Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Emploi et salaire (Deuxième édition revue et augmentée)

De
466 pages
ntièrement remanié et mis à jour, cet ouvrage s’intéresse d’abord à la microéconomie du travail et à la formation de l’emploi et des salaires dans une économie de marché. Il est donc question ici de l’offre et de la demande, de la théorie de la détermination de l’emploi, des incitations au travail et à l’effort, des imperfections de marché, des théories du salaire ainsi que du syndicalisme et de la négociation collective.
L’auteur présente aussi les grands thèmes de la macroéconomie et il aborde des notions importantes comme le bien commun, l’efficacité, l’équité et la justice sociale, sans oublier l’analyse de l’efficacité des décisions gouvernementales en matière d’emploi et de répartition de revenus.
La présente édition compte de nouvelles études de cas et des questionnaires permettant d’approfondir les sujets.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Emploi et salaire Jean-Michel Cousineau
Deuxième édition revue et augmentée
Entièrement remanié et mis à jour, cet ouvrage s’intéresse d’abord
à la microéconomie du travail et à la formation de l’emploi et des
salaires dans une économie de marché. Il est donc question ici
de l’offre et de la demande, de la théorie de la détermination de Emploi et salairel’emploi, des incitations au travail et à l’effort, des imperfections
de marché, des théories du salaire ainsi que du syndicalisme et de
la négociation collective. deuxième édition revue et augmentée
L’auteur présente aussi les grands thèmes de la macro économie et
il aborde des notions importantes comme le bien commun,
l’effcacité, l’équité et la justice sociale, sans oublier l’analyse de
l’effcacité des décisions gouvernementales en matière d’emploi et
de répartition de revenus.
La présente édition compte de nouvelles études de cas et des
questionnaires permettant d’approfondir les sujets.
Jean-Michel Cousineau est économiste et professeur titulaire à l’École de
relations industrielles de l’Université de Montréal. Il a écrit de nombreux
volumes et articles scientifques en économie du travail et en politiques publiques.
Depuis 2009, il est président du Comité des politiques publiques de l’Association
des économistes québécois (ASDEQ).
isbn 978-2-7606-2149-7• 44,95 $ 41 e
Couverture : © Shutterstock

Les Presses de l’Université de MontréalPUMwww.pum.umontreal.ca
Extrait de la publication
couv.emploi.salaire.2e.indd 1 6/7/10 2:11:05 PM
p ar a m è t re s
Emploi et salaire
cousineau
p ar a m è t re semploi et salaire
Extrait de la publicationExtrait de la publicationJean-Michel Cousineau
emploi et salaire
Deuxième édition revue et augmentée
Les Presses de l’Université de Montréal
Extrait de la publicationCatalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque
et Archives Canada
Cousineau, Jean-Michel
Emploi et salaire
e2 éd.
(Paramètres)
Comprend des réf. bibliogr. et un index.
ISBN 978-2-7606-2149-7
1. Économie du travail. 2. Emploi. 3. Macroéconomie. 4. Travail – Politique gouvernementale.
5. Salaires. I. Titre. II. Collection : Paramètres.
HD4901.C68 2010 331 C2010-940737-7
ISBN (version imprimée) 978-2-7606-2149-7
ISBN (version numérique) 978-2-7606-2667-6
eDépôt légal : 2 trimestre 2010
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
© Les Presses de l’Université de Montréal, 2010
Les Presses de l’Université de Montréal reconnaissent l’aide fnancière du gouvernement du
Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d’édition.
Les Presses de de Montréal remercient de leur soutien fnancier le Conseil des arts
du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC).
imprimé au canada en juin 2010
00_Liminaires.indd 6 11-05-24 13:59Avant-propos
Depuis la première édition de ce livre, l’actualité s’est enrichie de nouvelles
problématiques et la conjoncture économique a connu des hauts et des
bas. De nouvelles politiques publiques ont aussi été implantées. Cette
deuxième édition comporte un bon nombre de nouveautés qui ref ètent
ces changements.
