//img.uscri.be/pth/5ed062e45b6ed9bbbf2e31cb9df3835f04c5e968
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Plus que la fraternité

De
130 pages
Voici le témoignage d'un haut fonctionnaire, homme engagé et passionné qui va, depuis plus de trente ans, à la rencontre des autres et notamment des exclus, des oubliés. Dans cet essai, il met à profit son expérience au côté des plus démunis pour esquisser des propositions susceptibles d'aider la France à sortir de la crise plurielle qu'elle traverse en faisant de la restauration de la morale le vecteur d'une véritable croissance sociale.
Voir plus Voir moins

Jean-Christophe Parisot de BayardPlus que la fraternité
Plaidoyer pour une croissance sociale et morale
Ce livre est bien plus que le témoignage d’un haut
fonctionnaire : c’est celui d’un homme engagé et passionné
qui va, depuis plus de trente ans, à la rencontre des autres
et notamment des exclus, des oubliés, de ceux qui n’ont ni
espoir ni voix au chapitre.
Humaniste de grande culture, l’auteur développe une
réfl exion puissante et incarnée – à la croisée de la sociologie Plus que
et de la science politique – qu’il fait dialoguer à travers les
âges avec les œuvres des plus grands penseurs. la fraternitéDans cet essai dense et courageux, Jean-Christophe
Parisot de Bayard met à profi t son expérience au côté des
Plaidoyer pour une croissance sociale et morale
plus démunis pour esquisser des propositions susceptibles
d’aider la France à sortir de la crise plurielle qu’elle traverse
en faisant de la restauration de la morale le vecteur d’une
véritable croissance sociale.
Jean-Christophe Parisot de Bayard, âgé de 47 ans, est préfet
en mission de service public, sociologue et Docteur en science
politique. Chargé par le gouvernement de la lutte contre la
pauvreté, le racisme et les discriminations, il œuvre en faveur de
la cohésion sociale et a, dans cette perspective, initié l’opération
Différent comme tout le monde.
En couverture : Attribué à Jacques Louis David (1748-1825), Le Serment du Jeu de
Paume, le 20 juin 1789 (détail), huile sur toile, Paris, musée Carnavalet © Musée
Carnavalet / Roger-Viollet.
ISBN : 978-2-343-05014-0
13,50 €
Jean-Christophe Parisot de Bayard
Plus que la fraternité








Plus que la fraternité
Plaidoyer pour une croissance
sociale et morale



Collection Des Hauts et Débats,
dirigée par Pascal LARDELLIER,
Professeur à l’Université de Bourgogne
Contact : pascal.lardellier@u-bourgogne.fr


Titres parus ou à paraître :

Serge Chaumier, L’inculture pour tous. La nouvelle Utopie des
politiques culturelles (2010).
Sarah Finger et Michel Moatti, L’Effet-médias. Pour une
sociologie critique de l’information (2010).
Arnaud Sabatier, Critique de la rationalité administrative.
Pour une pensée de l’accueil (2011).
Claude Javeau, Trois éloges à contre-courant (2011).
Christophe Dargère, Inconcevable critique du travail (2012).
Anne Van Haecht, Crise de l’école, école de la crise (2012).
Elise Müller, Une anthropologie du tatouage contemporain.
Parcours de porteurs d’encre (2013).
Jacques Perriault, Dialogue autour d’une lanterne. Une brève
histoire de la projection animée (2013).
Loïc Drouallière, Orthographe en chute, orthographe en
chiffres (2013).
Alexandre Eyriès, La communication politique, ou le
mentirvrai (2013).
Richard Delaye, Pascal Lardellier (co-dir), L’Engagement, de la
société aux organisations (2013).
Christophe Dargère, Stéphane Héas (co-dir.), Les porteurs de
stigmates. Entre expériences intimes, contraintes
institutionnelles et expressions collectives (2014).
Anne Parizot, Le Bibendum Michelin et ses Bibs. Mystère et
ministère d’un totem…sans tabous (2014).
Daniel Moatti, Le Débat confisqué : l'école entre Pédagogues et
Républicains (2014).
Alexandre Eyriès, La communication politweet (2014).

