Vie et survie en milieu tropical Amazonie-Guyane

De
Publié par

La forêt reste elle-même avec ses dangers certes, mais des dangers que nous retrouvons partout, quel que soit le milieu dans lequel nous évoluons. Que ce soit en mer, en montagne ou dans le désert ils sont omniprésents à partir du moment ou il y a négligence de préparation et de sécurité
Cet ouvrage traite d’un sujet bien précis : le milieu équatorial de l’Amazonie, la Guyane française. Tout ce qui est écrit dans ces différents chapitres a été testé, utilisé, par nos soins ou ceux de camarades, lors de raids en forêt profonde, de stages, de séjours en survie ou tout simplement de vie. Tout ce que nous vous livrons a été appris auprès de guides, de gens de la forêt, de la Selva : Amérindiens, Saramaca, Brésiliens savent en tirer le meilleur en respectant certaines règles fondamentales.
Ici, plus qu’ailleurs, le plus grand danger est la méconnaissance de l’environnement. Pour mémoire rappelons que l’on peut mourir de faim en quelques semaines, de soif en quelques jours, mais de panique en quelques minutes.
Avec un minimum de connaissances, cette forêt offre tout ce qui est nécessaire au naufragé pour se nourrir, s’abriter, se déplacer, s’orienter, se soigner, survivre. Mais, par-dessus tout ce qui est indispensable et introuvable dans ces lignes, comme en forêt d’ailleurs, c’est votre détermination de vivre. C’est votre force mentale, additionnée à vos connaissances des techniques et des matériels, qui vous permettront de sortir vainqueur de cette épreuve.
Il est évident qu’une partie des techniques que vous apprendrez dans cet ouvrage est applicable sur d’autres terrains, en Europe, Afrique ou Asie… Il suffit de s’adapter, c’est là aussi une règle d’importance à respecter. Ce n’est pas le terrain qui doit se plier à vous, mais bien vous au terrain. Il faut savoir faire corps et esprit avec ce milieu pour espérer en retirer le maximum.
Cet ouvrage a pour but de toucher un public désireux de connaître les techniques propres à la vie, voire à la survie, en forêt tropicale amazonienne, mais aussi celui de donner des éléments de base nécessaires afin d’organiser une expédition.