1. La famille en tant qu’unité de production de bien-être. Cette section
jette un éclairage nouveau sur la division des tâches (marché du
travail vs travail à la maison) au sein de la famille, de même qu’elle
permet d’analyser l’impact des lois garantissant les pensions
alimentaires et de celles subventionnant les garderies. Il y sera question
aussi de l’implantation en 2005 du programme de prime au travail
ayant pour ef et, notamment, de bénéf cier aux étudiants.
2. La crise et la sortie de crise. On s’attardera ici sur les causes de la
crise économique de la f n de l’année 2008 et on verra ses
répercussions sur les années ultérieures.
3. Les données sur l’emploi, le chômage et la population active, qui
font systématiquement l’objet de dif usion régulière par les médias.
On examinera plus attentivement ici l’origine, la méthodologie et la
déf nition de ces données.
4. Les inégalités de revenus retiennent une attention croissante de la
part des principaux acteurs sur le marché du travail. En plus de
l’étude de cas présentée dans le premier chapitre, une section spéciale 8 emploi et salaire
du dernier chapitre examine les concepts, la mesure et les
principaux constats relatifs à l’évolution de ces inégalités.
5. L’immigration est un thème incontournable depuis déjà de nom -
breuses années. Il convenait de lui réserver une section spécif que.
6. La théorie de la segmentation des marchés du travail et l’existence
des marchés internes du travail retiennent aussi notre attention. Les
concepts et les réalités véhiculés par ces approches constituent à
plusieurs égards une base pour l’étude ultérieure et approfondie de
la gestion des ressources humaines et des aspects institutionnels des
marchés du travail.
Nous avons procédé également à un remaniement de l’ordre des
chapitres de la première partie. Nous y avons conservé le premier chapitre qui
sert de présentation et de vue d’ensemble des marchés du travail. Il sert de
même à déf nir ce qu’est un marché du travail, à présenter ses principales
composantes et expliciter à quoi sert un marché du travail. Le deuxième
chapitre est maintenant consacré à l’of re de travail. Auparavant, nous y
abordions l’étude de la demande de travail. Celle-ci f gure dorénavant au
troisième chapitre, tandis que le quatrième chapitre expose la théorie des
salaires. Ce nouvel ordre, vue d’ensemble, l’of re, la demande puis la théorie
des salaires, nous est apparu une façon plus naturelle d’aborder l’étude de la
formation de l’emploi et des salaires dans une économie de marché. Cette
première partie est complétée par deux chapitres consacrés aux
imperfections de marché, au syndicalisme et aux négociations collectives. L’ordre
des chapitres dans la deuxième et la troisième partie est demeuré le même,
mais la partie macroéconomique s’est enrichie d’une étude de cas sur la
crise économique, alors que la troisième partie sur la répartition du revenu
a été augmentée d’une nouvelle étude de cas sur les inégalités de revenus.
Finalement, les chapitres des deux premières parties se terminent chacun
par une série de questions dont les réponses se trouvent à la f n du livre.
Jean-Michel Cousineau
Mars 2010
Extrait de la publication
?PARTIE 1
Aspects microéconomiques
Chapitre 1
Marchés du travail et salaires : une vue d’ensemble 11
Chapitre 2
L’of re de travail et les incitations à l’ef ort 37
Chapitre 3
La demande de travail et la création d’emploi au sein de l’entreprise 77
Chapitre 4
Les théories du salaire 101
Chapitre 5
Les imperfections de marché 131
Chapitre 6
Syndicalisme et négociation collective 155
Extrait de la publicationCHAPITRE 1
Marchés du travail et salaires :
une vue d’ensemble
La formation de l’emploi et des salaires dans une économie de marché 12
L’of re de travail 13
La demande de travail 14
L’équilibre sur les marchés du travail 16
La variation des salaires et de l’emploi 20
L’allocation et la réallocation des ressources humaines 23
L’évolution des inégalités de revenu aux États-Unis 27
Les inégalités de revenu au Québec 28
La courbe de Lorenz 29
Le coef cient de Gini 31
Les principaux constats 32
Exercices et problèmes 34
Extrait de la publication12 emploi et salaire
L’étude du fonctionnement des marchés du travail revêt une grande
importance aussi bien en économie qu’en relations industrielles parce que le
marché du travail constitue la norme ou la référence sur laquelle s’appuient
de nombreux employeurs et travailleurs pour f xer les salaires et les autres
conditions de travail dans l’entreprise. En ef et, en pratique, il est coutume
de s’en remettre à un échantillon d’emplois ou d’employés comparables sur
le même marché du travail pour discuter de la détermination des salaires.
