COACHER GRACE AUX NEUROSCIENCES

De
Publié par

La qualité du lien dans les relations de travail est incontournable à la création de la confiance et au maintien de la performance. Notre cerveau social en est le vecteur.  Destiné aux coachs, aux responsables de ressources humaines et aux managers, cet ouvrage présente les impacts et les leviers des neurosciences sociales et affectives dans les relations professionnelles.  Didactique, dans un langage simple et illustré d’exemples, il contribue à développer les compétences et les comportements vertueux dans la régulation émotionnelle complexe des interactions au quotidien.
Publié le : lundi 1 février 2016
Lecture(s) : 8
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
EAN13 : 9782759031719
Nombre de pages : 160
Prix de location à la page : 0,0050€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
EFFICACITÉ PROFESSIONNELLE
COACHER GRÂCE AUX NEUROSCIENCES
Décoder la complexité des relations professionnelles
Préface de Laurent Oddoux
MariePascale MARTORELL
À Rafael, Marion, Hugo, Inès et Héloïse, à ceux qui les aiment, et aux curieux de la vie.
Préface
Avantpropos
Introduction
SOMMAIRE
PARTIE I Apports des neurosciences sociales et affectives dans la relation de coaching
1. Les piliers théoriques »De monde interne à monde interne »La complexité de la relation »Les systèmes émotionnels primaires
2. Explorer le trauma contemporain grâce aux neurosciences affectives »Réflexions sur le traitement d’un traumatisme professionnel »Un protocole d’intervention du coach dans le traitement traumatique
PARTIE II La mise en œuvre d’une pratique intuitive des liens
1. Le coaching du lien »Les cinq postures »La mise en dialogue »Muscler ses compétences dans une approche relationnelle
– 3 –
5
7
9
15
17 17 29 55
71 71
73
83
85 86 112 124
2. Le management du lien en équipe »La prescription de la confiance »La construction de la performance
Conclusion
Témoignages sur les ateliers ROC
Bibliographie
– 4 –
129 129 138
153
154
157
Préface
Que vous soyez managers, coachs ou que vous exerciez une activité d’influence, vous éprouvez peut-être le besoin de revenir sur votre posture et votre pratique relationnelle. Cet ouvrage va vous aider à vous questionner sur la nature et la qualité des liens qui vous relient aux personnes avec lesquelles vous interagissez, qu’elles soient vos patrons, vos clients ou vos collaborateurs.
Dans son livre concret et accessible, Marie-Pascale Martorell nous présente ses réflexions et apprentissages, sous-tendus par une « vision » optimiste des rapports humains. Elle a su intégrer trois expériences et passions complémentaires : sa pratique de coach et de thérapeute, sa passion pour la Gestalt et les neurosciences, son expérience du management partagée avec ses clients actuels.
Marie-Pascale Martorell invite à développer de nouvelles compé-tences réflexives grâce à la modélisation d’approches et de postures qui seront comme autant de boussoles ou de bouées pour vous repérer dans la complexité des enjeux relationnels. Vous pourrez évaluer vos compétences affectives essentielles pour mettre en conscience les nœuds émotionnels qui mobilisent l’énergie dans les relations professionnelles. Enfin, vous pourrez questionner l’authenticité de votre présence, travailler vos compétences inte-ractives, pour être mieux entendu et compris de vos interlocuteurs.
Une fois de plus, en mettant en avant de nombreux exemples issus de sa pratique, Marie-Pascale Martorell montre sa cohérence avec son encouragement à l’exploration du monde interne. L’intégration du dialogue entre hémisphères droits nous dit combien un dévoile-ment subtil et mentalisé n’est pas cognitif mais processuel, et doit toujours être associé à un objectif utile.
Cet ouvrage devrait aider les managers ainsi que leurs coachs, à améliorer leur seuil de tolérance à l’ambiguïté, à l’incertitude, aux figures floues. Il nous encourage à réguler nos émotions pour être
– 5 –
à nouveau en capacité de discerner le fantasme de la réalité. Ou au contraire à éprouver des émotions jusqu’alors absentes et sortir de l’interprétation ou des généralisations. Ceci est particulièrement éclairant lors de son développement sur la dynamique de la confiance. Marie-Pascale Martorell attire notre attention sur le fait qu’un état de stress élevé nuit à l’intégration des expériences, tandis qu’un stress modéré maximise la capacité à traiter et à intégrer l’information et les apprentissages. Elle nous fait découvrir quelles sont les composantes de ce stress optimal qui s’avère juste et nécessaire à l’activation des circuits d’intégration. Collaborer avec Marie-Pascale Martorell depuis 10 ans m’a permis d’intégrer trois de ses principes pour co-construire une alliance avec mes clients : tenir le juste équilibre entre le soutien et le stress, favoriser l’expression holistique, et associer l’affect et le mental.
– 6 –
Laurent Oddoux, Co-fondateur de Trajectives
Avantpropos
