Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Mars - La vie, l'histoire, la guerre

De
0 page
Retrouvez les trois volets réunis dans un seul ouvrage. Une version augmentée de nouveaux chapitres, avec plus d'images.
La Vie commence sur Mars
L'Histoire commence sur Mars
La Guerre commence sur Mars
La NASA, avec ses nombreux clichés d'une érosion martienne débridée, nous fait miroiter une saga aussi mythique que mystique.
La Vie sur Mars a-t-elle été exportée sur Terre ?
Trouverions-nous nos origines à travers une civilisation martienne ?
Dans un lointain passé, la planète Mars aurait été détruite par une apocalypse nucléaire. L'actualité pourrait même nous révéler que de tels conflits se seraient étendus à la Terre donnant lieu à des guerres permanentes dans la péninsule arabique.
Enfin, que ce soit les textes antiques, d'incroyables révélations, ou la vision « érodée » des sondes et rovers des agences spatiales, tous convergent vers une actuelle présence humaine sur Mars. Tous vont vers le même sens :
Mars et la Terre, mais sans doute le système solaire dans son ensemble, seraient les enjeux d'une domination intemporelle.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

cover

André.AS

MARS

La Vie, L’Histoire, La Guerre

ISBN : 978-2-9555488-0-6

Cet ebook a été publié sur www.bookelis.com

Notes de l’auteur

Les nombreux clichés constituant cet ouvrage proviennent des différents rovers et sondes, bien que je ne donne pas toujours le nom du robot qui les a pris, on retrouve néanmoins les liens des sites officiels correspondant en fin d’ouvrage.

Comme toujours, je remercie les nombreux internautes, tous pays confondus, qui postent leurs propres trouvailles d’images de Mars, avec sources à l’appui. Ce qui, au-delà de mes investigations, me permet d’approfondir le sujet. Et comme pour les autres ouvrages, les liens mis en fin de documents permettent à chacun, s’il le souhaite, de vérifier et faire ses propres recherches. Les plus farouches auront à loisir d’effectuer les agrandissements lorsque cela est nécessaire, mais surtout de s’apercevoir du nombre phénoménal « d’anomalies rocheuses ».

PREFACE

L’histoire de la Terre semble intimement liée à la planète Mars. C’est ce que les clichés mis en ligne par des agences spatiales comme la NASA tendent à prouver. D’après certains scientifiques, il ne s’agirait là que d’érosions naturelles et tout ce que l’on croirait reconnaitre ne serait que le fait d’une imagination débordante. Afin de vérifier cette hypothèse, j’ai édité trois volets à l’aide des clichés, dans la pluparts des cas, mis à la disposition du public par la NASA. De manière étonnante, il est facile de faires des rapprochements se rapportant à des formes de « vie », comme à d’anciennes civilisations se rapprochant de celle de Sumer et de l’Égypte antique. Ce qui ne fait que renforcer les écrits de spécialistes en interprétation de textes anciens, comme Anton Parks ou encore Zecharia Sitchin. Malgré des divergences, les deux auteurs s’accordent dans l’analyse des récits sumériens impliquant des entités extraterrestres à l’origine de l’humanité. Mais ce n’est pas tout. Ce que nous montrent les clichés de Mars, c’est qu’il se pourrait même qu’une présence humaine s’y soit établie depuis au moins le début du XXe siècle. Cela a beau paraître invraisemblable, pourtant mes recherches sur le sujet tendraient à rejoindre les lanceurs d’alertes à travers leurs révélations les plus folles. Comme pour appuyer cette thèse, l’actualité impliquant des guerres se jouant dans la péninsule arabique depuis la nuit des temps serait même en rapport avec cette présence martienne.

J’apporte ici une précision. Après avoir terminé « La Guerre commence sur Mars », il m’est apparu comme une évidence de réunir les trois livres dans un unique ouvrage. Ce qui m’a donné l’occasion de l’enrichir de quelques clichés et chapitres. Bien que « L’Histoire commence sur Mars » soit le premier des trois, dans un souci de cohérence c’est avec « La Vie commence sur Mars » que débutera notre exploration martienne.

La Vie commence sur Mars

Fossiles marins

Avant d’aborder le thème de la vie martienne, j’avais débuté cette série de trois opus avec L’Histoire commence sur Mars. Nous retrouverons cette section dans laquelle grâce au données fournies par la NASA, j’ai pu établir des parallèles entre une ancienne civilisation sur Mars appelée Igigi, Les Veilleurs Anunnaki décrits par l’assyriologue Zecharia Sitchin et nos origines. L’Histoire commence sur Mars aborde également le thème du « Déluge » et la question de l’eau amène inévitablement à se poser celle d’une vie passée sur Mars. Dans cet esprit, nous y retrouverons ce qui semble être une « Ammonite » en Sol 551. Dans ces conditions serait-il possible de trouver d’autres sortes de « fossiles marins » ?

