Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Only You : C'était écrit - Volume 4

De
127 pages


Vaut-il mieux vivre sans amour ou mourir de passion ?



***



Dans ma précipitation à sortir, je me prends les pieds dans les anses d’un sac qui traîne par terre.

C’est quand même pas compliqué de ranger ses affaires !

J’essaie désespérément de me rattraper à quelque chose mais c’est peine perdue, je cours droit à la catastrophe et je vais… rien du tout… un bras musclé, surgi de nulle part, me retient fermement et me sauve in extremis de la chute inévitable.

– Eh ! Attention ! susurre la voix reconnaissable entre toutes.

C’est lui !!!

– Euh ! Merci, bredouillé-je, terriblement gênée par le spectacle peu reluisant que je viens d’offrir à mon chevalier servant.

J’ai honte.

Quand je relève la tête timidement, je le trouve grand, très grand même. L'assurance tranquille qu’il dégage éclipse tous les autres garçons, je ne vois décidément que lui. Et lorsque après m’avoir dévisagée un long moment, il se décide enfin à me sourire, c’est un véritable bouleversement. Je n’ai qu’une seule et unique envie, qu’il m’embrasse. J’imagine déjà la sensation de ses lèvres sur les miennes et je ne peux retenir le léger frémissement qui parcourt mon corps tout entier.

Je rêve où son visage est en train de se rapprocher lentement du mien. Nos fronts se touchent presque. Il va vraiment le faire là, devant tout le monde ?



***



Adolescents, Lily et Andreas tombent éperdument amoureux : leur amour est fort, intense, sans limites. Sans limites ? Pas complètement, car la vie en a décidé autrement… Ils s’éloignent, la mort dans l’âme, mais jurent de se retrouver dès que possible.

Se joue alors une bataille dont ils ignorent tout, entre ceux qui pensent leur amour destructeur et veulent à tout prix les séparer, et l’incroyable force du destin qui les pousse l’un vers l’autre.

Même si leur amour doit causer leur perte, Andreas et Lily ne laisseront personne décider à leur place. Jamais.

Suivez Lily et Andreas de l’adolescence à l’âge adulte dans une saga à la force extraordinaire. Par Jeanne Périlhac, nouvelle auteure des éditions Addictives.



***



Only you - C’était écrit, Jeanne Périlhac, volume 4 sur 4
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Lui résister... ou pas - 9

de editions-addictives

premier mars premier pas

de bunkerdeglace

Premier mars, premier pas

de bunkerdeglace

Extrait
Partie IV
APRÈS NOUS

Chapitre 1

Thomas

Marseille, octobre 1995 : quelques heures avant le départ pour Londres.

Je tends la main dans l’espoir de rencontrer son corps tout chaud lové contre le mien. Effleurer tendrement son épaule, caresser son dos, ses hanches, ses jambes… mais je ne trouve rien d’autre que le vide absolu qui a brusquement bouleversé ma vie.

Lily est morte !

J’ouvre douloureusement les yeux pendant que la cruelle réalité s’invite dans ma tête dévastant tout sur son passage. Des mots essentiels sont en train de disparaître de mon vocabulaire et je suis incapable de les retenir : les ravages sont énormes, irrémédiables.

Lily est morte !


Les larmes coulent sur mes joues sans que j’ébauche le moindre geste pour les essuyer. Le malheur me paralyse aussi sûrement que le plus puissant des sédatifs. Tous mes espoirs, mes projets, mes envies, mes désirs anéantis avec la disparition de l’être aimé et chéri bien au-delà du raisonnable. La culpabilité d’avoir failli à ma mission m’envahit : je n’ai pas pu la sauver de sa tragique destinée. Hier ? Aujourd’hui ? Je ne sais plus, je suis perdu dans le temps jusqu’à ce qu’un souvenir force l’accès de mon esprit égaré : je revois en un éclair le jour de l’accident en mobylette. Fou de douleur, j’avais alors prié comme un forcené allant même jusqu’à envisager de la laisser à Andreas si elle survivait. Encore maintenant, je pourrais accepter l’inacceptable pour une seule petite étincelle d’espoir.

Lily est morte !

Le réveil sonne soudain dans le silence du matin pour me rappeler que d’autres épreuves m’attendent et que le moment n’est pas encore venu de m’abandonner au mal qui me ronge. Je dois prendre sur moi… Le gouvernement a affrété un avion spécialement pour les familles des victimes et d’ici quelques heures, je devrais être dedans.