Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 16,01 €

Lecture en ligne

ASPECTS DE L'ECONOMIE

ACTUELS QUANTITATIVE

"

Collection "Logiques Economiques"
Dirigée par Gérard Duthll finance et dépendance aux Antilles

BARET Serge,
Françaises.

Monnaie,

DUMEZ Hervé et JEUNEMAITRE prix en France (1936-1986). DU TERTRE Christian, Techn%gie, sectorielle du post-taylorisme. DUTHIL Gérard, Les entreprises GRaU
MARCO

Alain, Diriger

l'économie:

l'Etat des

flexibilité,

emploi:

une approche

face â l'encadrement socialistes.
en France.

du crédit.

Pierre, Les multinationales
Luc, La montée des faillites

MIGNOT-LEFEBVRE Yvonne, combinatoire. Réseaux et pouvoir PINARDON François, La rentabilité,

LEFEBVRE Michel, La société dans une économie en mutation. une affaire de points de vue. économique. post-économique:

VATIN François,

L'industrie

du lait. Essai d'histoire La société

ZARIFrAN Philippe, PALLOrS Christian, esquisse d'une société alternative.

Thermique nucléaire R.E.P. 1300 Mw. C.P.N. de Paluel (76) Octobre 1990 Photo: Marc Morceau (photothèque EDF)
.

@

L'Harmattan,

1992

ISBN:

2-7384-1502-4

Claude-Jacques

WILLARD

ASPECTS DE L'ECONOMIE

ACTUELS QUANTITATIVE

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 PARIS

Remerciements

L'auteur adresse ses vifs remerciements aux Editeurs et sociétés suivantes, pour leur aimable autorisation à reproduire tout ou partie de ses travaux antérieurement publiés: Editions techniques et économiques, Centre d'Editions Panthéon-Sorbonne, Société Royale Belge des Ingénieurs et Industriels, Revue Française de l'Elite Européenne, Spirales, revue de Documentation Economique, Phréatique (groupe de Recherche polypoétique).

INTRODUCTION

L'objet de cet ouvrage est la présentation panoramique d'aspects récents de l'économie quantitative dans ses applications contemporaines. La grande nouveauté de notre millénaire, c'est l'introduction du rationnel dans nos sociétés grâce au travail collectif des chercheurs scientifiques. Ce travail collectif s'est notamment manifesté avec bonheur dans le développement technologique mais aussi dans l'organisation de la société. Deux chapitres sur la recherche opérationnelle et deux chapitres sur les Techniques Fonctionnelles illustrent cet aspect scientifique et humain de l'Economie contemporaine. Nous passons ensuite à la macro-économie. Des considérations sur les plans et les projections à long terme, les transports, les prévisions dans le transport aérien, indiquent que dans ces secteurs, des équipes pluridisciplinaires font progresser la science et la société de manière cohérente et ordonnée. Enfin les échanges industriels, les modèles de Léontief, là encore, c'est le développement rapide de la technologie des ordinateurs électroniques qui a permis l'application de la théorie économique à des problèmes concrets. S'il est vrai que les travaux collectifs ont fait progresser la technologie de manière éclatante, les grandes idées novatrices demeurent l'apanage de solitaires: Platon, Erathostène, Kant, Einstein, d'où le chapitre intitulé Harmonie Universelle. En ce qui concerne la deuxième partie de cet ouvrage elle est d'un caractère plus mathématique. Lorsque l'on passe du domaine des généralités à celui des applications, la rigueur 5

scien\ifique s'impose ainsi que la nécessité d'un nouveau langage fonctionnel - (programmation mathématique, calcul des probabilités) - grâce à ce langage mathématique, des problèmes concrets sont mis en équations. Plusieurs familles de problèmes ont été distinguées des solutions mathématiques présentées ainsi que leurs interprétations économiques respectives. Il s'agit d'une contribution aux domaines de l'aléatoire et de l'incertitude, dont l'étude est fascinante car elle permet de mieux comprendre les mécanismes de "univers et le comportement des hommes.

