7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou
Achetez pour : 10,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF

sans DRM

Vous aimerez aussi

Pokémon GO 100% non officiel

de editions-eyrolles

J'arrête la malbouffe !

de editions-eyrolles

Le pouvoir des gentils

de editions-eyrolles

suivant
Prononciation : la génératrice des sons
Si vous aviez acquis une bonne expression orale avant votre puberté, à l’âge où votre larynx, votre langue, vos lèvres savaient s’adapter à tout, vous auriez encore maintenant la possibilité d’absorber l’anglais au point de passer pour un anglophone. Mal-heureusement pour vous dans ce domaine, votre physiologie d’adulte est devenue depuis votre facteur limitant. La surpasser à présent n’est plus qu’un problème physique. Pour exécuter un triple salto en patinage, vous accepteriez de répéter durable-ment des centaines, voire des milliers de fois avant de gravir le podium sous les applaudissements. Il en va de même pour vos organes vocaux et pour la prononciation, que nous allons vous exposer. Ne soyez pas surpris de n’arriver à rien si vous ne repassez pas inlassablement les exercices vocaux que nous vous proposerons. Si vous le faites, en revanche, vous améliorerez votre performance d’une fraction imperceptible à chaque coup. Vous finirez ainsi par monter sur la marche convoitée.
Pour corser encore les choses, l’enseignement institutionnel aura souvent fait appel à votre intelligence, selon le dogme naturel à toute formation. Car il se croyait que vous conduire à comprendre aurait dû vous suffire. L’exposé magistral comme le travail écrit étaient supposés garantir cette compréhension. L’écrit autorise en outre le traitement collectif de toute une © Eyrolles
1
7
18
APPRENEZ LE GLOBISH
classe, tandis que l’oral fait appel à l’expression individuelle : chacun devrait parler à son tour, et les horaires n’y suffiraient pas. Il faut admettre aussi que les professeurs du secondaire ont pour beaucoup un objectif premier en France : il transcende légitimement l’espoir d’obtenir de leurs élèves une prononcia-tion pouvant leur permettre, au cours de leur carrière, d’évo-luer dans l’arène de la mondialisation. Il s’agit en premier lieu de les faire réussir au baccalauréat, dont les épreuves sont essen-tiellement écrites, encore au moment où nous publions.Forget the accent… Ainsi, sans notion fondamentale de prononciation, chaque fois que vous voyez le mot angloricainintercontinental, vous pourriez le prononcer automatiquement comme son cousin français, « intercontinental » : personne ne le compren-dra jamais dans votre bouche, en dehors des francophones.
Il est temps de vous atteler à la prononciation, avec nous, en globish, et nous allons vous y conduire sans vous épuiser. Il s’agit uniquement d’un problème de physique, d’organes dans votre corps.
Admettez dès à présent la perfidie et la perversité de l’anglais : c’est une langue dans laquelle il n’existe aucun lien entre la forme écrite des vocables et leur prononciation. Cette réalité affligeante est pudiquement proclamée par les anglophones qui ont publié, à Cambridge, le manuel de l’alphabet phonétique international (plus légitime, tu passes de vie à trépas !) : «De nombreuses langues telles que l’anglais ont un système orthogra-phique dans lequel la relation entre les phonèmes et les lettres de
© Eyrolles
PRONONCIATION : LA GÉNÉRATRICE DES SONS
1
9
* l’alphabet est devenue obscure.» C’est le moins que l’on puisse dire de l’anglais, en enviant l’italien, où toutes les lettres se pro-noncent, et toujours de la même manière.
À Londres et à Washington D.C., la lecture du mot ne vous sert ** à rien pour sa restitution verbale . Pourquoi diable le « oo » a-t-il quatre prononciations différentes dansblood,door,coolet foot? Pourquoilowetcowet si dif-sont-ils si proches pour l’œil, férents à l’oreille? Idem pourrushetpush. Pourquoimouth rend-il un son différent selon qu’il fait référence à la bouche de notre lecteur ou à la seconde syllabe de la ville de Portsmouth (littéralement, et autrefois, «la bouche du port», l’embou-chure) ? Pourquoi ne pas prononcer les deux dernières syllabes deinfamouscommefamous? Pourquoi trouve-t-onthe carrot chez le marchand de légumes etthe caratalorschez le joaillier, que leurs prononciations sont identiques ? Pour un même mot, il vous faut donc enregistrer, acquérir et retenir six paramètres, classés ici à peu près par urgence :
1.
2.
Comment s’écrit-il ?
Où se trouve la syllabe accentuée qui demande un ren-forcement du niveau sonore ?
*Handbook of the International Phonetic Association, Cambridge University Press, édition 2003, page 27. ** C’est le contraire du français, où la forme écrite dicte en général la pro-nonciation, alors que la forme orale ne donne pas l’orthographe : pour-quoi diablelescarabée, etlavérité ? Comment savoir, quand on entend le son « ver », s’il s’agit de ver, vers, vert, verts, verre, verres, ou même de vair, la fourrure dans laquelle fut confectionnée la pantoufle de Cendrillon ? © Eyrolles