Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Saint Pétersbourg 2ed

De
415 pages

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable à Saint-Pétersbourg
Un guide tout en couleurs, truffé de photos et ultra pratique pour profiter au mieux de cette métropole grandiose.
Le top des meilleures choses à voir et à tester sur place, des itinéraires sur 4 jours, des promenades commentées...
Un focus de 14 pages sur le Musée de l'Ermitage (son histoire, des plans et des illustrations, une description salle à salle...), pour découvrir l'une des plus grandes collections d'art au monde.
Une couverture très détaillée des principaux sites et activités par quartier.
Un chapitre consacré aux excursions dans les alentours de St-Pétersbourg, pour compléter son séjour : Peterhof, Gatchina, Pouchkine, Oranienbaum, Novgorod.
Des cartes regroupées et tout en couleurs, ainsi qu'un plan détachable de la ville.
Des chapitres spécifiques sur l'histoire, l'architecture, les arts et la littérature.



Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Cover image

map6-1

Plan rapproché sur les pages suivantes

map6-1a

Construite sur un marais jadis inhabité, la capitale de la Russie impériale est aujourd’hui une métropole grandiose, dont la majesté ne manque jamais d’éblouir les visiteurs.

Ville des tsars

Saint-Pétersbourg fut conçue en 1703 par Pierre le Grand comme la démonstration de la nouvelle stature de la Russie impériale : une fenêtre sur l’Occident. Ses successeurs employèrent des architectes européens pour garnir la ville de fabuleux palais et cathédrales, et Saint-Pétersbourg devint la capitale vitrine des Romanov et la première grande ville russe. Elle a depuis conservé ce statut, bien que Moscou soit redevenue la capitale suite à la Révolution. Malgré toutes les vicissitudes de l’histoire, Saint-Pétersbourg reste une capitale impériale dans l’âme, une ville où le passé est bien vivant.

Retour au début du chapitre

Venise du Nord

L’eau est partout à Saint-Pétersbourg, qu’elle soit domptée dans d’élégants canaux navigables ou traversée par 342 ponts que l’on peut arpenter. À la nuit tombée, on voit des bateaux croisant sur la majestueuse Neva. Avec son centre historique aux canaux bordés de demeures italianisantes et émaillé de superbes places où s’élèvent des palais baroques et néoclassiques, la ville est naturellement souvent comparée à Venise.

Retour au début du chapitre

Capitale des arts

Saint-Pétersbourg recèle des trésors artistiques et culturels inestimables. On peut passer des journées au musée de l’Ermitage à contempler momies égyptiennes ou tableaux de Picasso. Le Musée russe, hébergé dans quatre somptueux palais, compte l’une des meilleures collections d’art russe au monde. Entre les spectacles de ballet et d’opéra du théâtre Mariinski, les concerts classiques de la philharmonie Chostakovitch et de prestigieux festivals musicaux l’été, vous serez comblé ! Les amateurs d’art contemporain apprécieront les petites mais nombreuses galeries et le formidable musée Erarta, qui expose le meilleur de l’art russe contemporain.

Retour au début du chapitre

Nuits blanches

Les Nuits blanches pétersbourgeoises, ces longues journées d’été où le soleil du nord descend à peine au-dessous de l’horizon, sont mythiques. Les festivités débutent en mai, à l’arrivée du printemps. Elles culminent à la mi-juin : la nuit ne tombe plus, les festivals battent leur plein dans les salles de concerts et la ville entière semble célébrer cet été bref, mais splendide. Mais même lorsque le ciel s’assombrit et que la neige recouvre la ville, Saint-Pétersbourg brille toujours par sa richesse et sa culture.

img-5-1

PETE SEAWARD / GETTY IMAGES ©

ballet au théâtre Mariinski


Pourquoi j’aime Saint-Pétersbourg

Par Tom Masters, auteur

Même si j’ai préféré Moscou lors de mon premier séjour en Russie, il y a près de 20 ans, Saint-Pétersbourg, ses couleurs, son incroyable lumière et son histoire m’ont laissé une plus grande impression. Quand je me suis installé dans le pays, en 2000, je n’ai pas hésité : j’ai choisi Saint-Pétersbourg, “Piter” pour les intimes. Avec sa scène alternative en plein essor et son atmosphère de fête, on a le sentiment que de grandes choses sont de nouveau en train de se produire ici. La ville sort de l’ombre de Moscou, et j’espère qu’elle vous fera découvrir un visage différent de la Russie d’aujourd’hui.

Pour plus de détails sur nos auteurs, (Cliquez ici).


Retour au début du chapitre

Les Nuits blanches

1 Le meilleur moment pour visiter Saint-Pétersbourg est la mi-juin, quand le soleil descend vers l’horizon sans jamais se coucher vraiment : les nuits ont alors une luminosité féerique. Les Pétersbourgeois font la fête, la ville accueille des festivals et l’ambiance est très décontractée. Bien qu’il y ait beaucoup de monde et que la plupart des hôtels soient réservés des semaines à l’avance, il n’y a rien d’aussi merveilleux que ces Nuits blanches ! Et, même si vous venez en mai ou en juillet, vous serez impressionné par la longueur des journées !

imgred3starsmallMois par mois

img6-1