TABLE DES MATIERES

Introduction Table des matières
1ère Partie

005 007

Généralités Chapitres Recherche opérationnelle,facteur de progrès. Il III IV V Recherche opérationnelle et régions sous-développées. Fondements de la théorie des techniques fonctionnelles. Applications et exemples de la théorie des techniques fonctionnelles. 013 021 031 045

Considérations sur les plans à long terme: un exemple: La Commission Européenne du Charbon et de l'Acier. 057 Projections à long terme: un modèle prévisionnel pour l'Asie et l'Extrême-Orient. 067 7

VI

VII VIII IX

Méthodes Le problème Modèles Léontief.

prévisionnelles

dans le transport

aérien.

079 087

actuel des transports interindustriels ou modèles de

d'échanges

095

X

Comparaisons de Structures: Québec, Ontario, Canada, France, Etats-Unis d'Amérique. Harmonie Universelle.

107 123

XI

2ème Partie Stratéaies

A Stratéaie

-

face à une demande

aléatoire

133

XII XIII XIV

Introduction. Choix de la terminologie économique

135

- Définitions.

139

Supplémentarité parfaite de provenance et de destination pour deux biens, solution mathématique. Influence sur le bénéfice sous-production. de la surproduction et de la

149

XV

167

XVI

Cas d'une relation linéaire entre les demandes respectives de n produits.

179 .

8

XVII

Ordonnancement en vue d'une demande aléatoire ou de demandes aléatoires substituables. Approche stochastique de la supplémentarité. Interprétation économique. Exemple à 3 variables - et interprétation économique.

185 197 209 215 223
225

XVIII XIX XX

B Straaéaie face à l'incertitude
XXI
XXII

-

Introduction.

Analyse de la sensibilité du Minimax - Regretaux scénarios, et aux stratégies extrêmes dans le cas d'énergies substituables thermiques ou nucléaires. Cas général - Hypothèse de répartition équiprobable des regrets maxima. Cas de dégénérescences. Mesure de la sensibilité du Minimax. Regret Démonstration mathématique.

229 239 243 247 257
259

XXIII

XXIV

xxv

Conclusion
Bibliographie.

9

1ère partie

GENERALITES

CHAPITRE

I

LA RECHERCHE OPERATIONNEllE, FACTEUR DE PROGRES

La recherche opérationnelle, essai de coordination entre la théorie de la décision, d'une part, la découverte scientifique, d'autre part, naquit en Grande-Bretagne aux jours sombres de la dernière guerre. Les chefs militaires manquaient de temps et de connaissances scientifiques pour assimiler et utiliser les dernières découvertes des savants. Ceux-ci, enfermés dans leur «tour d'ivoire», se consacrant à la recherche pure, manquaient d'éléments pour se mettre à la portée des hommes fallait dont dépendait la conduite des opérations militaires. " donc faire un effort de synthèse, entre «l'opération» militaire et la «recherche» scientifique. D'où le terme de recherche opérationnelle. Cette mission fut confiée à un groupe d'hommes, qui devaient par conséquent servir d'intermédiaires entre le savant et le chef militaire. La tâche du groupe de recherche opérationnelle fut d'abord d'assimiler les plus récentes découvertes de la science, d'en distinguer les éléments susceptibles d'être utilisés immédiatement et de présenter ces éléments de façon accessible aux responsables des décisions militaires. Ce sont des recherches dans le domaine du radar, jointes à la recherche opérationnelle, qui permirent à la GrandeBretagne de résister victorieusement en 1939-1941 à l'offensive aérienne de l'Allemagne, en faisant concorder la signalisation des avions ennemis avec la dispersion la plus efficace des chasseurs britanniques disponibles. La recherche 13