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 71
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844508096
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
16
Quel remède apporter La peur:afin d’éviteR cette aLteRnative, comme nous L’avons vu au chapitRe pRécédent, iL Faut anaLyseR La situation. SeuLe une connaissance de vos capacités et de vous-même peRmettRa cette anaLyse objective. AutRe aLLiée conséquente, La connaissance des techniques de suRvie. ELLe FavoRiseRa et RenFoRceRa La confiance en soi. PouR appLiqueR concRètement ces pRopos, utiLiseR Le moyen mnémotechnique qui nous sembLe Le pLus eFfi-cace :S.T.O.P Situation : • Y-a-t-iL des bLessés paRmi nous ? • QueLLe soLution Rapide LeuR appoRteR ? • Suis-je en pRésence d’un dangeR immédiat ? • QueLLes sont Les chances de secouRs ? • Dois-je ResteR suR pLace ou pRogResseR ? • QueLLes sont Les conditions météoRoLogiques ? TeRRain : • Où suis-je ? (Essayez de mémoRiseR La caRte du pays où de La zone). • Dans queLLe diRection se tRouve Le NoRd ? • QueL est Le contexte du site ? (foRestieR, monta-gneux, maRécageux…) • QueLLe est La physionomie du teRRain ? (Accidenté, pLat, possibiLité de s’abRiteR, pRé-sence d’un couRs d’eau...) ORganiseR : Deux cas de figure. a)Si je reste sur place: • ConstRuction d’abRis pouR Les peRsonnes, pouR Le Feu. • AppRovisionnement en eau, en nouRRituRe. • Vie du camp. • EmpLacement d’une zone de signaux. b)Si je progresse: • ORganiseR mon dépaRt. • PaR où ? (Voie teRRestRe, fluviaLe). • DuRée jouRnaLièRe de La pRogRession.
PLanifieR : • les tâches de chacun et Les siennes (vie du camp, Layonage...) • S’imposeR des RègLes d’hygiène (cRasse = maLa-die). • EssayeR de s’obLigeR à un quota aLimentaiRe (Liquide, soLide). • repRendRe RéguLièRement ses RepèRes d’oRienta-tion. • StimuLeR sa motivation et ceLLe du gRoupe. • VotRe dépLacement (x heuRe, x doubLe pas…).
La solitudeest d’étabLiR des pRo-: Le seuL Remède gRammes de tRavaiL qui occupeRont Les mains, donc L’espRit. Peaufinez La constRuction des abRis, FabRiquez des ustensiLes, un Radeau en vu peut-êtRe d’une exfiL-tRation paR voie fluviaLe, des activités de tRessage, pié-geage… Tout est bon pouR vous occupeR et de toutes Les Façons, iL y a toujouRs queLque chose à FaiRe. PRatiquez Le matin des séances d’assoupLissements qui peRmettRont aux muscLes de gaRdeR LeuR éLasticité et à L’espRit sa vivacité. Si vous pRogRessez, iL en va de même. ALteRnez souvent Les tâches dans Le Layon. A cause de La mono-tonie du paysage, Les gestes RépétitiFs Lassent et endoR-ment peuvant entRaîneR un accident.
La claustrophobie: évitez de vous LaisseR enFeRmeR mentaLement dans cette pRison veRdoyante. Essayez de toujouRs penseR à ce que vous aLLez FaiRe sans tRop voiR ce qui vous entouRe. IL n’est pas évident de donneR des conseiLs aux gens atteints de cLaustRo-phobie suRtout dans une situation aussi paRticuLièRe. SeuLe votRe FoRce mentaLe pouRRa peut-êtRe vous aideR.
Si vous êtes en gRoupe et qu’un des membRes com-mence à donneR des signes de cLaustRophobie, n’hésitez pas à êtRe « peRsuasiF » en Le secouant afin d’éviteR que cette panique ne se tRansFoRme en peuR et n’atteigne Le Reste du gRoupe.
Conclusion : Vous L’avez compRis, en gRoupe, iL Faut avant tout un cheF. QueLqu’un capabLe de décideR, d’êtRe suFfi-
17
18
samment FoRt mentaLement pouR aideR Les autRes. IL donneRa ses diRectives en coLLaboRation avec ou sans Les autRes membRes du gRoupe s’iL Le juge utiLe afin d’éviteR toute FoRme d’anaRchie. le gRoupe autouR de ce « cheF » Reconnu et accepté paR tous doit deveniR une meute unie et déteRminée afin de mettRe toutes Les chances de son côté pouR s’en soRtiR.Vous êtes seuL, suR Le site ou en pRogRession, paR-Lez-vous à haute voix, Remontez- vous Le moRaL quand vous sentez qu’iL décLine. Battez-vous contRe vous-même. Vous êtes votRe pRemieR ennemi. la Lassitude Liée aux intempéRies, aux insectes, à La Faim, à tout ce qui est votRe enviRonnement du moment auRa beau jeu de vous mettRe Le gRappin dessus. IL est teLLement pLus FaciLe de s’asseoiR au pied d’un aRbRe et d’attendRe que de se battRe. En suRvie pLus que paRtout aiLLeuRs, caR ici iL s’agit de votRe vie, iL vous FaudRa une discipLine inteLLectueLLe à toute épReuve tant Les eFFoRts physiques et psychoLogiques seRont intenses.
Note: Au FuR et à mesuRe de La Lec-tuRe, ceRtaines phRases, ceRtains mots, Reviennent FRéquemment dans diveRs chapitRes. CeLa est voLontaiRe, cette Répétition cRéeRa nous L’espéRons un Reflex suR Le teRRain. IL en est de même pouR Le « si possibLe » caR ici « pLus qu’aiL-LeuRs » Rien n’est jamais acquis.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant