PEREGRINATIONS

De
Publié par

Le temps qui passe est l'ennemi intime et invincible de tous ceux qui se pensaient plus que cela. Julien, Chanh et surtout M. appartenaient à cette dernière catégorie. Mais à l'orée de leur véritable vie d'adulte et à l'occasion d'un voyage en Espagne pour les deux derniers, la réalité de leur destin les rappellera sous les formes les plus banales donc les plus perverses voire les plus dangereuses. Les femmes bien sûr, mais aussi les amitiés déliquescentes, les conflits d'intérêts, les intolérances quant aux autres modes de pensées feront exploser le microcosme lâche et douillet dans lequel ils s'étaient terrés jusqu'alors.
Publié le : vendredi 10 juin 2011
Lecture(s) : 166
EAN13 : 9782304021127
Nombre de pages : 225
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Pérégrinations
3
Titre Medhi Gzom
Pérégrinations
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02112-7 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304021127 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02113-4 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304021134 (livre numérique)
6
8
PEREGRINATIONS
I
Autoroute, un soir de pluie. Les essuie-glaces grinçant ne cessent de l’agacer. Cela fait déjà deux jours. Deux jours qu’il se cache, qu’il a peur, qu’il a décidé de mener une enquête pour se trouver ; se retrouver. Il vit par le pare-brise, à travers le ballet in-cessant sus-décrit et la grêle déferlante, le triste tableau d’une station service à cinq heures du matin. Le parking saturé de poids-lourds, trans-ports routiers de marchandises, mais aussi de touristes aux regards falots, aux visages blêmes, malheureux transitaires d’un espace clos à un autre, réduits à fumer leurs cigarettes salvatrices à l’intérieur d’un faux endroit aseptisé rêvant de voyages moins éprouvant, plus agréables où le contact humain ne se cantonnerait qu’aux zones civilisées, loin, loin des glandes sudoripares de ces personnages s’accompagnant les uns les au-tres dans leur quête du dérisoire suffisant de leur insatisfaction habituelle du quotidien.
9
Pérégrinations
Accoudés au zingue de la cafétéria, le regard bovin, éteint de leurs congénères amants des routes scrute avec une délectation salace, envie sincère le galbe sculptural de nymphe “en vrai” de ces créatures qui ornent généralement l’habitat étriqué de leur lieu de vie, nomades li-vrés sans vergogne au kilométrage servie par le tachymètre sans pitié et rendu “traficoteux” par leurs propriétaires. Il scrute. Chanh ressort. Il est trempé jusqu’aux os. Ils s’étaient arrêtés vers les trois heures afin d’approvisionner ce dernier en cigarettes. Celles-ci étaient bien protégées du déluge. Leur prix augmentant proportionnelle-ment en inversion invariable d’un strip-tease au Central (obscure peep-show parisien bien connu de nos deux protagonistes), force était à notre pauvre sino-vietnamien de garder ses de-niers pour les futurs obstacles. Oui, bien sûr, acheter des paquets de cancer en devenir n’a jamais été la manière la plus habile d’économiser du capital, mais quitte à fuir l’ordinaire autant le faire dans les meilleurs conditions. Bref, il revenait de ses achats, péniblement car constamment harcelé par les flots provenant du royaume des anges. Ruisselant telle une fontaine de jardin en terre andalouse, il ouvrit la portière d’un geste maladroit mais néanmoins décidé.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.