opérationnelle

se révéla si fructueuse qu'elle fut bientôt

appliquée à tous les domaines relevant des opérations militaires. Mais si l'Angleterre fut le berceau de la recherche opérationnelle, celle-ci trouva bientôt sa place aux Etats-Unis où elle rendit de grands services pendant la guerre et où elle connaît un magnifique essor depuis 1945. En effet, on eut l'idée, après la guerre, d'appliquer ces méthodes aux problèmes industriels ainsi qu'aux problèmes d'administration nationale. Les chercheurs opérationnels qui travaillaient en équipe, ou bien s'intégrèrent dans les administrations et les grandes industries ou bien formèrent des compagnies indépendantes qui louaient leurs services aux entreprises. En 1955 l'équivalent de douze milliards de francs fut dépensé aux Etats-Unis en consultations de recherche op~rationnelle. Devant les besoins croissants en experts, des départements de recherche opérationnelle s'instituent dans la plupart des universités américaines; une société savante est fondée afin de rassembler et de diffuser les derniers résultats obtenus. La France se joint aux Etats-Unis et à l'Angleterre pour fonder en 1959 la Fédération Internationale des Sociétés de recherches opérationnelles. Au dernier congrès organisé par cette fédération à Oslo en 1963, il Y avait 450 spécialistes représentant 25 pays. Le nombre des communications scientifiques fut d'environ 60. Mais tandis que les expériences se multiplient, que les méthodes se perfectionnent, certains esprits s'interrogent et se demandent ce qu'est au juste cette recherche opérationnelle. Est-ce une science, un art, une attitude philosophique ou simplement un ensemble de méthodes indépendantes qui se sont avérées efficaces? Le chercheur opérationnel, c'est l'observateur impartial 14

qui tient compte de tous les facteurs et donne à l'administrateur des réponses telles que celui-ci puisse baser sa décision sur des données quantitatives. Pour parvenir à ce résultat, le chercheur ou plutôt le groupe, car le chercheur opérationnel s'identifie au groupe auquel il appartient, utilise tout l'appareil du progrès humain, scientifique,technique, technologique. La science mathématique joue bien souvent un rôle primordial, avec ses nombreuses ramifications telles que le calcul des probabilités, les statistiques, la logique symbolique et bien d'autres théories modernes et complexes. L'avantage du langage mathématique est qu'il permet de décrire l'énoncé d'un problème de manière extrêmement condensée et lorsque l'on a réussi à mettre un problème concret en équations, si ces équations sont solubles, on dit que l'on a appliqué un «modèle mathématique». Le résultat est valable dans la mesure où l'on a tenu compte de tous les facteurs qui entrent en jeu. La science économique est également un instrument efficace de la recherche opérationnelle. En effet, la plupart du temps, le problème qui se pose à la direction générale d'une entreprise est un problème d'augmentation de profit, de diminution de frais où l'étude des marchés se révèle indispensable. Prenons le cas d'un grand magasin à succursales multiples, qui désire modifier le nombre de ses agences dans le but de diminuer les frais de transport. Il est bien évident que si l'on ne tient pas compte des variations du volume des ventes qui peuvent résulter d'une suppression d'agences ou d'une implantation nouvelle, l'étude ne permettra pas à l'entreprise de réaliser un profit réel. En effet, la suppression d'une agence est susceptible d'entraîner une diminution des ventes telle que l'économie réalisée par ailleurs sur les frais de transport puisse paraître dérisoire.
Les instruments dont se sert le chercheur opérationnel