Un marché du travail peut être perçu comme un ensemble de personnes
qui s’adressent à des employeurs en vue de trouver un emploi et des
employeurs qui cherchent de la main-d’œuvre af n de satisfaire leurs besoins
de production. Ce point de vue n’est pas faux, mais il est limitatif. Du point
de vue de l’analyse économique, tous ces grands concepts se résument ainsi :
un marché du travail se déf nit par une of re de travail, une demande de
travail et un point de rencontre entre l’of re et la demande qui détermine
l’emploi et le salaire d’équilibre.
Dans la première section de ce chapitre, nous verrons comment ces
notions peuvent nous aider à comprendre la formation des salaires et de
l’emploi dans une économie de marché. Dans la deuxième section, nous
aborderons l’étude de la variation des salaires et de l’emploi à travers le
temps pour, dans la troisième, étudier le rôle des salaires dans l’allocation et
la réallocation des ressources humaines selon leurs dif érents usages
possibles. Dans la quatrième section de ce chapitre, nous nous intéresserons à
deux études de cas relatives à l’évolution des inégalités de salaire et de
revenus aux États-Unis et au Québec. Globalement, nous serons en mesure
de constater que des marchés du travail en concurrence ont pour rôle et
pour ef et de f xer les salaires, de déterminer l’emploi, de signaler les
pénuries et les surplus de main-d’œuvre et, enf n, d’orienter et de réorienter la
main-d’œuvre là où elle est à la fois la plus productive et la plus utile du
point de vue commercial.
La formation de l’emploi et des salaires dans une économie de marché
Pour comprendre comment le marché du travail f xe les salaires et les
autres conditions de travail, il faut commencer par déf nir ce que l’on
entend exactement par l’of re et la demande de travail.
Extrait de la publication
?marchés du travail et salaires : une vue d’ensemble 13
L’offre de travail
La quantité of erte de travail correspond au nombre de personnes qui se
joignent au marché du travail : plus le salaire est élevé et plus il y a de gens
qui s’y présentent. Inversement, plus le salaire est bas et moins il y a de
gens qui se présentent sur ce même marché.
Graphiquement, on représente l’of re de travail par une fonction qui
indique combien de personnes désireraient travailler pour dif érents taux
de salaire qui prévaudraient sur le marché du travail. C’est une fonction à
pente positive qui relie dans un rapport direct les salaires et les quantités
of ertes de travail. La courbe O qui apparaît à la f gure 1.1 est une courbe T
d’of re de travail.
fi gure 1.1
L’offre de travail
Salaire
OT
W1
W0
O O OT T Quantité de travail offerte (T )0 1
Le salaire est indiqué en ordonnée. Les quantités de travail of ertes,
c’està-dire le nombre de personnes qui of rent leurs services de travail sur ce
marché, sont indiquées en abscisse. La lecture de ce graphique se fait de
l’ordonnée vers l’abscisse. Au salaire élevé W sur l’ordonnée correspond la 1
Oquantité of erte de travail T sur l’abscisse. Au salaire W plus bas corres-1 0
Opond également une quantité de travail of erte T plus basse.0
Un tableau peut aussi bien illustrer ce type de fonction. C’est le cas du
tableau 1.1 : on y observe qu’à un salaire de 20 $ de l’heure, il se présenterait
?14 emploi et salaire
10 000 personnes sur le marché ; qu’à 21 $ de l’heure, il s’en présenterait
11 000 ; qu’à 22 $ de l’heure, il s’en présenterait 12 000 et ainsi de suite
jusqu’à 15 000 personnes pour un salaire de 25 $ de l’heure. De la même
façon que pour la f gure 1.1, la quantité de travail of erte augmente avec le
taux de salaire horaire. Les chif res utilisés ici sont f ctifs, mais ils pourraient
fort bien correspondre à une situation réelle, par exemple à l’of re de travail
de secrétaires ou de commis de bureau dans une ville ou dans une région
particulière.
