supermarché pour les courses, nombreux excursionnistes et prestataires, liaisons interîles, etc.). Le « savoir-fête » made in Saint-Martin Saint-Martin fait partie de ces lieux où l’on se sent un peu chez soi. On peut nouer des contacts et y faire la fête assez facilement, ce qui d’ailleurs est l’une des particularités de l’île. En témoigne le nombre impressionnant de casinos, bars, restaurants et discothèques en tout genre. Les casinos sont concentrés sur la partie hollandaise, les restaurants gastronomiques sont situés, en revanche, côté français (dont le pôle est la ville de Grand-Case surnommé la capitale gastronomique). Une destination shopping en duty free On ne peut s’empêcher de penser à Saint-Martin sans parler de shopping, un secteur qui a explosé grâce à l’exonération de TVA ! Ces dernières années, la partie hollandaise s’est largement développée, principalement Philipsburg, où se trouve une forte communauté indienne. On y trouve un peu de tout : hi-fi, TV, vidéo, électronique, lunettes de soleil, montres, bijoux, alcool, tabac, textile, cosmétiques… Faites-vous à l’idée que le marchandage est de règle à Philipsburg (nous l’avons testé maintes fois). Côté français, Marigot est la capitale du shopping de luxe et de la mode, particulièrement à la marina, rue du Général-de-Gaulle et dans la galerie le West Indies. Fiche technique Depuis mars 1648, le traité du mont des Accords a séparé Saint-Martin en deux parties : la Hollande s’est vu attribuer le sud de l’île (Sint Maarten) et la France le nord (Saint-Martin). Regardez bien les panneaux de bienvenue et le monument commémoratif du traité, ils sont les seuls à vous signaler que vous venez de franchir la frontière. En effet, il n’existe aujourd’hui aucune délimitation physique entre les deux parties, mais paradoxalement dès qu’on passe d’un côté à l’autre on le sent assez rapidement. Vous comprendrez mieux une fois sur place. L’île est un port franc depuis 1850, soit deux ans après l’abolition de l’esclavage. Argent Monnaie.Du côté français, la monnaie officielle est l’euro. Egalement accepté à Sint Maarten (attention au taux de change qui varie selon le commerçant). Du côté néerlandais, c'est le florin antillais (antilliaanse gulden, symbole : NAF) qui est indexé sur le dollar américain. Mais en pratique le dollar est roi à Sint Maarten, et même sur toute l'île. Banques.Renseignez-vous auprès de votre agence pour connaître ses correspondants sur place. Les cartes de paiementet les chèques voyages sont acceptés partout. Les chèques hors place(traduisez "qui ne sont pas locaux") sont très souvent refusés. Saint-Martin en bref Côté français Statut :COM (collectivité d’outre-mer) depuis le 15 juillet 2007. Situation :Saint-Martin est à 243 km au nord de la Guadeloupe (151 miles), à 300 km des côtes de Porto Rico (186 miles) et à 7 260 km de la métropole. Capitale :Marigot. 2 Superficie :53 km, partie nord de l’île. Nombre d’habitants :estimé aujourd’hui à 38 000 habitants. Population :un melting-pot. Plus de 120 nationalités et 10 langues différentes. Langues :français, hollandais, anglais, espagnol, le papamiento et créole (l’anglais étant la langue du Saint-Martinois). Côté hollandais Statut :intégré à l’entité dite les Antilles néerlandaises (Nederlandse Antillen, capitale Willemstad), c’est un territoire autonome dépendant des Pays-Bas représentés sur place par un lieutenant-gouverneur. Il fait partie du groupe les îles du Vent (avec Saint-Eustache et Saba), l’autre étant les îles Sous-le-Vent formé par les territoires ABC (Aruba, Bonaire et Curaçao), qui se trouvent à près de 1 000 km de Saint-Martin, au large de la côte du Venezuela. Capitale :Philipsburg. 2 Superficie :34 km, partie sud de l’île. Nombre d’habitants :estimé aujourd’hui à 52 000 habitants. Population :à l'image du côté français, un melting-pot.