15

sont multiples et se complètent. L'interventionde la machine à calculer électronique a permis dans de nombreux cas la résolution de systèmes d'équations jusqu'alors pratiquement insolubles. Bien entendu, il arrive qu'aucun modèle mathématique connu ne s'applique; il arrive même qu'une solution exacte se révèle impossible dans l'état actuel de nos connaissances; alors on se contente de solutions approchées: la thérapeutique opérationnelle n'apporte pas la guérison totale, mais simplement une amélioration. D'un point de vue général, nous dirons que la recherche opérationnelle, terrain mouvant, en pleine gestation, point de convergence de la plupart des activités de l'esprit de l'homme, en dépit de ses imperfections inévitables, de ses points d'interrogation, jusqu'à présent encore sans réponse, représente un facteur essentiel de progrès. En France, un exemple remarquable, tant pour son envergure que pous les résultats obtenus, semble être celui de l'Electricitéde France, où depuis longtemps des ingénieurs se penchent sur les problèmes de gestion, en utilisant les techniques de la recherche opérationnelle. Le problème qui se pose à la Direction générale peut être schématisé de la façon suivante: Etant donnée la limitation des crédits disponibles, comment faire face aux besoins futurs en énergie électrique de la manière la plus rationnelle possible? Faut-il créer des usines nouvelles thermiques, nucléaires ou hydrauliques? Si une usine hydraulique coOte plus cher au départ en investissements immédiats, une usine thermique, à cause de ses frais d'exploitation plus élevés, revient plus cher en investissements futurs. Il y aurait donc intérêt, à ne construire que des usines hydrauliques. Ceci estmalheureusemen
16

impossible,

étant donnée la limitation des crédits disponibles. Il

s'ensuit que nous sommes obligés d'envisager également la création d'usines thermiques et nous avons à résoudre un problème de répartition optimale des investissements entre les solutions thermiques et hydrauliques, destinée à répondre aux besoins croissants de la consommation. Disons d'abord quelques mots de la manière dont on peut prévoir la consommation future en énergie électrique; trois méthodes sont utilisées concurrement : . Règle du doublement en dix ans: On a remarqué que dans le passé la production électrique doublait tous les dix ans. Mais ceci ne représente qu'une approximation, et la marge d'incertitude, qu'il faut associer à cette loi, sera réduite grâce aux deux méthodes suivantes: . Corrélation entre la consommation d'énergie électrique et la production industrielle: Les perspectives économiques générales établies par le Commissariat au plan, ainsi que les programmes d'investissement dans les différentes branches de l'industrie permettent une estimation globale du niveau futur de notre production industrielle. On en déduit par corrélation la consommation d'énergie électrique à prévoir. . Etude, par secteur, des industries consommatrices: Ce sont les entreprises elles-mêmes, consultées, qui font des prévisions quant à leurs futurs besoins en énergie électrique. La synthèse de ces trois méthodes permet une estimation des besoins futurs et détermine par conséquent l'objectif de production de l'E.D.F. A cet objectif de production il faudra associer certains coefficients de probabilité, les méthodes utilisées ne reposant que sur des perspectives.

. L'objectif

de production

étant fixé, on procède alorsau

17

des équipements permettant d'atteindre cet objectif. Parmi ces équipements proposés à notre choix, il faut distinguer: L'usine thermique classique, thermique nucléaire, l'usine «au fil de l'eau» qui turbine les apports hydrauliques de la rivière sur laquelle elle est construite, et l'usine ccdelac» qui comporte un réservoir permettant un stockage. Toutes ces usines ont des régimes de production très différents. Les unes sont soumises aux éléments naturels (irrégularité des apports hydrauliques), les autres simplement aux défaillances possibles du matériel (usine thermique). Le remplacement éventuel d'une usine thermique par une usine hydrauliques ne devant en aucune manière introduire une perturbation dans l'ensemble de la production, nous sommes amenés à préciser la notion d'équivalence de deux usines. Une étude des conditions actuelles, de la nature des équipements en service, des équipements réalisables dans l'avenir conduit à la définition suivante: Deux usines de natures différentes peuvent être considérées comme équivalentes si elles ont même puissance de pointe et même puissance garantie. La puissance de pointe est la puissance maximale moyenne de quinze heures de débit. La puissance garantie est la production moyenne des douze cents heures les plus chargées de l'hiver. En effet le régime des cours d'eau en France est tel que l'hiver représente la période d'hydraulicité minimale. Ayant ainsi défini l'équivalence de deux solutions nous pouvons aborder le véritable problème tel qu'il a été posé au début, c'est-à-dire chercher à déterminer un critère de choix des solutions en tenant compte des dépenses à effectuer etde
choix
la limitation des crédits.

