//img.uscri.be/pth/73259b11ad11cb3297f84022a58b8ddefd3f60d2
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Visages et paysages du coeur du Maroc

De
154 pages
L'essentiel de cet ouvrage reproduit les reportages publiés par l'auteur dans l'hebdomadaire marocain La vie économique. A travers la variété des paysages marocains, où la rudesse de la vie côtoie la simplicité d'une population pauvre mais digne, l'auteur nous brosse quelques portraits d'un Maroc pluriel, où le legs du judaïsme est encore tenace. Il nous dévoile le Maroc profond, où l'eau est de plus en plus rare, où l'école est désertée par les filles, où le béton prend la place du pisé, mais où l'électrification est quasi généralisée et les moyens de communication de plus en plus envahissants.
Voir plus Voir moins

Jaouad MdidechVisages et paysages du coeur du Maroc
Carnets de voyages
Visages et paysages
C’est à un voyage passionnant au cœur du Maroc de ce début du du coeur du Maroc
siècle que nous convie l’auteur dans cet ouvrage, dont l’essentiel,
avec quelques modi cations, reproduit ses reportages publiés dans
Carnets de voyagesl’hebdomadaire marocain La vie économique. Il nous fait découvrir
ses hautes montages de l’Atlas et du Rif, ses vallées, son désert, ses
lacs, sa mer, son arganier ressuscité, ses moussems, ses sanctuaires
musulmans et juifs… Et, à travers ces paysages où la rudesse de la
vie côtoie la simplicité d’une population pauvre mais digne, il nous
brosse quelques portraits d’un Maroc pluriel, où le legs du judaïsme
est encore tenace. Avec le regard observateur de journaliste, c’est le
Maroc profond qu’il nous dévoile dans ce récit, où l’eau est de plus
en plus rare, où l’école est désertée par les lles, où le béton prend
la place du pisé, mais où l’électri cation est quasi généralisée et les
moyens de communication de plus en plus envahissants.
Journaliste, professeur de l’enseignement supérieur, Jaouad
Mdidech est aussi écrivain.Il est l’auteur de deux romans et d’un
récit autobiographique, La chambre noire , adapté au cinéma.
En couverture : vallée Aït Bou Oulli,
Haut Atlas central (photo de l’auteur, 2013).
ISBN : 978-2-343-10995-4
16,50 € Série Aujourd’hui
Visages et paysages du coeur du Maroc
Jaouad Mdidech







Visages et paysages du cœur du Maroc



Écrire et Voyager


Série. « Aujourd’hui ». Consacrée aux récits
contemporains de voyageurs, cette série accueille
des textes relevant de plusieurs approches :
littéraire ou plus ethnographique.

Série. « Au XIX° siècle ». Cette série présente
edes récits de voyageurs du XIX siècle
ainsi que des journaux et études biographiques.

*








La liste des parutions, avec une courte présentation
du contenu des ouvrages, peut être consultée
sur le site www.harmattan.fr






Jaouad Mdidech






Visages et paysages
du cœur du Maroc

Carnets de voyages


















Du même auteur

La Chambre noire, Eddif, Casablanca, 2000.

A quoi rêvent les jeunes ?, Marsam 2008,
collectif dirigé par la sociologue Fatima Mernissi.

Vers le large, roman, Marsam, 2009.

























© L’Harmattan, 2017
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-10995-4
EAN : 9782343109954






Délaisse les grandes routes,
prends les sentiers.

Pythagore
(580-495 av. J.-C.)















Sommaire


Le désert
Eau et sables, entre Rissani et Merzouga ......................... 15
A M’Hamid El Ghizlane le désert ne se raconte pas,
il se vit… ......................................................................... 20

Le Haut Atlas
Toubkal, une ascension à 4 167 m ................................... 29
Imilchil entre légende et misère quotidienne ................... 36
L’Ourika la sinistrée panse ses blessures ........................ 41
Aït Bouguemez : la vallée heureuse ................................. 47
Aït Bou Oulli d’où passa Titouan Lamazou ................... 54
Demnate, mémoire du judaïsme marocain ....................... 60
A Ouirgane Rabbi Haim Ben Diwan repose encore ....... 71
Oukaïmeden, grandeur et décadence d’une station de ski 78

Moyen Atlas... et une station thermale
Dayt Aoua : flux et reflux d’un lac ................................. 85
Moulay Yacoub l’impérissable source thermale .............. 93

Le Souss
Taroudant-Agadir où l’arganier est ressuscité .............. 103

Le Rif
A Issaguen on ne vit que du kif .................................... 113

9
L’Atlantique
Dakhla, la championne de la glisse ............................... 123
A Casablanca les rues parlent ....................................... 130
Le hammam, l’éternel lieu d’hygiène ........................... 136
Hay Mohammadi où la Résistance vit le jour ............... 142

10
Préface

Ce Maroc peu connu, et pourtant…


Visages et paysages du cœur du Maroc est un récit de
voyages qui s’inscrit dans la lignée, lointaine certes, des
travaux d’explorateurs du Maroc : Charles de Foucauld, le
marquis René de Segonzac ou Auguste Mouliéras. A
travers les pérégrinations de l’auteur, le lecteur découvre
un autre Maroc. Des lieux emblématiques du « Maroc
profond », de l’Atlas, du Rif, du désert ou de l’Atlantique
(Casablanca et Dakhla) qui révèlent chacun une
particularité de ce « Maroc inconnu ».
Et l’on vient à se demander, à la lecture du sommaire,
ce qu’il y a de commun entre un lac du Moyen Atlas, des
sanctuaires de saints juifs de l’Atlas, un hammam
traditionnel, une source thermale, une fête de mariage
collectif scellant les alliances tribales, des noms de rue ou
un quartier de Casablanca… ? Tous sont des lieux de
mémoire dotés d’une âme. Mais des lieux laissés à
euxmêmes.
Le livre va à la rencontre de l’âme et de la mémoire de
ces lieux-paysages, cherche et dévoile ce qui se cache
derrière chacun d’eux : l’austérité et la rudesse de la vie de
tant de visages fiers et courageux. Au détour de chaque
chapitre, le temps de l’émerveillement devant les paysages
décrits cède très vite la place à celui de la réflexion sur le
sort des visages. La beauté des lieux et l’histoire sublime
des hommes font plus penser que rêver. D’ailleurs !
Comment exprimer tant de sensibilité et s’extasier devant
la beauté des dunes de sable de Merzouga, les fêtes des
mariages célébrés collectivement à Imlilchil, les plages de
11
Dakhla, les cimes de Toubkal et de l’Oukaïmden, le lac de
Dayet Aoua, ou tout bonnement l’histoire des rues et
quartiers de Casablanca…, et demeurer insensible à
l’existence des occupants de ces lieux et à leur combat
quotidien ?
Aujourd’hui, les détenteurs de ces lieux de mémoire
bataillent pour empêcher leur muséification et s’acharnent
à en faire des patrimoines vivants, potentiellement
convertibles en ressources territoriales tournées vers
l’avenir. Ils tentent de les développer, et les protéger
contre la confiscation du politique et du businessman.
Partout des associations sont à pied d’œuvre, prennent
le relais d’un Etat, quasi absent, pour parer au plus urgent :
adduction d’eau potable, alphabétisation des femmes,
organisation d’une production, mise en place d’une
infrastructure socio-éducative..., leur seul objectif : garder
leur vitalité à ces paysages et leur dignité à ces visages.

Mohamed Mahdi
Professeur de Sociologie rurale
à l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès


12




LE DÉSERT