Jean-Christophe Parisot de Bayard











Plus que la fraternité
Plaidoyer pour une croissance
sociale et morale













































































Du même auteur

Les autoroutes de la longévité,
Paris, Mélibée, 2013.
Préfet des autres, avec Xavier Bertrand,
Paris, Desclée de Brouwer : coll. « Témoignages », 2011.
Le Rêve nubien, Paris, Privat : coll. « Roman historique », 2010.
Ce Mystérieux Monsieur Chopin, Paris, L’Harmattan, 2008.
Vivre même si je souffre,
Paris, Ed. Saint-Paul : coll. « Témoignage », 2002.

Contact : parisotdebayard@gmail.com






























































































© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-05014-0
EAN : 9782343050140





« Quelque critiques que puissent être la situation
et les circonstances où vous vous trouvez, ne
désespérez de rien. C’est lorsqu’on est sans
aucune ressource, qu’il faut compter sur toutes. »

Sun-Tse, L’Art de la Guerre





« C’est quand je suis faible que je suis fort. »


Saint Paul, Deuxième lettre aux Corinthiens






Introduction


1Cela fait trente ans que j’ai commencé mon aventure
au service de la France et de mes concitoyens. Impatient
de vivre malgré ma tétraplégie, j’ai toujours essayé de
parler de démocratie représentative et d’administration
performante à qui voulait bien l’entendre. J’ai aussi tenté
par deux fois de me présenter à l’Élysée pour que les
exclus aient une voix. J’ai rencontré des centaines d’élus,
de marginaux, d’associatifs, d’artistes, de bénévoles.
L’aventure d’un haut fonctionnaire sans bras ni jambes
dépasse le choc symbolique de son autobiographie. On
m’a questionné sur la vie, sur le sens de la citoyenneté, sur
la panne de croissance, sur les solutions à apporter pour
sortir de la crise. J’ai élaboré des débuts de réponse dans
des conférences, des entretiens, des émissions, des tables
rondes. Ce livre les reprend et les complète. Vivre en
France, un magnifique pays qu’on traverse en douze
heures de voiture et héritier d’un vaste Empire, confère de
grandes responsabilités. Être Préfet au cœur de la
République française, à la rencontre de nos concitoyens
les plus exclus, est une chance insondable. Mes réflexions
ont été alimentées par les écrits d’Olympe de Gouges,
Alexis de Tocqueville, Max Weber, Philippe Buchez,
Edgar Morin et Guy Debord. En agissant, j’ai trouvé en
eux une pensée omnivore que je crois cohérente. Les

1 Préfet en mission de service public, premier étudiant handicapé
diplômé de sciences po, Docteur en sciences politiques, plus jeune
diacre permanent de l’Église catholique en France.
9
moins citoyens nous enseignent que les diverses situations
d’apartheid culturelles, économiques, psychologiques et
sociales broient le vouloir- vivre et consolident la
récession économique. Auprès des sans-avenir, j’ai
compris que la France devait sans cesse s’interroger sur
les vrais fondements de sa croissance, sur les enjeux de
l’intégration des minorités, sur nos angoisses collectives,
sur la structuration de nos représentations politiques. À
l’heure des smartphones et des tweets, quelles sont
aujourd’hui la continuité de nos actions publiques et leur
unité ? Les Français sont-ils plus heureux aujourd’hui
2qu’hier ? Avec François Chérèque , j’ai fait le tour de
France pour mettre en place le Plan de lutte contre la
pauvreté et pour l’inclusion sociale. Soigner les effets de
la crise ne sert à rien si l’on n’en guérit pas les causes.
Elles sont nombreuses et je ne suis pas certain qu’on les
ait expliquées à nos concitoyens. Ce livre se veut
pédagogique. Il montre tout d’abord que le temps efface
les évidences d’hier. Les promesses non tenues des
politiques de toutes les obédiences ont favorisé le
cynisme. Nous savons que le libéralisme n’apportera pas
plus le bonheur que le communisme ou l’écologisme. Mon
cheminement m’a montré que les apôtres de la
décroissance sont aussi illusoires que les apôtres de la
toute croissance. Étonnant retournement : il y a un siècle,
on ne doutait pas du progrès, de la science, de la
civilisation jusqu’à ce que le chaos de la Shoah, de la
décolonisation et de la terreur nucléaire nous réveillent.
eComble du désenchantement, le III millénaire a
commencé avec Ben Laden et le terrorisme de masse.
Sous couvert d’Islam, on sait que le nouveau siècle sera
celui de la lutte des pauvres contre la coalition des riches.
Les pays nantis sont menacés et ils le savent, sans se