Langues :hollandais, anglais, espagnol, créole, papamiento et français.
Le drapeau des îles néerlandaises Adopté en 1959, ce drapeau a été modifié en 1986 pour représenter les couleurs de l’archipel des Antilles néerlandaises. Il est composé d’une bande verticale rouge et d’une bande horizontale bleue, le tout sur fond blanc. Au centre, cinq étoiles blanches symbolisent chacune des îles composant les Antilles néerlandaises : Curaçao, Bonaire (ou île des Flamants), Saint-Martin (Sint Maarten, partie sud de l’île), Saba et Saint-Eustache (Sint Eustatius). Les trois couleurs viennent rappeler l’allégeance de l’archipel à la reine Beatrix des Pays-Bas. Jusqu’en 1986, le drapeau comportait six étoiles : il en a perdu une lorsque l’île d’Aruba a fait sécession.
Le blason de la collectivité de Saint-Martin Les armoiries de Saint-Martin représentent la capitale de l’île, Marigot, un pélican emblème de la faune locale, un coquelicot pour la flore. Le palmier et le soleil font référence au tourisme tandis que le bateau rappelle l’activité de la pêche.
Téléphone Si on se base sur une logique franco-française (métropole + côté français), la vie est bien simple puisque tous les numéros sont à dix chiffres comme en métropole. En revanche, si on doit jongler entre les deux entités et, pourquoi pas, penser au continent nord-américain, cela devient un peu plus compliqué… Il vaut mieux dans ce cas en prendre bonne note. Pour les numéros fixes. Depuisla nouvelle numérotation, tous les numéros fixes sont précédés de 0590 en Guadeloupe, donc à Saint-Martin. Pour les numéros de portables.les numéros de portables sont précédés du 0690 pour la Guadeloupe, Tous donc à Saint-Martin. Pour appeler Saint-Martin de l’étranger.Vous devez composer, pour appeler un poste fixe, le 00 + 590 + les 6 chiffres de votre correspondant. Dans le cas d’un portable, composer comme suit : 00 + 690 + les 6 chiffres de votre correspondant. De Saint-Martin à Sint Maarten.fixe : 00 + 1-721 + les 7 chiffres de l’abonné, comme si on appelait à Poste l’international. De Sint Maarten à Saint-Martin :00 + 590 + les 6 chiffres de l’abonné. De Sint Maarten à Sint Maarten :3 chiffres pour le régional + les 4 chiffres de l’abonné. Décalage horaire Il y a cinq heures de décalage horaire pendant l’hiver avec la métropole et six heures pendant l’été. Au mois de janvier, lorsqu’il est 18h à Paris, il est 13h à Saint-Martin ; au mois de juillet lorsqu’il est 18h à Paris, il est 12h à Saint-Martin. Formalités Les ressortissants de l'Union européenne peuvent rentrer à Saint-Martin avec un passeport. Si vous attérissez à Juliana Airport, la carte d'identité ne suffit pas. N'oubliez pas également de remplir la carte d'immigration souvent distribuée dans l'avion. Climat 27 °C de moyenne avec un climat tropical beaucoup plus sec que celui de la Guadeloupe et la Martinique. Deux saisons : la saison sèche de décembre à mai et la saison humide de juin à novembre. Saisonnalité Il existe deux saisons, voire trois saisons touristiques. De mi-décembre à mi-avril, c’est la haute saison. Les tarifs sont au plus haut et les touristes affluent. De mi-avril à mi-décembre, c’est la période creuse pendant laquelle les vacanciers européens boudent un peu la destination dans la mesure où il fait beau chez eux et où de nombreuses destinations s’offrent à eux ! Les mois d’été (juillet et août) représentent une période particulière. Les grandes vacances permettent aux résidents antillais vivant en Martinique ou en Guadeloupe de s’y évader, et c’est un peu une saison intermédiaire. Les prix des prestations touristiques augmentent durant cette période et les billets d’avion sont assez chers. Idées de séjour Une semaine à Saint-Martin