Comme on le verra par la suite, il semble y avoir un rapport avec une éventuelle vie sur Mars, la théorie des Igigi, les Annunaki basés sur Mars, et la vie sur Terre. Pour l’évoquer nous devons nécessairement nous tourner vers la science. Aussi nous délaisserons momentanément les assyriologues tout en gardant à l’esprit cette traduction de Zecharia Sitchin dans son ouvrage GUERRE DES DIEUX GUERRE DES HOMMES, p 165.

« Quand des hauteurs du Ciel sur Terre

Anu eut décidé de la descente des Anunnaki, les grains n’avaient pas encore été apportés, n’avaient pas encore végété…

Nulle agnelle, l’agneau n’avait pas été apporté. »

 

La science est en accord avec l’idée qu’il y a eu des océans sur Mars. Les appareils de mesure des sondes Mars Express de l’ESA et MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) de la NASA ont permis aux chercheurs du laboratoire de planétologie et de géodynamique de Nantes associés à ceux de l’Institut d’astrophysique spatiale (Paris-Sud), sous l’égide du CNRS, d’identifier des « couches sédimentaires d’origine lacustre » qui laissent penser que de l’eau liquide a pu exister pendant un temps assez long sur la planète rouge. Ils ont trouvé des strates riches en minéraux argileux qui proviendraient de « dépôts lacustres ou de plaines alluviales » avec parfois des couches de 300 mètres d’épaisseur sur plusieurs kilomètres de long. Ce qui va dans le sens qu’un climat plus chaud et plus sec se soit maintenu durant plusieurs millions d’années en produisant des conditions compatibles avec l’émergence d’une forme de vie. L’image suivante vient du site génératio-nt.com et montre le bassin de Hellas, qui est en fait un énorme cratère d’impact contenant des couches de roches sédimentaires, et non d’origine volcanique.

image001.jpg

Donc trouver le fossile d’une ammonite, comme en Sol 551, ne devrait pas étonner. Mais peut-être que d’autres fossiles pourraient appuyer ce genre de découverte. Opportunity pourrait bien nous donner la réponse avec l’image microscopique du sol martien de la région Meridiani Planum en Sol 34. Elle est à comparer avec les Crinoïdes, fossiles terrestres qui forment une classe appartenant à l’embranchement d’animaux marins benthiques présents à toutes les profondeurs océaniques. Sans compter que Sol 34 montre d’autres formations de ce type.

Mais peut-être sommes-nous en face d’un phénomène géologique qui ressemble à des fossiles marins. Dans ces conditions ce n’est qu’un hasard que nous aurions du mal à reproduire. Mais si ce n’est pas le cas, alors on trouve d’autres formations rappelant fortement une vie sous-marine passée.

image002.jpg

Comme pour Opportunity, c’est autour de Curiosity de nous révéler ce genre de chose avec une image tirée de la série Sol 137. On y voit des « Crampons de crinoïdes de l’Ordovicien ». Sur terre l’Ordovicien constitue la seconde période de l’ère paléozoïque. Une période de vie ancienne qui a duré près de 50 millions d’années, soit de -488 à -443 millions d’années. On peut ajouter que l’ère des dinosaures n’est apparue que deux cents millions d’années après la fin de l’Ordovicien.

image003.gif

Là encore la ressemblance avec une vie passée au fond des océans de la Terre est plus que troublante. Mais d’après la NASA il ne s’agit que d’érosion. Ce qui nous oblige à approfondir les investigations. Comme ce « fossile de corail » pris par Spirit dans la région «Solar».

image004.jpg

Ou encore ces autres « coraux » avec Opportunity en Sol 3247, mis en comparaison avec des fossiles de coraux primitifs appelés Nemiana simplex, datant de la première ère géologique de l’histoire de la Terre, appelée le précambrien et s’étalant de -4,5 milliards d’années à -540 millions d’années. Ces créatures marines avaient un corps en forme de sac sans tentacule, ce qui semble être le cas concernant « l’érosion » en Sol 3247.

image005.jpg

Alors, Mars a-t-elle connu la vie primitive marine ou bien cela n’est-il dû, comme le pense certains, à une vue de l’esprit ? Dans tous les cas, les rovers sont prolifiques en clichés de mimétisme de vie de type terrestre.

