Warrants et certificats - 3e édition

De
Publié par

Apparus au milieu des années 1980, les warrants ont connu un véritable essor depuis la fin des années 1990. Ce développement rapide est bien sûr lié à l’envolée des marchés actions, mais aussi au développement de la finance par Internet, qui a rendu les transactions moins chères et plus rapides. Avec plus de 4 milliards d’euros échangés en 2010 et 6 000 warrants cotés à Paris, ils ont trouvé une place à part entière, au sein des placements financiers.

Les warrants présentent de nombreux avantages : ils sont cotés à la Bourse de Paris comme n’importe quelle action ; ils portent sur de nombreux sous-jacents (actions, indices, devises, matières premières) et font l’objet d’une animation de marché de la part de l’établissement financier qui les émet.

Ce livre vous donne les connaissances de base pour investir sans crainte, en évitant les erreurs traditionnelles du néophyte. Il développe les principales caractéristiques et définitions des warrants, les stratégies que l’on peut mettre en œuvre, mais aussi les aspects pratiques, du passage d’ordre aux pièges à éviter.

Les warrants offrent un nouvel horizon d’investissement : leur dimension va bien plus loin que la simple spéculation à la hausse ou à la baisse sur un sous-jacent. Il s’agit aussi de construire des stratégies de couverture ou d’autres, plus originales, via les certificats.
Cet ouvrage s’adresse à tout investisseur, particulier ou institutionnel, désireux de parfaire ses connaissances sur les warrants et les certificats ou à la recherche de nouvelles idées d’investissement, mais aussi à toute personne travaillant de près ou de loin en salle de marché, aux étudiants en finance ou en gestion, etc.