tableau 1.1
Exemple de fonction d’offre de travail
Taux de salaire horaire Nombre d’offreurs de travail
20 $ 10 000
21 $ 11 000
22 $ 12 000
23 $ 13 000
24 $ 14 000
25 $ 15 000
La demande de travail
La demande de travail est celle des employeurs qui demandent des services
de travail : plus le salaire est bas, plus les employeurs souhaitent embaucher
de main-d’œuvre, et plus le salaire est élevé, plus la quantité de travail
demandée est faible.
Tel qu’indiqué à la f gure 1.2, la demande de travail est généralement
représentée par une fonction à pente négative (D ) : au salaire W , les T 0
Demployeurs souhaiteraient embaucher beaucoup de main-d’œuvre (T ) 0
tandis qu’au salaire plus élevé W , leur quantité de travail demandée est 1
Dsensiblement réduite (T ). La demande de travail est donc une fonction à 1
pente négative qui relie dans un rapport inverse le salaire et les quantités de
travail demandées par les employeurs.
Extrait de la publication
?marchés du travail et salaires : une vue d’ensemble 15
fi gure 1.2
La demande de travail
Salaire
W1
W0
DT
D DT T Quantité de travail1 0
Ddemandée (T )
À cette étape, un tableau peut tout aussi bien nous aider pour représenter
ce même concept. Le tableau 1.2, construit à partir de données f ctives,
donne les quantités de travail demandées par les employeurs pour dif
érents taux de salaires pratiqués sur le marché.
tableau 1.2
Exemple de demande de travail
Taux de salaire horaire Quantité de travail demandée
20 $ 16 000
21 $ 15 000
22 $ 14 000
23 $ 13 000
24 $ 12 000
25 $ 11 000
Dans cet exemple, on observe bien que la quantité de travail demandée
par les employeurs diminue avec le salaire. À 20 $ de l’heure, la quantité de
?16 emploi et salaire
travail demandée est de 16 000 ; à 25 $ de l’heure, elle n’est plus que de
11 000.
Demande et offre de travail ou demande et offre d’emploi ?
Il est important d’utiliser les termes « offre de travail » et « demande de travail »
adéquatement selon la convention présentée dans ce volume. En France, on trouvera souvent
l’appellation « offre d’emploi » et « demande d’emploi ». Celle-ci n’est pas incorrecte,
mais elle désigne exactement l’inverse de ce que nous présentons dans ce volume : les
travailleurs sont des demandeurs d’emploi en France, mais des offreurs de travail au
Québec. De la même façon, les entreprises offrent des emplois en France et
demandent du travail au Québec. Pour ne pas se tromper, il faut nécessairement rattacher les
travailleurs qui offrent leurs services de travail au concept d’offre de travail et les
entreprises ou les employeurs qui demandent des services de travail à celui de demande de
travail. Si cette convention n’est pas adoptée, l’analyse des processus étudiés ici sera
tout à fait incohérente. Attention donc à ne pas commettre la confusion !
L’équilibre sur les marchés du travail
Dans l’exemple développé dans les deux tableaux ci-dessus, il s’établit un
équilibre au taux de salaire de 23 $ de l’heure puisqu’à ce taux, nous
pouvons observer que les quantités de travail demandées sont exactement
égales aux quantités de travail offertes (13 000). Partout ailleurs, c’est-
à-dire à tout autre taux de salaire horaire, il y a des dif érences entre les
quantités de travail of ertes par les travailleurs et les quantités de travail
demandées par les employeurs.