Curiosity, Sol 1081 révèle ce qui semble être un coquillage parmi, peut-être, un ancien sol marin.

image006.gif

D’autre part, on trouve aussi des clichés de fossiles ressemblant à des animaux plus évolués, comme celui-ci, qui une fois agrandi avec plus de contraste, révèle ce « poisson préhistorique » incrusté dans une roche de la série Sol 173. La comparaison avec l’image de dessous montrant un fossile terrestre et frappant. Bien que troublantes, ces trouvailles n’intéressent pas la NASA, qui rappelons-le recherche des preuves de vie « microbienne » sur Mars !

image007.jpg

image008.jpg

Un autre « poisson » en Sol 1311

image009.jpg

Tout comme pour Sol 1583 de Curiosity, où l’on pourrait reconnaître ce qui chez nous s’apparente à des crustacés décapodes. Un « Bernard-l’hermite », dont on perçoit la coquille et les yeux.

image010.jpg

Toutes ces formes rappelant une vie marine sont plus que troublantes. Même si en apparence toutes ces coïncidences entre roches érodées et fossiles sont reléguées au rang d’illusion d’optique par la NASA, cela ne nous décourage pas. Et on en vient à se demander s’il n’en serait pas de même concernant une éventuelle vie terrestre, ou dans ce cas, martienne. C’est ce que nous allons chercher à savoir dans le chapitre suivant.

Fossiles terrestres

Le 16 décembre 2014 le Jet Propulsion Laboratory de la Nasa a publié dans le magazine Science les résultats de leurs recherches montrant qu’il y a bien des dégazages de méthane à la surface de Mars. Bien qu’organique, cette molécule peut être produite par de simples réactions chimiques entre de l’eau et des carbonates ou des silicates. Mais sur Terre, plus de 90 % du méthane est d’origine biologique. De plus Curiosity n’a pas seulement détecté des molécules organiques dans l’air, mais aussi lors de ses forages dans le sol. Actuellement, l’atmosphère martienne contient 95 % de dioxyde de carbone, mais une analyse de 2015 a révélé des traces d’oxygène. En fait la NASA admet que dans un lointain passé l’atmosphère martienne devait être bien plus dense et riche en oxygène. Si comme pour la Terre, Mars a vu son atmosphère se remplir d’oxygène, alors on peut raisonnablement penser qu’il était produit par la respiration de plancton, en premier lieu, et par la photosynthèse de végétaux par la suite. On pourrait donc s’attendre à trouver des plantes ou arbres fossilisés, à la manière d’une « souche d’arbre mort » révélée par Curiosity en Sol 1647. Un cliché qui nous laisse imaginer qu’il y aurait pu y avoir des forêts sur Mars. On pourrait même se laisser aller à rêver que ce soit encore le cas.

image011.jpg

Si on a du mal à faire la différence entre des troncs d’arbres fossilisés et des roches érodées, on reconnait néanmoins une planche en bois dans la série d’images Sol 115. Elle a été prise près du bord de l’« Endurance Crater » dans la région Meridiani Planum de Mars le 21 mai 2004, par le rover Opportunity.

image012.jpg

Si c’est véritablement une planche, alors la conclusion qu’il y ait eu un jour des arbres s’impose d’elle-même. Mars a eu de l’eau en grande quantité et pendant une longue période. La NASA confirme le méthane, des traces d’oxygène et ajoute que l’atmosphère devait même avoir été rempli d’oxygène. On a vu que ces hypothétiques océans ont produit d’incroyables similitudes avec la vie marine terrestre. Et maintenant ce qui pourrait être une planche en bois solidifiée. Il est déconcertant de voir qu’il en est de même pour la surface. Dans mon précédent ouvrage, je démontre que sous l’effet d’une érosion « magique » des roches prennent la forme de temples, sculptures ou encore de crânes humanoïdes. Se pourrait-il que ce même procédé puisse donner naissance à des fossiles d’animaux de type terrestre ? Mais si la NASA se trompe en disant qu’il ne s’agit que de simples érosions, alors la vie marine sur Mars a pu suivre le même chemin et être colonisée par des animaux archaïques, par exemple les trilobites. Cette classe d’arthropodes marins fossiles ayant existé sur Terre durant le Paléozoïque du Cambrien au Permien et s’est éteinte il y a 250 Ma. Alors il ne serait pas étonnant de trouver une sorte de trilobite sur Mars, comme le montre Curiosity en Sol 985.