18

Afin de pouvoir comparer les dépenses correspondant à

chaque solution possibles, il faut les «actualiser», c'est-à-dire les envisager dans leur relativité par rapport au temps. En effet, une opération qui coûte un million aujourd'hui coûte plus cher aux yeux de l'ingénieur qu'une opération qui coûtera un million dans dix ans. On «actualisera» par conséquent toutes les dépenses envisagées. Ensuite le problème sera résolu, grâce à une adaptation de la théorie des programmes linéaires. Cette théorie mathématique inventée par l'Américain Dantzig au cours de la dernière guerre est aujourd'hui considérée comme l'un des instruments les plus efficaces de la recherche opérationnelle. 1\ convient de noter ici, d'ailleurs, que l'algorithme «simplex» dû à Dantzig a donné naissance à de nombreux travaux de la part de mathématiciens et économistes de divers pays. Ces travaux ont été réunis dans un puvrage récent sous le titre de «programmation mathématiqye» par Dantzig luimême qui retrouve l'origine de ces. théories chez IJs mathématiciens français du XVIIIesiècle: Lagrange, Monge, et Fourier. Mais un développement de ces questions dépasserait le cadre de ce chapitre, n'ayant pour objet que d'attirer l'attention du lecteur sur une perspective de la vie scientifique contemporaine qui, avec l'électronique et l'atome, orientera la civilisation de demain. Puisse alors l'homme, enfin libéré de l'asservissement de la matière, jeter un regard sur sa destinée et considérant les catastrophes passées, empêcher celles à venir!

Cf. Revue Française de la Recherche opérationnelle, N"1, année 1956. Choix des équipements de la production d'énergie électrique. M. Boiteux.

19

CHAPITRE
RECHERCHE

Il

OPERATIONNELLE

ET REGIONS

SOUS-DEVELOPPEES

ORIGINES

ET DEFINITION

«Née pendant la dernière guerre avec l'application de méthodes statistiques, probabilistes et de programmation mathématique à l'étude de problèmes militaires, la recherche opérationnelle a pour objet la préparation de meilleures décisions à partir d'une analyse systématique des données et d'une réflexion logique sur les diverses options possibles». Cette définition, qui nous a semblé l'une des plus clairement formulées à ce jour, est extraite du Bulletin de l'A.F.C.E.T. (Association Française pour la Cybernétique Economique et Technique).

21

Ayant eu l'expérience de missions à long terme dans les

pays dits sous-développés, il m'apparaît utile de présenter les réflexions suivantes, réflexions inspirées par le souvenir de choses vécues.

Je n'ai rencontré nulle part de pays totalement sousdeveloppé; mais plutôt des régions sous-développées. Caracas est aussi moderne que Chicago et certains quartiers de Lima possèdent un charme et une élégance que leur envierait Paris ou Venise. Ce qui distingue les pays, ce sont leurs proportions respectives de terres mises en valeur. Tous les pays possèdent des régions inexploitées et tous les pays ont des régions en plein développement. Ceci pour l'aspect extérieur. En ce qui concerne l'aspect interne, non visuel, c'està-dire la qualité intellectuelle des populations, la réponse est encore plus évidente: l'intelligence de l'homme est la même partout, ce qui change dans chaque pays, c'est le pourcentage de personnes qualifiées. Mais là encore, il convient d'être prudent dans nos jugements. En effet, un homme qualifié en Europe, n'est pas nécessairement considéré de la même façon en Asie et vice-versa. Tout dépend du critère sur lequel se fonde l'opinion. Par exemple, autrefois, en Corée du Sud, il fallaittravaillerpendant quarante ans et acquérir une réputation nationale pour avoirdroit au titre de docteur. AuxEtats-Unis, en moyenne, "étudiant obtient son doctorat (Ph. D) au bout de quatre ans. En toute objectivité,ilne faudrait pas s'attendre, par conséquent, à trouver autant de docteurs en Corée du Sud qu'aux Etats-Unis.