Dans la f gure 1.3, nous pouvons aussi observer qu’au point de rencontre
« r » entre l’of re et la demande de travail, se déterminent le salaire (W ) et e
l’emploi d’équilibre (T ).e
En termes graphiques, tel qu’indiqué à la f gure 1.4a, si le salaire était de
W supérieur au salaire d’équilibre W , les quantités de travail of ertes 1 e
O Dseraient de T supérieures aux quantités demandées T et il y aurait désé-1 1,
quilibre entre l’of re et la demande. À l’opposé, si le salaire était inférieur au
salaire d’équilibre, comme c’est le cas dans la f gure 1.4b, ce serait cette fois
Dles quantités de travail demandées T qui seraient supérieures aux quan-0
Otités de travail of ertes T . En fait, il n’y a que le salaire W correspondant 0 e
au point de rencontre entre l’of re et la demande de travail qui est en mesure
de réconcilier l’of re et la demande sur le marché du travail.
Extrait de la publication
?marchés du travail et salaires : une vue d’ensemble 17
fi gure 1.3
L’équilibre sur le marché du travail
Salaire
OT
W r = ee
DT
Te Quantité de travail
fi gure 1.4a
Offre de travail excédentaire
Salaire
OT
a b
W1
W re
DT
D OT E T Quantité de travail1 e 1
Quand les salaires sont au-dessus de l’équilibre, on dit qu’il y a of re de
travail excédentaire et qu’il s’exerce des pressions à la baisse (↓) sur les
salaires. C’est le cas à la f gure 1.4a : au salaire W , l’of re excédentaire est 1
représentée par le segment « ab ».
Extrait de la publication
?18 emploi et salaire
fi gure 1.4b
Demande de travail excédentaire
Salaire
OT
We
r
c dW0
DT
O DT E T Quantité de travail0 e 0
En revanche, lorsque les salaires sont en dessous de l’équilibre, on dit
plutôt qu’il y a pénurie de main-d’œuvre ou demande de travail
excédentaire (représentée par le segment « cd » à la f gure 1.4b) et qu’il s’exerce une
pression à la hausse (↑) sur les salaires. Au f nal, nous pouvons en conclure
que les pressions qui s’exercent sur les salaires tendent donc constamment
à ramener la rémunération du travail vers le salaire d’équilibre W .e
Les écarts de salaires
La position relative de l’of re par rapport à la demande permet, pour sa
part, d’expliquer une grande partie des dif érences de salaires entre les
individus, les occupations, les industries et les régions. Dif érents cas
peuvent se présenter selon que l’of re est abondante ou non sur le marché
du travail. Lorsque l’of re de travail est abondante par rapport à la demande,
les salaires sont bas. Lorsque c’est le contraire qui se produit, c’est-à-dire
lorsque l’of re est rare ou limitée, les salaires sont élevés. C’est ce que
représentent les deux situations d’of re de travail O et O’ dans la f gure 1.5a. T T
hLorsque l’of re de travail est restreinte ou limitée en O’ , les salaires W T
sont élevés. Lorsque l’of re de travail est O plus abondante, les salaires W T b
sont bas.
Extrait de la publication
?marchés du travail et salaires : une vue d’ensemble 19
Par ailleurs, et du côté de la demande de travail cette fois, il existe
également deux situations possibles dans la f gure 1.5b : une situation où la
demande de travail D est faible par rapport à l’of re de travail, ce qui T
engendre des salaires W faibles, et une situation où la demande est élevée b
hou forte D’ , ce qui engendre des salaires élevés W .T
Il peut parfois paraître dif cile de dire si la cause d’un bas ou d’un haut
salaire est unique lorsque les deux facteurs opèrent de façon concomitante :
les salaires de la main-d’œuvre peu qualif ée peuvent être bas parce que
l’of re de travail est abondante en même temps que la demande de travail
est faible.