Une semaine à Saint-Martin - Vue sur la mer des Caraïbes, Friar's Bay. © Office de Tourisme de Saint-Martin – Claude CAVALERA La formule de séjour qui vous sera le plus souvent proposée si vous faites appel à une agence de voyages (ou à des offres sur Internet) est le forfait semaine (comprenez sept nuits sur place, quelquefois même six nuits, ce qui est assez court). Les expérimentés vous le confirmeront, une semaine sur place n’est guère suffisant. Le vol dure environ 8 à 9 heures et il y a 5 ou 6 heures de décalage horaire, le calcul est vite fait. Vous partez par exemple un samedi de Paris, vous arrivez en fin d’après-midi ou en début de soirée le même jour. Vous devez reprendre l’avion le samedi suivant afin d’arriver en métropole le dimanche (le plus souvent aux aurores, nuit dans l’avion). Si on estime que le lendemain de l’arrivée est la phase de prise de connaissance et que le dernier jour est réservé aux préparatifs, cela vous laisse réellement sur place cinq jours complets pour découvrir l’île. Cependant, l’île n’est pas grande et l’on peut faire le tour en voiture dans la journée. Le lieu de résidence n’est donc pas un problème. Voici un exemple de séjour vous permettant de profiter au mieux de Saint-Martin basé sur un séjour de sept nuits sur place : Jour 1 (arrivée).Vous arrivez à l’aéroport de Juliana, côté hollandais. L’humidité tropicale submerge votre corps, vous êtes épuisé par le voyage et vous n’avez qu’une idée : récupérer votre voiture de location et filer vers votre hôtel ! Une fois sur place, vous n’avez la plupart du temps même pas la force de dîner. Une bonne douche et au lit (5 ou 6 heures de décalage horaire selon la saison), vous y verrez plus clair demain. Jour 2.Réveil au lever du soleil (de 5h30 à 6h), décalage horaire oblige ! Vous êtes en pleine forme après une nuit de sommeil et vous goûtez déjà au plaisir du bien-être tropical. Le ciel est bleu et la luminosité forte. Nous vous suggérons de profiter de l’hôtel (farniente, piscine, plage), de prendre vos repères et de penser à l’organisation de votre semaine. A noter que les fins d’après-midi sont propices pour les apéritifs, comme sur le front de mer ou à la marina à Marigot. Jour 3.Les premiers effets du soleil commencent à se faire sentir, surtout si vous avez une peau blanche… Les peaux rougeâtres permettent aux locaux de vous identifier, vous venez d’arriver ! Selon vos précautions, vous êtes donc couverts plus ou moins de coups de soleil et la journée plage semble raisonnablement impossible. Profitez-en pour partir à la découverte de l’île en voiture et faire du shopping par exemple en fin d’après-midi. Jour 4.Nous vous recommandons de faire une journée thématique. Consultez pour cela notre rubrique « Sports, loisirs et jeux » . Si vous aimez le bateau, ne ratez pas l’occasion de faire une journéeday-charter, ce qui signifie une balade en mer à bord d’un maxi-catamaran ou autre type de voilier. Cette journée complète vous permet de découvrir une île voisine, Anguilla par exemple. Les départs sont souvent vers 8-9h et les retours au coucher du soleil (17h30). Généralement, le déjeuner se prend à bord et il y a de nombreux arrêts baignade avec possibilité de snorkeling (plongée avec palmes, masque et tuba). Une journée escapade à Saint-Barthélemy. A notre avis, c’est incontournable. Ne pas visiter cette petite perle déposée sur l’océan serait tout simplement dommage. Jours 5 et 6. Profitantd’avoir pris vos repères le lendemain de votre arrivée, vous consacrez ces deux jours à
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.