22

LA RECHERCHE, MAIS QUELLE

CERTES, RECHERCHE?

Lorsque nous mesurons le revenu national par habitant et utilisons ce critère pour classer les pays, nous oublions d'habitude d'importants facteurs tels que la satisfaction de l'individu, ou même des données omises dans les enquêtes statistiques, comme aux îles Fidji, les fruits savoureux dont s'alimente la population. Une intéressante étude de recherche opérationnelle, à mon avis, serait l'analyse scientifique de toutes ces mesures en tenant compte des facteurs oubliés. Une telle entreprise aurait en tout cas l'avantage d'aboutir à plus de compréhension, c'est-à-dire à plus d'harmonie entre les nations. S'il «recherche suivantes: Pour nous fallait opérationnelle» classer nous les pays aboutirions selon le critère aux conclusions

de la recherche opérationnelle pratique, il y a deux catégories de contributions aux entreprises: celles qui donnent des résultats immédiats et importants, celles qui ont un rendement décroissant. La première catégorie s'adresse en général àux compagnies qui n'ont pas encore expérimenté la recherche opérationnelle. Ces compagnies là sont susceptibles de développement rapide grâce à ces techniques modernes, du moins dans la première phase de l'action entreprise. Si les statistiques requises ne sont pas disponibles, on procédera par estimations au moyen d'interviews auprès des experts. Si les compagnies possèdent déjà un groupe de recherche opérationnelle, ainsi que tout l'équipement satistique et électronique requis, un ingénieur 23

le spécialiste

conseil hautement spécialisé pourra, malgré tout, apporter sa contribution dans certains domaines bien précis où la compagnie présente des défaillances, mais il s'agira d'un rendement décroissant, en ce sens que le coût de l'intervention extérieure se rapprochera davantage des bénéfices escomptés que dans le premier cas où, en général, le coût est négligeable par rapport au profit réalisé. Ce qui est vrai pour les entreprises, l'est aussi pour les nations, du strict point de vue de la recherche opérationnelle. En appliquant ce critère, la seule distinction que nous ferons entre les pays, sera leur degré respectf de disponibilité, aux méthodes de la recherche opérationnelle. Nous distinguerons entre nations plus ou moins susceptibles de développement industriel rapide. Or il apparaît, que les pays que nous qualifions, à tort je crois, de sous-développés, sont en réalité ceux qui sont susceptibles du taux de développement le plus rapide à l'aide des techniques de la recherche opérationnelle. Cependant, il convient de signaler que des résultats valables ne peuvent être obtenus que par des missions à long terme: cinq ans «sur le terrain» me paraît un minimum. Les missionnaires français en Afrique, les archéologues français au Cambodge, pour ne citer que quelques exemples, obtinrent de grands succès parce qu'ils passèrent toute leur vie «sur le terrain». Il n'y a pas de raisons pour qu'une équipe de recherche opérationnelle ne puisse accepter une mission permanente auprès d'un gouvernement au niveau de la planification nationale, et ne joue ainsi un rôle capital dans le développement économique et industriel du pays. J'ai eu l'occasion de participer 24 à plusieurs expériences

de coopération technique organisées par le gouvernement français, l'UNESCO et les Nations Unies. Ces expériences furent toujours riches d'enseignements et je ne saurais trop en recommander la généralisation. 1/ ne faudrait jamais manquer d'inclure dans ces projets des spécialistes de la recherche opérationnelle, car ils apporteront toujours la contribution d'une approche scientifique adaptative qui. représente un facteur essentiel de progrès.
M. PierFe Massé, dans son allocution d'ouverture du colloque de Paris, «Recherche opérationnelle et problèmes du tiers monde", en juin 1963, disait: «On reproche aux gouvernements de prendre de mauvaises décisions; en fait, ils prennent de bonnes décisions, mais sur de mauvais problèmes et ils n'ont pas toujours la faculté de choisir leurs problèmes, assaillis qu'ils sont par la pression des circonstances et les tumultes organisés,.. appartient par conséquent aux équipes pluridisciplinaires de recherche opérationnelle de développer une théorie de l'information, à l'usage des entreprises et des gouvernements, qui leur permette de disposer en temps voulu des renseignements nécessaires au bon fonctionnement de leurs activités. A ce colloque, étaient réunis les représentants d'une trentaine de pays appartenant aux quatre continents. Il y eut une vingtaine de communications relatives aux économies sous-développées, soit relatant des expériences réalisées, soit apportant des points de vue théoriques nouveaux. Les sujets traités furent variés: programmes de développement, modèles de croissances, théorie économique, industrie et transport, malnutrition, santé publique, fiscalité, problèmes d'éducation.