fi gure 1.5a
Salaire et offre de travail
Salaire W
O’T
hW OT
Wb
DT
Quantité de travail
fi gure 1.5b
Salaire et demande de travail
OTSalaire W
hW
Wb
D D’T T
Quantité de travail
Extrait de la publication
?20 emploi et salaire
Les facteurs les plus importants qui af ectent l’of re et la demande de
travail sont, pour l’of re, le degré de qualif cation de la main-d’œuvre et,
pour la demande, la productivité du travail. Les travailleurs qui possèdent
moins de qualif cations sont en général plus nombreux et moins bien payés,
tandis que les travailleurs plus qualif és sont moins nombreux et mieux
rémunérés. Les principaux facteurs qui af ectent la productivité du travail
et, donc, la demande de travail sont l’intensité capitalistique de l’activité de
production d’une part et le degré de raf nement des technologies de
production d’autre part. Les activités où le ratio du capital sur le travail est
très grand (c’est-à-dire peu de main-d’œuvre et beaucoup de machines)
comme dans les alumineries sont plus payantes que les industries du textile,
où ce ratio est plus faible. Dans les industries pharmaceutiques, où les
dépenses de recherche et développement (RD) sont élevées, où la valeur
ajoutée des produits est élevée et combinée avec des techniques de
production hautement sophistiquées, les salaires ont aussi tendance à être plus
élevés.
La variation des salaires et de l’emploi
Il n’y a pas que la position relative de l’of re et de la demande de travail qui
peut inf uencer les salaires et l’emploi, il y a aussi les déplacements de l’une
ou l’autre de ces fonctions, ce que l’on appelle également les chocs de l’of re
ou de la demande de travail. Si la demande de travail augmente par rapport
à l’of re, on peut prévoir, par exemple, que le salaire et l’emploi
augmenteront. Si la demande de travail diminue, on peut prévoir que le salaire
diminuera et que l’emploi fera de même. C’est ce qu’illustrent les f gures 1.6a et
1.6b.
À la f gure 1.6a, une augmentation de la demande de travail se
caractérise par un déplacement vers la droite de la courbe de demande de travail de
0 1D vers D , tandis qu’à la f gure 1.6b, une diminution de la demande de T T
0 1travail se caractérise par un déplacement vers la gauche de D vers D . Une T T
augmentation de la demande de travail se traduit par une augmentation
simultanée de l’emploi (E à E dans la f gure 1.6a) et du salaire (W à W 0 1 0 1
dans la même f gure), tandis qu’une diminution de la demande de travail se
traduit par une baisse simultanée de l’emploi et du salaire (f gure 1.6b).
Extrait de la publication
?PARTIE 3
Les politiques de l’État
Chapitre 13 Économie de marché et rôle de l’État 333
Chapitre 14 L’optimum de Pareto 341
Chapitre 15 Biens publics et externalités 363
Chapitre 16 La théorie des décisions politiques 381
Chapitre 17 L’État-providence en action 403
Réponses aux exercices et problèmes (questions impaires) 431
Bibliographie 461
Liens utiles 463
Extrait de la publicationEmploi et salaire Jean-Michel Cousineau
Deuxième édition revue et augmentée
Entièrement remanié et mis à jour, cet ouvrage s’intéresse d’abord
à la microéconomie du travail et à la formation de l’emploi et des
salaires dans une économie de marché. Il est donc question ici
de l’offre et de la demande, de la théorie de la détermination de Emploi et salairel’emploi, des incitations au travail et à l’effort, des imperfections
de marché, des théories du salaire ainsi que du syndicalisme et de
la négociation collective. deuxième édition revue et augmentée
L’auteur présente aussi les grands thèmes de la macro économie et
il aborde des notions importantes comme le bien commun,
l’effcacité, l’équité et la justice sociale, sans oublier l’analyse de
l’effcacité des décisions gouvernementales en matière d’emploi et
de répartition de revenus.
La présente édition compte de nouvelles études de cas et des
questionnaires permettant d’approfondir les sujets.
Jean-Michel Cousineau est économiste et professeur titulaire à l’École de
relations industrielles de l’Université de Montréal. Il a écrit de nombreux
volumes et articles scientifques en économie du travail et en politiques publiques.
Depuis 2009, il est président du Comité des politiques publiques de l’Association
des économistes québécois (ASDEQ).
isbn 978-2-7606-2149-7• 44,95 $ 41 e
Couverture : © Shutterstock

Les Presses de l’Université de MontréalPUMwww.pum.umontreal.ca
Extrait de la publication
couv.emploi.salaire.2e.indd 1 6/7/10 2:11:05 PM
p ar a m è t re s
Emploi et salaire
cousineau
p ar a m è t re s