Matins parisiens

De
Publié par

Si naturelle chez l'homme, la curiosité est-elle un vilain défaut ? Pas si sûr. Elle s'impose à nous tous et se forge au fil de nos quêtes respectives de la vérité. Surtout quand celle-ci nécessite de pousser le bouchon le plus loin possible dans le large. Aussi, la curiosité nous est indispensable quand il nous faut reconstituer n'importe quel puzzle. Un peu plus lorsque manque à ce dernier plusieurs de ses pièces. Dès lors, la curiosité devient une démarche capitale pour percer nombre de mystères au bout desquels le mensonge et la désillusion peuvent se révéler au grand jour.
Publié le : vendredi 17 juin 2011
Lecture(s) : 137
EAN13 : 9782304012026
Nombre de pages : 195
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Matins parisiens
4
Titre Anis Djaad
Matins parisiens
Roman
Éditions Le Manuscrit
5
Illustration de couverture :Sans titre #10, Tadzio © Tadzio © Éditions Le Manuscrit, 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01202-6 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304012026 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01203-3 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304012033 (livre numérique)
6
A ma fille, Marie Abigaïle
.
.
8
PARTOUT,IL FAIT GRIS
Cela fait quelques années que je ne suis plus revenu à Paris. J’y avais séjourné durant une longue période avant de rentrer définitivement chez moi, à Alger. C’est à la faveur d’un visa de courte durée que je revisite la ville lumières en étranger. Je préfère cette appellation, « Etranger » d’origine contrôlée, à celle de tou-riste. Celui-ci descend généralement dans des hôtels où l’on compte le nombre d’étoiles à l’entrée. Alors que moi, l’étranger, je crèche gé-néralement dans des chambres de bonne ni-chées sous les toits de Paris ou dans des cités malfamées dont la mauvaise réputation s’est pa-radoxalement forgée au fil des politiques dites d’intégration. S’il est difficile d’établir un distin-guo à ce propos, la différence entre l’étranger que je suis et le touriste est facile à discerner. Elle commence devant le guichet d’une station de métro. Avec son coupon de transport heb-domadaire ou mensuel, le touriste circule dans Paris et consacre la plupart de son temps à visi-ter les monuments. Quant à celui de l’étranger,
9
Matins parisiens
e il porte la mention 3 zone. Ce qui lui donne la possibilité de rentrer le soir en banlieue et de retourner à Paris le lendemain. Quand je n’y passe pas la nuit, je choisis toujours d’y me ren-dre le matin très tôt. La ville de mes exils pas-sés, de mes refuges de jeunesse et de mes capri-ces épicuriens se conte dès l’aube.Au Départles deux garçons de café se disputent le seul client que je suis. Je ne retiens rien de leur cha-maille tellement je suis aspiré par le specta-cle qui s’offre à travers la baie vitrée. Il me faut profiter un maximum du statut temporaire de voleur de clichés qui m’est offert. Je me dépê-che à tout capter, à tout emmagasiner. Comme partout ailleurs, les gens d’ici ne vont pas tarder à prendre le chemin de leurs bu-reaux, de leurs chantiers… J’exulte rien qu’à l’idée de les voir s’engouffrer dans les bouches de métro. Ils broieront du noir durant des heu-res alors que moi, j’aurais ce loisir de tramer de petites histoires grises sous les nuages stagnants. Je ne risque rien, ils ne me tomberont pas sur la tête. Toutefois, ma tête est ailleurs, à suivre de rares silhouettes furtives qui, de toute façon, demeureront anonymes en ce mois de novem-bre glacial et d’autres mois aussi sûrement. Je m’amuse, en mon for intérieur, à deviner les vies qui s’engouffrent ou émergent des bou-
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.