Il

25

Au cours des discussions qui suivirent chaque exposé, furent mises en lumière les difficultés que l'on rencontre dans l'application d'un modèle théorique à une situation concrète dans un environnement économique et historique particulier. Néanmoins, il ressortait de l'ensemble des informations présentées, que l'utilisation systématique de la recherche opérationnelle, pour résoudre des problèmes qui se posent dans les régions sous-développées, était devenue une réalité. Depuis les techniques se sont perfectionnées et leur emploi s'est généralisé. DEUX PRIORITES UNIVERSELLES:

LA SANTE

ET L'ENSEIGNEMENT.

En ce qui me concerne, et s'il me fallait établir une hiérarchie des besoins internationaux en recherche opérationnelle dans les différents secteurs d'activités d'un pays, je choisirais en priorité la santé publique et l'enseignement. En effet, alors que l'industrie, le commerce, l'armée ont un caractère éminemment national, la santé publique et l'enseignement présentent des aspects universels susceptibles d'obtenir un consensus international sur les études à entreprendre. Et ce n'est certes pas par hasard que des organisations telles que le Bureau international du Travail, l'Organisation mondiale de la Santé, l'Organisation de coopération et de développement économique font appel . actuellement à des spécialistes de recherche opérationnelle, pour réaliser leurs programmes d'assistance technique et de formation. D'ailleurs, ces deux domaines, santé publique et formation, sont étroitement liés. Par exemple, l'élimination de la malaria à Ceylan eut pour conséquence un accroissement

26

démographique tel que la suppression quasi totale des décès dus à la malaria fut compensée par un accroissement de décès dus à la famine pour cause de sous-emploi. Ces problèmes de santé et d'emploi sont des problèmes fondamentaux, universels, et, osera~je dire, primaires. Ils n'en nécessitent pas moins, étant donné leur urgence, la mise en oeuvre pour les résoudre des techniques les plus modernes. Dans les contrées, notamment, où il y a pénurie de capital et de main-d'oeuvre qualifiée, où la politique se mêle à la tradition, à la culture pour freiner le progrès technique, les équipes pluridisciplinaires de recherche opérationnelle ont un rôle essentiel à jouer, car elles seules sont capables de saisir dans son ensemble et sa complexité un problème où sont étroitement liées des données techniques et des données humaines. Cependant, le problème véritable n'est pas tellement de résoudre une question donnée, de réaliser de façon satisfaisante un projet de développement économique régional, ni même d'élaborer un plan quinquennal ayant des chances d'être suivi, le problème, à mon sens, c'est celui de la formation dans la région choisie d'une élite capable de promouvoir elle-même tous les projets en question. Ceci pour des raisons d'indépendance et d'efficacité. Autrement dit, il faut enseigner les méthodes plutôt que faire le travail soi-même, de façon à ce que l'action de l'expert ne s'arrête pas le jour où il a terminé une tâche donnée; son action pour être durable et porter ses fruits, doit avoir pour corollaire la formation d'un ou plusieurs homologues qui, lorsque l'expert sera parti, pourront prendre la relève et prolonger ainsi l'action entreprise. Je me souviens d'avoir participé à une expérience de ce genre auprès d'une université dont la fonction principale était
de former des ingénieurs. Pour des raisons politiques et

27