2 Ancien secrétaire général de la CFDT, inspecteur général des
Affaires sociales, président de l’Agence du Service civique.
10
e l’avouer. La III guerre mondiale a-t-elle commencé ? La
lutte contre la guérilla des pauvres et l’immigration est et
sera obsessionnelle. Les crimes de Charlie Hebdo sont un
avertissement. Si 0,5 % des Terriens détiennent 35 % des
richesses, l’avenir est et sera au partage des richesses ou à
la guerre contre de fanatiques kamikazes. En Occident
comme dans l’hémisphère sud, il y a urgence. Problème :
les leçons de solidarité collective que l'on croyait acquises
par les générations passées se sont évanouies avec la mise
en place de froides solidarités bureaucratiques. L’entraide
institutionnalisée est menacée par les statistiques du
vieillissement, l’endettement des pays riches, l’intégration
des étrangers. Comment allons-nous réagir à ces nouveaux
défis ? La réponse est hors des idéologies. Notre regard
doit être pragmatique car la survie de l’homo occidentalis
est en jeu. Au Nord, nous souffrons du repli
communautaire, du rejet de l’autre, de la vie âgée ou handicapée,
de l’individualisme, du mépris de la différence culturelle,
baromètres de notre degré de civilisation. Le déclin de
l’Occident nous angoisse. Au Sud, de nombreux pays
manquent d’eau, d’énergie ou de nourriture et seront
confrontés à des pénuries. Les jeunes de Daech vivent
dans le désert, sans avenir autre qu’un paradis peuplé de
vierges impatientes. Ils ont vu les séries américaines à la
télévision et savent que leur vie terrestre ne sera qu’une
errance famélique dans des paysages lunaires. Notre
planète se veut fraternelle mais elle ne partage qu’à dose
homéopathique. Plusieurs grandes tendances semblent
aujourd’hui inéluctables : la croissance démographique
des pays émergents, l’explosion des classes moyennes, la
domination de l’Asie, l’urbanisation anarchique, le
changement climatique brutal. Sans tomber dans la
nostalgie d'un improbable âge d'or ou d’un futur sans
souffrances, il est urgent d’ouvrir de nouveaux chemins
pour l’esprit.
11
Sans langue de bois, questionnons-nous sur notre
avenir, la « plus-value économique et sociale » des
oubliés, des migrants, des chômeurs, des personnes
handicapées mentales, des personnes en situation
d’illettrisme, des SDF, des mères célibataires et des
femmes seules du monde rural. Le carburant de la
citoyenneté, c’est l’ascenseur social et le désir de vivre
ensemble. Ces sans-avenir sont notre kérosène et les
pilotes de l’action publique ne le savent pas assez. Ce livre
montre, à partir des expériences passées et présentes, la
nécessité de mettre en place un grand « New Deal des
exclus » fondé sur l’éducation, l’esprit d’entreprise, le
partage des richesses et, pourquoi pas, le retour du
religieux dans la cité.


12