Je tiens à saluer la persévérance, la créativité et le courage intellec-tuel dont Marie-Pascale Martorell a su faire preuve dans cet écrit original. Exerçant à la fois le métier de coach et celui de psycho-thérapeute, « globe-trottant » entre New York, Paris, Londres et Montréal, Marie-Pascale Martorell a consacré de nombreuses années à développer ses compétences réflexives, affectives et interactives de psychothérapeute. Partant de là, elle a eu le souci de traduire ses connaissances cliniques d’une manière qui les rende applicables à la pratique spécifique du coaching. Un tel transfert des connaissances d’un milieu de pratique à un autre exige une grande rigueur épistémologique. L’auteur s‘en acquitte avec soin et intégrité. Les praticiens du coaching trouveront en ces pages une réflexion éclairée sur les enjeux spécifiques à leur champ de pratique, ainsi qu’un éclairage pragmatique sur les modalités d’intervention optimales. Au titre de directrice du CIG de Montréal, institut de formation clinique dont Marie-Pascale Martorell est diplômée de troisième cycle, je me réjouis de savoir que cet ouvrage éclairera une pratique qui fait œuvre utile au-delà du strict champ de la psychothérapie.
– 7 –
Line Girard, psychologue, directrice du CIG de Montréal.
Introduction
Ce livre a l’ambition de rendre accessible aux coachs, aux mana-gers, aux responsables de ressources humaines (RH) l’impact des neurosciences sociales et affectives dans leur métier d’accompa-gnant, de contribuer à cultiver leur appétence pour la complexité de la personne et de les aider à développer leurs compétences dans la régulation complexe des relations professionnelles. Voilà pour-quoi il y sera beaucoup question de lien.
Les neurosciences sociales nous poussent à considérer la subtilité des accordages et des désaccordages relationnels implicites, et nous invitent à les traiter pour éviter qu’apparaissent des incompréhen-sions, des jugements et de la souffrance liée à une perception de manque de reconnaissance. Au-delà de la personnalité, de l’ambi-tion et de la volonté des acteurs, la qualité de la relation entre deux personnes et dans une équipe est un vecteur incontournable de la réussite d’un projet et d’une transformation. Ceci demande de développer des capacités de jardinier pour décoder la communica-tion intersubjective, c’est-à-dire non verbale, entre deux cerveaux, sous le niveau de conscience. De jardinier ? En effet, il s’agit de cultiver le lien comme on prendrait soin d’un jardin qui embellit notre environnement, quelle que soit la saison. Les neurosciences affectives mettent en lumière une nouvelle lecture de la motivation, de la performance et des prises de déci-sion en favorisant l’intégration de la raison et des émotions. Le processus consistant à se laisser ressentir les informations, goûter l’impact émotionnel des échanges, les réguler à l’intérieur de soi, pour ensuite être en capacité de réagir à partir d’une pensée incarnée augmente considérablement la créativité et les marges de manœuvre des managers, des dirigeants et des coachs qui les accom-pagnent. Cela nécessite de ralentir, de se penser et se regarder faire en situation tout en restant en contact avec l’environnement. Une sacrée gymnastique cérébrale pour les managers qui doivent maintenir une dynamique d’équipe vertueuse tout en soutenant la performance !
– 9 –
Dans ce livre, j’aborde des concepts neuro-psychologiques éloignés des référents de l’entreprise bien qu’ils s’y déploient en masse. Ma démarche relève de l’intention de faire école sur cette posture relationnelle « neuro-scientifiquement avertie », de manière à la modéliser : plus cette posture sera connue et assimilée – les coachs mais aussi leurs clients et les collaborateurs de leurs clients –, plus nombreux seront ceux qui veilleront à instaurer une relation à l’autre la plus optimale possible.
Dans la partie I, je présente les piliers théoriques des neurosciences sociales et affectives à l’œuvre dans une nouvelle approche de la relation en coaching largement illustrée d’exemples issus de ma pratique de coach. Je traite donc de la relation coach-coaché, c’est-à-dire coach-manager. Les managers pourront y trouver un double intérêt : à titre personnel dans l’intégration de ressources ration-nelles et affectives, et à titre professionnel dans une traduction des situations de management qu’ils vivent. Le survol de connaissances en psychologie sur le développement de la personne, le rôle crucial des relations interpersonnelles orches-trées par notre cerveau social et l’influence des systèmes émotion-nels archaïques dans la gestion du stress et les prises de décision mettent en lumière combien les métiers de l’accompagnement ne sont pas simples. Les coachs et les managers ne sont pas formés pour accompagner des personnes en souffrance dans les organi-1 sations. La loi 21 au Québec précise même, dans sa définition du coaching, que celui-ci« vise l’actualisation du potentiel, par le déve-loppement de talents, ressources ou habiletés d’une personne qui n’est ni en détresse, ni en souffrance, mais qui exprime des besoins particuliers en matière de réalisation personnelle ou profession-nelle ». Dans la réalité professionnelle, il arrive néanmoins que les coachs et les managers côtoient des personnes en détresse et en souffrance. Ces situations invitent à une prudence éthique et à une responsabilité empathique.
1. Loi qui stipule les champs d’accompagnement des personnes en santé mentale.
– 10 –
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Coacher avec le bouddhisme

de editions-d-organisation

L'énergie des émotions

de editions-d-organisation

suivant