image013.jpg

Cette autre « structure », cliché d’Opportunity en sol 19, serait en rappel à un fossile de trilobite enfoui dont nous ne verrions que la carapace.

image014.jpg

On a vu que sur Terre les derniers trilobites ont disparu lors de l’extinction de masse à la fin du Permien, il y a 250 Ma. Bien qu’ils fussent marins, ils font partie d’une des branches qui ont abouti aux crustacés tels que les crabes ou les crevettes. Mais aussi aux arthropodes que sont les insectes, les scorpions ou encore les araignées. Nous verrons que ce fut « éventuellement » le cas pour Mars. Revenons aux fossiles terrestres. Dans la série Sol 1000 de Curiosity, on peut y voir ce qui ressemble à une sorte de reptile fossilisé.

Je me suis demandé si j’étais le seul à reconnaître un animal fossilisé. J’ai donc fait des recherches sur internet et je suis tombé sur un site d’information anglais express.co.uk. Incroyable ! Le site rapporte une vidéo postée par la chaîne YouTube canal Paranormal Crucible.

image015.jpg

L’image de droite résulte de techniques d’amélioration et de colorisation par Paranormal Crucible. On y apprend qu’elle a été prise par le rover au cratère Gale. Et la chaîne a déclaré : « Cela semble montrer les restes d’un monstre éventuellement préhistorique. » Bien qu’il semble extraordinaire de trouver de tels vestiges sur Mars, il y en a beaucoup d’autres. Idem pour ce fossile de « reptile » en Sol 1249. Bien que le cliché soit en noir et blanc et d’un tout petit format, il n’en reste pas moins qu’à l’agrandissement ce « fossile » reste visible. Vu de la sorte on pourrait facilement le confondre avec l’érosion du sol, mais on peut s’imaginer ce que cela donnerait en couleur et haute résolution, comme en est capable Curiosity. Ceci dit ce n’est peut-être qu’une érosion une fois de plus très ressemblante.

image016.jpg

Des « vertèbres » semblent sortir de terre en Sol 109. On remarque des similitudes avec une colonne vertébrale de dinosaure, peut-être un Tyrannosaurus, le Tyrannosaure ou T-rex. Son nom signifie « Roi des reptiles tyrans », et il fut un des plus grands dinosaures carnivores ayant vécu sur Terre durant la fin du Crétacé.

image017.jpgimage018.jpg

Des dinosaures auraient-ils véritablement vécu sur Mars ? Après les fossiles marins, on pourrait croire que ce qui s’est passé sur Terre concernant l’évolution de la vie, s’est d’abord produit sur la planète Mars.

Sol 64 montre ce qui se rapproche d’un reptile érodé et fossilisé dont on verrait le corps allongé, les vestiges d’une tête et surtout la mâchoire du bas avec sa dentition.

image019.jpg

L’image suivante, PIA21041 pourrait être un cas de pareidolie, mais cela ressemble à un fossile sur un rocher à proximité du mont Sharp. Sinon on peut se demander ce que pourrait être cet étrange relief dont on pourrait voir une tête avec un long cou courbé et une mince queue incurvée, comme un fossile d’Archaeopteryx, dinosaure à plumes.

image020.jpg

L’image étant complexe je me suis permis d’établir ce qui pourrait être des concordances entres les « membres constituant les corps des deux fossiles ». Le chiffre 1 correspondrait à la « tête », le « » aux ailes, 3 la colonne vertébrale, et 4 les pattes. S’il s’agit véritablement du même animal fossilisé dans la roche, alors ces correspondances me semblent correctes.

D’après la NASA ce ne sont que des formes dues à l’érosion, alors cette érosion s’inspire de la vie terrestre. Par exemple en Sol 109 on croirait reconnaître le crâne d’une « girafe », ou bien Sol 732, avec ce qui semble être le crâne fossilisé d’une sorte d’herbivore.

image021.jpg

Elle a été postée sur le site de la NASA en août 2014, et là aussi l’amélioration de l’image fait ressortir ce qui s’apparente à un crâne fossile, avec dentition et mâchoire.

image022.jpg

Belle similitude n’est-ce pas ? Je terminerais ce chapitre avec cet autre crâne d’une créature inconnue en Sol 601 et aussi d’autres fossiles encore plus extraordinaires, puisque Sol 1441 et Sol 1028 révèlent même ce qui ressemble à des « squelettes d'humanoïdes ».

image023.jpg

image024.jpg