Publié le : jeudi 1 décembre 2011
Lecture(s) : 134
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297005456
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Chapitre 1 Les options, de l’Antiquitéà nos jours
Ce titre peut paraître surprenant, mais si nous regardons très loin dans le passé, nous pouvons trouver des traces d’options plus ou moins négociées depuis l’Antiquité. L’istoire des options est intime-ment liée aux questions agricoles : il s’agit de se prémunir contre de mauvaises récoltes ou, pour un paysan, de s’assurer d’un prix de vente de ses récoltes bien en amont des moissons. Nous pouvons par exemple remonter à l’Antiquité grecque et trouver des options sur plants d’oliviers acetées par halès le Milésien. En 1570, le Royal Stock Excange de Londres introduit les premiers écanges sur contrats Futures, contrats Futures qui s’arraceront avec frénésie en 1637 en Hollande lors de la spéculation sur les bulbes de tulipes. Les premières options se négocièrent à Londres en 1690, mais il faudra attendre l’année 1900 avant que Louis Bacelier ne propose dans sa tèse un premier modèle de valorisation des options. Le développement des options sur actions est plus récent : en 1973, Fiscer Black et Myron S. Scoles ont présenté une formule de calcul d’option devenue célèbre et pour laquelle ils ont obtenu le Prix Nobel en 1997. Cette formule de calcul et celle proposée par Merton sont à l’origine de l’essor des produits dérivés. Dès 1975, les premières
13
WA R R A N T SE T CE R T I F I C A T S
options sur actions s’écangent aux États-Unis sur l’AMEX, et les premières options sur devises à Piladelpie. Le marcé des options français, le MONEP, s’est ouvert en septembre 1987 avec des options sur Lafarge, Paribas et Peugeot, rapidement rejoints par d’autres valeurs. Les premières options sur l’indiceCAC 40 apparaissent l’année suivante en 1988. L’essor de ces pro-duits dérivés interviendra véritablement dans le courant des années 1990 avec l’envolée des indices boursiers et l’automatisation des écanges. Le premier warrant fut émis par Citibank en Suisse en 1986. Criti-qués et peu utilisés, les warrants ont connu leurs premières lettres de noblesse au moment du krack de 1987, les « put » démontrant toute leur capacité à protéger un portefeuille dans des marcés tourmentés. En 1989, la Société Générale émit le premier warrant à Paris. Avec l’arrivée des contrats d’animation de marcé au début des années 1990, et l’envolée des marcés actions à la fin de celles-ci, les warrants ont connu un essor sans précédent. L’arrivée de nouveaux émetteurs, puis la possibilité offerte à ces derniers d’émettre sur n’importe quelle grande valeur ont dopé le marcé des warrants dans la période diffi-cile de l’éclatement de la bulle Internet. La fin des années 1990 est en effet marquée par la spectaculaire envolée des marcés actions (le CAC 40 a progressé de près de 50 % en 1999), mais aussi et surtout par le développement d’Internet. En deors de la valorisation des actions de ce qui devint alors la « nouvelle économie », le développement d’Internet a surtout permis de démo-cratiser la gestion boursière. Les coûts liés au passage d’un ordre ont été considérablement réduits, et n’importe quel particulier a désor-mais accès à la Bourse en temps réel comme un professionnel de salle de marcé. L’acat et la vente de produits aussi réactifs que les warrants en ont été grandement facilités.
14
LE SO P T I O N S,D EL' AN T I Q U I T ÉÀN O SJ O U R S
Ainsi, en 1999, près de 1,6 milliard d’euros de warrants ont été écangés en Bourse de Paris, puis 3,2 milliards en 2000. Aujourd’ui, il s’écange environ 4 milliards d’euros par an sur le marcé des warrants. Il faut toutefois noter quelques cangements sur le marcé des warrants dans les années 2000. Tout d’abord, la gamme proposée par les émetteurs s’est considérablement enricie. Ces derniers peuvent désormais émettre des warrants sur toutes les grandes valeurs : il existe aujourd’ui des warrants sur plus d’une centaine d’actions françaises ou internationales, sur plus d’une dizaine d’indices, sur des taux de cange et sur des matières premières. Rien que sur l’in-dice CAC 40, il existait en septembre 2011 des warrants sur une dizaine d’écéances, de septembre 2011 à… décembre 2015. Plus de 6 000 warrants cotent sur Euronext Paris, dont près des trois quarts sur actions françaises. Il s’agit majoritairement de call warrants, c’est-à-dire de warrants permettant de jouer la ausse d’une action. Les investisseurs privilégient en effet le sens aussier sur un sous-jacent, notamment sur une action, et la part des put warrants traités sur le marcé est en fait bien inférieure au nombre de warrants proposés. Il est en effet plus naturel pour un investisseur de jouer la ausse d’une action plutôt que sa baisse, les put warrants étant davantage utilisés à des fins de couverture.
15
WA R R A N T SE T CE R T I F I C A T S
Répartition des warrants cotés sur Euronext Paris (septembre 2011)
Nombre de Nombre de Sousjacent Total % call warrants put warrants Actions françaises 3 571 1 006 4 577 74% Actions Internationales 408 22 430 7% CAC 40 356 291 647 10% Indices internationaux 99 61 160 3% Matières premières 154 124 278 4% Taux de change 65 60 125 2% Total 6 217 Les call warrants permettent de jouer la hausse d’un sousjacent, les put warrants permettent de jouer la baisse d’un sousjacent ou de se couvrir contre celleci. L’indice CAC 40 fait quelque peu exception avec un nombre quasi similaire de call et de put warrants proposés et traités sur le marcé. L’évolution du marcé des warrants entre 2000 et aujourd’ui est marquée par la montée en puissance des warrants sur l’indice CAC 40 : alors que les actions françaises étaient majoritaires dans les écanges en 2000 (54 %), le CAC 40 est désormais le prin-cipal sous-jacent (76 % des warrants écangés en 2010 contre 25 % en 2000). 95 % des écanges en 2010 se concentrent aujourd’ui entre les warrants sur l’indice CAC 40 et les warrants sur actions françaises. Ce mouvement s’est accompagné d’une augmentation du montant de l’ordre moyen : il n’est pas rare de voir aujourd’ui des ordres de plusieurs dizaines de milliers d’euros sur les warrants. Société Générale domine le marcé des warrants et certificats dans son ensemble, devant Commerzbank (n° 1 sur les certificats Turbos), BNP Paribas et Citibank.
16
LE SO P T I O N S,D EL' AN T I Q U I T ÉÀN O SJ O U R S
Quatre autres établissements proposent des warrants à la Bourse de Paris : Unicredito (Tradinglab), RDS, Barclays et ING. La France est devenue un marcé important pour les warrants, mais elle reste en retrait par rapport à d’autres pays européens, notam-ment l’Allemagne, la Suisse et l’Italie.
Répartition des échanges sur les warrants en 2010 par sousjacent
Actions Françaises Actions Étrangères et paniers Matières premières CAC 40 Indices internationaux Taux de change
Total
Montant échangés en฀€ 725 493 291
33 347 880
39 475 813 2 880 575 967 16 378 919 76 018 906
3 771 290 776
% 19,24 %
0,88 %
1,05 % 76,38 % 0,43 % 2,02 %
100,00 %
17
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.